28/01/2022 – Les Nuages…


Un souci pour regarder le live sur notre site ?
Regardez sur OdyseeDLIVE, RumbleTwitch 1Twitch 2Youtube


Les Mémés Contrattaquent

Trouvez d’autres mémés sur notre canal Telegram : Les Mémés Contrattaquent


Il faut sauver le soldat COVID

Ca sent le sapin

Et pour cause…

Lundi, au cours de l’audition de cinq heures du sénateur Ron Johnson sur un « COVID-19 : Second Opinion », l’avocat de l’Ohio Thomas Renz, qui représente des clients poursuivant les mandats de vaccination, a présenté des données de facturation médicale du DOD provenant de la base de données d’épidémiologie médicale de la défense (DMED) qui brosse un tableau choquant et inquiétant de la santé des membres de notre service en 2021.[…]

Dans une déclaration sous peine de parjure que Renz prévoit d’utiliser devant un tribunal fédéral, les docteurs Samuel Sigoloff, Peter Chambers et Theresa Long – trois médecins militaires – ont révélé qu’il y a eu une augmentation de 300% des codes DMED enregistrés pour des fausses couches dans l’armée en 2021 par rapport à la moyenne sur cinq ans. […]

Outre le pic des diagnostics de fausses couches (code CIM O03 pour les avortements spontanés), on observe une augmentation de près de 300 % des diagnostics de cancer (d’une moyenne de 38 700 par an sur cinq ans à 114 645 au cours des 11 premiers mois de 2021). Il y a également eu une augmentation de 1 000 % des codes de diagnostic pour les problèmes neurologiques, qui sont passés d’une moyenne de base de 82 000 à 863 000 ![…]

  • infarctus du myocarde -269% d’augmentation
  • paralysie de Bell – 291 % d’augmentation
  • malformations congénitales (pour les enfants de militaires) – 156 % d’augmentation
  • infertilité féminine – augmentation de 471
  • embolies pulmonaires – augmentation de 467 %.

Et puis y a ça aussi…

Bien que l’on ne sache pas pour l’instant s’il existe un lien entre l’augmentation du financement et l’implication des scientifiques dans l’élaboration du récit public des origines naturelles, ces nouvelles révélations soulèvent une question évidente : Comment se fait-il que parmi les milliers de scientifiques éligibles pour participer au financement tant désiré des onze subventions fournies par la nouvelle initiative CREID de Fauci, dotée de 82 millions de dollars, trois de ceux qui ont été choisis se sont avérés être les mêmes personnes qui avaient ouvert la voie à la promotion du narratif des origines naturelles de Fauci – malgré leurs préoccupations privées quant au fait que le virus avait été créé dans un laboratoire.

ou encore…

Le centième singe…

Un camion et une remorque transportant une centaine de singes sont entrés en collision avec un camion à benne basculante vendredi après-midi sur la route 54, juste à côté de l’Interstate 80, près de Danville, en Pennsylvanie.
En début de semaine, une femme ayant été en contact avec les singes a déclaré qu’elle présentait des symptômes, une conjonctivite et une toux.
En début de semaine, à la suite de l’accident très médiatisé, le CDC a envoyé une lettre sur les précautions à prendre en cas de contact avec des singes. Le CDC demande aux premiers intervenants de se surveiller et de contacter leur médecin s’ils présentent des symptômes.

Pendant ce temps…

Comme nous l’avons expliqué dans des articles précédents, dans le cadre d’un procès visant à obtenir tous les documents sur lesquels la FDA s’est appuyée pour homologuer le vaccin COVID-19 de Pfizer, un juge fédéral a rejeté le rythme de 500 pages par mois demandé par la FDA et lui a ordonné de produire 55 000 pages par mois à partir du 1er mars. […]
À cette fin, [la FDA] a maintenant demandé à la Cour d’obliger le public à attendre jusqu’en mai pour qu’elle commence à produire 55 000 pages par mois et, même alors, elle prétend qu’elle pourrait ne pas être en mesure de respecter ce rythme.
Alors que la FDA tente d’obtenir des mois de délai, devinez qui vient de se manifester dans le procès ? Oui, Pfizer. Et il est représenté par un président et une équipe mondiale d’un cabinet juridique comptant des milliers d’avocats. La facture juridique de Pfizer sera probablement plusieurs fois supérieure à ce qu’il en coûterait à la FDA pour simplement engager une société privée de révision de documents pour examiner, expurger et produire les documents en question. En quelques semaines, voire quelques jours.


Attali a parlé !


On nous ressort de vieilles ficelles de l’antisémitisme

Le texte antisémite Les Protocoles des réunions des sages de Sion est vendu sur les sites web de libraires populaires, ont appris avec indignation les utilisateurs juifs des médias sociaux mardi.
Les principaux libraires en ligne tels que Walmart, Book Depository, Thrift Books, Hudson Books et Barnes & Noble vendent chacun des dizaines de versions des Protocoles des Sages de Sion. Il convient de noter que ces détaillants vendent également une version publiée par Book Tree en 1999, qui suscite l’indignation sur les médias sociaux.

En France aussi

La chaîne BFMTV n’a, pour l’heure, pas réagi à cette polémique.

Ce sujet est devenu tellement polarisant à cause de la paranoïa de certains, qu’aujourd’hui tout est mélangé et le risque d’amalgames dangereux est bien réel… Sauf que plus personne n’y accorde de l’importance. Les véritables antisémites sont ceux qui ont conduit à cette situation, les Merguez, Reichstadt, BHL, etc… car à cause d’eux et de leur paranoïa, ils nous (les DéQodeurs) ont mis dans une position où si on dénonce l’antisémitisme, on se fait traiter pro-sionistes et si on ne le dénonce pas, on nous traite d’antisémites. La complexité n’existe plus et tout est devenu blanc ou noir, créant le parfait contexte pour une tragédie. Ceux qui ont créé cette polarisation et l’amalgame entre complotisme et antisémitisme ont causé des dégâts irréparables et détruit tous les ponts de communication. 

Chez les DéQodeurs, avant de voir la religion, nous voyons l’Humain. Ici, tout le monde est bienvenu, à condition qu’ils partagent les valeurs fondamentales du respect, de la bienveillance, de l’Amour et de la Paix, valeurs qui nous unissent. Parmi nous, il y a des juifs, des musulmans, des chrétiens, des athés, des bouddhistes et on apprend les uns des autres. On condamne toute forme d’amalgame, peu importe qui est visé.


Mobilisation massive aux US et au Canada

Tamara Lich, la principale organisatrice du groupe « Freedom Convoy 2022 », affirme que le convoi est une manifestation pacifique, soulignant qu’elle a travaillé avec les forces de l’ordre pour s’assurer que le convoi se déroule dans le respect de toutes les lois locales.
Lich a noté que si quelqu’un dans le convoi voit quelqu’un agir en dehors de la loi, cette personne doit être signalée à la police immédiatement car elle ne fait pas partie du convoi officiel.

Où se placent les camionneurs dans l’échiquier ?

Regardons ces images avec du recul…

  • Est-ce que les camionneurs sont seuls à manifester ?
  • Pourquoi on parle uniquement des camionneurs ?
  • Qui gagne en cas de rupture de la chaîne d’approvisionnement ?
  • Qui perd ?
  • Qui est preparé et qui ne l’est pas ?
  • Qu’est-ce que le Great Reset ?
  • Comment veulent-ils y parvenir ?

Repondre à ces questions permet de mieux comprendre ce qui se passe et eviter les pièges qui entourent l’evolution de ce qui se passe dans le monde.


USA: Du mouvement sur l’échiquier

1. Kamala Harris se verra offrir le siège de Breyer avant les mid-terms,
2. Hillary Clinton sera nommée vice-présidente,
3. Joe Biden prendra sa retraite,
4. Hillary Clinton deviendra la première femme présidente des États-Unis.
Une réflexion logique est nécessaire.
A) Comment des arrestations peuvent-elles avoir lieu avant d’éliminer la corruption du DOJ et du FBI ?
B) Comment des arrestations peuvent-elles avoir lieu avant d’obtenir une majorité sûre à la COUR SUPRÊME [CONSTITUTION – RÈGLE DE DROIT] ?
C) Quel est le rôle du Sénat ?

Les sénateurs indépendants, Angus King, du Maine, et Bernie Sanders, du Vermont, se joignent aux démocrates.

Les démocrates sont majoritaires grâce au pouvoir de départage de la vice-présidente démocrate Kamala Harris, qui occupe d’office la fonction de présidente du Sénat.

Le sénateur Joe Manchin (D-WV) a déclaré mercredi qu’il n’approuverait pas le candidat du président Joe Biden à la Cour suprême pour remplacer le juge Stephen Breyer.
« Je prends très au sérieux ma responsabilité constitutionnelle de conseiller et de consentir à la nomination d’un candidat à la Cour suprême », a déclaré M. Manchin. « J’ai hâte de rencontrer et d’évaluer les qualifications du candidat désigné par le président Biden pour occuper ce poste vacant à la Cour suprême. »

« Le juge Breyer a servi honorablement notre pays dans la réserve de l’armée, au ministère de la Justice, à la commission judiciaire du Sénat et dans la magistrature fédérale pendant des décennies – dont près de 30 ans à la Cour suprême des États-Unis où il a fidèlement défendu notre Constitution. Je me joins à tous les Arizoniens pour le remercier de son service et de son engagement de toute une vie pour la justice américaine. Comme pour tous les candidats et comme je l’ai fait lors de la nomination à la Cour suprême en 2020, je suis impatiente de remplir mon devoir constitutionnel de donner mon avis et mon consentement en examinant de manière réfléchie le prochain candidat sur la base de trois critères : si le candidat est professionnellement qualifié, s’il croit au rôle d’un pouvoir judiciaire indépendant et si l’on peut lui faire confiance pour interpréter et faire respecter fidèlement la règle de droit. »


Tambours de guerre

Toutefois, l’OTAN semble revenir rapidement sur sa menace d' »option » militaire et sur les déploiements vers l’Europe de l’Est signalés lundi…

BREAKING : la police de Kiev affronte des manifestants anti-taxe devant le Parlement ukrainien aujourd’hui.

 « Tout indique » que le président russe, Vladimir Poutine, « va faire usage de la force militaire à un moment donné, peut-être entre maintenant et mi-février », a lancé mercredi la vice-secrétaire d’Etat, Wendy Sherman.[…]

« Le secrétaire Blinken a souligné les risques mondiaux pour la sécurité et l’économie que poserait une nouvelle agression russe contre l’Ukraine et a indiqué que la désescalade et la diplomatie représentaient le chemin responsable »

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, indique ce jeudi que les Etats-Unis n’ont pas donné de réponse positive à la « principale » revendication russe, à savoir la fin de l’élargissement de l’Otan, en particulier à l’Ukraine. « Il n’y a pas de réponse positive à la question principale » dans les documents reçus par Moscou de la part de Washington. Mais « il y a une réaction qui permet d’espérer le début d’une conversation sérieuse sur des questions secondaires », estime-t-il dans un communiqué.[…]

Dans le même temps, la France renforce sa présence militaire dans les pays les plus à l’est de l’Otan[…]

La poursuite des discussions russo-ukrainiennes début février à Berlin, la capitale allemande, est une « bonne nouvelle ». Cela suggère que la Russie va privilégier la voie diplomatique au moins d’ici là, affirme ce jeudi le chef de la diplomatie ukrainienne. « La bonne nouvelle est que les conseillers ont accepté de se rencontrer à Berlin dans deux semaines, ce qui signifie qu’au moins pour les deux prochaines semaines, la Russie est susceptible de rester sur une voie diplomatique »

Le président, Volodymyr Zelenski, pour sa part, a qualifié de « constructives » les discussions menées à Paris. Il a salué « la volonté de poursuivre des négociations substantielles dans deux semaines à Berlin ».

Lors de son entretien avec Antony Blinken, Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, pour sa part, a défendu ce qu’il qualifie de « préoccupations raisonnables » de la Russie pour sa sécurité. « Nous appelons toutes les parties au calme, à s’abstenir d’accroître les tensions et monter la crise en épingle », est-il écrit dans un communiqué diffusé à la suite de cette discussion de haut rang diplomatique.

Les Etats-Unis ont également assuré jeudi que le gazoduc Nord Stream II cher à Moscou serait mort-né en cas d’invasion russe de l’Ukraine, appelant la Russie à « revenir à la table des négociations »

BREAKING : Le président ukrainien appelle l’Occident à ne pas créer de « panique » face aux tensions avec la Russie. « Nous n’avons pas besoin de cette panique », a déclaré M. Zelensky lors d’une conférence de presse avec les médias étrangers.

La mort des médias mainstream

Dans la dernière démonstration des difficultés auxquelles sont confrontés les médias d’information, un nombre considérable de 58 % des électeurs probables ont déclaré à Rasmussen Reports qu’ils pensaient que les médias étaient « vraiment l’ennemi du peuple », une expression inventée par l’ancien président Donald Trump.


Fraude électorale

La menace de la décertification

L’Assemblée du Wisconsin a voté à l’unanimité par un vote vocal dans une résolution privilégiée pour faire avancer la résolution du représentant Ramthun visant à récupérer les 10 électeurs du Wisconsin pour le président et le vice-président des États-Unis qui ont été certifiés à des fins frauduleuses.
Le vote vocal a été unanime et a été adopté par l’assemblée plus tôt dans la soirée.
La législation va maintenant être transmise au Comité des règles du Wisconsin et au Sénat du Wisconsin.

Le représentant Ramthun vient de tenter de faire passer une résolution de l’Assemblée pour rappeler les électeurs présidentiels du Wisconsin.
Non seulement c’est illégal, mais c’est tout simplement inconstitutionnel.
En tant que président de la commission des règles, il y a ZERO chance que je fasse avancer cette résolution illégale. #EndofStory


Des nouvelles de Durham

Aujourd’hui, l’avocat spécial John Durham a fourni une « mise à jour de ses découvertes » au tribunal dans l’affaire Michael Sussmann. Dans ce document, disponible ici, il a révélé que son équipe a obtenu une énorme quantité d’informations provenant de diverses sources, dont Perkins Coie, la campagne d’Hillary Clinton et l’ancien avocat du DNC (Comité National Démocrate) /Clinton, Mark Elias.
[…]
Il y a aussi un curieux paragraphe discutant du fait que Durham, en janvier 2022 – a appris de l’inspecteur général du département de la justice qu’ils possédaient « deux téléphones portables du FBI de l’ancien avocat général du FBI à qui le défendeur a fait sa prétendue fausse déclaration, ainsi que des rapports judiciaires analysant ces téléphones portables. » L’équipe de Durham examine actuellement ces téléphones portables pour en analyser le contenu.
[…]
Tout cela nous amène à penser que Durham se concentre sur quelque chose de plus important que les fausses allégations d’Alfa Bank – peut-être le point de départ de tout cela : l’allégation de piratage russe. Comme nous l’avons déjà dit, envisagez la possibilité que les preuves de « piratage russe » aient été placées par le DNC, Perkins Coie, et autres… pour que Crowdstrike les « trouve » commodément.

L’hypothèse de Brian Cates

Perkins Coie n’était pas seulement l’intermédiaire pour cacher la piste de l’argent entre le QG de la campagne d’Hillary Clinton pour la présidence et Fusion GPS alors qu’il entreprenait de créer de faux canulars Russie/Trump. Perkins Coie servait également d’intermédiaire pour cacher la coordination entre certains responsables au sein du FBI et de la campagne de Clinton pour cibler des opposants sur la base de fuites pour des enquêtes fédérales qui reposaient sur de fausses « preuves » que le FBI savait que les agents payés de Clinton avaient eux-mêmes fabriquées.
Hillary Clinton et les membres de sa campagne ne comptaient pas seulement sur le privilège avocat/client pour dissimuler l’argent qu’ils versaient à Fusion GPS pour créer le dossier Steele. La campagne Clinton ne comptait pas seulement sur l’utilisation du secret professionnel pour cacher leurs communications avec les avocats de Perkins Coie, Sussmann & Elias, concernant la création et le financement du canular de l’Alfa Bank. Cela va plus loin.
La campagne d’Hillary Clinton utilisait également le privilège avocat/client pour cacher la coordination directe de la campagne Clinton avec certaines personnes du FBI. Lorsqu’il s’agissait d’inventer des fuites contre Trump et ses associés, puis de coordonner la diffusion des faux canulars Trump/Russie, la campagne Clinton supervisait tout des DEUX BOUTS. Ils ne se contentaient pas de recevoir des mises à jour régulières de Sussmann et Elias de Perkins Coie, ou de Christopher Steele et Glenn Simpson de Fusion GPS. Ils étaient en communication régulière avec leurs collaborateurs du FBI. Seulement, ils utilisaient les avocats de Perkins Coie comme intermédiaires afin de pouvoir utiliser le privilège avocat/client pour protéger ce qu’ils faisaient du monde extérieur.

Un petit détail qui pourrait avoir son importance

Extrait de l’article de Cleveland : « Vers la fin de la mise à jour de 19 pages de l’avocat spécial sur la découverte et la demande d’extension est venu le cinquième point à retenir : quelque chose d’étrange se passe au Bureau de l’Inspecteur Général.

Selon le dépôt d’hier, le 17 décembre 2021, l’OIG a fourni au bureau de l’avocat spécial un rapport médico-légal écrit concernant une « affaire cybernétique » dont Sussmann avait parlé à un agent spécial de l’OIG. Plus précisément, début 2017, Sussmann a dit à l’agent de l’OIG qu’un de ses « clients avait observé que l’ordinateur d’un employé spécifique de l’OIG était « vu publiquement » dans le « trafic Internet » et se connectait à un réseau privé virtuel dans un pays étranger ».

Lorsque le bureau de l’OIG a fourni à l’équipe de Durham le « rapport d’expertise », il a déclaré « qu’il n’avait « aucun autre dossier ou autre documentation » concernant cette cyberaffaire ».

Cependant, il y a une semaine, les avocats de Sussmann ont informé l’équipe de Durham que Sussmann avait, en fait, personnellement rencontré l’inspecteur général du DOJ en mars 2017, lorsqu’il a transmis le tuyau sur la connexion de l’employé de l’OIG à un VPN étranger. Alors que Sussmann n’avait pas communiqué le nom de son client à l’OIG à l’époque, ses avocats ont informé la semaine dernière l’équipe de Durham que c’était Tech Executive-1, c’est-à-dire Joffe, qui avait découvert que l’ordinateur de l’employé de l’OIG était connecté à un VPN dans un pays étranger.

En apprenant cette nouvelle, l’équipe de Durham a rapidement recontacté l’OIG et a appris, pour la première fois, que Sussmann avait rencontré à la fois l’inspecteur général et son avocat général de l’époque en mars 2017 au sujet de la cyberaffaire décrite ci-dessus. Depuis lors, y compris au cours du week-end dernier, l’OIG a fourni au bureau de l’avocat spécial d’autres documents relatifs à cette réunion. »


Petits messages à l’attention des patriotes

source
source

Propagande spirituelle et Grand Réveil !

Quelque chose m’a traversé l’ésprit en regardant ces deux films…

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations