Big Pharma prépare déjà des vaccins pour la prochaine pandémie mondiale

Article original datant du 25/05/21

Maintenant que Pfizer et Moderna ont démontré à quel point une entreprise de vaccins peut être rentable lors d’une pandémie mondiale, les entreprises pharmaceutiques du monde entier se préparent à une résurgence du COVID-19 mutant, ou peut-être d’un nouveau virus, le Dr Anthony Fauci et d’autres reconnaissant que le SRAS-CoV-2 pourrait avoir fuité d’un laboratoire chinois au lieu d’émerger dans la nature.

Dans un rapport publié lundi, Bloomberg a souligné les efforts de GlaxoSmithKline, qui investit dans son activité de vaccins afin de devancer la prochaine pandémie, tout en continuant à développer la prochaine génération de vaccins COVID-19 (puisque ses capacités de production internationales pourraient lui donner un avantage pour répondre aux besoins des pays en développement).

C’est la dernière indication en date que le soutien du Président Biden à une proposition de l’OMC – l’Organisation Mondiale du Commerce (World Trade Organization – WTO) visant à lever les protections de la propriété intellectuelle pour les vaccins COVID n’est qu’un vœu pieux, et que l’industrie pharmaceutique fera tout ce qui est en son (considérable) pouvoir pour l’arrêter.

Qui plus est, GSK (GlaxoSmithKline) est en pourparlers avec le gouvernement britannique pour délocaliser une plus grande partie de ses capacités de développement et de recherche en matière de vaccins, en plus de la production, selon le responsable des vaccins de la société, Roger Connor. Ces laboratoires seront équipés de « technologies vaccinales permettant de s’attaquer aux virus mortels du futur, a-t-il déclaré dans une interview ». Actuellement, les principaux centres de R&D de Glaxo dans le domaine des vaccins sont basés en Belgique, en Italie et aux États-Unis.

« Lorsque chaque gouvernement fera son bilan après cette pandémie, il commencera à penser à la fabrication sur son propre territoire, ou du moins dans sa propre région », a déclaré M. Connor. Nous voulons « créer une capacité de fabrication et de développement de vaccins à l’intérieur des pays pour l’avenir ».

GSK et ses bailleurs de fonds spéculatifs, dont Elliott Management de Paul Singer, sont en train de se séparer de la division santé grand public de la société l’année prochaine et de laisser ses branches biopharmaceutique et vaccins, des activités que Connor décrit comme les « joyaux de la couronne » de la société.

Que la prochaine pandémie soit la grippe aviaire ou le virus Ebola, M. Connor pense que GSK sera prête : « Nous disposons de l’une des plus vastes plates-formes technologiques de tous les fabricants de vaccins », a-t-il déclaré. Pour se préparer à une future pandémie, « il faut pouvoir produire des produits conditionnés ou non, avoir le choix de la technologie, disposer d’un moteur de recherche et de développement très bien relié au monde universitaire et à la surveillance de l’évolution des virus par les pouvoirs publics, et GSK apporte tous ces éléments ».

Bien entendu, le meilleur scénario pour GSK serait que les essais actuels du vaccin COVID aboutissent à une approbation d’ici la fin de l’année, ce qui lui laisserait tout le temps d’exploiter l’énorme marché international pour la prochaine génération de vaccins. Il faudrait une proposition de renonciation à la propriété intellectuelle pour que les vaccins échouent.

GSK et son partenaire Sanofi prévoient de lancer des essais avancés sur plus de 37 000 personnes dans les semaines à venir, avec plusieurs formulations du vaccin pour mieux protéger contre des variants tels que ceux découverts pour la première fois en Afrique du Sud et en Inde. Les études se dérouleront principalement en dehors des États-Unis et se concentreront sur des zones géographiques présentant des taux de contamination plus élevés afin de donner « toutes les chances de réussite à l’essai », a déclaré M. Connor.

« Oui, il y a d’autres personnes qui gagnent plus avec le Covid à court terme », a déclaré M. Connor. « Cependant, lorsque nous regardons l’ensemble du portefeuille, l’innovation et les actifs actuels dont nous disposons, nous pensons qu’ils sont plus forts que n’importe qui et légèrement sous-estimés à l’heure actuelle. »

Même avant le COVID, les revenus de la société tirés des vaccins étaient en hausse, ayant augmenté de 50 % sur une période de quatre ans. Le vaccin contre le zona, Shingrix, est l’un des produits les plus importants de la société, et M. Connor affirme que d’autres produits phares sont en préparation, notamment les vaccins contre le virus respiratoire syncytial destinés aux personnes âgées et aux femmes enceintes, qui font l’objet d’essais avancés.

En résumé, quiconque cherche à investir dans une société bien positionnée pour combattre la prochaine pandémie devrait s’intéresser à GSK.

Big Pharma Is Already Preparing Vaccines For The Next Global Pandemic
ZeroHedge - On a long enough timeline, the survival rate for everyone drops to zero

Chapitres