Affaire Durham : On fait le point

Cette semaine, une étape majeure a été franchie, puisque le mystérieux John Durham est enfin apparu publiquement dans le cadre du procès de Michael Sussmann.

Durham, Sussmann, de quoi on parle ici?

Les différents acteurs qui sont impliqués dans cette affaire ont été largement couverts par le passé sur le site des DéQodeurs, et le but de cet article n’est pas de retourner dans un tel niveau de détail. Néanmoins, si les noms de Sussmann et de Durham vous sont totalement étrangers, je vous invite à consulter cette Pilule Rouge pour vous faire une idée plus précise de toute cette affaire:

Le procès de Sussmann

Le procès de Michael Sussmann a donc commence ce lundi 16 Mai 2022 et est donc actuellement en cours. Il est essentiel de se rappeler que toutes les déclarations effectuées au cours de ce procès sont faites sous serment.

Ce qu’on lui reproche

Dans sa plaidoirie d’ouverture mardi matin, l’équipe du procureur spécial John Durham a allégué que l’ancien avocat de la campagne Clinton, Michael Sussmann, a utilisé le FBI comme « UN OUTIL POLITIQUE » pour « MANIPULER » le bureau à la veille de l’élection présidentielle de 2016 afin de créer une « surprise d’octobre » contre le candidat de l’époque, Donald Trump, un plan qui a « largement réussi » jusqu’à ce qu’ils se fassent prendre !

Dans l’épisode précédent

Au dernier live, nous avons mentionné que Rodney Joffe (Tech Executive-1) avait déja été employé par le FBI mais qu’il avait été licencié pour faute grave (fired for cause) .

[…] Joffe avait été renvoyé pour cause en tant que source confidentielle du FBI, ce qui signifie qu’il avait fait une très mauvaise chose et que le FBI s’était dissocié de lui.
Et d’après ce que je peux discerner des rapports dans la salle d’audience, la déduction est que Joffe a été licencié en tant que source confidentielle avant que Sussmann ne fasse son approche à Baker le 19 septembre 2016.
Cela implique que si Baker et le FBI avaient su que cette affaire d’Alfa Bank venait de Joffe, cela aurait déclenché des signaux d’alarme et le FBI n’aurait peut-être pas accepté l’information d’Alfa Bank.

Fusion GPS et le privilège client-avocat

Dans les quelques jours qui ont précédé le début du procès, l’attention était focalisée sur quelques 1400 emails que la défense (Michael Sussmann) refusaient de fournir sous prétexte qu’ils étaient couverts par le privilège client-avocat.

Problème : la société Fusion GPS n’est absolument pas une société impliquée dans le droit. Tout le débat de ces derniers jours a porté sur la nature des services pour lesquels Fusion GPS avait été employée.

Lors de son témoignage, Marc Elias a déclaré qu’il a fait appel à la compagnie Fusion GPS pour des services de recherche et d’investigation. Aucune mention n’a été faite de quelconque service juridique. Qui plus est, le témoignage de Elias vient en contradiction directe avec les déclarations signées de John Podesta et de Robby Mook.

Toute cette affaire contre Sussmann et la raison pour laquelle il est poursuivi en premier pourraient avoir à voir avec une stratégie de Durham visant à éliminer complètement les fausses revendications de privilège des avocats et des clients que ses cibles ont l’intention d’essayer de l’enterrer au cours des deux ou trois prochaines années.
[…]
Rappelez-vous, Fusion retient toujours plus de 1 400 documents soumis aux assignations du grand jury fédéral parce que Fusion et ses clients HFA, DNC, Joffe/GT prétendent que ces communications sont remplies de conseils juridiques et de conseils en matière de litiges que Fusion était censé dispenser.
Que se passe-t-il si Elias fait sauter ce subterfuge avec son témoignage d’aujourd’hui ?

En ce moment, John Podesta et Robby Mook [respectivement directeur et manager de la campagne HRC 2016] doivent être en train de chier des briques.
Ils ont offert des déclarations signées au juge Cooper selon lesquelles Fusion a été engagé pour fournir des conseils juridiques à HFA/DNC et qu’ils ont donc vigoureusement fait valoir leurs droits au privilège avocat/client pour protéger les 1 400 documents de Fusion en suspens contre le conseil spécial de Durham et son grand jury fédéral qui a émis des assignations à comparaître.
Il est impossible que Podesta et Mook offrent ces déclarations signées au tribunal s’ils savaient à l’avance que Elias allait directement contredire leurs déclarations à la barre sous serment.

Le témoignage de Marc Elias

Suite au témoignage de Marc Elias, la défense a déposé une requête pour radiation, ou, alternativement, une annulation de procès:

LOL LOL LOL Sussmann a demandé aujourd’hui que des parties importantes du témoignage de Marc Elias soient rayées du dossier et a également demandé l’annulation du procès.
Bon sang de bonsoir.
L’équipe de défense de Sussmann soutient que le juge Cooper doit supprimer certaines parties du témoignage de Marc Elias comme étant « non pertinentes et préjudiciables », interdire toute référence ultérieure au témoignage d’Elias au cours du procès, mais ce n’est pas tout.
Ils poursuivent en demandant au juge d’autoriser la défense à publier une transcription du témoignage révisé d’Elias à l’intention du jury.
En 30 ans de couverture des affaires judiciaires, je n’ai jamais entendu parler d’une telle chose.
« Ce type a témoigné de la mauvaise façon, il a dit des choses qu’il n’aurait pas dû, donc nous voulons que cela soit rayé du dossier, juge ! Et puis nous avons une transcription préparée de ce que le témoin DEVRAIT avoir témoigné que nous voulons donner au jury. »

Le témoignage de Baker

Michael a commencé à expliquer pourquoi il était là. Il a dit qu’il ne comparaissait pas devant moi au nom d’un client particulier […].
Je suis sûr à 100% qu’il a dit ça lors de la rencontre.

James Baker (source)

Sussmann : Jim – C’est Michael Sussmann. J’ai besoin de discuter d’une question sensible en termes de temps (et sensible tout court). Êtes-vous disponible pour une courte réunion demain ? Je viens de mon propre chef – pas au nom d’un client ou d’une entreprise – je veux aider le Bureau. Merci.
[…]
Baker : 14h00 dans mon bureau ? Avez-vous un badge ou avez-vous besoin d’aide pour entrer dans le bâtiment ?
Sussmann : J’ai un badge.

Couverture médiatique

La question que tout le monde se pose : Est-ce que ça va aboutir?

On vient de révéler dans le procès Sussmann que le juge est marié à l’avocate de l’un des deux « amants », Lisa Page, et que le procureur général Merrick Garland a présidé leur mariage. Truqué !

Pas moins de trois donateurs d’Hillary Clinton – dont un qui a également soutenu la représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez – figurent parmi les jurés potentiels du procès de l’ancien avocat de la campagne Clinton, Michael Sussmann.

Le juge Cooper a rejeté la demande des procureurs de retirer le juré n°5 du panel parce que sa fille et celle de Sussmann font partie de la même équipe. #SussmannTrial

Pensez-y logiquement.
Le seul moyen est l’armée. (source)

Dernière minute!!!

Mook a déclaré avoir été informé pour la première fois des allégations par Mark Elias, conseiller général de la campagne Clinton, à l’automne 2016. Après des discussions au sein de la campagne, il en a discuté avec le président de la campagne John Podesta et « avec Hilary également ».

2016 Le directeur de la campagne Clinton Robby Mook confirme que #Hillary Clinton a approuvé la publication des allégations de Trump-Alfa Bank. Après le OK, « mon souvenir est que c’est un employé de la campagne encore anonyme… avec notre département de presse » qui a contacté les médias.

Vous avez tout à fait raison. Ce tweet est un canular de la campagne Clinton pour lequel l’avocat de la campagne fait l’objet d’un procès pénal.

Sources

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations