Déclaration de Donald Trump à propos du comite sur le 6 janvier, les élections, etc

Introduction

Notre nation SOUFFRE. Notre économie est au niveau du caniveau. L’inflation est galopante. Le prix de l’essence a atteint un niveau record. Les navires sont incapables de décharger leurs cargaisons. Les familles ne peuvent pas obtenir le lait maternisé dont elles ont besoin. Nous sommes une source de ridicule dans le monde entier. Notre retrait d’Afghanistan a été un désastre qui nous a coûté le précieux sang américain et a donné à notre ennemi 85 milliards de dollars du meilleur équipement militaire au monde.

Des millions et des millions de clandestins se dirigent vers la frontière et envahissent notre pays. Nous avons une Maison Blanche en pagaille, avec les Démocrates, juste cette semaine, déclarant que Biden est inapte à se représenter aux élections. Et sur quoi le Congrès démocrate se concentre-t-il ? Une Cour Kangourou, espérant détourner l’attention du peuple américain de la grande douleur qu’il éprouve.

Dix-sept mois après les événements du 6 janvier, les démocrates sont incapables d’offrir des solutions. Ils cherchent désespérément à changer le récit d’une nation défaillante, sans même faire mention des ravages et des morts causés par la gauche radicale quelques mois auparavant. Ne vous y trompez pas, ils contrôlent le gouvernement. Ce désastre leur appartient. Ils espèrent que ces auditions modifieront d’une manière ou d’une autre leurs perspectives d’échec.

Un certain démocrate a dit un jour, « C’est l’économie, idiot ». Eh bien, les démocrates semblent maintenant penser que les Américains sont « stupides ». « Ils ne le sont pas. L’Amérique s’effondre, et les démocrates n’ont pas de solutions. Notre nation n’a aucun espoir de changement pour le mieux sous la direction des Démocrates. Les gens sont désespérés. Plutôt que de résoudre les problèmes, les démocrates ressassent l’histoire dans l’espoir de changer le récit. Pendant mon mandat, notre nation était prospère, notre économie était forte et le prix de l’essence était très bas. Par-dessus tout, nous étions respectés, peut-être comme jamais auparavant. L’Amérique a prospéré sous l’administration Trump.

L’enquête fictive

Le comité « Unselect » du 6 janvier fait honte à tout ce que nous tenons pour sacré dans notre Constitution. S’ils avaient de vraies preuves, ils tiendraient de vraies audiences avec une représentation égale. Ils n’en ont pas, alors ils utilisent le comité illégalement constitué pour faire un spectacle de fumée et de miroirs pour le peuple américain, dans un effort pitoyable de dernière chance pour tromper le public américain… encore une fois.

Notre Constitution protège le droit de confronter les accusateurs, honore le droit à un procès équitable et considère le droit à une représentation légale comme primordial dans notre système judiciaire. Une représentation égale et la possibilité d’offrir des preuves réfutables sont fondamentales dans notre processus juridique. Le Comité a anéanti ces droits et se moque de la justice. Il a refusé de permettre à ses adversaires politiques de participer à ce processus, et a exclu tous les témoins à décharge, ainsi que toute personne pouvant facilement mettre en évidence les failles de son histoire.

Les témoins MAGA (Pro Donald Trump, NdT) ont été interrogés à huis clos et ont reçu l’ordre de ne pas enregistrer leur propre témoignage. Les membres de mon personnel, mes amis, mes partisans, mes bénévoles, mes donateurs, ont été soumis à des heures et des heures d’inquisition – souvent sans rapport avec le 6 janvier. Leur vie même a été bouleversée pour des raisons évidentes. On leur a dit que c’était une affaire en cours et toute reproduction de l’interrogatoire serait considérée comme une tentative d’interférence dans l’enquête. Ils ont été bâillonnés, menacés et, dans certains cas, ruinés.

Pourtant, la pseudo-commission « Unselect » s’est coordonnée avec ses marionnettes médiatiques pour diffuser ses témoins à la télévision nationale sans aucune opposition, contre-interrogatoire ou contre-preuve. Le public américain a le droit de connaître la vérité et de voir tous les témoins, mais ces fonctionnaires corrompus essaient de gaver le public avec leur spectacle secondaire politiquement opportun.

De quoi ont peur les membres de ce « Comité » traître ? Pourquoi ne peuvent-ils pas laisser l’opinion contraire s’exprimer ? Pourquoi cachent-ils des preuves au public et ne montrent-ils que les informations qui favorisent les histoires à dormir debout des démocrates ? Ils ont peur de perdre le fil, car leurs adversaires politiques pourraient facilement montrer que la commission ment à la nation et prive les Américains de leur pouvoir légitime.

Les démocrates ont créé le récit du 6 janvier pour détourner l’attention d’une vérité beaucoup plus grande et plus importante : l’élection de 2020 a été truquée et volée. Les politiciens des deux partis, mais surtout les démocrates, ont travaillé en collaboration avec les élitistes des entreprises pour priver les Américains de leur droit d’élire leurs propres dirigeants. Pour ce faire, les fonctionnaires corrompus ont violé les lois de leur propre État.

La séparation des pouvoirs a pour but de s’assurer qu’aucun fonctionnaire ne devienne un dictateur en accordant le pouvoir de faire des lois au pouvoir législatif et celui de les exécuter au pouvoir exécutif. Aucun bureau ne doit avoir un pouvoir total. Il doit être séparé entre différents bureaux. En 2020, la séparation des pouvoirs est passée à la trappe. La branche exécutive de l’État, tant dans les États rouges que dans les États bleus, a décidé d’ignorer complètement les lois de l’État, d’inventer ses propres règles et de les exécuter. En d’autres termes, ils sont devenus les petits dictateurs que notre Constitution a été conçue pour empêcher.

Ils ont illégalement gonflé les listes d’électeurs, ont illégalement autorisé la récolte et le bourrage des urnes, ont abusé de l’utilisation des bulletins de vote par correspondance, ont physiquement éloigné les républicains des installations de comptage, ont abusé des personnes âgées dans les maisons de retraite, ont soudoyé les fonctionnaires électoraux avec des dons, ont arrêté le comptage le soir des élections, ont donné aux démocrates trois jours supplémentaires pour récolter les bulletins de vote, et ont exigé que le peuple américain croie que c’était légitime.

Toute cette mascarade du comité de non-sélection est une tentative effrontée de détourner l’attention du public de la vérité. La vérité est que les Américains se sont rendus à Washington, D.C. en grand nombre (mais rarement révélé par la presse), le 6 janvier 2021, pour tenir leurs élus responsables des signes évidents d’activité criminelle tout au long de l’élection. Ceux qui sont censés être des fonctionnaires utilisent le pouvoir du gouvernement contre le peuple qui leur a confié ce pouvoir. Nous avons été trahis.

Étant donné que la commission Unselect refuse d’autoriser ses opposants politiques à participer aux auditions, le public n’entendra probablement pas les nombreux patriotes qui contredisent les mensonges diffusés – du moins pas lors de ces auditions. Tout ceci n’est qu’une tentative ridicule et traître de dissimuler le fait que les démocrates ont truqué l’élection et qu’ils siphonnent les libertés et le pouvoir des Américains pour leur propre bénéfice.

Sans la possibilité d’avoir une représentation politique, juridique ou de témoin de la part des conservateurs dans ce tribunal Kangourou (En anglais, un tribunal kangourou est un tribunal qui ignore les normes reconnues de droit ou de justice, qui n’a que peu ou pas de statut officiel dans le territoire où il réside et qui est généralement convoqué seulement pour le besoin pour lequel il a été institué, NdT), c’est aux patriotes américains de s’armer d’informations. Cette audience ne porte pas sur le 6 janvier, mais sur le 3 novembre, et voici ce qui s’est passé.

L’arrêt du comptage

Le soir de l’élection, l’Amérique a vu mon avance grandir sur Joe Biden, alors que je m’apprêtais à remporter une nouvelle victoire. Au matin du 4 novembre, le lendemain de l’élection, je menais par 700 000 voix en Pennsylvanie,1 300 000 dans le Michigan,2 et des centaines de milliers en Géorgie, en Arizona et dans le Wisconsin.3 Ensuite, les mêmes « petits dictateurs » qui ont détruit la séparation des pouvoirs ont pris la décision traîtresse d’arrêter le comptage.4 Ces mêmes États, qui avaient compté des millions de bulletins en une seule journée, ont dû arrêter le comptage afin de compter quelques centaines de milliers de bulletins au cours des quatre jours suivants pour annoncer le résultat de l’élection le 7 novembre .5

Pourquoi faudrait-il quatre jours de plus pour compter quelques centaines de milliers de votes alors qu’ils en avaient compté des millions en un jour ? Ils avaient besoin de temps pour trafiquer les bulletins de vote et manipuler le résultat de l’élection. Le Marais était tellement déterminé à garder sa mainmise sur le pouvoir qu’il a retardé les résultats de l’élection afin de pouvoir trouver, fabriquer ou produire plus de bulletins de vote, après avoir su combien il lui en fallait pour me battre. Ils ont triché ! Il n’y a pas d’explication raisonnable à la raison pour laquelle il a fallu tant de temps pour compter les quelques bulletins restants par rapport aux millions du jour de l’élection – si ce n’est qu’ils avaient besoin de faire circuler plus de bulletins, et qu’il a fallu quatre jours pour produire les bulletins et le faire. Ils n’auraient pas pu le faire sans un système élaboré de trafic de bulletins.

Trafic de bulletins de vote

Les très respectés membres de True the Vote, Catherine Engelbrecht et Gregg Phillips, ont montré à la nation à quoi ressemble exactement le système de trafic illégal de bulletins de vote des Démocrates. Ils ont passé des années à enquêter sur les crimes électoraux, et leur travail acharné a fourni à l’Amérique la preuve indiscutable que tant de gens attendaient. True the Vote a coopéré avec Dinesh D’Souza pour produire le documentaire à succès 2000 Mules, qui fournit des preuves vidéo du système de trafic de bulletins de vote créé par les démocrates.

Engelbrecht et Phillips ont utilisé les données de géo-localisation qu’ils ont achetées pour isoler et identifier les mules potentielles. Comme les mules, dans ce contexte, les mules sont des personnes payées pour transporter illégalement les bulletins de vote des organisations à but non lucratif et les déposer dans les urnes. Les critères de recherche qu’ils ont utilisés étaient d’isoler les données des téléphones portables qui avaient été auprès d’au moins 10 urnes, tout en visitant au moins cinq organisations à but non lucratif identifiées pendant une période de deux semaines.6

Il n’y a aucune raison légitime pour qu’une personne se rende dans 10 urnes ou plus. Pourquoi quelqu’un aurait-il besoin de voter 10 fois ? Ajoutez à cela l’idée que ces mêmes personnes se rendent également dans les bureaux d’organisations libérales à but non lucratif au cours de la même période.

Au moins un lanceur d’alerte de l’une des organisations à but non lucratif de Yuma s’est manifesté et a confirmé que ces organisations agissent comme des plaques tournantes du trafic pour les mules qui viennent chercher les bulletins de vote pour les déposer dans les boîtes de dépôt.7 Une femme en Arizona a déjà plaidé coupable à un crime de classe 6 pour avoir participé à ce trafic de bulletins.8 Et les démocrates bénéficient de déductions fiscales pour ce comportement !

True the Vote et les forces de l’ordre locales disposent de la vidéosurveillance montrant les mules déposant de nombreux bulletins dans l’urne de dépôt, ce qui confirme les données de géo-localisation qu’Engelbrecht et Phillips avaient recueillies. Ce sont les mêmes preuves de surveillance que le FBI a utilisées pour identifier les manifestants du 6 janvier. 9 En fait, le FBI a utilisé ce même type de preuves dans 45 des affaires criminelles contre les manifestants du 6 janvier.10

Pourtant, les médias malhonnêtes mettent en avant des experts pour dire à l’Amérique que les preuves de True the Vote ne sont pas fiables11. Ce sont exactement les mêmes preuves que le FBI a utilisées contre les manifestants du 6 janvier ! Comment les preuves peuvent-elles être un outil indispensable pour identifier les manifestants du 6 janvier, mais lorsqu’elles sont appliquées aux trafiquants de bulletins de vote, la science n’est pas fiable et pas précise ? L’hypocrisie est étouffante ! Le marais a montré jusqu’où il est prêt à aller pour tromper le public américain afin de conserver son emprise sur le pouvoir. Heureusement, les Américains assument la responsabilité de ce qu’ils croient, et ne croient tout simplement plus à cette histoire.

La vérité est, selon Joe Biden, que le Marais a créé « l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus complète de l’histoire de la politique américaine »,12 et qu’elle est centrée sur le trafic de bulletins de vote.

Les mathématiques

L’opération de collecte illégale des bulletins de vote est une insulte au processus démocratique, mais le comble, c’est que les médias nous servent l’argument bidon selon lequel cette élection est la plus sûre de l’histoire des États-Unis. C’est de la foutaise ! Les données nous montrent à quel point le système était compromis. Les calculs nous montrent que cela a changé le résultat de l’élection.

Si l’on considère uniquement les trafiquants connus identifiés par Engelbrecht et Phillips, les 2000 mules, nous savons qu’ils ont effectué en moyenne 38 visites d’urnes de dépôt, avec une moyenne de cinq bulletins par boîte.13 Cela fait un total de 380 000 bulletins illégaux insérés dans l’élection via les urnes de dépôt. Nous savons également qu’ils ont ciblé des comtés spécifiques afin d’influencer le résultat de l’élection. Beaucoup de ces comtés n’étaient séparés que par quelques milliers de voix.

D’après les données, la Géorgie comptait 250 mules, soit 24 urnes de dépôt contenant chacune cinq bulletins de vote, pour un total de 30 000 bulletins illégaux.14 La marge de victoire en Géorgie n’était que de 11 779, ce qui signifie que le trafic de bulletins aurait à lui seul changé le résultat de l’État. Il y a eu beaucoup d’autres activités suspectes en Géorgie, mais le trafic, à lui seul, a été suffisant pour changer le résultat. Les 16 grands électeurs de Géorgie n’auraient pas dû aller à Biden.

Une histoire similaire s’est produite en Arizona. Deux cents mules identifiées ont déposé en moyenne 20 boîtes de dépôt et cinq bulletins chacune15. Cela représente un minimum de 20 000 bulletins de vote illégaux. La marge de victoire dans le seul Arizona a été de 10 457, ce qui signifie que le trafic de bulletins a suffi à faire basculer l’État. Les 11 votes électoraux de l’Arizona n’auraient pas dû aller à Biden.

True the Vote a identifié 1 100 mules rien qu’à Philadelphie, chacune ayant en moyenne 50 urnes de dépôt et cinq bulletins par boîte. Cela représente 275 000 votes illégaux. La marge de victoire en Pennsylvanie n’était que de 80 555, ce qui signifie que le système de trafic de bulletins de vote à Philadelphie seulement était suffisant pour faire basculer tout le Commonwealth de Pennsylvanie. Les 20 votes électoraux du Commonwealth n’auraient pas dû aller à Biden.

Ces trois États montrent que le système de trafic illégal de bulletins de vote a suffi à lui seul à changer le résultat de l’élection. Mais qu’en est-il des autres États ?

Dans le Michigan, 500 mules ont été identifiées, avec une moyenne de 50 visites d’urnes et cinq bulletins par visite, pour une récolte totale de 125 000 bulletins.16 La marge de victoire de Biden dans le Michigan était de 154 188. Cela signifie que le système de récolte des bulletins a, au minimum, réduit les résultats de sorte que les agents électoraux n’ont eu besoin de fabriquer qu’un peu plus de 29 000 votes à l’échelle de l’État. Nous avons tous vu les citoyens de Detroit protester devant le centre TCF17, parce que les républicains étaient exclus du processus dans l’une des régions les plus corrompues du pays18. Que faisaient-ils à l’intérieur ? Ont-ils jeté les bulletins républicains ? Ont-ils imprimé de nouveaux bulletins Biden ? Personne n’a été autorisé à enquêter dans le Michigan.

Engelbrecht et Phillips ont identifié 100 mules dans le Wisconsin qui avaient visité en moyenne 28 urnes de dépôt et cinq bulletins par boîte19. Ça fait 14 000 votes illégaux. La marge de victoire était de 20 682. Il ne reste donc que 6 000 voix que les démocrates peuvent compenser en ajoutant des voix de Biden ou des voix d’autres personnes en écartant les votes de Trump. Nous savons que les démocrates ont fraudé en utilisant les votes des personnes âgées dans les maisons de retraite, ce qui aurait pu facilement générer plus de 6 000 votes illégaux20, probablement plus. Ils ont dû tricher de multiples façons pour voler le Wisconsin, mais les preuves de tricherie dépassent de plusieurs milliers de voix la marge de victoire dans le Wisconsin.

Avec seulement la Géorgie, l’Arizona et la Pennsylvanie, et il y en avait d’autres, le vote du collège électoral aurait été Trump 279 contre Biden 259. Mais ils ont triché. Et maintenant, regardez où nous en sommes en tant que pays !

Mais s’il y en avait plus

Et si les critères de True the Vote pour identifier les mules étaient trop conservateurs ? Plutôt que d’utiliser l’exigence d’identifier une personne qui s’est rendue à 10 urnes de dépôt avec cinq visites ou plus à des organismes sans but lucratif libéraux, que se passerait-il s’ils cherchaient des personnes qui se sont rendues à cinq urnes de dépôt ? Il est très improbable que quelqu’un doive se rendre dans cinq urnes de dépôt tout en visitant des organisations à but non lucratif dans le même laps de temps. Les données sont étonnantes ! Au lieu de 2000 mules, le nombre passe à 54 000 mules21 ! Et si l’on élargissait encore plus la recherche ? Les chiffres deviennent astronomiques, et les résultats seraient une victoire écrasante pour Trump. Tout cela est enregistré en direct par le gouvernement.

Si l’on poursuit l’estimation prudente de seulement trois bulletins par mule avec 54 000 mules, les chiffres atteignent des sommets. Dans le Wisconsin, 83 565 votes illégaux ont été trafiqués, soit plus de quatre fois la marge de victoire22. En Géorgie, 92 670 votes illégaux ont été trafiqués, soit plus de huit fois la marge de victoire23. En Pennsylvanie, 209 505 votes ont été trafiqués, soit plus du double de la marge de victoire24. Dans le Michigan, 226 590 votes ont été trafiqués, soit des dizaines de milliers de votes de plus que la marge de victoire25. En Arizona, 207 435 votes ont été trafiqués, soit près de 20 fois la marge de victoire26 . En utilisant ce calcul légèrement moins conservateur, associé aux données de géolocalisation, les mêmes que celles utilisées par les forces de l’ordre, j’ai remporté de manière décisive tous les États contestés. Le nombre final de grands électeurs aurait dû être Trump 305 contre Biden 23327.

Il est également très probable que True the Vote n’a pas découvert 100% des mules, ce qui fait que les chiffres sont beaucoup plus importants, et qu’il y avait beaucoup plus de mules que nous ne le pensons. Ce n’était pas une élection serrée.

Défier les probabilités

Il y a 19 comtés aux États-Unis qui ont voté pour le candidat présidentiel gagnant depuis 1980, ils sont connus sous le nom de comtés « bellwether28. J’ai gagné 18 des 19 comtés bellwether29. Dix-huit des 19 comtés qui votent systématiquement pour le candidat gagnant ont voté pour moi, et pourtant nous sommes censés croire que Joe Biden a gagné l’élection ?

Joe Biden, un candidat qui n’a jamais quitté son sous-sol pour faire campagne et qui ne sait pas parler sans téléprompteur, a surpassé Barack Obama et Hillary Clinton lors de leurs deux élections à fort résultat30. Joe Biden a même surpassé Obama dans les communautés noires, mais seulement dans les États clés. N’est-ce pas incroyable ? C’est impossible.

Le sous-sol Biden a obtenu plus de voix qu’Obama dans le comté de Fulton, Géorgie (Atlanta) par 131 733 (53%), et dans le comté de Wayne, Michigan (Detroit) par 1 917 (0,3%)31, qui sont les deux plus grandes populations noires des États-Unis32. M. Biden a également obtenu plus de voix que la campagne d’Obama en 2012 dans le comté de Cobb, en Géorgie, par 89 321 voix (52 %)33, et dans le comté d’Oakland, au Michigan, par 85 093 voix (24,4%)34 . Soit un grand nombre d’électeurs noirs américains s’identifient davantage à Joe Biden qu’à Barack Obama, soit les démocrates volent les votes des Noirs – et nous connaissons tous la réponse à cette question.

Apparemment, Joe Biden est deux fois plus populaire en Arizona que Barack Obama, même parmi les électeurs noirs et hispaniques. Joe l’endormi a obtenu un total de 1 040 774 voix dans le comté de Maricopa, en Arizona (Phoenix). C’est 508 490 voix de plus que ce qu’Obama a gagné en 2012 (532 284), doublant presque la performance d’Obama en 2012 dans cet État clé. L’incroyable succès de Biden, qui surpasse Obama, se poursuit à Las Vegas3, Nevada, à Madison, Wisconsin36, à Green Bay, Wisconsin37 et dans un certain nombre d’autres villes à travers le pays. Cela ne s’est pas produit.

Dans les six plus grands comtés de Pennsylvanie, Biden a prétendument dépassé les chiffres record d’Obama en 2012 à Philadelphie de 46 766 (8,3 %), dans le comté d’Allegheny (Pittsburg) de 80 914 (23,2 %), dans le comté de Montgomery de 91 950 (40,4 %), dans le comté de Bucks de 45 114 (28,2 %), dans le comté de Delaware 41 618 (25,2%), et dans le comté de Lancaster 28 739 (32,99%). La tendance se poursuit dans de nombreux petits comtés de Pennsylvanie38. Dans l’ensemble du Commonwealth (de Pennsylvanie, statut particulier de cet Etat, NdT), Biden a obtenu 550 781 voix de plus que Barack Obama en 201239.

Zuckerbucks

Mark Zuckerberg a versé 419 millions de dollars à des initiatives électorales dans tout le pays40. Cet argent a soi-disant été utilisé pour rendre les élections plus sûres en raison du virus chinois (COVID-19). Cependant, l’argent n’a pas été utilisé principalement pour la protection contre le virus chinois, bien qu’une partie ait été utilisée à cette fin. Par exemple, dans le Wisconsin, l’argent était conditionné à l’adoption par les cinq plus grands comtés d’une initiative exclusivement démocrate du Wisconsin Safe Voting Plan (WSVP)41. Les cinq comtés clés, Milwaukee, Kenosha, Madison, Racine et Green Bay, ont été surnommés les « 5 Zuckerberg »42.

Zuckerberg a fait transiter son argent par le Center for Tech and Civic Life (CTCL), une organisation libérale à but non lucratif basée dans l’Illinois, qui a reçu la part du lion de l’argent, au moins 350 millions de dollars43. Le CTCL est une organisation de gauche radicale composée de boursiers de la Fondation Obama et de personnes nommées par ce dernier44. La quasi-totalité de l’argent est allée à des régions dirigées et contrôlées par des démocrates. Très peu, et ceux pour des raisont d’image uniquement, est allé à des zones républicaines. Ils nous ont jeté un os.

Selon le rapport de l’avocat spécial du Wisconsin45: « Un autre objectif électoral existait, comme en témoignent les documents obtenus par le conseiller spécial. Cet autre objectif électoral était de fusionner la CTCL, ses sociétés privées alliées, les 5 Zuckerberg et 8,8 millions de dollars de financement privé dans des opérations conjointes dans ce groupe de villes, où l’accent serait mis sur la facilitation de l’augmentation du vote en personne et par correspondance, en particulier dans leurs « communautés de couleur ». « Voir, par exemple, App. 7- 27 (WSVP). Dès le début, l’objectif du contrat WSVP et de son financement privé était que les 5 Zuckerberg utilisent l’argent privé de la CTCL pour faciliter l’augmentation du vote en personne et du vote par correspondance, en particulier dans les quartiers ciblés. « 

Selon le rapport de l’avocat spécial, les organisations libérales à but non lucratif financées par Zuckerberg – qui essayait également de contrôler le récit des élections sur ses plateformes de médias sociaux – ont menti au public sur l’utilisation réelle de leur argent. Pourquoi auraient-ils besoin de mentir s’ils ne faisaient rien de mal ? Parce qu’ils faisaient quelque chose de mal et ils le savaient. Ils savaient que l’argent était conditionné à leur capacité à contrôler le processus électoral. Le conseiller spécial déclare en outre dans ses conclusions 46: « Tout accord dans le cadre duquel les fonctionnaires électoraux d’une ville reçoivent des services de CTCL ou tout autre argent privé destiné à faciliter le vote en personne et par correspondance au sein d’une ville viole ouvertement la loi d’Etat du Wisconsin § 12.11 de l’interdiction de la corruption électorale en vertu de la loi d’Etat du Wisconsin § 12.11.

L’accord de CTCL viole ouvertement l’interdiction de la corruption électorale de la loi d’Etat du Wisconsin. § 12.11, car les villes et les agents publics participants ont reçu de l’argent privé pour faciliter le vote en personne ou par correspondance dans une telle ville. Tout accord similaire dans le cycle électoral de 2022 et 2024 serait également une corruption électorale interdite. « 

Selon le procureur spécial du Wisconsin, l’argent était destiné à influencer le vote en personne et par correspondance, ce qui aurait eu un impact direct sur le résultat de l’élection47. Aussi, selon l’avocat spécial du Wisconsin – c’est de la corruption.

Zuckerberg devrait être poursuivi pénalement. Les lois électorales empêchent les particuliers de donner plus de 5 000 dollars par an48 ; pourtant, Zuckerberg a donné 419 millions de dollars.

Et il ne s’agit pas seulement du Wisconsin. Selon le formulaire 990 qu’il a déposé auprès de l’IRS, le CTCL a versé des fonds à 47 des 50 États, plus Washington, D.C.49. Par exemple, avant l’élection de 2020, le groupe a donné 45 millions de dollars à la Géorgie, 38,6 millions au Texas, 25 millions à la Pennsylvanie, 25 millions à New York, 7,5 millions à l’Ohio, 21 millions au New Jersey, 16,8 millions au Michigan, 21 millions à la Californie et 5 millions à l’Arizona, entre autres50. Toutes les subventions accordées aux États étaient-elles assorties de conditions ? Ou était-ce seulement le Wisconsin ?

C’est injuste et illégal. Comment gagner une élection contre cela ? Mais nous l’avons fait, en obtenant près de 75 millions de voix, le plus grand nombre de voix de l’histoire pour un président en exercice.

Pandémie d’injustice

Dès la nuit du 3 novembre , les Américains ont compris que quelque chose ne tournait pas rond. Presque immédiatement, des citoyens de tout le pays ont commencé à intenter des procès pour obtenir des informations et des éclaircissements sur l’élection.

L’année qui a précédé les élections a été marquée par de violentes attaques libérales contre les villes du pays. Les démocrates ont fait savoir qu’ils préféraient brûler les villes plutôt que de permettre un processus politique civilisé. Ils savaient que leurs politiques échouaient, que les citoyens n’adhéraient pas à leur discours et qu’ils perdaient leur influence. Ils ont donc passé l’année à créer une atmosphère de peur, et c’est dans cet environnement que les citoyens concernés ont été contraints de déposer leurs plaintes.

Les juges, y compris les juges de la Cour suprême des États-Unis, ont eu peur. Certains étaient des valets politiques qui refusaient d’être le seul arbitre d’une question politique aussi forte. C’était un discours libéral alarmiste. Des rumeurs circulent selon lesquelles les juges se sont mis à crier et se sont disputés intensément sur la manière de traiter l’affaire Texas contre Pennsylvanie51 (référence à une procédure de 2020 lancée par le Texas alléguant que la Géorgie, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin ont violé la Constitution des États-Unis en modifiant les procédures électorales par des moyens non législatifs, NdT). En fin de compte, les juges ont cédé aux mêmes tactiques alarmistes que les démocrates avaient déployées pendant des années. Ils ont fait une croix sur l’affaire et l’ont rejetée sur le fond. Suivant leur exemple, tous les tribunaux inférieurs ont rejeté les affaires sur la qualité pour agir, et généralement sans même les examiner.

Certaines de ces affaires reposaient sur des motifs bien établis d’intérêt à agir, et l’une d’entre elles a même fait l’objet d’un litige ouvert pendant 10 mois avant que le tribunal ne fasse volte-face et ne la rejette. C’est ce qui s’est passé en Géorgie, où un tribunal a jugé que les plaignants avaient le droit d’examiner les images originales des bulletins de vote après leur avoir donné accès aux fichiers (les bulletins sont comptés par des machines tabulatrices qui les scannent, NdT). Ensuite, les défendeurs ont fait du surplace pendant des mois. Dix mois après le dépôt initial, le tribunal a décidé que les plaignants n’avaient plus qualité pour agir52. Quoi ? !

Le 4 novembre, 2020, le comté d’Antrim, Michigan, a annoncé que 16 047 votes avaient été exprimés et que Joe Biden avait reçu 7 769 voix et moi 4 50953. En 2016, j’avais reçu 62 % des voix à Antrim, ce qui rend les résultats de 2020 particulièrement surprenants. M. Bailey, un électeur du comté d’Antrim, a passé quelques appels téléphoniques et le greffier du comté d’Antrim a vérifié deux fois les résultats, et a publié de nouveaux résultats.

Un examen plus approfondi a montré 18 059 votes exprimés dans le comté d’Antrim54. Joe Biden a reçu 7 289 voix, et j’en ai reçu 9 783, ce qui signifie que j’ai remporté 54 % des voix, ce qui semblait encore étrange par rapport aux résultats de 2016. Cela ne tient pas compte non plus de la différence dans le nombre de votes exprimés. Pourquoi étaient-ils courts, et d’où venaient les nouveaux votes ?

Le comté d’Antrim a vérifié une troisième fois et a trouvé 16 044 votes exprimés et que Joe Biden a reçu 5 960, tandis que j’ai reçu 9 748, gagnant 60,75 %55. Jocelyn Benson, la secrétaire d’État du Michigan, a affirmé que l’erreur n’était qu’une simple erreur d’écriture, car le greffier n’avait pas mis à jour la tabulatrice du comté de Mancelona avant le soir du scrutin pour une élection à bulletins secrets, et que le compte correct figurait toujours sur la bande de la tabulatrice. Elle a insisté sur le fait que le greffier du comté d’Antrim a simplement a fait une erreur, et ce n’était pas une raison pour examiner de plus près chaque comté du Michigan. Benson a mis fin à la discussion, mais Bailey a continué à se battre au tribunal56.

Matt DePerno, l’avocat de Bailey, a poursuivi agressivement la découverte dans l’affaire et a gagné avec succès une motion pour auditer les machines électorales dans le comté d’Antrim. Le 9 avril 2021, DePerno a publié une pièce à conviction dans l’affaire Bailey, avec des conclusions supplémentaires des experts examinant les preuves, qui ont montré que, malgré les critiques disant le contraire, les machines à voter étaient connectées à Internet, et que les responsables savaient qu’elles étaient connectées57. La pièce à conviction a produit des communications par e-mail de la nuit de l’élection discutant de la terrible connexion Internet58. Cela met également en évidence l’étrange campagne de désinformation menée immédiatement après l’élection pour dissiper la croyance que les machines étaient connectées à Internet, malgré le fait que cela était vrai59.

Les machines à voter envoient les totaux, via l’internet, pour permettre un décompte plus rapide. Le fait de les connecter à Internet crée certaines vulnérabilités, mais ne signifie pas qu’une activité malveillante a eu lieu. Alors pourquoi tout ce drame ? Pourquoi toute cette agitation de la part des responsables électoraux du pays qui tentent de convaincre le public que les machines n’étaient pas connectées à Internet alors qu’ils savaient qu’elles l’étaient ? Pourquoi ne pas dire simplement que les machines étaient connectées à Internet, mais qu’il n’y a pas eu de faille de sécurité… si c’était vrai ? Etait-ce vrai ?

DePerno a continué à publier pièce à conviction après pièce à conviction détaillant les spécificités techniques des anomalies et irrégularités soulevant des questions à partir de l’élection de 202060. Les médias corrompus ont continué à ignorer et à enterrer l’histoire, et ont proféré des insultes à l’encontre de DePerno et de son affaire. Le tribunal a fini par rejeter l’affaire, mais pas sur la base des preuves que DePerno avait accumulées. Il a rejeté l’affaire pour des raisons de procédure : le plaignant demandait un audit de l’élection, et la secrétaire d’État démocrate a déclaré au tribunal qu’elle avait déjà effectué un audit. Par conséquent, la cour a jugé que l’affaire était sans objet61. Aucune preuve présentée, aucun témoin à déposer. Juste, l’affaire a été rejetée. Comme d’habitude, sauvé par la cour.

Des affaires dans tout le pays ont reçu le même traitement. Les tribunaux ne voulaient pas être le seul arbitre d’une question politique aussi importante, mais ils ne devaient pas non plus avoir peur de faire leur travail. Les législateurs d’État, les membres du Congrès, les sénateurs, les gouverneurs, les secrétaires d’État et de nombreux autres fonctionnaires d’État et fédéraux devraient faire leur travail et protéger le droit de vote de leurs citoyens. Mais, le marais est profond. Je suppose que renverser une élection était un pas de trop.

À l’approche des élections de mi-mandat, nous observons les créatures du marais se vider de leur contenu, tandis que les vrais Américains se mobilisent pour remplacer l’Establishment corrompu par des patriotes qui se battront pour nos libertés.

L’Establishment s’accroche aussi fort qu’il le peut à son pouvoir alors qu’il le voit lui échapper. Notre pays est en chute libre. Les Américains ont du mal à faire le plein d’essence, à nourrir leurs bébés, à éduquer leurs enfants, à embaucher des employés, à commander des fournitures, à protéger notre frontière contre les invasions, et une foule d’autres tragédies qui sont à 100% causées par les Démocrates qui ont obtenu le pouvoir grâce à des élections truquées, et les gens de notre pays sont à la fois en colère et tristes.

Les Américains ont des préoccupations très réelles et urgentes concernant les besoins de base de la vie. Que fait le Congrès à ce sujet ? Ils font tout ce qu’ils peuvent pour ignorer et détourner l’attention de la douleur très réelle qu’ils ont causée à ce pays. Ils veulent parler de tout sauf des résultats des élections de 2020 et du fait qu’ils sont la cause des problèmes de notre pays.

Personne n’en parle, mais en tant que président, j’ai subi des années de mensonges vicieux, de scandales et d’insinuations concernant un récit faux et inventé de toutes pièces à propos de la Russie, la Russie, la Russie. L’ensemble de la fausse affaire russe était une concoction inventée par Hillary Clinton et le parti démocrate. Elle a été utilisée comme excuse pour sa défaite, mais a perduré tout au long de mon administration. C’était un récit faux et frauduleux, et maintenant ils essaient de le refaire circuler.

De nombreuses autres formes de tricherie ont fait surface en 2020. Les challengers républicains ont été exclus du processus, intimidés et réprimandés. Des fonctionnaires corrompus ont centralisé le comptage des votes loin des circonscriptions, ce qui a facilité la tricherie. Dans certaines zones, il y aurait eu plus de votes que d’électeurs ! Cela soulève quelques questions. Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses formes de tricherie qui ont eu lieu dans ce que j’appelle le crime du siècle, et sa couverture par les médias américains.

Il s’agit simplement d’une tentative d’empêcher un homme qui est en tête dans tous les sondages, contre les Républicains et les Démocrates par de larges marges, de se représenter à la présidence. La raison pour laquelle je suis en tête dans les sondages est que les Démocrates ont provoqué une inflation record, des prix de l’essence très élevés, une dépendance énergétique vis-à-vis de nos adversaires, le système éducatif est en crise, les étrangers en situation irrégulière envahissent notre frontière, la chaîne d’approvisionnement a paralysé notre mode de vie, les parents ne peuvent pas obtenir de lait maternisé, les obligations sanitaires ont paralysé les entreprises, et notre mode de vie a été écrasé par les réglementations gouvernementales. Les États-Unis sont en train d’être détruits.

Les Démocrates savent que je corrigerais tout cela, et ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour m’arrêter – mais on ne peut pas nous arrêter. Nous devons sauver l’Amérique.

Références

  1. https://www.pennlive.com/elections/2020/11/trump-is-up-big-in-pa-but-biden-remains-in-striking-distance-with-14m-bulletins-de-comptage-reportages.html
  2. Navarro, Peter. (2021) L’Immaculée Déception. Pg 4. https://peternavarro.com/the-navarro-report/
  3. Id.
  4. Annonces de CNN, Fox Business et NBC News, collectées en 2000 Mules à 00:02:42
  5. https://www.politico.com/2020-election/results/
  6. 2000 Mules à environ 00:25:10
  7. 2000 Mules à environ 01:03:20
  8. https://www.azag.gov/press-release/guillermina-fuentes-enters-guilty-plea-yuma-county-ballot-harvesting-case
  9. https://www.nytimes.com/2021/02/05/opinion/capitol-attack-cellphone-data.html
  10. https://screenrant.com/google-geolocation-capitol-riots-warrants/
  11. https://www.reuters.com/article/factcheck-usa-mules/fact-check-does-2000-mules-provide-evidence-of-voter-fraude-dans-l’élection
  12. -présidentielle-de-2020-u-s-idUSL2N2XJ0OQ
  13. Joe Biden – https://www.youtube.com/watch?v=WGRnhBmHYN0
  14. 2000 Mules à environ 00:48:06
  15. 2000 Mules à environ 00:49:29
  16. 2000 Mules à environ 00:49:53
  17. 2000 Mules à environ 00:48:44
  18. https://www.youtube.com/watch?v=XR08Np0hseY
  19. https://rumble.com/vpokri-republican-workers-blocked-from-participating-in-2020-election.html
  20. 2000 Mules à environ 00:49:07
  21. https://rumble.com/vpevd4-wisconsin-assembly-committee-on-campaigns-and-elections-nov-10-2021.html ; https://legis.wisconsin.gov/assembly/22/brandtjen/media/1552/osc-second-interim-report.pdf
  22. 2000 Mules à environ 00:50:49
  23. 2000 Mules à environ 00:51:15
  24. 2000 Mules à environ 00:51:17
  25. 2000 Mules à environ 00:51:20
  26. 2000 Mules à environ 00:51:24
  27. 2000 Mules à environ 00:51:26
  28. 2000 Mules à environ 00:51:30
  29. https://www.cnn.com/factsfirst/politics/factcheck_38192161-1b4b-4d96-a057-ee0726691742
  30. https://www.cnn.com/factsfirst/politics/factcheck_38192161-1b4b-4d96-a057-ee0726691742
  31. https://www.cbsnews.com/news/joe-biden-popular-vote-record-barack-obama-us-presidential-election-donald-trump/
  32. https://www.politico.com/2012-election/results/president/michigan/ ; https://www.politico.com/2020-élection/résultats/michigan/
  33. https://www.politico.com/2020-election/results/georgia/ ; https://www.politico.com/2012-election/results/president/georgia/ ; https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_U.S._cities_with_large_Black_populations
  34. https://www.politico.com/2020-election/results/georgia/ ; https://www.politico.com/2012-élection/résultats/président/géorgie/
  35. https://www.politico.com/2012-election/results/president/michigan/ ; https://www.politico.com/2020-élection/résultats/michigan/
  36. https://www.politico.com/2012-election/results/president/nevada/ ; https://silverstateelection.nv.gov/county-results/clark.shtml
  37. https://elections.wi.gov/sites/elections/files/County%20by%20County%20Report%20-%20President%20of%20the%20United%20States%20post%20recount.pdf; https://www.politico.com/2012-élection/résultats/président/wisconsin/
  38. https://elections.wi.gov/sites/elections/files/County%20by%20County%20Report%20-%20President%20of%20the%20United%20States%20post%20recount.pdf
  39. https://www.politico.com/2012-election/results/president/pennsylvania/ ; https://www.politico.com/2020-election/results/pennsylvania/
  40. https://www.politico.com/2020-election/results/pennsylvania/ ; https://www.politico.com/2012-election/results/president/pennsylvania/
  41. https://nypost.com/2021/10/13/mark-zuckerberg-spent-419m-on-nonprofits-ahead-of-2020-election-and-got-out-le-vote-dem/
  42. https://legis.wisconsin.gov/assembly/22/brandtjen/media/1552/osc-second-interim-report.pdf (pg 22)
  43. https://legis.wisconsin.gov/assembly/22/brandtjen/media/1552/osc-second-interim-report.pdf (pg 23)
  44. https://www.npr.org/2020/12/08/943242106/how-private-money-from-facebooks-ceo-saved-the-2020-election
  45. https://www.techandciviclife.org/board-of-directors/
  46. https://legis.wisconsin.gov/assembly/22/brandtjen/media/1552/osc-second-interim-report.pdf (pg 23)
  47. https://legis.wisconsin.gov/assembly/22/brandtjen/media/1552/osc-second-interim-report.pdf (pg. 17)
  48. Id.
  49. https://www.fec.gov/help-candidates-and-committees/candidate-taking-receipts/contribution-limits/
  50. https://ballotpedia.org/Center_for_Tech_and_Civic_Life%27s_(CTCL)_subventions_aux_agences_électorales,_2020
  51. https://ballotpedia.org/Center_for_Tech_and_Civic_Life%27s_(CTCL)_subventions_aux_agences_électorales,_2020
  52. https://www.theepochtimes.com/supreme-court-responds-to-claim-that-john-roberts-shouted-at-other-justices-over-texas-lawsuit_3624378.html
  53. https://www.reuters.com/world/us/judge-dismisses-georgia-lawsuit-alleging-fraud-2020-election-2021-10-13/
  54. https://www.documentcloud.org/documents/20423487-bailey-v-antrim-county-complaint
  55. https://www.documentcloud.org/documents/20423487-bailey-v-antrim-county-complaint
  56. https://www.documentcloud.org/documents/20423487-bailey-v-antrim-county-complaint
  57. https://www.depernolaw.com/bailey-documents—may-2021.html
  58. https://www.depernolaw.com/uploads/2/7/0/2/27029178/[9]_ex_7_antrim_michigan_forensics_report_[121320] _v2_[redacted].pdf ; https://www.depernolaw.com/uploads/2/7/0/2/27029178/[12]_ex_10_penrose_1.pdf
  59. https://www.depernolaw.com/uploads/2/7/0/2/27029178/[12]_ex_10_penrose_1.pdf
  60. https://www.nbcnews.com/politics/elections/online-vulnerable-experts-find-nearly-three-dozen-u-s-voting-n1112436 ; https://s3.documentcloud.org/documents/20423772/antrim-county-forensics-report.pdf
  61. https://www.depernolaw.com/bailey-documents—may-2021.html
  62. https://www.freep.com/story/news/politics/2021/05/18/michigan-judge-antrim-county-election-procès/4980333001/

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations