20 épisodes exposant la fraude, les illégalités et les irrégularités des élections de 2020

Article original datant du 10/03/22

Les modifications illégales des lois électorales, la récolte des bulletins de vote, le piratage iranien des électeurs font partie des nombreuses irrégularités graves désormais confirmées, ce qui met à mal le récit d’une « élection parfaite« .

Après que l’élection de 2020 s’est terminée avec Joe Biden déclaré vainqueur, l’agence fédérale de cybersécurité a déclaré que c’était un vote parfaitement sécurisé. Des mois plus tard, les procureurs fédéraux ont admis que deux ressortissants iraniens avaient piraté la base de données d’un État et volé l’identité de 100 000 électeurs dans le but d’influencer l’élection.

De même, le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, a déclaré qu’il était « scandaleux » de penser que l’élection de 2020 de son État devait faire l’objet d’une enquête. Maintenant, deux tribunaux distincts ont conclu que les régulateurs électoraux de l’État ont illégalement changé les lois, permettant à des dizaines de milliers de personnes de voter de manière illégale.

Et cette enquête à laquelle Evers a résisté avec tant d’obstination vient de fournir des preuves d’opérations frauduleuses de collecte de votes qui ont exploité les résidents vulnérables des maisons de retraite.

Le responsable des élections de Géorgie exprime de la même manière sa confiance à ce jour dans la déclaration de son État selon laquelle Joe Biden a gagné en 2020, mais il admet maintenant que le plus grand comté de l’État a mené une opération de comptage des votes si dysfonctionnelle que l’État pourrait prendre le contrôle du comté. Il a également lancé une enquête sur une potentielle récolte illégale de bulletins de vote qui, selon lui, pourrait entraîner des poursuites.

Et l’Arizona, l’un des premiers États à passer au vote par correspondance il y a des années, a maintenant entamé un effort urgent pour revenir au vote traditionnel en personne avec des bulletins de vote papier après que des enquêtes aient remis en question plus de 50 000 bulletins de vote émis en novembre 2020 et des dizaines de milliers de vérification de signatures supplémentaires.

Depuis plus d’un an, les démocrates et leurs alliés dans les médias corporatifs ont décrié ce qu’ils appellent le « Gros mensonge » selon lequel l’élection américaine de 2020 a été faussée ou volée. Mais presque chaque semaine maintenant, des révélations émergent que l’élection était, en fait, entachée d’illégalités, d’irrégularités et de mauvaise gestion comme l’ancien président Donald Trump l’a soutenu, laissant une nation qui doute de plus en plus de la fiabilité de son système électoral.

Un récent sondage a révélé que 40 % des Américains ne croient plus à la légitimité du vainqueur de l’une ou l’autre des deux dernières élections présidentielles, un chiffre étonnant pour un pays mondialement considéré comme l’étalon-or des républiques constitutionnelles fondées sur la démocratie.

« Nous avons beaucoup de travail à faire », a déclaré l’ancien secrétaire d’État de l’Ohio, Ken Blackwell, à Just the News mercredi. « Je n’enjolive jamais les choses, car les électeurs sont très mécontents du manque de sécurité de nos bulletins de vote. Et ils sont très préoccupés par le fait que les personnes qui votent sont des personnes qui n’ont pas le droit de vote. Et donc, vous ne pouvez pas avoir un système où les bulletins illégaux annulent le vote des bulletins légaux. »

Les résultats des élections de 2020 ne seront presque certainement pas inversés, quelle que soit l’ampleur des appels à la décertification. Mais l’opportunité de prendre au sérieux les nombreux échecs de la dernière élection pour améliorer la confiance des Américains dans le vote lors des élections de 2022 et 2024 se profile, ont déclaré les experts à Just the News.

« Nous devons nous assurer que nos listes électorales sont propres« , a déclaré Janel Brandtjen, représentante de l’État du Wisconsin, à Just the News. Elle supervise la commission de l’Assemblée sur l’intégrité des élections et a critiqué le gouverneur démocrate Tony Evers pour avoir opposé son veto à une législation destinée à résoudre de nombreux problèmes identifiés dans cet État.

« À ce stade, il n’y a aucun inconvénient à frauder dans le Wisconsin, lorsque vous avez un gouverneur qui met fin à un grand nombre de choses que nous avons pensé dans le passé en tant que républicains et démocrates et qui rendraient une élection équitable et transparente« , a-t-elle ajouté.

Voici 20 des plus importantes révélations mises au jour par Just the News au cours des 15 derniers mois de reportage, avec preuves et liens à l’appui :

  1. Une intrusion étrangère. Les autorités fédérales ont confirmé que deux ressortissants iraniens ont réussi à pirater un système électoral informatique d’un État, à voler 100 000 inscriptions d’électeurs et à utiliser les données pour mener une campagne de cyberintimidation qui a visé des membres du Congrès du Parti Républicain, des responsables de la campagne de Trump et des électeurs démocrates lors de l’élection de novembre 2020, dans l’une des plus grandes intrusions étrangères de l’histoire des élections américaines. Les accusés « faisaient partie d’une conspiration coordonnée dans laquelle les pirates informatiques iraniens cherchaient à saper la foi et la confiance dans l’élection présidentielle américaine« , a déclaré le procureur américain Damian Williams dans un acte d’accusation.
  2. Corruption présumée. L’ancien juge de la Cour suprême de l’État, nommé par la législature du Wisconsin pour enquêter sur les élections de 2020, a conclu que des millions de dollars de dons aux administrateurs électoraux de cinq municipalités à forte proportion de démocrates, provenant du Center for Tech and Civic Life financé par Mark Zuckerberg, ont violé les lois anti-corruption de l’État et corrompu les pratiques électorales en transformant les autorités électorales publiques en militants libéraux de la campagne électorale. Le système CTCL/Zuckerberg 5 financé par Zuckerberg s’est avéré être un moyen efficace d’accomplir l’effort partisan de « faire sortir » les électeurs qu’ils souhaitaient, et ce avec le soutien actif des personnes et de l’institution gouvernementale (WEC) qui étaient censées protéger le processus administratif des élections du Wisconsin des activités partisanes qu’elles facilitaient », a écrit le juge Michael Gableman.
  3. Récolte illégale de bulletins de vote au Wisconsin. M. Gableman a également révélé une vaste opération de collecte de votes, connue sous le nom de « récolte de bulletins« , dans des maisons de retraite, au cours de laquelle des militants tiers ont illégalement recueilli les bulletins de vote de résidents vulnérables, dont certains n’avaient pas la capacité mentale ou physique de voter ou étaient interdits de vote par des accords de tutelle. Les régulateurs électoraux de l’État « ont illégalement ordonné aux greffiers municipaux de ne pas envoyer les adjoints de vote spéciaux légalement requis dans les maisons de retraite, ce qui a eu pour conséquence que de nombreux résidents inscrits des maisons de retraite ont voté à 100% et que de nombreux résidents inéligibles ont voté, malgré une ordonnance de tutelle ou une incapacité », a écrit Gableman dans son rapport explosif.
  4. Sondage sur la récolte des bulletins de vote dans l’Etat de Géorgie. Le secrétaire d’État de Géorgie, Brad Raffensperger, a annoncé qu’il avait ouvert une enquête criminelle sur des allégations selon lesquelles des militants libéraux se seraient livrés à une récolte illégale de bulletins de vote, en collectant des bulletins auprès des électeurs et en les leur remettant en violation de la loi de l’État. M. Raffensperger a déclaré qu’il prévoyait d’émettre des citations à comparaître pour identifier un lanceur d’alerte qui a admis avoir participé à l’opération, et qu’il pourrait y avoir des poursuites. Le groupe d’intégrité électorale True the Vote affirme dans une plainte officielle de l’État que l’homme, identifié comme John Doe, a admis son rôle et a identifié les organisations à but non lucratif qui l’ont financé à 10 $ par bulletin de vote livré. Le groupe de surveillance affirme également qu’il a rassemblé des enregistrements de localisation de téléphones portables permettant d’identifier la récolte présumée par 240 activistes.
  5. Mauvaises signatures d’électeurs ? Un examen des bulletins de vote postaux du comté de Maricopa pour l’élection présidentielle de 2020 en Arizona a estimé que plus de 200 000 bulletins dont les signatures ne correspondaient pas aux fichiers des électeurs ont été comptés sans être examinés, soit plus de huit fois le nombre reconnu par le comté.
  6. 50 000 bulletins de vote de l’Arizona remis en question. Un audit approfondi réalisé par le Sénat de l’Arizona a officiellement remis en question plus de 50 000 bulletins de vote déposés lors de l’élection de 2020, y compris des électeurs qui ont voté depuis des résidences qu’ils avaient quittées. Le décompte en question représente près de cinq fois la marge de la victoire de Joe Biden dans cet État.
  7. Urnes illégales. Un juge du Wisconsin a jugé que l’utilisation généralisée des urnes (de dépôt anticipé, NdT) en 2020 était illégale, et la Cour suprême de l’État a maintenu cette décision. Cela signifie que les boîtes de dépôt ne peuvent pas être utilisées pour les futures élections à partir d’avril. Cela signifie également que des dizaines de milliers de bulletins de vote de l’élection de 2020 ont été déposés illégalement.
  8. Des électeurs étrangers trouvés sur les listes du Texas. Un audit des listes électorales du Texas a permis d’identifier près de 12 000 non-citoyens soupçonnés de s’inscrire illégalement sur les listes électorales et près de 600 cas dans lesquels des bulletins de vote ont pu être déposés au nom d’un résident décédé ou par un électeur qui peut également avoir voté dans un autre État. Les fonctionnaires procèdent actuellement à l’élimination des électeurs étrangers et décident si des poursuites sont justifiées.
  9. Des électeurs étrangers trouvés sur les listes de Géorgie. Un audit du secrétaire d’État de Géorgie a permis d’identifier plus de 2 000 étrangers présumés qui ont tenté de s’inscrire sur les listes électorales de l’État, bien qu’aucun n’ait atteint le stade du vote. Selon M. Raffensperger, des poursuites pourraient être engagées.
  10. Vote par correspondance anticonstitutionnel. La Cour du Commonwealth de Pennsylvanie a conclu que la loi de l’État qui a ouvert la porte au vote par correspondance sans excuse en 2020 était inconstitutionnelle et que le vote par correspondance ne peut être promulgué que par un amendement constitutionnel. « Un amendement constitutionnel doit être présenté au peuple et adopté dans notre loi fondamentale avant qu’une législation autorisant le vote par correspondance sans excuse puisse être inscrite dans nos textes de loi« , a statué la cour. Environ 2,5 millions de personnes ont voté par correspondance en Pennsylvanie en 2020, des votes désormais remis en question par le jugement.
  11. Plus d’électeurs non-citoyens. L’enquête Gableman au Wisconsin a également révélé que des non-citoyens s’étaient inscrits sur les listes électorales de l’État en violation de la loi de l’État. La commission électorale du Wisconsin a omis « d’enregistrer les non-citoyens dans la base de données électorale WisVote, permettant ainsi aux non-citoyens de voter, alors que la loi du Wisconsin exige la citoyenneté pour voter – tout cela en violation de la loi Help America Vote« , a écrit l’enquêteur.
  12. Problèmes de chaîne de possession des bulletins de vote. Le bureau du secrétaire d’État de Géorgie a ouvert une enquête sur le traitement des bulletins de vote déposés en novembre dernier dans l’un des bastions démocrates de l’État, à la suite d’un rapport des médias indiquant qu’il y avait des problèmes avec la documentation de la chaîne de possession dans le comté de DeKalb.
  13. Irrégularités dans le comté de Fulton. Le contrôleur électoral trié sur le volet par l’État de Géorgie pour le comté de Fulton, la plus grande circonscription électorale de l’État, a documenté deux douzaines de pages de mauvaise gestion et d’irrégularités lors du dépouillement des votes à Atlanta en novembre 2020, notamment la double numérisation des bulletins, le transport non sécurisé des bulletins et les violations de la vie privée des électeurs. Ces révélations ont incité l’État à prendre des mesures pour éventuellement mettre le comté de Fulton sous séquestre, habilitant les fonctionnaires de l’État à gérer les élections. La plupart des responsables des élections du comté de Fulton ont quitté leur poste.
  14. Comptage erroné des votes. Le gouverneur de la Géorgie, Brian Kemp, a renvoyé les résultats vérifiés des élections de novembre 2020 dans le comté de Fulton au State Election Board après que de multiples examens aient révélé trois douzaines de problèmes importants dans le comptage des bulletins de vote par correspondance, notamment des comptages en double, des erreurs mathématiques et des données transposées. Le renvoi de Kemp remet en question des centaines de bulletins de vote dans le décompte officiel.
  15. Des listes électorales sales. L’auditeur officiel de l’État du Michigan a découvert que la secrétaire d’État Jocelyn Benson n’a pas respecté la loi électorale de l’État en mettant à jour et en rapprochant correctement la liste des électeurs qualifiés du Michigan. Selon l’audit, cette négligence a augmenté le risque que des électeurs inéligibles déposent des bulletins de vote.
  16. Exemptions illégales d’identification des électeurs. La Cour suprême du Wisconsin a statué que pas moins de 200 000 électeurs ont été autorisés à sauter illégalement l’identification des électeurs pour les bulletins de vote par correspondance en prétendant qu’ils étaient confinés indéfiniment par le COVID alors qu’il n’y avait aucune autorité légale pour le faire. Biden a battu Trump d’environ 20 000 voix dans cet État.
  17. Application inégale des lois électorales. Le Wisconsin Legislative Audit Bureau a identifié plus de 30 problèmes avec l’administration des élections en 2020, y compris des ordres illégaux et une application inégale de la loi et a exhorté les législateurs à apporter des améliorations radicales.
  18. Encore plus de collectes illégales. En Arizona, une demi-douzaine de personnes ont déjà été inculpées de collecte illégale dans le cadre d’une enquête menée par le procureur général Mark Brnovich qui montre des signes d’expansion. Cela intervient après que la Cour suprême des États-Unis ait rejeté les arguments des démocrates et conclu que l’interdiction de la collecte en Arizona était constitutionnelle.
  19. Fraude électorale dans le Michigan. Le Michigan a inculpé trois femmes dans le cadre de fraudes électorales, notamment pour avoir tenté de voter au nom de résidents de maisons de retraite non consentants.
  20. Encore plus de fraude dans les maisons de retraite. Dans le Wisconsin, le shérif du comté de Racine, Christopher Schmaling, a annoncé que ses enquêteurs avaient obtenu la preuve que huit des 42 résidents d’une maison de retraite locale avaient été enregistrés comme votant par correspondance, ce qui, selon leurs familles, n’était pas possible car les résidents ne possédaient pas la capacité cognitive de voter.

Voici une liste de lecture fortement conseillée à toute personne intéressée par les questions susmentionnées :

Ballot Bombshells: 20 episodes exposing fraud, illegalities and irregularities in 2020 election
Illegal rule changes, ballot harvesting, Iranian voter hack are among the many now-confirmed serious irregularities, putting the lie to the "perfect election" narrative.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations