Dennis Prager : Au lieu de suivre la science sur le COVID, nous avons suivi les scientifiques – et ils nous ont menés au désastre

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, s’exprime lors d’un point de presse de la Maison Blanche, dirigé par l’attachée de presse Jen Psaki, dans la salle de presse James Brady de la Maison Blanche, le 21 janvier 2021, à Washington, D.C.

Je dois dire d’emblée que sans les médecins, je serais soit paralysé, soit mort. Je dois ma mobilité et probablement ma vie à de merveilleux médecins.

Cependant, je vais maintenant affirmer avec la même certitude que la profession médicale américaine dans son ensemble et de nombreux médecins individuels sont responsables de la mort de dizaines de milliers d’Américains – très probablement plus que cela.

Tout comme les médias – du New York Times à Google/YouTube, en passant par Facebook et Twitter – les Américains se sont vu refuser à la fois des informations et des médicaments qui pourraient leur sauver la vie.

Je pense en particulier à l’hydroxychloroquine et à l’ivermectine. Ces médicaments (ainsi que le zinc), qui sont aussi sûrs que tous les médicaments que l’humanité a pris au cours du dernier demi-siècle, auraient dû être utilisés presque universellement pour traiter les patients atteints de COVID-19 dès que ces patients présentaient des symptômes ou étaient testés positifs – et même comme prophylactique pour prévenir ou minimiser les effets de la maladie en premier lieu.

S’ils l’avaient été, il est probable que des dizaines, voire des centaines, de milliers de ceux qui sont morts du virus auraient survécu.

Pour information, je joins le geste (médical) à la parole (jeu de mots intraduisible). Je prends régulièrement de l’hydroxychloroquine et du zinc (ainsi que de la vitamine D et du sélénium) depuis six mois, et de l’ivermectine depuis 3 mois. Et pour votre information : Pendant ce temps, j’ai serré dans mes bras des centaines d’étrangers lors de divers événements dans le pays, sans masque.

En outre, à la maison, je vis avec quatre personnes : ma femme, deux beaux-fils et la fiancée d’un des fils.

Ce couple, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, a développé des symptômes puis a été testé positif au COVID-19 il y a un mois. Ils étaient les deux seuls membres de la famille à ne pas être sous hydroxychloroquine ou ivermectine. Et pendant qu’ils étaient malades, ma femme et moi ne pratiquions aucune distanciation sociale, ne portions pas de masque à la maison et avons été testés deux fois négatifs (en tant que citoyens responsables, nous nous sommes confinés à la maison pendant 14 jours).

Le fils et sa fiancée ont immédiatement commencé un traitement à base d’hydroxychloroquine, de zinc, d’ivermectine, de vitamine D et de sélénium, et en une demi-journée, ils se sentaient mieux. Quelques jours plus tard, tous leurs symptômes avaient disparu.

Bien entendu, le corps médical, les médias et d’autres acteurs engagés dans l’irrationalité, la peur, la création de fortunes par les compagnies pharmaceutiques et l’éloignement des Américains d’une vie normale, écarteront tout cela comme de simples anecdotes. Mais je voudrais demander : combien d’anecdotes sur l’efficacité de ces médicaments sûrs faut-il pour convaincre les gens ?

Je poserais une question plus accablante : Compte tenu de l’innocuité de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine, qu’avons-nous pu perdre en permettant à des millions de personnes de prendre ces médicaments ?

Ou, pour le dire autrement, si les médecins qui préconisent l’utilisation de ces médicaments sûrs se trompent, quel prix aurions-nous payé ? A peu près aucun.

Mais que se passerait-il si le Dr Anthony Fauci, YouTube, Facebook, Twitter, le New York Times, CNN, les Centers for Disease Control and Prevention, les National Institutes of Health et les pauvres âmes qui leur font confiance avaient tort ? Le prix que nous avons payé, ce sont des dizaines de milliers d’Américains morts, et peut-être plus que cela.

Nous avons payé un autre prix horrible pour avoir écouté l’establishment médical, les médias collusoires, les gouverneurs démocrates et d’autres personnes de gauche. Nous avons tué une grande partie de notre économie ; nous avons privé des dizaines de millions d’Américains de leurs moyens de subsistance ; nous avons peut-être mis le dollar sur la voie d’une forte dévaluation ; nous avons peut-être assuré une inflation future qui détruira encore plus le bien-être du peuple américain ; et nous avons envoyé d’innombrables Américains dans une spirale de dépression, de consommation de drogue et d’alcool, de violence conjugale et infantile, et de suicide.

Je donne un exemple de malhonnêteté de la part des NIH qui frise la faute professionnelle.

Le 9 novembre, le NIH a publié un rapport intitulé « L’hydroxychloroquine ne bénéficie pas aux adultes hospitalisés avec le COVID-19 ».

Ce rapport était malhonnête pour deux raisons : Premièrement, le zinc n’a pas été utilisé. Bien que l’hydroxychloroquine seule puisse aider à combattre COVID-19, chaque médecin qui prescrit de l’hydroxychloroquine aux patients atteints de COVID-19 insiste pour qu’elle soit accompagnée de zinc. L’hydroxychloroquine sans zinc est comme une arme sans balle.

Deuxièmement, tous ceux qui préconisent l’utilisation de l’hydroxychloroquine et du zinc pour lutter contre COVID-19 insistent pour qu’elle soit administrée le plus tôt possible, c’est-à-dire avant l’hospitalisation.

Ainsi, le test du NIH était inutile. Les raisons pour lesquelles ceux qui l’ont effectué n’ont pas donné de zinc aux patients et ont attendu leur hospitalisation sont des questions tellement évidentes que soit ces médecins ignoraient les protocoles de l’hydroxychloroquine, soit ils ont fait échouer le test. Ces deux explications constituent un scandale moral et médical.

Il est extrêmement important de noter que le rapport conclut que l’hydroxychloroquine a été a été reconnue « comme ne causant pas de dommages ».

Voici ce qu’en dit le CDC le 4 septembre : « Les données actuelles indiquent que les avantages potentiels de ces médicaments (hydroxychloroquine et chloroquine) ne l’emportent pas sur leurs risques ». Étant donné qu’il n’y a presque pas de risques, la déclaration du CDC est inouïe.

Passons maintenant à l’ivermectine.

Le NIH, le 27 août, l’a annoncé : « Le Comité des directives de traitement COVID-19 recommande de ne pas utiliser l’ivermectine pour le traitement de COVID-19, sauf dans le cadre d’un essai clinique ».

Cependant, trois mois plus tard, le 28 novembre, le NIH a découvert que « les pays où la chimiothérapie prophylactique incluant l’ivermectine est administrée en masse de façon systématique ont une incidence significativement plus faible de COVID-19 ».

En conséquence, le 14 janvier, le NIH a retiré son opposition à l’ivermectine – mais, chose incroyable, a toujours refusé de l’approuver : « Le groupe d’experts sur les directives de traitement COVID-19 (le groupe) a déterminé qu’il n’y a actuellement pas suffisamment de données pour recommander ou non l’utilisation de l’ivermectine pour le traitement de COVID-19 ».

Combien d’Américains sont morts de COVID-19 entre le 27 août et le 14 janvier à cause des du baratin du NIH ?

Ce rapport contenait une déclaration vraiment trompeuse concernant l’hydroxychloroquine : elle comporterait « un risque considérable de complications et d’interactions parfois fatales ».

Le 16 décembre, la FDA a déclaré que l’ivermectine « n’est pas approuvée pour la prévention ou le traitement du COVID-19 ».

Pendant ce temps, YouTube a retransmis une audience du Sénat américain, où des médecins et des épidémiologistes se sont exprimés en faveur de l’ivermectine.

Lorsque nous arriverons de l’autre côté de la crise COVID-19 et que tous les dégâts seront comptabilisés – les morts inutiles et les vies ruinées – l’establishment médical, les médias et de nombreux politiciens auront beaucoup de comptes à rendre.

Nous avons appris à grand prix que « suivre la science » et « suivre les scientifiques » ne sont pas la même chose. Nous avons sauté de la falaise avec eux.

Chapitres