Biden menace de sanctions contre la Birmanie après le coup d’État militaire

Les terroristes « Black Lives Matter » nommés pour le prix Nobel de la paix après avoir causé 2 milliards de dollars de dommages lors des émeutes de 2020
1 février 2021
Lorsque le loup accuse l’agneau
1 février 2021

WASHINGTON (AP) – Le président Joe Biden a menacé lundi de nouvelles sanctions contre le Myanmar (Birmanie) après le coup d’État militaire et l’arrestation des dirigeants civils du gouvernement, dont la lauréate du prix Nobel Aung San Suu Kyi.

Biden a assailli l’armée du pays pour ce coup d’Etat, le qualifiant d' »attaque directe contre la transition du pays vers la démocratie et l’Etat de droit ». Le coup d’État au Myanmar, également connu sous le nom de Birmanie, a également été fermement condamné au niveau international.

« Les États-Unis ont levé les sanctions contre la Birmanie au cours de la dernière décennie sur la base des progrès réalisés vers la démocratie », a déclaré M. Biden dans une déclaration. « L’annulation de ces progrès nécessitera un examen immédiat de nos lois et autorités en matière de sanctions, suivi d’une action appropriée. Les États-Unis défendront la démocratie partout où elle est attaquée ».

Le Myanmar est un projet occidental de promotion de la démocratie depuis des décennies et a été le symbole d’un certain succès. Mais ces dernières années, on s’inquiète de plus en plus de son retour à l’autoritarisme. La déception est grande à l’égard de Suu Kyi, l’ancien chef de l’opposition, notamment en ce qui concerne sa résistance à la répression des musulmans rohingyas dans l’ouest du pays.

Le Myanmar émergeait de décennies de régime militaire strict et d’isolement international qui avaient commencé en 1962. Les événements de lundi ont été une chute choquante du pouvoir pour Suu Kyi, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1991 pour son travail de promotion de la démocratie et des droits de l’homme.

Elle avait vécu en résidence surveillée pendant des années alors qu’elle tentait de pousser son pays vers la démocratie, puis en était devenue le leader de facto après la victoire de sa Ligue nationale pour la démocratie aux élections de 2015.