Des armes biologiques qui ciblent l’ADN unique des gens sont en cours de fabrication selon les services de renseignements américains

Un membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis a lancé un avertissement aux Américains pour qu’ils ne communiquent pas si facilement leurs informations génétiques à des sites Web comme celui de la société de biotechnologie 23andMe, car il existe des armes biologiques en cours de développement qui peuvent cibler l’ADN d’un individu et potentiellement le tuer.

Bien que 23andMe (WIKI) ait déclaré à maintes reprises qu’elle ne vendait pas les informations médicales de ses clients, elle est connue pour donner librement ces informations aux autorités lorsque celles-ci le lui demandent.

Alors qu’il s’exprimait vendredi au Forum d’Aspen sur la sécurité, le représentant américain Jason Crow, du Colorado, a déclaré que les Américains donnaient trop facilement leurs informations génétiques. Il ne s’agit pas seulement d’informations ou d’échantillons de sang, mais l’ADN peut être extrait de la salive, des cheveux et d’autres fluides corporels.

« Vous pouvez réellement prendre l’ADN de quelqu’un, prendre, son profil médical et vous pouvez cibler une arme biologique qui tuera cette personne ou la retirera du champ de bataille ou la rendra inopérante », a déclaré Crow.

« Vous ne pouvez pas avoir une discussion à ce sujet sans parler de la vie privée et de la protection des données commerciales, car les attentes en matière de vie privée se sont dégradées au cours des 20 dernières années. Les jeunes ont en fait très peu d’attentes en matière de vie privée, c’est ce que montrent les sondages et les données », a-t-il poursuivi.

« Les gens vont très rapidement cracher dans une tasse et l’envoyer à 23andMe pour obtenir des données vraiment intéressantes sur leurs antécédents », a-t-il poursuivi. « Et devinez quoi ? Leur ADN est maintenant la propriété d’une société privée. Il peut être vendu avec très peu de protection de la propriété intellectuelle ou de la vie privée et nous n’avons pas de régimes juridiques et réglementaires pour faire face à cela. »

Le général de l’armée Richard Clark, qui est le commandant des opérations spéciales des États-Unis, a souligné que la Russie a déjà ciblé des opposants politiques avec des agents neurotoxiques, ce qui indique qu’elle n’aurait aucun problème à utiliser des armes biologiques qui ciblent l’ADN spécifique d’une personne.

« La Russie est prête à les utiliser contre des opposants politiques. Elle est prête à les utiliser sur son propre sol, mais alors à aller sur le sol d’un allié de l’OTAN, le Royaume-Uni, et à les utiliser… et à mesure que nous avançons dans l’avenir, nous devons nous préparer à ces éventualités. »

« Et je ne pense pas que nous en parlions autant que nous le devrions et que nous cherchions des méthodes pour continuer à combattre », a-t-il ajouté.

Depuis des années, des rapports indiquent que le Parti Communiste Chinois collecte des échantillons d’ADN, non seulement de personnes originaires de Chine, mais aussi d’Américains.

En 2021, le sénateur Marco Rubio, de Floride, a présenté deux projets de loi visant à empêcher la Chine de collecter des échantillons d’ADN sur les Américains. Bien que certains des moyens qu’ils utilisaient pour collecter des données sur le génome des Américains étaient illégaux, comme les cyberattaques, d’autres étaient parfaitement légaux, utilisant même le système de santé américain pour collecter des données sur des Américains peu méfiants en investissant dans des sociétés de biotechnologie américaines et en établissant des partenariats avec des hôpitaux ou des universités qui avaient collecté les données légalement.

Rubio a déclaré : « Il n’y a aucune raison pour que les contribuables américains financent les recherches de Pékin ou pour que nos politiques permettent l’accès aux données génomiques des Américains » et a ajouté : « Il est impératif que le Congrès prenne des mesures pour faire face à cette menace croissante pour la sécurité nationale et la vie privée. »

Toujours en 2021, après que les cas de COVID aient commencé à augmenter dans le monde, une entreprise chinoise appelée Beijing Genomics Institute a contacté plusieurs États américains, selon NPR News, et a proposé de mettre en place des laboratoires pour effectuer des tests.

Mike Orlando, directeur du National Counter-intelligence and Security Center (Centre national de contre-espionnage et de sécurité), a déclaré que les responsables de la sécurité nationale américaine ont exhorté les États qui ont été contactés par la Chine à rejeter l’offre en raison d’inquiétudes quant à la manière dont la Chine pourrait utiliser les informations qu’ils ont recueillies sur les Américains.

« Nous avons certainement contacté nos partenaires et la communauté pour nous assurer que les gens étaient conscients que les Chinois proposaient ces tests, les informant des risques et leur demandant vraiment de ne pas passer ces tests », a déclaré M. Orlando. « Pour autant que je sache, ils les ont tous refusés ».

Et encore en 2021, une société chinoise de génétique a commencé à vendre des tests prénataux développés par l’armée du Parti Communiste Chinois et les a utilisés pour collecter les données génétiques de « millions » de femmes à travers le monde afin de rechercher les traits des populations, selon un rapport de Reuters du 7 juillet 2021.

Reuters avait rapporté qu’une « vaste banque de données génomiques » était amassée par le groupe chinois BGI, qui analysait les données recueillies à l’aide d’un logiciel d’intelligence artificielle (IA), dans l’intention de donner à la Chine un « avantage économique et militaire », selon le rapport.

L’agence de presse a rapporté que BGI stockait et analysait les tests prénataux NIFTY, ou « Non-Invasive Fetal Trisomy » (Trisomie fœtale non invasive), effectués dans plus de 52 pays du monde entier afin de « détecter des anomalies chez le fœtus, comme le syndrome de Down » (Trisomie 21 – WIKI) .

Les tests enregistraient également des informations sur la mère, telles que la nationalité, la taille et le poids, mais n’enregistraient pas les noms, selon Reuters qui aurait analysé le code de programmation des algorithmes de BGI.

Reuters a également rapporté que plus de 8 millions de femmes avaient passé des tests prénataux dans le monde.

Bien que Reuters ait déclaré n’avoir trouvé aucune preuve que la société BGI (Beijing Genomics Institute) ait violé des accords de confidentialité conclus avec des patients ou des réglementations, la politique de confidentialité de la société concernant les tests prénataux NIFTY stipule spécifiquement que toute donnée collectée pourrait éventuellement être partagée si elle est « directement pertinente pour la sécurité nationale ou la sécurité de la défense nationale ».

Une déclaration de BGI indique toutefois que la société « n’a jamais été invitée à fournir – ni fourni – les données de ses tests NIFTY aux autorités chinoises à des fins de sécurité nationale ou de sécurité de défense nationale. »

Le 17 juin 2020, l’Australian Strategic Policy Institute a rapporté que la police chinoise a collecté des échantillons d’ADN de « dizaines de millions » d’hommes et de garçons en Chine qui ont des « antécédents d’activité criminelle grave » afin d’alimenter leur base de données génétiques croissante sur leurs propres citoyens.

Le rapport indique que les garçons et les hommes, qui incluent des enfants d’âge préscolaire dont les échantillons ont été collectés « n’ont aucun contrôle sur la manière dont leurs échantillons sont collectés, stockés et utilisés. »

L’institut a déclaré que la collecte antérieure de données ADN par les Chinois s’était concentrée sur le Tibet et le Xinjian, mais à partir de 2017, le parti communiste a commencé à balayer toute la Chine afin de collecter des échantillons d’ADN sur les hommes dans le pays, ce qui leur permettrait de retrouver les parents d’un homme en utilisant son sang, sa salive ou d’autres « matériaux génétiques ».

L’objectif, selon le rapport, était d' »améliorer de manière globale les organes de sécurité publique », de « résoudre les affaires » et de « gérer et contrôler la société ». L’institut a déclaré que la collecte massive de données ADN « viole le droit interne chinois » ainsi que les « normes mondiales en matière de droits de l’homme ».

Le rapport avait indiqué qu’une société américaine, Thermo Fisher, basée dans le Massachusetts, avait aidé la Chine dans ses efforts, en vendant aux forces de police chinoises des kits de tests spécifiquement « adaptés à leurs spécifications ». L’entreprise a ensuite été critiquée par les législateurs, ce qui l’a poussée à défendre ses actions.

Les forces de police chinoises ont également répondu aux critiques en disant qu’elles avaient besoin de la base de données pour attraper les criminels et qu’elles avaient obtenu le consentement des garçons et des hommes, qui, selon elles, ont librement donné leur ADN aux autorités du Parti Communiste Chinois.

On peut toutefois se demander si les enfants d’âge préscolaire sont même capables de prendre une décision éclairée quant au fait de donner leurs données génétiques au gouvernement pour qu’elles soient stockées dans une base de données.

Le rapport indique également que si la collecte de données génétiques peut être utile pour résoudre des crimes, et peut même sauver des vies, « depuis 2013, les autorités chinoises ont collecté des échantillons d’ADN de communautés entières de minorités ethniques et de citoyens ordinaires en dehors de toute enquête criminelle et sans consentement éclairé approprié. »

Le code génétique de la quasi-totalité de la population de la région autonome du Tibet, qui compte environ 3 millions de personnes, a été archivé dans la base de données ADN de la Chine, indique le rapport. Un autre programme a été lancé au Xinjiang, en Chine, dit-il, où l’ADN de la quasi-totalité des 23 millions de résidents du Xinjiang a été collecté.

Le rapport 2020 indique que la base de données génétiques du gouvernement chinois contient probablement « 100 millions de profils » et peut-être plus de 140 millions, « ce qui en fait la plus grande base de données ADN du monde », qui continue de s’étendre.

En ce qui concerne les efforts de la Chine pour collecter des données ADN à l’échelle mondiale, April Falcon Doss, qui a travaillé à la National Security Agency, a déclaré en 2021 que « la plupart des Américains ont probablement vu leurs données compromises par les unités de cyberespionnage du gouvernement chinois et du renseignement militaire chinois ».

Falcon Doss a énuméré trois raisons pour lesquelles la Chine collectait des données génétiques sur des personnes dans le monde entier : Pour stimuler l’économie chinoise, pour faire progresser sa technologie et pour soutenir ses efforts d’espionnage.

« La Chine s’est vraiment fixé comme l’un de ses objectifs stratégiques, d’essayer d’atteindre la domination en matière d’intelligence artificielle. Ce dont vous avez besoin pour alimenter les algorithmes d’intelligence artificielle, c’est de beaucoup, beaucoup, beaucoup de données », a-t-elle déclaré.

En 2014, la Chine a commencé à être blâmée pour un certain nombre de vols de données impliquant des centaines de millions d’enregistrements sur des citoyens américains. Les données d’un certain nombre d’entreprises auraient été volées par la Chine.

Certaines des entreprises touchées par les violations de données étaient Equifax (WIKI) , la chaîne hôtelière Marriott, Anthem qui est un assureur santé, et le United States office of Personnel Management qui stocke les informations des employés du gouvernement telles que les données d’empreintes digitales et les informations d’habilitation de sécurité. Equifax : 145 millions de dossiers ont été volés. Marriott : 400 millions de dossiers. Anthem : 78 millions de dossiers.

NPR news a rapporté que si le ministère de la Justice a déposé des accusations contre les citoyens chinois impliqués dans le vol de données, la plupart d’entre eux « restent en Chine », hors de portée des forces de l’ordre américaines, tandis que certains qui ont été accusés des crimes servent actuellement dans l’armée chinoise.

Bien que la Chine nie être impliquée dans les attaques, elle a admis vouloir être le leader mondial dans la collecte de données et l’utilisation de l’intelligence artificielle comme moyen de recherche dans les informations qu’elle a recueillies.

Le général de l’armée de terre à la retraite Keith Alexander, qui a été directeur de la National Security Agency, a déclaré : « Si vous regardez les cyberpiratages de nos informations de crédit, de nos informations de voyage, et que vous y ajoutez les informations sur l’ADN, cela crée un outil de ciblage incroyable sur la façon dont les Chinois pourraient nous surveiller, nous manipuler et nous extorquer. « Cela leur donne un accès énorme à qui nous sommes », selon un rapport de NPR.

Bien qu’en 2015, les États-Unis et la Chine aient signé un accord selon lequel aucun des deux gouvernements ne chercherait à voler la propriété intellectuelle des entreprises privées de l’autre pays, le vol de données prétendument effectué par la Chine a permis au pays d’avoir accès à la technologie et aux données américaines auxquelles ils n’auraient pas eu accès autrement, ce qui a considérablement stimulé la Chine sur le plan économique.

« Les Chinois ont besoin d’accéder à la propriété intellectuelle pour alimenter ce moteur économique, ce vol est le plus grand transfert de richesse de l’histoire. » NPR a cité les propos d’Alexander.. Tiré de The Standeford Journal, à la page suivante.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations