1 000 avocats et 10 000 médecins s’unissent et déposent une plainte contre la fraude du Coronavirus

Un employé des services postaux américains admet avoir jeté des bulletins de vote en octobre 2020
30 mai 2021
La réduction du risque absolu
30 mai 2021

Article original datant du 30/05/21

Des milliers d’avocats et de médecins ont uni leurs forces pour poursuivre les CDC (Centres pour le Contrôle et la prévention des Maladies), l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et le Groupe de Davos (Forum Economique Mondial) pour crimes contre l’humanité.

Humansarefree en a fait état en mars :

Les technocrates qui ont poussé les gouvernements à confiner leurs citoyens doivent-ils être jugés pour crimes contre l’humanité ?

Un éminent avocat allemand, le Dr Reiner Fuellmich, [photo ci-dessous] qui est également autorisé à pratiquer le droit en Amérique, pense que oui. Et il est en train d’organiser une équipe de milliers d’avocats participants qui veulent poursuivre un « deuxième tribunal de Nuremberg » contre un groupe d’élites internationales responsables de ce qu’il appelle le « scandale de la fraude du Corona ».

Reiner Fuellmich

Fuellmich faisait partie de l’équipe juridique qui a remporté un important procès contre le constructeur automobile allemand Volkswagen dans une affaire de 2015 impliquant des convertisseurs catalytiques trafiqués aux États-Unis. Il a également été impliqué dans un procès qui a exposé l’une des plus grandes banques allemandes, Deutsche Bank, comme une entreprise criminelle.

La banque a récemment été condamnée par le ministère américain de la justice à payer 130 millions de dollars pour résoudre des pratiques de corruption comprenant le blanchiment d’argent, la corruption et la fraude entre les années 2009 et 2016.

Fuellmich est autorisé à pratiquer le droit en Allemagne et dans l’État de Californie.

Il estime que les fraudes commises par Volkswagen et la Deutsche Bank ne sont rien en comparaison des dégâts causés par ceux qui ont vendu la crise du Covid-19 comme la pire épidémie virale à frapper le monde depuis plus d’un siècle et l’ont utilisée pour provoquer une panique médiatique, une surenchère gouvernementale et des souffrances humaines à une échelle qui n’a pas encore été entièrement quantifiée.

La vérité se révèle dans les chiffres, a déclaré M. Fuellmich, citant des chiffres qui montrent que le COVID-19 n’a pas provoqué d’augmentation statistiquement significative du nombre de décès en 2020 par rapport aux années précédentes.

Ce groupe d’avocats et de médecins affirme que les tests utilisés pour identifier le COVID-19 étaient défectueux et qu’ils ont été utilisés pour commettre des crimes contre l’humanité.

Fuellmich et son équipe présentent les tests PCR défectueux, et l’ordre donné aux médecins de qualifier tout décès par comorbidité comme un décès Covid, comme une fraude.

Le test PCR n’a jamais été conçu pour détecter des agents pathogènes et son résultat est inexact dans presque 100% des cas à 35 cycles. Tous les tests PCR contrôlés par le CDC sont réglés entre 37 et 45 cycles. Le CDC reconnaît que les tests de plus de 28 cycles ne permettent pas d’obtenir un résultat positif fiable.

Cela invalide plus de 90 % des prétendus cas de « contaminations » par le Covid détectés par l’utilisation de ce test défectueux.

En plus des tests défectueux et des certificats de décès frauduleux, le vaccin « expérimental » lui-même viole l’article 32 de la Convention de Genève.

En vertu de l’article 32 de la Convention de Genève de 1949, « les mutilations et les expériences médicales ou scientifiques qui ne sont pas nécessaires au traitement médical d’une personne protégée » sont interdites.

Le groupe affirme que :

Le vaccin « expérimental » viole les 10 articles du code de Nuremberg, qui prévoient la peine de mort pour ceux qui tentent d’enfreindre ces lois internationales.