Biden lance la révision de la prison de Guantanamo et vise à la fermer avant de quitter ses fonctions

L’avocat de Trump : « Ma maison a été attaquée », « Toute ma famille, mon entreprise, mon cabinet sont actuellement en état de siège ».
14 février 2021
Le coup d’État au Myanmar destitue le chef de la Banque Centrale, alarmant les financiers du monde entier
15 février 2021

Les collaborateurs du président Joe Biden ont lancé un examen officiel de la prison militaire américaine de Guantanamo Bay à Cuba, reprenant l’objectif de l’ère Obama de fermer cette installation controversée avant qu’il ne quitte ses fonctions, a déclaré la Maison Blanche vendredi.

Les collaborateurs impliqués dans les discussions internes envisagent une action exécutive qui sera signée par Biden dans les semaines ou les mois à venir, ont déclaré à Reuters deux personnes connaissant bien le sujet, signalant un nouvel effort pour supprimer ce que les défenseurs des droits de l’homme ont appelé une tache sur l’image globale de l’Amérique.

A la question de savoir si Biden fermerait la prison de haute sécurité située à la station navale de Guantanamo d’ici la fin de sa présidence, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a répondu aux journalistes : « C’est certainement notre objectif et notre intention. »

Mais il est peu probable qu’une telle initiative fasse tomber de sitôt le rideau sur l’installation offshore, en grande partie à cause des obstacles politiques et juridiques abrupts qui ont également contrarié les efforts de son ex-patron, l’ancien président Barack Obama, pour la fermer.

Créée pour héberger des suspects étrangers à la suite des attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington, la prison en est venue à symboliser les excès de la « guerre contre le terrorisme » menée par les États-Unis en raison de méthodes d’interrogatoire très dures qui, selon les critiques, équivalent à de la torture.

« Nous entreprenons un processus de NSC pour évaluer l’état actuel des choses dont l’administration Biden a hérité de l’administration précédente, en accord avec notre objectif plus large de fermer Guantanamo », a déclaré à Reuters la porte-parole du Conseil national de sécurité, Emily Horne, qui a été la première à signaler que l’examen était en cours.

« Le NSC (National Security Council  – Conseil de sécurité nationale) travaillera en étroite collaboration avec les ministères de la défense, de l’État et de la justice pour progresser vers la fermeture des installations du Guantánamo, et également en étroite consultation avec le Congrès », a-t-elle ajouté.

L’impact immédiat d’une nouvelle approche pourrait être de rétablir, sous une forme ou une autre, la politique de fermeture de Guantanamo d’Obama, qui a été inversée par Donald Trump dès son entrée en fonction en 2017.

Trump a maintenu la prison ouverte pendant ses quatre années à la Maison Blanche. Aujourd’hui, il reste 40 prisonniers, dont la plupart sont détenus depuis près de deux décennies sans être inculpés ni jugés.

Lors de la campagne de 2020, M. Biden a déclaré qu’il continuait à soutenir la fermeture du centre de détention mais n’a pas dit comment il allait s’y prendre.

Il n’est pas non plus évident de savoir si la prochaine action de l’exécutif de Biden sera spécifique à ses plans pour la prison, qui détient des suspects dans les attaques du 11 septembre parmi sa population de détenus.

« C’est un développement encourageant et bienvenu », a déclaré Scott Roehm, directeur du groupe de défense des droits des victimes de la torture à Washington. « Le processus doit avancer rapidement. »

REMPLIR L’«ÉQUIPE GUANTÁNAMO» DE BIDEN

Signalant que les délibérations n’en sont qu’à leur début, M. Horne a déclaré qu' »un certain nombre de rôles politiques clés doivent encore être remplis », notamment au sein des ministères de la défense, du Département d’Etat (ministère des Affaires étrangères) et de la justice. « Nous devons avoir les bonnes personnes autour de la table pour faire ce travail important », a-t-elle déclaré.

M. Biden, qui a été vice-président de M. Obama, peut s’attendre à devoir faire face aux mêmes obstacles que ceux rencontrés par son ancien patron.

Ouverte sous le président George W. Bush, la prison a atteint un pic de 800 détenus avant de commencer à se réduire. Obama a encore réduit ce nombre, mais ses efforts pour fermer la prison ont été largement contrecarrés par l’opposition républicaine au Congrès.

La loi interdit toujours au gouvernement fédéral de transférer des détenus dans des prisons situées sur le continent américain. Même si son propre parti démocrate contrôle maintenant le Congrès, leurs majorités sont si minces que Biden aurait du mal à obtenir des changements législatifs car certains démocrates pourraient également s’y opposer.

Selon les personnes qui connaissent bien le dossier, une nouvelle stratégie pour Guantanamo devrait, dans un premier temps, viser à réduire davantage le nombre de prisonniers en les rapatriant ou en trouvant d’autres pays pour les accueillir.

Cela pourrait également signifier le rétablissement d’un poste d’envoyé du Département d’Etat pour la fermeture de Guantanamo, créé par Obama mais supprimé par Trump, pour reprendre les négociations avec d’autres gouvernements sur les transferts de détenus, selon les sources.

En outre, le Pentagone pourrait relancer un processus d’examen des dossiers des prisonniers, de type libération conditionnelle, afin de déterminer s’ils représentent toujours une menace, ont indiqué les sources.

Néanmoins, tout plan de fermeture pourrait être initialement entravé par la pandémie de coronavirus, rendant le transfert de prisonniers peu probable pour l’instant.

Un peu plus de trois semaines après son entrée en fonction, l’administration Biden n’a pas fait de Guantanamo l’une de ses premières priorités alors qu’elle est aux prises avec la pandémie et ses retombées économiques. Obama a fait de la fermeture de Guantanamo l’un de ses premiers décrets en 2009, mais n’a pas réussi à le faire d’ici la fin de son second mandat.

« Je suis heureuse d’entendre que la nouvelle administration va revoir sa politique en vue de la fermeture de Guantanamo, mais il est inquiétant qu’elle arrive si tard dans la partie », a déclaré Andrea Prasow, directrice adjointe de Human Rights Watch à Washington.

La fermeture de l’établissement a été une demande des démocrates progressistes dont le soutien a aidé Biden à gagner la Maison Blanche.

L’existence continue de la prison, selon les critiques, rappelle les pratiques de détention qui ont ouvert les États-Unis aux accusations de torture.

En privé, les responsables administratifs expriment leur scepticisme quant à l’obtention du soutien dont ils auront besoin de la part du Congrès.

La déclaration du secrétaire à la défense Lloyd Austin lors de son audition de confirmation en janvier dernier, selon laquelle la nouvelle administration chercherait à obtenir la fermeture de Guantanamo, a donné lieu à une lettre de rebellion signée par sept membres de la Chambre républicaine, tous des vétérans de l’armée.

« Si nous libérons ces détenus de Guantánamo, ils deviendront des rockstars dans le monde extrémiste islamiste, ce qui constituera une menace encore plus grande pour l’Amérique et le monde », a tweeté le représentant américain Mike Waltz, l’un des signataires.

Parmi les prisonniers qui restent, neuf ont été accusés ou condamnés par des commissions militaires. Le plus connu est Khalid Sheikh Mohammed, le cerveau accusé du 11 septembre. Une vingtaine d’entre eux n’ont pas été inculpés mais ont été jugés trop dangereux pour être relâchés.

Six détenus ont déjà été libérés par un panel gouvernemental mais restent emprisonnés sans aucun arrangement pour leur transfert.