Certains gels hydroalcooliques utilisés pour lutter contre la COVID-19 sont cancérigènes

Article original datant du 24/03/21

Certains désinfectants pour les mains très répandus que les consommateurs américains se sont arrachés l’année dernière pour se prémunir contre les contaminations du coronavirus contiennent des niveaux élevés d’un produit chimique connu pour être cancérigène, selon l’analyse d’un laboratoire de tests.

Selon Valisure, une pharmacie en ligne basée à New Haven, dans le Connecticut, qui teste la qualité et la cohérence des produits, un assortiment de nettoyants pour les mains qui ont envahi le marché après la pénurie des produits de base dans les points de vente, contient des niveaux élevés de benzène.

Le benzène est cancérigène, selon le ministère américain de la santé et des services sociaux. Le service de recherche sur le cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé le classe dans la catégorie de risque la plus élevée, au même titre que l’amiante.

Valisure a analysé 260 bouteilles de 168 marques et découvert que 17 % des échantillons contenaient des niveaux détectables de benzène. Vingt et un flacons, soit 8 %, contenaient un taux de benzène supérieur à deux unités par million, une limite temporaire fixée par la FDA (Food and Drug Administration – Administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) pour les désinfectants liquides pour les mains afin de réduire la pénurie de produits.

Ce niveau « peut être toléré pendant une période relativement courte », a déclaré la FDA en juin. Quinze marques étaient représentées parmi les 21 flacons présentant les niveaux de contamination les plus élevés. Les échantillons provenaient des rayons de magasins proches de son siège social et de ses points de traitement des ventes en ligne, a précisé Valisure.

Exhortés par les politiciens et les responsables de la santé à se laver les mains, les consommateurs ont rapidement épuisé les stocks de marques connues telles que Purell et Suave. Si ces marques, comme la plupart de celles qui ont été testées, ne contenaient pas de niveaux dangereux de benzène, de nombreux nouveaux produits en contenaient, selon Valisure. Certains de ces désinfectants contaminés ont été découverts en vente sur Amazon et Target.

La plupart des désinfectants pour les mains que Valisure a recensés et testés étaient des gels. Les résultats des tests de la pharmacie ont été vérifiés par le Chemical and Biophysical Instrumentation Center de l’université de Yale et par Boston Analytical, un laboratoire privé. Mercredi, Valisure a demandé à la Food and Drug Administration de prendre des mesures concernant les produits contaminés.

« Ces découvertes sont alarmantes et révèlent un risque potentiel sérieux pour la santé publique », a déclaré Valisure dans une pétition signée par le président-directeur général David Light et d’autres dirigeants. La pharmacie a précédemment découvert des niveaux élevés d’autres substances cancérigènes dans des composants de médicaments fabriqués à l’étranger pour le marché américain.

On ne sait pas exactement comment le benzène s’est retrouvé dans les produits. Il a pu être introduit au cours du processus de fabrication lors de la purification de l’alcool qui tue les germes, a déclaré Valisure.

Parmi les nettoyants pour les mains les plus contaminés figurent les produits de Artnaturals, Scentsational Soaps and Candles, The Creme Shop et un flacon à thème de « Bébé Yoda » de Best Brands Consumer Products. Chacun a commencé à vendre les nettoyants testés par Valisure en avril ou mai 2020, selon les dossiers de la FDA. Un désinfectant d’Artnaturals contenait le taux de benzène le plus élevé parmi ceux échantillonnés, à 16 unités par million.

En début de journée aux États-Unis, les fabricants et détaillants contactés pour obtenir des commentaires n’avaient toujours pas répondu aux appels et courriels. Walt Disney Co., qui diffuse la série « The Mandalorian » dans laquelle apparaît le personnage du Bébé Yoda, n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire.

Le benzène a été lié à certains cancers du sang, comme les leucémies. La fumée de cigarette représente environ la moitié de l’exposition au benzène aux États-Unis, selon l’American Cancer Society (Société américaine contre le cancer). Les travailleurs de certaines industries chimiques courent le risque d’être exposés à cette substance, qui est utilisée pour fabriquer des plastiques et du caoutchouc.

Le National Institute for Occupational Safety and Health (Institut national pour la sécurité et la santé au travail) indique que l’absorption cutanée et l’ingestion sont également possibles. En 1990, un responsable local de l’environnement en Caroline du Nord a découvert du benzène dans des bouteilles d’eau Perrier, ce qui a conduit la société à procéder à un rappel massif et à interrompre la distribution dans 120 pays. La société a repris la mise en bouteille peu après que le problème ait été identifié et résolu.

En janvier, la FDA a bloqué l’importation de certains produits en provenance du Mexique après avoir découvert que beaucoup d’entre eux contenaient du méthanol, une forme d’alcool toxique pour l’homme. La plupart des produits dont Valisure a découvert qu’ils contenaient des niveaux élevés de benzène étaient fabriqués en Chine ou aux États-Unis.

L’analyse a également découvert des niveaux élevés de méthanol dans les désinfectants pour les mains. L’un des produits Scentsational testé pour ses niveaux élevés de benzène contenait 14 fois la limite de méthanol, qui est de 630 parties par million. Les désinfectants pour les mains à base d’alcool ne doivent généralement pas contenir de méthanol ; ils sont habituellement fabriqués avec de l’éthanol, ou de l’alcool de grain, qui est également utilisé dans certaines boissons.

M. Light de Valisure a déclaré qu’il avait d’abord trouvé risible l’idée qu’un dangereux agent cancérigène comme le benzène puisse se trouver dans les nettoyants pour les mains, mais il est maintenant heureux que le directeur scientifique Kaury Kucera ait insisté pour que des tests soient effectués. Les désinfectants ont pu être contaminés par le benzène parce que celui-ci est parfois utilisé pour la purification de l’alcool, a déclaré M. Valisure.

Alors que le benzène devrait être éliminé lors des dernières étapes de la fabrication, après la purification de l’alcool, il se peut qu’il ne l’ait pas été, a ajouté M. Valisure. Le gel hydroalcoolique pour les mains est également fabriqué en ajoutant une poudre appelée carbomère, souvent fabriquée avec du benzène, pour créer une viscosité, a indiqué la pharmacie.

Une société d’analyse a découvert que certains désinfectants pour les mains achetés pendant la pandémie contenaient des niveaux élevés de benzène, un produit chimique connu pour être cancérigène.

On a également découvert que des médicaments contenaient des substances cancérigènes qui n’ont pas été correctement éliminées par lavage au cours du processus de fabrication ou qui se sont formées plus tard, lorsque les médicaments sont restés sur les étagères. Les contaminants comprennent la NDMA, ou N-Nitrosodiméthylamine, un cancérogène probable qui a été découvert dans des pilules pour la pression artérielle en 2018, ce qui a conduit à des rappels.

Valisure a ensuite détecté de la NDMA dans le médicament contre les brûlures d’estomac Zantac et ses formes génériques, ainsi que dans la metformine, un traitement contre le diabète, ce qui a entraîné d’autres actions. La FDA a finalement exigé que le Zantac et sa forme générique, la ranitidine, soient retirés du marché aux États-Unis. Quelque deux douzaines de sociétés vendaient alors des versions génériques du médicament approuvées par la FDA.

En 2019, Valisure a également identifié des niveaux élevés d’un cancérogène probable appelé DMF, ou diméthylformamide, dans les médicaments pour la pression artérielle. Le DMF est un solvant utilisé au cours des premières étapes de la fabrication des médicaments qui est censé être éliminé par lavage du produit final. La FDA examine de plus près les fabricants d’ingrédients qui pourraient utiliser du DMF.

Le benzène est le troisième produit chimique cancérigène et le plus dangereux que la pharmacie a contribué à mettre en évidence dans les tests de produits.

Some hand sanitizers used to fight COVID-19 found to be tainted with cancer-causing chemical
An assortment of hand sanitizers that flooded the market during the coronavirus crisis contain high levels of benzene, according to Valisure, an online pharmacy. Valisure analyzed 260 bottles from 168 brands and found 17% contained detectable levels of benzene.

Chapitres