Des citoyens d’Arizona poursuivent l’État pour les élections de 2018 à 2020 qui n’étaient pas conformes à la loi de l’Arizona

Pourquoi Kelly Dixon a-t-elle exigé des marqueurs pour la fraude du jour de l’élection, puis a supprimé son profil Twitter ?
10 mai 2021
Les vétérans de la sécurité nationale et de l’armée américaine demandent la démission du directeur de la CIA
11 mai 2021

Article original datant du 09/05/21

Comment l’Arizona peut-elle s’en sortir ? Si cela s’est produit en Arizona, à quels autres États cela s’applique-t-il ?

Tout cela nous ramène à notre enquête sur les équipes qui ont certifié les élections en Arizona et qui ont été rappelées après l’élection par le Conseil des superviseurs du comté de Maricopa (MCBOS) pour effectuer des audits plus tôt après l’élection de 2020, il y a quelques mois.

Nous avons rapporté que le MCBOS n’avait pas permis au Sénat de l’Arizona d’effectuer un audit des résultats des élections de 2020 dans le comté. Le MCBOS a intenté un procès au Sénat pour empêcher l’audit. Puis, lorsque le Sénat a mis à jour les lois pour clarifier son droit à l’audit et que les tribunaux ont estimé que le Sénat avait tout à fait le droit d’auditer les résultats du comté, le MCBOS a dit « ok, vous pouvez faire un audit mais nous voulons choisir le personnel qui le fera ». Il a ensuite déclaré que les seules entreprises qu’il autoriserait à effectuer l’audit seraient celles certifiées par l’EAS (Commission d’assistance électorale).

Le problème pour le MCBOS était que le choix des auditeurs que le Sénat voulait employer pour effectuer l’audit n’était pas le leur. C’était celui du Sénat. En outre, les cabinets que le MCBOS a déclaré être certifiés ne l’étaient pas. Ils ne l’étaient plus depuis des années.

Nous l’avons signalé et dans les quatre heures qui ont suivi, l’EAS a certifié ces deux entreprises. Nous avons demandé à l’EAS de nous fournir la documentation et ce qu’ils ont utilisé pour certifier ces deux cabinets, soudainement, et dans les heures qui ont suivi notre article signalant que les firmes n’étaient pas certifiées.

Aujourd’hui, après avoir examiné la loi de l’Arizona, un groupe affirme que les élections de 2018, 2019 et 2020 liées à cette loi n’étaient pas conformes à la loi de l’État. Leur raisonnement est que les entreprises qui ont examiné leur équipement de machines à voter n’étaient pas certifiées par l’EAS comme la loi de l’Arizona l’exige.

Voici le communiqué de presse du groupe qui poursuit l’Arizona pour ne pas être en conformité avec leurs lois concernant les élections :

QW Official Presser by Jim Hoft

La poursuite judiciaire fait valoir l’argument suivant dans le document ci-dessous :

Des relations contractuelles valides et ratifiées entre les laboratoires contractants (VSTL – Voting System Test Laboratories – Laboratoires d’essais de systèmes de vote) et l’EAC (Commission d’assistance électorale) n’existent pas depuis 2016 et peut-être même avant. L’EAC définit ses normes et règles à respecter dans son manuel VSTL.

QW Final Draft With Redactions by Jim Hoft

Wow. Cela pourrait être vraiment énorme. Cela signifierait que toutes les élections depuis 2018 qui ont été impactées par cette loi doivent être annulées. De nouvelles élections seront nécessaires.