​Dévolution – Partie 4

Article original datant du 18/07/21

Parties


​Partie 4 – Un président en temps de guerre

​Comment cela peut-il être réel ?

Quand le 20 janvier est arrivé et que Trump a embarqué sur AirForce1 laissant Biden comme président, j’étais dévasté. Tout le monde savait que l’élection était frauduleuse. Il était impossible que Trump se laisse faire après une élection volée.

Mais il l’a fait.

Honnêtement, je n’arrivais pas à comprendre ce qui s’était passé. Comme beaucoup d’entre vous, je sentais dans mes tripes que l’histoire ne pouvait pas se terminer ainsi. J’ai commencé à chercher des réponses. La théorie de la dévolution était l’un des seuls scénarios plausibles que je pouvais envisager, mais je me heurtais toujours à la même question.

La dévolution n’est pas censée être permanente et ne pourrait certainement pas durer 4 ans. Comment le président Trump peut-il revenir avant 2024 ?

En réalité, je ne pense pas qu’il soit jamais « parti ».

Tout au long de sa présidence, Trump a souvent parlé de la fondation de nos nations. Voici une partie de ses remarques du 17 septembre 2020 lors de la conférence de la Maison Blanche sur l’histoire américaine *J’ai supprimé certains paragraphes*.


« Notre mission est de défendre l’héritage de la fondation de l’Amérique, la vertu des héros de l’Amérique et la noblesse du caractère américain. Nous devons débarrasser nos écoles et nos salles de classe de la toile tordue des mensonges, et enseigner à nos enfants la magnifique vérité sur notre pays. Nous voulons que nos fils et nos filles sachent qu’ils sont les citoyens de la nation la plus exceptionnelle de l’histoire du monde.

Grandir en Amérique, c’est vivre dans un pays où tout est possible, où tout le monde peut s’élever et où tous les rêves peuvent se réaliser – tout cela grâce aux principes immortels que les fondateurs de notre nation ont inscrits il y a près de deux siècles et demi.

C’est pourquoi nous sommes venus aux Archives Nationales, le lieu sacré de notre mémoire nationale. Dans cette grande salle, nous préservons notre glorieux héritage : la Déclaration d’indépendance, la Constitution, la Déclaration des droits.

En ce jour précis de 1787, nos pères fondateurs ont signé la Constitution à l’Independence Hall de Philadelphie. C’était l’accomplissement de mille ans de civilisation occidentale. Notre Constitution était le produit de siècles de tradition, de sagesse et d’expérience. Aucun document politique n’a fait plus pour faire avancer la condition humaine ou propulser le moteur du progrès.

Nous sommes ici aujourd’hui pour déclarer que nous ne nous soumettrons jamais à la tyrannie. Nous allons réclamer notre histoire et notre pays pour les citoyens de toute race, couleur, religion et croyance.

La fondation de l’Amérique a déclenché une série d’événements imparables qui ont permis d’abolir l’esclavage, de garantir les droits civils, de vaincre le communisme et le fascisme et de construire la nation la plus juste, la plus égale et la plus prospère de l’histoire de l’humanité.

Les récits sur l’Amérique véhiculés par l’extrême-gauche et scandés dans les rues ressemblent étrangement à la propagande anti-américaine de nos adversaires, car les deux groupes veulent voir l’Amérique affaiblie, ridiculisée et totalement diminuée.

La seule voie vers l’unité nationale passe par notre identité commune d’Américains. C’est pourquoi il est si urgent que nous restaurions enfin l’éducation patriotique dans nos écoles.

De Washington à Lincoln, de Jefferson à King, l’Amérique a accueilli certaines des personnes les plus incroyables qui aient jamais vécu. Avec l’aide de tous ceux qui sont ici aujourd’hui, l’héritage de 1776 ne sera jamais effacé. Nos héros ne seront jamais oubliés. Nos jeunes apprendront à aimer l’Amérique de tout leur cœur et de toute leur âme.

Nous préserverons cet héritage précieux pour nos enfants, pour leurs enfants et pour toutes les générations à venir. »


Ce discours n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, mais vous pouvez clairement voir que le président Trump chérit la fondation de notre nation, honore ses fondateurs et révère son héritage. Ceci est pertinent pour ma théorie pour deux raisons. Premièrement, un homme qui ressent cela pour son pays ferait tout ce qu’il peut pour le défendre et le protéger de ceux qui cherchent à le détruire. Deuxièmement, il le ferait d’une manière qui serait justifiée par l’héritage même qu’il essaie de défendre.

La Constitution ne prévoit aucune méthode pour rectifier une élection volée une fois que le collège électoral a certifié ses votes et qu’un nouveau président a été inauguré. Pourtant, tout le monde semble être obsédé par l’idée que nous devons décertifier chaque État au fur et à mesure que les audits sont réalisés. Les audits ont leur rôle à jouer, mais je ne pense pas que ce soit pour décertifier quoi que ce soit.

Nous devons penser plus grand.

Ce que je n’ai vu personne discuter pour le moment, c’est ce qui se passerait si le président Trump rectifiait l’élection volée AVANT que le collège électoral ne certifie ses votes. Le président Trump ne laisserait pas le destin de notre nation à quelque chose qu’il ne pourrait pas contrôler. Il est courageux mais il n’est pas stupide. Une fois qu’il n’est plus président, les options viables qui s’offrent à lui se réduisent considérablement. Nous avons déjà vu des gouverneurs, des juges et des responsables électoraux faire obstruction au processus d’audit. On ne peut pas dire ce qui pourrait encore mal tourner.

Tout laisser dépendre des actions post-électorales des autres comporte beaucoup trop de risques compte tenu de l’enjeu. Donald Trump est trop calculé pour cela. Je crois fermement qu’il a initié la dévolution avant de quitter son poste, il me semble donc logique qu’il ait également cimenté son « retour » avant de quitter son poste. Les deux vont de pair.

​Ma théorie

Entre le 7 décembre (date à laquelle Trump a émis le décret 13961 : Governance and Integration of Federal Mission Resilience – Gouvernance et intégration de la résilience des missions fédérales) et le 6 janvier 2021, le président Donald Trump a utilisé un Presidential Executive Action Document (PEAD – Document d’action exécutive présidentielle) pour suspendre le décompte des votes du collège électoral.

J’ai envisagé qu’il ait pu suspendre complètement la constitution. Nous ne savons pas à quoi cela ressemblerait, mais je pense que cela impliquerait une forme de loi martiale, ce que je ne vois pas actuellement. Le Congrès continue également à voter des lois, ce qui ne serait pas le cas si la Constitution était suspendue. Toute personne qui a été placée frauduleusement au Congrès sera destituée, mais je pense que cela se produira après que le président Trump ait fait sa révélation. C’est pourquoi je pense qu’il a uniquement suspendu le comptage des votes du collège électoral. Il est toujours Président, et nous sommes dans un état de dévolution en ce moment.

Ne vous inquiétez pas, j’ai apporté…

​Des recettes

Ce document du University of Michigan Journal of Law Reform (Journal de la réforme du droit de l’Université du Michigan) contient d’excellentes informations sur les Presidential Executive Action Documents – Documents d’action exécutive présidentielle (PEAD). Il traite également de la Continuité du Gouvernement (COG) et du rôle des PEAD dans la planification de la COG. Si vous vous souvenez de ma troisième partie sur la dévolution, vous savez pourquoi la planification de la COG est importante. Voici une bonne explication des PEADs :

Les déclarations présidentielles d’urgence nationale permettent au président d’utiliser des projets de décrets classifiés pour exercer des pouvoirs peut-être encore plus étendus, connus sous le nom de Documents d’Action d’Urgence Présidentielle ou de Directives d’Action d’Urgence Présidentielle (PEAD). L’Agence Fédérale de Gestion des Urgences (FEMA) définit ces documents comme « projets (f)inaux de messages présidentiels, de proclamations de lois proposées et d’autres documents formels, y compris les pages de garde du Département de la Justice (DOJ) adressées au Président, à publier en cas d’urgence nationale déclarée par le Président. » Ils ont vu le jour dans le cadre de la planification de l’ère Eisenhower pour les procédures de continuité du gouvernement (COG), qui étaient destinées à maintenir les principales opérations gouvernementales pendant et après un échange nucléaire avec l’Union soviétique. Toutefois, les situations dans lesquelles le pouvoir exécutif prévoit d’utiliser ces procédures englobent désormais un large éventail de situations d’urgence nationale déclarées.

L’une des choses les plus intéressantes que j’ai trouvées dans ce document est un échange entre deux membres du Congrès et le colonel Oliver North, qui a eu lieu pendant les audiences sur l’Iran et le Contra en 1987.

Il ne semble pas y avoir de mémorandums accessibles au public décrivant les PEAD plus récents que 1979. Des sources d’information et des témoignages au Congrès indiquent toutefois que des planifications de ce type ont eu lieu tout au long des années Reagan. Un échange remarquable entre les représentants Jack Brooks (élu démocrate du Texas), Daniel Inouye (élu démocrate de Hawaii) et le colonel Oliver North, conspirateur d’Iran-Contra, lors des audiences de 1987 sur Iran-Contra, illustre cette planification continue :

REP. BROOKS : Colonel North, dans le cadre de votre travail au NSC [National Security Council], n’avez-vous pas été chargé, à un moment donné, de travailler sur des plans pour la continuité du gouvernement en cas de catastrophe majeure ? . . .

SEN. [DANIEL] INOUYE : Je crois que cette question touche à un domaine hautement sensible et classifié, alors puis-je vous demander de ne pas l’aborder, Monsieur ?

REP. BROOKS : J’étais particulièrement préoccupé, Monsieur le Président, parce que j’ai lu dans les journaux de Miami, et plusieurs autres, qu’il y avait été élaboré par cette même agence, un plan de secours en cas d’urgence, qui suspendait la constitution américaine. Et j’étais profondément inquiet à ce sujet et je me demandais si c’était le domaine dans lequel il avait travaillé. Je crois que c’est le cas et je voulais obtenir sa confirmation.

Le représentant Brooks faisait référence à un rapport du Miami Herald selon lequel le colonel North et la FEMA ont développé un plan d’urgence secret qui prévoyait de la suspension de la Constitution, la remise du contrôle des États-Unis à la FEMA, la nomination de commandants militaires pour diriger les gouvernements des États et des collectivités locales, et la déclaration de la loi martiale en cas de crise nationale. Le plan ne définissait pas la crise nationale, mais il était entendu qu’il s’agissait d’une guerre nucléaire, d’une dissidence intérieure violente et généralisée ou d’une opposition nationale contre une invasion militaire à l’étranger.

Voici l’article du Miami Herald de 1987 qui a été référencé ci-dessus et une capture d’écran ci-dessous.

MIAMI — Le lieutenant-colonel Oliver North a participé à la rédaction d’un plan en 1982 visant à suspendre la Constitution et à placer le pays sous la loi martiale en cas de crise nationale, selon le Miami Herald.

Le plan, décrit dans un mémo du 30 juin 1982 obtenu par le Herald, était une version révisée des plans d’urgence pour faire face à une guerre nucléaire, une insurrection ou une mobilisation militaire, a rapporté le journal dans ses éditions du dimanche.

Ainsi, en 1982, il y a près de 40 ans, un PEAD a été rédigé pour que le président Reagan suspende la constitution. Les PEAD ont certainement évolué au fil des ans, à mesure que nous avons adapté notre planification de la Continuité du Gouvernement, mais je peux vous assurer que s’il y avait un PEAD pour la suspension de la constitution en 1982, alors il y en avait un pour la suspendre en 2020 et il pourrait tout aussi bien y en avoir un pour suspendre uniquement le vote du collège électoral (ce qui serait une mesure moins drastique que de suspendre complètement la constitution). Vous ne pouvez pas me convaincre que Trump n’avait pas préparé un PEAD pour cette élection volée.

Bien sûr, ils ont organisé un « vote » et une « inauguration » et maintenant Biden est en fonction. Mais rien de tout cela n’était réel ou constitutionnel. C’était une mascarade. Tout comme l’a été toute la « présidence » de Joe. Regardez cette vidéo de 48 secondes du discours de Trump à la CPAC.

Remarquez comment il souligne et même pointe du doigt le « w » et le « h » de white house et déclare que ce sont des lettres minuscules. C’est significatif.

La Maison Blanche prend-elle des majuscules ?

L’utilisation de majuscules pour « maison blanche » dépend de son utilisation en tant que nom propre ou nom commun.
Par exemple, considérez cette phrase pour comprendre quand la majuscule à la maison blanche est utilisée.

Mon frère travaille à la maison blanche.

Cette phrase est très différente de :

Mon frère travaille à la Maison Blanche.

La deuxième phrase avec un « W » et un « H » majuscules signifie que son frère travaille dans un lieu spécifique qui est la résidence du président des États-Unis [LA MAISON BLANCHE]. La première phrase avec un « w » et un « h » minuscules fait référence à une maison blanche quelconque où son frère travaille.

L’une des raisons pour lesquelles l’utilisation de majuscules dans les mots est importante est que le sens d’un mot peut changer de manière significative selon qu’il prend une majuscule ou non. Le fait qu’un nom soit en minuscule ou en majuscule détermine sa fonction dans une phrase.

Trump nous donne une leçon d’anglais en nous disant que Joe Biden n’est pas le président en utilisant les majuscules. Il attire explicitement l’attention sur ce point. Je ne peux pas arriver à une autre conclusion que Trump est toujours le président en émettant une suspension du vote du collège électoral.

Permettez-moi d’approfondir la question.

Rappelez-vous ce que j’ai dit pendant toute la série Dévolution. Nous sommes en guerre. Le Président Trump nous l’a dit lui-même.

Qu’a dit le président Trump ?

S’adressant aux journalistes dans le bureau ovale de la Maison Blanche mercredi, M. Trump a déclaré : « Nous avons subi la pire attaque que nous ayons jamais eue contre notre pays, c’est la pire attaque que nous ayons jamais eue.

« C’est pire que Pearl Harbor, c’est pire que le World Trade Center. Il n’y a jamais eu d’attaque comme celle-là.

« Et cela n’aurait jamais dû se produire. Ça aurait pu être arrêté à la source. Ça aurait pu être arrêté en Chine. Ça aurait dû être arrêté à la source. Et ça ne l’a pas été. »

Il a déclaré que l’attaque était « la pire attaque que nous ayons jamais eue ». « Pire que Pearl Harbor, c’est pire que le World Trade Center ». C’est une déclaration puissante mais tellement importante pour ma théorie. Les deux attaques de Pearl Harbor et du World Trade Center ont eu pour réponse une déclaration de guerre du Congrès, et un Président en guerre est un Président avec une multitude de pouvoirs de guerre.

​Campbell contre Clinton

Campbell contre Clinton, 203 F.3d 19 (D.C. Cir. 2000) était une affaire dans laquelle les membres du Congrès ne pouvaient pas poursuivre le président Bill Clinton pour de prétendues violations de la résolution sur les pouvoirs de guerre dans sa gestion de la guerre en Yougoslavie. C’est certainement un cas intéressant, mais ce qui m’a le plus intrigué, c’est cette opinion concordante du juge Laurence H. Silberman du circuit du D.C. :

Même en supposant qu’un tribunal puisse déterminer ce qu’est une « guerre », il est important de se rappeler que la Constitution accorde au Congrès le pouvoir de déclarer la guerre, ce qui n’est pas nécessairement la même chose que le pouvoir de déterminer si les forces américaines vont combattre dans une guerre. Cette distinction a été établie dans les Prize Cases, 67 U.S. 635 (1862). Dans cette affaire, les requérants contestaient le pouvoir du Président d’imposer un blocus aux États sécessionnistes, un acte de guerre, alors que le Congrès n’avait pas déclaré la guerre à la Confédération. La Cour, tout en reconnaissant que le Président « n’a pas le pouvoir d’initier ou de déclarer une guerre », a observé que « la guerre peut exister sans déclaration de part et d’autre. » Id. à 668. Dans les cas où la guerre est déclarée contre les États-Unis par les actions d’un autre pays, le Président « n’initie pas la guerre, mais est tenu d’accepter le défi sans attendre une autorité législative spéciale ». Id. Fait important, la Cour a clairement indiqué qu’elle ne contesterait pas le Président sur les mesures nécessaires pour repousser une agression étrangère. Le Président seul
doit déterminer quel degré de force la crise exige.


La proclamation du blocus est en soi une preuve officielle et concluante pour la Cour de l’existence d’un état de guerre qui exigeait et autorisait le recours à une telle mesure, dans les circonstances propres à l’affaire.

Si notre élection était attaquée et notre présidence sur le point d’être détournée, le président Trump était tenu par son serment de répondre à la crise avec le degré de force que la crise exigeait.

Pourquoi n’a-t-il rien dit avant de quitter son poste ? Je pense qu’il y a une multitude de raisons. Si vous n’avez pas remarqué, nous semblons approcher d’un point d’ébullition politique. Pensez à toutes les situations différentes qui semblent arriver à leur terme.

  • Résultats de l’audit en Arizona (et d’autres audits en cours)
  • Rapport Durham (lire cet article à ce sujet)
  • Procès des grandes entreprises technologiques (Big Tech)
  • Le transfuge (lire cet article à ce sujet)
  • Les politiques ratées de l’administration Biden (Économie)

Trump a clairement commencé à intensifier ses déclarations publiques et il ne mâche pas ses mots. Trump a quitté son poste et a laissé Biden faire semblant parce que nous, le peuple américain, devions nous réveiller et prendre position contre la corruption qui est devenue le statu quo. Nous avions besoin de voir par nous-mêmes l’infestation qui s’est emparée de notre gouvernement. Pas seulement nous, les républicains MAGA, mais la nation dans son ensemble. Je pense personnellement que lorsque l’audit de l’Arizona sera révélé, le barrage se rompra et Trump annoncera ce qu’il a fait.

​Fermeture

Il existe un article brillant écrit par James M. McPherson intitulé Any Measure Which May Best Subdue The Enemy (Toute mesure qui peut le mieux soumettre l’ennemi). Il explique comment, pendant la guerre de Sécession, Abraham Lincoln s’est arrogé de nombreux pouvoirs présidentiels aujourd’hui spécifiés dans la Constitution des États-Unis. Il vaut la peine d’être lu en entier, mais en voici les grandes lignes. Je sais qu’il y a beaucoup de captures d’écran, mais c’est trop puissant et pertinent pour ne pas être inclus.

Lincoln répondit : « C’est le point sur lequel je doute de l’autorité du Congrès à agir. » Chandler était outragé. Faisant allusion à la Proclamation d’émancipation, il déclara : « Ce n’est pas plus que ce que vous avez fait vous-même » C’est vrai, répond Lincoln, mais « je conçois que je puisse, en cas d’urgence, faire des choses pour des raisons militaires qui ne peuvent être faites constitutionnellement par le Congrès. »

Cette affirmation époustouflante de la prérogative présidentielle laissa Chandler presque sans voix. Cela n’aurait pas dû être le cas. Dès le début de la guerre de Sécession, Lincoln a exercé des pouvoirs sans précédent en tant que commandant en chef. Deux ans avant cette conversation avec Chandler, le président avait déclaré à une délégation d’ecclésiastiques antiesclavagistes de Chicago qu’il pouvait, s’il le jugeait nécessaire, proclamer l’émancipation dans les États confédérés car, « en tant que commandant en chef de l’armée et de la marine, en temps de guerre, je suppose que j’ai le droit de prendre toute mesure susceptible de soumettre au mieux l’ennemi ».

La question de savoir si les mesures qu’il prit outrepassèrent son autorité constitutionnelle fut très débattue à l’époque et l’est encore aujourd’hui. Ce qui reste certain, cependant, c’est que Lincoln a largement étendu les pouvoirs de guerre présidentiels et a établi des précédents invoqués par plusieurs de ses successeurs lors de guerres ultérieures.

L’article II, section 2 de la Constitution stipule simplement que « le Président sera le commandant en chef de l’armée et de la marine des États-Unis, et de la milice des différents États, lorsqu’il sera appelé au service effectif des États-Unis ». Mais la Constitution ne définit pas les fonctions et les pouvoirs du Président en tant que commandant en chef.

Lincoln ne fit pas mystère de ces actions, qu’il justifie par le fait que  » les exigences existantes demandent des mesures immédiates et adéquates pour la protection de la Constitution nationale et de l’Union nationale.  » Un an plus tard, en réponse aux accusations de dictature, Lincoln insista sur le fait qu' »il est devenu nécessaire pour moi de choisir si, en utilisant uniquement les moyens, les agences et les processus existants que le Congrès a prévus, je devais laisser le gouvernement tomber immédiatement en ruine, ou si, en me prévalant des pouvoirs plus larges conférés par la Constitution en cas d’insurrection, je ferais un effort pour le sauver avec tous ses bienfaits pour l’âge actuel et pour la postérité ».

Lincoln n’a pas défini ces « pouvoirs plus larges conférés par la Constitution ». À d’autres moments, cependant, il a cité la clause du commandant en chef et le mandat constitutionnel selon lequel le président « veillera à ce que les lois soient fidèlement exécutées » (article II, section 3). Les présidents ultérieurs ont également invoqué ces dispositions vagues pour justifier des actions exécutives de grande envergure – en s’inspirant parfois des précédents de Lincoln. Lincoln estimait que « grâce à ces mesures et à d’autres mesures similaires prises lors de cette crise [d’avril à mai 1861], dont certaines étaient dépourvues de toute autorité légale, le gouvernement a été sauvé du renversement ». Lincoln avait prêté le serment de « préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis ». Ce devoir plus large l’emporta sur son obligation de tenir compte d’une disposition spécifique moins importante de la Constitution – ou, comme l’a exprimé un constitutionnaliste moderne, Michael Stokes Paulsen, dans un article de la Revue de droit de l’Université de Chicago du printemps 2004, « une partie ne peut pas être suprême sur le tout, au détriment ou à la destruction du tout ».

Lorsque le Congrès se réunit effectivement le 4 juillet, Lincoln envoya un message expliquant ce qu’il a fait et pourquoi. Après avoir résumé les événements qui ont conduit à la mise à feu sur Fort Sumter, le président explique que cette attaque ne lui laisse d’autre choix « que de faire appel à la puissance de guerre du gouvernement ; et ainsi de résister à la force, employée pour sa destruction, par la force, pour sa préservation. » Lincoln avait écrit « puissance militaire » dans la première version mais l’a changé en « puissance de guerre » dans la version finale. On ne sait pas s’il l’a fait parce que « puissance de guerre » semblait plus fort. Plus loin dans le message, il utilisa à nouveau l’expression : il avait employé le « pouvoir de guerre » comme seule alternative à la cession de « l’existence du gouvernement ».

En 1864, nous revenons sur les événements survenus trois ans plus tôt. Lincoln s’est demandé dans une lettre à Albert G. Hodges : « Est-il possible de perdre la nation, et pourtant de préserver la constitution ? En vertu de la loi générale, la vie et les membres doivent être protégés ; pourtant, il faut souvent amputer un membre pour sauver une vie ; mais on ne donne jamais sagement une vie pour sauver un membre. J’ai senti que des mesures, autrement inconstitutionnelles, pourraient devenir légales, en devenant indispensables à la préservation de la constitution, par la préservation de la nation. »

Trump s’est souvent comparé à Lincoln. Cette comparaison ne fera que se renforcer. Tous deux ont fait ce qu’ils devaient faire pour le bien de la nation qu’ils aimaient.

Le meilleur reste à venir

Que Dieu vous bénisse tous !

FIN


Parties

Chapitres