Des articles de mise en accusation déposées contre le président Joe Biden

Un gros merci au journal Le Monde !
22 janvier 2021
M. Trump voit une copie rare de la Déclaration d’indépendance des États-Unis avec le Premier ministre britannique May
22 janvier 2021

Washington D.C. – Aujourd’hui, la députée Marjorie Taylor Greene a présenté des articles de mise en accusation contre le président Joe Biden pour ses « actes de corruption impliquant son quid pro quo en Ukraine et son abus de pouvoir en permettant à son fils, Hunter Biden, de siphonner de l’argent des plus grands ennemis de l’Amérique, la Russie et la Chine ».

La députée Greene a publié la déclaration suivante :

« Le président Joe Biden est inapte à exercer la présidence. Son schéma d’abus de pouvoir en tant que vice-président du président Obama est long et inquiétant. Le président Biden a démontré qu’il fera tout ce qu’il faut pour renflouer son fils, Hunter, et remplir les poches de sa famille avec de l’argent provenant de compagnies énergétiques étrangères corrompues.

Le président Biden est même enregistré en train d’admettre un quiproquo avec le gouvernement ukrainien qui menace de retenir 1 000 000 000 $ d’aide étrangère s’il ne fait pas sa demande. Le président Biden qui réside à la Maison Blanche est une menace pour la sécurité nationale et il doit être immédiatement mis en accusation ».

Le dossier du président Joe Biden est vaste et détaillé :

  • Joe Biden a abusé du pouvoir du bureau du vice-président, permettant la corruption et d’autres crimes et délits de haut niveau, en permettant à son fils d’influencer la politique intérieure d’une nation étrangère et d’accepter divers avantages – y compris des compensations financières – de la part de ressortissants étrangers en échange de certaines faveurs.
  • Les preuves de la connaissance généralisée, de la corruption et de la collusion de la famille Biden avec des ressortissants étrangers sont claires et convaincantes.
  • En tant que vice-président, Joe Biden était le haut responsable de l’administration Obama chargé de superviser les efforts de lutte contre la corruption en Ukraine. Par conséquent, toute activité illégale impliquant la corruption menée par Hunter Biden en Ukraine ou en relation avec ce pays relèverait de la compétence du bureau du vice-président Biden et des efforts de lutte contre la corruption du département d’État Obama. En fait, de nombreux responsables du Département d’État au sein de l’administration Obama ont émis à plusieurs reprises des réserves sur le rôle de Hunter Biden au sein du conseil d’administration d’une société corrompue. Ainsi, tous les cas de corruption au nom de Hunter Biden via son rôle de membre du conseil d’administration de la société énergétique Burisma exploitée par l’Ukraine n’ont pas été intentionnellement examinés ou dissimulés.
  • En 2016, le principal procureur ukrainien chargé de la lutte contre la corruption, Viktor Shokin, a mené une enquête active et permanente sur Burisma et son propriétaire, Mykola Zlochevsky. À l’époque, Hunter Biden continuait à siéger au conseil d’administration de la Birmanie. Selon les informations, le vice-président de l’époque, M. Biden, « a menacé de retenir un milliard de dollars de garanties de prêts américains si les dirigeants ukrainiens ne licenciaient pas M. Shokin ». Après cela, le Parlement ukrainien a licencié Shokin.
  • Pendant la vice-présidence de son père, Hunter Biden a noué de nombreuses relations d’affaires avec des ressortissants étrangers et a reçu des millions de dollars de sources étrangères, apparemment en échange d’un accès à son père. Les transactions financières auxquelles Hunter s’est livré illustrent les graves préoccupations en matière de contre-espionnage et d’extorsion concernant Hunter Biden et sa famille.
  • Le président Biden a gravement mis en danger la sécurité des États-Unis et de ses institutions gouvernementales. Par un népotisme flagrant, il a permis à son fils d’influencer la politique étrangère et d’en tirer des avantages financiers en raison de son rôle de vice-président. Il a soutenu son fils dans sa collusion avec les fonctionnaires chinois liés au parti communiste. Il a permis à son fils d’échanger des rendez-vous avec son père et d’autres hauts fonctionnaires de l’administration en échange d’une compensation financière. Il a permis à son fils d’accepter de l’argent des oligarques russes, dont Elena Baturina, l’épouse de l’ancien maire de Moscou.