26 des 27 scientifiques du Lancet qui ont réfuté la théorie de la fuite du COVID d’un laboratoire chinois ont des liens avec des chercheurs de Wuhan

Article original datant du 11/09/21

  • La lettre du Lancet publiée en mars 2020 qualifie de « théorie du complot » les affirmations selon lesquelles le Covid-19 serait issu d’un laboratoire.
  • Elle a été signée par 27 scientifiques du monde entier travaillant en virologie et dans d’autres domaines des sciences médicales.
  • Cette lettre, largement diffusée, a mis fin à tout débat sur les origines de la pandémie mondiale de coronavirus.
  • Une enquête du Telegraph a révélé que 26 des 27 scientifiques avaient des liens avec l’Institut de Virologie de Wuhan, en Chine.

Parmi les 27 scientifiques qui ont écrit une lettre dans la revue médicale The Lancet écartant la possibilité que le Covid-19 provienne d’un laboratoire de Wuhan, 26 ont des liens avec ses chercheurs chinois, leurs collègues ou ses bienfaiteurs, a révélé une nouvelle enquête.

Le 7 mars de l’année dernière, l’influente revue a publié la lettre dans laquelle les 27 scientifiques déclaraient « condamner fermement les théories du complot » entourant les origines de la pandémie de coronavirus qui a touché tous les coins du monde.

La lettre a mis un terme à tout débat visant à déterminer si le Covid-19 était d’origine humaine ou s’il avait fuité du laboratoire de Wuhan, la ville chinoise qui a été le point de départ de la propagation du virus.

Of the 27 scientists who wrote a letter in The Lancet medical journal dismissing the possibility that Covid-19 originated from the Wuhan Institute of Virology (pictured), 26 have links to its Chinese researchers, their colleagues or its benefactors, a new investigation has revealed
Sur les 27 scientifiques qui ont écrit une lettre rejetant la possibilité que le Covid-19 provienne de l’Institut de Virologie de Wuhan (photo) dans la revue médicale The Lancet, 26 ont des liens avec ses chercheurs chinois, leurs collègues ou ses bienfaiteurs, a révélé une nouvelle enquête.

Cependant, une enquête menée par le journal The Daily Telegraph sur les signataires a révélé que 26 des 27 avaient un lien quelconque avec l’Institut de Virologie de Wuhan, où la fuite a été suspectée – remettant en question leur impartialité.

Parmi les signataires figurent le Dr Peter Daszak, président britannique d’EcoHealth Alliance, qui a canalisé des fonds vers des recherches controversées menées par l’Institut de Virologie de Wuhan, et le conseiller scientifique du gouvernement britannique, Sir Jeremy Farrar.

Un seul d’entre eux – le Dr Ronald Corley, expert en microbiologie de l’université de Boston – n’a aucun lien avec les financeurs ou les chercheurs de l’institut de Wuhan.

Ci-dessous, le MailOnline examine les signataires nommés par l’enquête du Telegraph – et d’autres personnalités et organisations clés – pour avoir des liens avec l’Institut de Virologie de Wuhan.

Dr Peter Daszak

Zoologiste, EcoHealth Alliance, New York

L’orchestrateur de la lettre, le zoologiste britannique Peter Daszak, était déjà en conflit d’intérêts en tant que président d’EcoHealth Alliance, basée aux États-Unis, qui a financé des recherches à l’Institut de Virologie de Wuhan.

Bien qu’il n’ait déclaré aucun conflit d’intérêts au moment de la rédaction de la lettre, The Lancet a été contraint de publier un addendum à la lettre reconnaissant le lien de Daszak avec EcoHealth Alliance.

The letter played a key role in suppressing early debate on the pandemic's origins, but its credibility has since been questioned after details emerged of the involvement of Peter Daszak (pictured), a major financial backer of the Wuhan Institute of Virology (WIU)
La lettre a joué un rôle clé dans la suppression des premiers débats sur les origines de la pandémie, mais sa crédibilité a été remise en question après l’apparition de détails sur l’implication de Peter Daszak (photo), un important bailleur de fonds de l’Institut de Virologie de Wuhan (WIU).
Chinese virologist Shi Zhengli (left) is seen inside the P4 laboratory in Wuhan, capital of China's Hubei province on February 23, 2017
Le virologue chinois Shi Zhengli (à gauche) est vu à l’intérieur du laboratoire P4 à Wuhan, capitale de la province chinoise du Hubei, le 23 février 2017.

Dans un courriel rendu public grâce à des demandes d’accès à la liberté d’information, M. Daszak aurait révélé le 8 février qu’il avait composé la lettre après avoir été sollicité par « nos collaborateurs » en Chine pour une « preuve de soutien ».

Le Dr Daszak, qui a fait l’objet d’un scandale, a depuis été retiré de la commission Lancet, soutenue par les Nations unies, qui étudie les origines de la pandémie.

Toutefois, le Telegraph a rapporté que cinq autres signataires travaillaient également pour la même organisation. Aucun d’entre eux n’a déclaré son implication.

Parmi ces signataires figurent le Dr William Karesh, expert en maladies infectieuses, et le professeur Hume Field, expert en sciences vétérinaires.

Docteur Jeremy Farrar

Pictured: Dr Jeremy Farrar, tropical medicine expert and SAGE adviser. Also of the Wellcome Trust
Sur la photo : Dr Jeremy Farrar, expert en médecine tropicale et conseiller du SAGE. Également du Wellcome Trust

Expert en médecine tropicale et conseiller du SAGE & The Wellcome Trust, Londres

Le journal a également découvert que trois des signataires appartenaient au Wellcome Trust britannique, qui a déjà financé des recherches à l’Institut de Virologie de Wuhan.

Le signataire, Sir Jeremy Farrar, membre du SAGE (Scientific Advisory Group for Emergencies – Conseil Scientifique aux Urgences) britannique et directeur du Wellcome Trust, a par le passé publié des travaux avec George Gao, directeur du Centre Chinois de Contrôle et de Prévention des Maladies, qu’il a décrit comme « un vieil ami ».

Le Dr Gao, qui a étudié à l’Université d’Oxford, est un ancien assistant de recherche au Wellcome Trust (Fondation caritative). Selon le Telegraph, M. Daszak a affirmé que le Dr Gao avait soutenu sa nomination à l’Académie Nationale des Cciences.

Le scientifique chinois a également des liens avec Shi Zhengli, la scientifique qui est devenue connue sous le nom de « batwoman » en raison de ses recherches sur les coronavirus des chauves-souris à Wuhan. Son équipe a découvert en 2013 un virus qui est le plus proche de Sars-Cov-2 – le virus responsable de la Covid-19 – jamais découvert auparavant.

Deux autres signataires – le Dr Josie Golding et le Professeur Mike Turner – sont connus pour avoir des liens actuels ou passés avec le Wellcome Trust.

Le Dr Golding est le responsable des épidémies au sein du Trust, tandis que le Professeur Turner est un expert en parasitologie à l’Université de Glasgow, et a précédemment travaillé avec le Trust.

George F. Gao, head of China's Center for Diseases Prevention and Control, attends a session at the China Development Forum in Beijing, China March 20, 2021
George F. Gao, chef du Centre Chinois de Prévention et de Contrôle des Maladies, participe à une session du Forum du développement de la Chine à Pékin, en Chine, le 20 mars 2021.

S’exprimant au MailOnline en juin sur la théorie de la fuite de laboratoire, le Dr Farrar a déclaré : « Les origines du Sars-Cov-2 ne sont pas encore certaines – il est possible que l’origine ne soit jamais complètement établie – mais la nature est une force puissante et, à mon avis, le scénario le plus probable est que le virus soit passé de l’animal à l’homme, puis ait évolué chez l’homme. »

« Les meilleures preuves scientifiques disponibles à ce jour vont dans ce sens. Il est très probable qu’il ait franchi la barrière des espèces pour infecter l’homme et s’y adapter à un moment donné en 2019, mais d’autres possibilités ne peuvent être complètement exclues et il est essentiel de garder l’esprit ouvert. »

« Les rumeurs infondées et les théories du complot, souvent alimentées à des fins politiques, n’ont pas leur place ici. »

Professeur Linda Saif

Experte en microbiologie, Université d’État de l’Ohio

L’experte en microbiologie, le professeur Linda Saif, autre signataire, est intervenue lors d’un atelier à Wuhan en mai 2017 aux côtés des docteurs Shi et Gao. L’atelier était en partie organisé par l’Institut de Virologie de Wuhan.

Le niveau de sécurité dans les laboratoires chinois faisait partie des sujets abordés lors de l’atelier, tandis que l’intervention du professeur Saif portait sur les coronavirus animaux.

Professor Linda Saif
Professeur Linda Saif

Le projet mondial de virologie

Deux autres signataires de la lettre du Lancet font partie de l’équipe de direction du Global Virome Project, une organisation dont l’objectif est de détecter et d’identifier 99 % ou plus des menaces virales zoonotiques potentielles.

M. Daszak est le trésorier du Global Virome Project, tandis que le Dr Gao a contribué à son lancement, avec EcoHealth Alliance comme l’un de ses partenaires.

Le projet Global Virome a succédé au projet Predict, qui a découvert plus de 1 000 virus uniques chez les animaux et les humains.

Mais selon le Telegraph, le projet Predict a également financé en partie des travaux controversés menés par des chercheurs de Wuhan sur des coronavirus de chauve-souris, qui ont été modifiés pour voir s’ils pouvaient infecter les humains.

Les fonds pour cette recherche ont été fournis par EcoHealth Alliance.

Professeur John Mackenzie

Professor John Mackenzie
Professeur John Mackenzie

Expert en maladies infectieuses tropicales, Université Curtin, Perth, Australie

Le professeur John Mackenzie, expert en maladies infectieuses tropicales, qui travaille à l’université Curtin de Perth, en Australie, était un autre des signataires.

L’enquête a révélé qu’il n’avait pas révélé qu’il était toujours inscrit sur la liste des membres du comité consultatif scientifique du Centre for Emerging Infectious Diseases (Maladies infectieuses émergentes) de l’institut de Wuhan.

Professeur Kanta Subbarao

Professor Kanta Subbarao Virology expert, The University of Melbourne, Australia
Professeur Kanta Subbarao

Experte en virologie, Université de Melbourne, Australie

Le professeur Kanta Subbarao, autre signataire de l’Université de Melbourne, est intervenue lors d’une conférence sur les maladies émergentes à Wuhan en 2016, qui était organisée en partie par l’Institut de Virologie de Wuhan.

Le professeur Subbarao était encore chef de la section des virus respiratoires émergents du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAD – Institut national des allergies et des maladies infectieuses), basé aux États-Unis.

L’enquête a révélé que cinq autres signataires de la lettre avaient publié des articles avec le professeur Ralph Baric.

Professeur Ralph Baric

Bien que le professeur Baric ait été omis de la liste des signataires, il collaborait avec Shi Zhengli et l’Institut de Virologie de Wuhan, dans le cadre de recherches sur des coronavirus génétiquement manipulés afin de déterminer s’il était possible de les rendre capables d’infecter les humains.

Au début de l’année, des républicains américains ont affirmé que le virus était peut-être génétiquement modifié et ont cité une interview de Baric dans laquelle il déclarait qu’il était possible de créer un virus « sans laisser de trace ».

Pictured: Ralph Baric, researcher and lab leader at North Carolina's Gillings School of Global Public Health, in Chapel Hill, North Carolina, February 14, 2020
Sur la photo : Ralph Baric, chercheur et chef de laboratoire à la Gillings School of Global Public Health de Caroline du Nord, à Chapel Hill (Caroline du Nord), le 14 février 2020.

M. Daszak avait initialement demandé à M. Baric d’ajouter son nom à la lettre. Des courriels échangés entre les deux hommes avant la publication de la lettre dans The Lancet ont récemment été révélés, montrant que les deux hommes avaient décidé de masquer leur association avec l’Institut de Wuhan pour éviter de paraître « intéressés ».

M. Daszak a déclaré au professeur Baric qu’il publierait la lettre de manière à ce qu’elle ne soit pas « liée à notre collaboration afin de maximiser l’indépendance de la voix ».

Professeur Peter Palese

Professor Peter Palese
Professeur Peter Palese

Expert en microbiologie, Icahn School of Medicine, New York

Un certain nombre de signataires de la lettre ont depuis changé de position, certains demandant une enquête complète sur les origines du Covid-19.

S’adressant au MailOnline en juin, le professeur Peter Palese, expert en microbiologie de la Icahn School of Medicine de New York, a déclaré : « Je pense qu’une enquête approfondie sur l’origine du virus Covid-19 est nécessaire.

De nombreuses informations inquiétantes ont fait surface depuis la lettre du Lancet que j’ai signée, et je veux donc que des réponses soient apportées à toutes les questions ».

Interrogé sur la façon dont il a été approché pour signer la lettre et sur les nouvelles informations qui sont apparues, le professeur Palese a refusé de commenter.

Professeur Stanley Perlman

Expert en microbiologie, Université de l’Iowa

Le signataire, le professeur Stanley Perlman, de l’université de l’Iowa, a déclaré au Telegraph : Il est difficile d’éliminer une éventuelle fuite du laboratoire dans le cadre du processus, et il faut donc en tenir compte.

Professeur Charles Calisher

Expert en microbiologie, Université d’État du Colorado

Le professeur Charles Calisher, qui a signé la lettre, l’a minimisée auprès du Telegraph, affirmant que l’intention derrière cette lettre n’a jamais été de suggérer que le Covid-19 pourrait ne pas être d’origine naturelle, mais plutôt qu’il y avait un manque de données pour faire une telle affirmation.

Professeur Charles Calisher

Professeur Stanley Perlman

Professeur Bernard Roizman

Expert en microbiologie, Université de Chicago

Le professeur Bernard Roizman a déclaré au Wall Street Journal en mai que depuis qu’il avait signé la lettre, il était convaincu que le virus mortel avait été libéré par des scientifiques « négligents ».

Dr Ronald Corley

Expert en microbiologie, Institut NEIDL, Boston

Sur les 27 signataires de la lettre du Lancet, le Telegraph a indiqué que pour un seul d’entre eux, il n’a pu trouver aucun lien avec l’Institut de Virologie de Wuhan – le Dr Ronald Corley de l’université de Boston.

Docteur Ronald Corley

Professeur Bernard Roizman

Réagissant aux conclusions de l’enquête, les chercheurs de la théorie de la fuite de laboratoire, qui ont été bloqués et qualifiés de conspirationnistes, ont parlé vendredi de « dissimulation extrême », selon le journal.

Le professeur Richard Ebright, biologiste moléculaire de l’université Rutgers, s’est battu pour découvrir la vérité derrière la pandémie de Covid.

Il a déclaré au Telegraph qu’après l’addendum de juin qui révélait que Daszak avait des liens avec l’institut de Wuhan, les 27 autres signataires ont été invités à déclarer leurs propres intérêts concurrents.

Incroyablement, seul Daszak semble l’avoir fait », a déclaré Ebright au journal.

Les conflits d’intérêts n’ont été signalés pour aucun des 26 autres signataires de la lettre, pas même pour ceux qui avaient des conflits non divulgués manifestement importants, comme les employés d’EcoHealth et les contractants de Predict ».

Angus Dalgleish, professeur d’oncologie à l’Université St Georges de Londres, a prévenu qu’il pourrait être trop tard pour connaître les origines du Covid-19 en raison de ce qu’il a appelé « l’immobilisme », mais il a gardé l’espoir que les preuves « existent ».


LE COVID A-T-IL FUITÉ D’UN LABORATOIRE DE WUHAN ? LES PREUVES POUR ET CONTRE

Des preuves de la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan

Un article paru le 14 mai dans la très respectée revue Science a donné le coup d’envoi du regain d’intérêt pour la théorie de la fuite en laboratoire.

Dix-huit experts ont écrit dans la revue que « nous devons prendre au sérieux les hypothèses concernant les retombées naturelles et en laboratoire jusqu’à ce que nous disposions de suffisamment de données ».

Plus tard dans le mois, une étude réalisée par le professeur britannique Angus Dalgleish et le scientifique norvégien Birger Sørensen affirmait disposer de « preuves prima facie de rétro-ingénierie en Chine » depuis un an.

L’étude comprend des accusations de « destruction, dissimulation ou contamination délibérée de données » dans les laboratoires chinois.

Elle fait suite aux déclarations du directeur général de l’OMS, des États-Unis et de l’Union européenne, selon lesquelles il est nécessaire et possible de faire toute la lumière sur les origines de cette pandémie.

Auparavant, la théorie avait été rejetée comme conspirationniste par la plupart des experts, en partie en raison de son association avec le président Donald Trump.

En mai, le président Joe Biden a ordonné une enquête complète sur l’origine du virus de la pandémie et a demandé aux scientifiques de déterminer si cette théorie était fondée.

La veille, le chef de l’Organisation Mondiale de la Santé avait insisté sur le fait que la théorie selon laquelle le Covid aurait émergé d’un laboratoire de Wuhan n’avait pas été écartée, tout en déclarant que la Chine devait aider à résoudre le mystère par « respect » pour les morts.

Le directeur général de l’organisation, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a laissé entendre que Pékin n’avait pas pleinement coopéré et a appelé à plus de « transparence » dans l’enquête en cours.

Des preuves contre la théorie

Plusieurs autres secteurs de la communauté scientifique continuent de suggérer que le virus ne pourrait être que d’origine naturelle.

Une série d’articles récents indiquent que le virus a évolué chez les animaux avant d’être transmis à l’homme, de la même manière que tous les autres coronavirus découverts précédemment.

La première étude, publiée dans Scientific Reports, a montré que quelque 47 000 animaux sauvages de 38 espèces ont été vendus sur quatre marchés de Wuhan entre mai 2017 et novembre 2019.

Les auteurs, dont le Dr Chris Newman, écologiste évolutionniste à l’Université d’Oxford, ont affirmé que ces preuves montraient que les conditions de transmission de l’animal à l’homme étaient réunies à Wuhan.

Ils ont toutefois reconnu qu’il n’y avait aucune preuve que le virus Sars-CoV-2 était présent ou provenait de l’un de ces animaux.

Une enquête conjointe de l’Organisation Mondiale de la Santé et de la Chine a également conclu qu’il était « très probable » que le virus soit passé de la chauve-souris à l’homme via un animal intermédiaire encore inconnu.

More Lancet letter signatories found to have links to Wuhan
On March 7 last year, the influential Lancet journal published the letter in which the 27 scientists said they 'strongly condemned conspiracy theories' surrounding the origins of Covid-19.

Chapitres