Des dossiers secrets de la CIA indiquent que des membres du personnel ont commis des crimes sexuels sur des enfants

Article original datant du 01/12/21

Des rapports déclassifiés de l’inspecteur général de la CIA font état d’un ensemble d’abus et d’une décision répétée des procureurs fédéraux de ne pas tenir le personnel de l’agence pour responsable

Au cours des 14 dernières années, la Central Intelligence Agency a secrètement rassemblé des preuves crédibles qu’au moins 10 de ses employés et contractants ont commis des crimes sexuels sur des enfants.

Bien que la plupart de ces affaires aient été transmises aux procureurs américains pour qu’ils engagent des poursuites, une seule de ces personnes a été inculpée. Les procureurs ont renvoyé les autres affaires à la CIA pour qu’elle les traite en interne, ce qui signifie que peu d’entre elles ont subi des conséquences autres que la perte éventuelle de leur emploi et de leur habilitation de sécurité. Il s’agit d’un écart frappant par rapport à la manière dont les crimes sexuels impliquant des enfants ont été traités dans d’autres agences fédérales telles que le Département de la Sécurité intérieure et la Drug Enforcement Administration. Les initiés de la CIA affirment que l’agence résiste aux poursuites contre son personnel de peur que les affaires ne révèlent des secrets d’État.

Les révélations sont contenues dans des centaines de rapports internes de l’agence obtenus par BuzzFeed News grâce à des poursuites en vertu de la loi sur la liberté d’information (FOIA).

Un employé a eu des contacts sexuels avec un enfant de 2 ans et un autre de 6 ans. Il a été licencié. Un deuxième employé a acheté trois vidéos sexuellement explicites de jeunes filles, filmées par leurs mères. Il a démissionné. Un troisième employé a estimé qu’il avait visionné jusqu’à 1 400 images sexuellement abusives d’enfants lors de ses missions pour l’agence. Les dossiers ne disent pas quelles mesures, le cas échéant, la CIA a prises à son encontre. Un contractant qui avait organisé des relations sexuelles avec un agent du FBI sous couverture se faisant passer pour un enfant a vu son contrat révoqué.

Un seul des individus cités dans ces documents a été accusé d’un crime. Dans ce cas, comme dans le seul cas précédemment connu d’un employé de la CIA accusé de crimes sexuels sur des enfants, l’employé faisait également l’objet d’une enquête pour mauvaise manipulation de documents classifiés.

La CIA n’a pas répondu à des questions détaillées, se contentant de dire que l’agence « prend au sérieux toutes les allégations d’éventuelles fautes pénales commises par le personnel« .

Un porte-parole du district oriental de Virginie, où de nombreux renvois au pénal ont été enregistrés, n’a pas non plus répondu à des questions détaillées, disant que le district « prend au sérieux sa responsabilité de demander des comptes aux employés du gouvernement fédéral qui violent la loi fédérale dans notre juridiction. »

Quatre anciens fonctionnaires qui connaissent bien le fonctionnement des enquêtes internes dans les agences de renseignement ont déclaré à BuzzFeed News qu’il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les procureurs peuvent ne pas poursuivre une affaire pénale. L’un d’entre eux, qui connaît bien le fonctionnement du bureau de l’inspecteur général de la CIA, a déclaré que l’agence craignait de perdre le contrôle d’informations sensibles dans une affaire pénale.

L’ancien fonctionnaire, qui a examiné les rapports déclassifiés de l’inspecteur général, a décrit l’inquiétude des avocats de la CIA comme suit : « Nous ne pouvons pas faire témoigner ces personnes, elles pourraient par inadvertance être forcées de divulguer des sources et des méthodes« .

Le fonctionnaire, qui a noté que l’agence a eu un problème avec les images d’abus d’enfants remontant à plusieurs décennies, a déclaré qu’ils comprennent la nécessité de protéger les « éléments sensibles et classifiés« . Cependant, « pour les crimes d’une certaine catégorie, qu’il s’agisse d’une agence de renseignement ou non, vous devez simplement trouver comment poursuivre ces personnes« .

Des crimes sexuels impliquant des enfants, y compris le visionnage d’images d’abus, ont été découverts dans d’autres agences qui traitent des informations sensibles. Dans un rapport de novembre 2009, le ministère de la Défense a reconnu que des dizaines de membres du personnel ou de contractants du Pentagone possédaient de telles images. En 2014, l’inspecteur général de la communauté du renseignement a découvert que deux responsables du National Reconnaissance Office, qui supervise les satellites espions américains, ont reconnu avoir visionné des images d’abus sexuels sur des enfants lors de tests polygraphiques.

Lors d’un symposium en 2016, Daniel Payne, un haut responsable de la sécurité au Pentagone, a déclaré que lorsque les ordinateurs des travailleurs étaient examinés, « la quantité de pornographie enfantine que je vois est tout simplement incroyable. »

Siège de la CIA à Langley, en Virginie

Les révélations sur les mauvais traitements infligés aux enfants sont tirées d’une publication sans précédent de rapports du Bureau de l’inspecteur général de la CIA.

BuzzFeed News a eu accès à ces documents après une décennie de recherches, dont 13 demandes d’archives publiques et trois procès distincts en vertu de la loi sur la liberté d’information.

Ces demandes, dont les plus anciennes remontent à 2012, concernaient des enquêtes closes par le Bureau de l’Inspecteur général, qui agit indépendamment de l’agence pour examiner les fautes commises par des employés ou des contractants.

De nouvelles demandes ont été déposées chaque année suivante. Dans un premier temps, la CIA n’a pas répondu aux demandes, puis elle a déclaré qu’il lui faudrait des années pour fournir des documents. Ces demandes ont été suivies en 2014, 2015 et 2020 de poursuites judiciaires, et l’agence a entamé des négociations sur les documents à divulguer. La pandémie de coronavirus a retardé le processus d’un an, mais l’agence a finalement commencé à publier les documents en mars et publiera la série finale en décembre.

BuzzFeed News publie ici les rapports pour examen public.

Parmi plus de 3 000 pages, couvrant les années 2004 à 2019, figurent des enquêtes, petites et grandes, portant sur des irrégularités de facturation de la part de contractants, un espion qui a facturé une visite dans un « club de gentlemen » à l’étranger et un employé qui a utilisé les systèmes informatiques du gouvernement pour revendre plus de 700 articles achetés dans des vide-greniers.

D’autres rapports ont déjà fait l’objet d’une couverture médiatique, comme l’implication de la CIA dans la production du film Zero Dark Thirty, la torture des détenus dans les prisons des sites noirs, et une opération vieille de plusieurs décennies au Pérou qui a conduit à la mort de missionnaires.

Des rapports plus récents montrent qu’une employée de la CIA a fait l’objet d’une enquête en octobre 2018 pour avoir utilisé les systèmes informatiques et les bases de données de l’agence afin de mener des « recherches non officielles » sur son frère, et que l’inspecteur général a corroboré les allégations contenues dans un mémorandum de janvier 2018 selon lesquelles un autre employé de la CIA a violé le Hatch Act, qui limite l’activité politique des fonctionnaires de l’exécutif.

Les documents révèlent également le schéma des affaires d’abus sexuels, dans lequel les enquêteurs internes ont déterré des preuves de crimes sexuels impliquant des enfants, mais les procureurs fédéraux n’ont porté aucune accusation.

Comme c’est généralement le cas pour les documents de renseignement, les dossiers ont été fortement expurgés. Parmi les informations qui ont été cachées figurent les noms des employés et des contractants accusés et des détails sur leurs emplois à la CIA. L’agence invoque des raisons de vie privée, de sécurité nationale et une loi fédérale qui dispense la CIA de divulguer des détails sur ses opérations.


Un rapport fortement expurgé de l’inspecteur général de la CIA

Un rapport fortement expurgé de l’inspecteur général de la CIA
Au cours de son entretien du 17 novembre 2008 avec l’OIG (Organisation IntergouvernementaleWIKI), […] a admis à SA (AS – Agent Spécial) […] que le ou vers le […], il a eu une activité sexuelle inappropriée avec une fillette de deux ans non identifiée […].

Le département de police de […] n’a pas été en mesure d’identifier le nom de la victime féminine.

Dans sa déclaration du 17 février 2009 à l’AS, […] a admis avoir eu des contacts sexuels inappropriés avec […] la fillette de six ans […] à deux occasions distinctes.

« Ne pas connaître l’identité des suspects est un obstacle à l’identification de ces cas et à la raison pour laquelle ils ont été refusés« , a déclaré le porte-parole du district oriental de Virginie.

Sur les 10 employés qui, selon l’inspecteur général, ont commis des crimes sexuels sur des enfants, cinq ont été licenciés ou ont démissionné. Quatre autres ont été renvoyés devant un conseil du personnel ou devant le Bureau de la sécurité, qui enquête sur les fuites confidentielles et est responsable de la sécurité des installations de la CIA.

L’issue d’une affaire – dans laquelle 10 images d’abus sexuels sur des enfants ont été découvertes sur un ordinateur de la CIA qui avait été laissé sans surveillance – est inconnue. L’employé à qui cet appareil était attribué a déclaré qu’il changeait d’ordinateur lorsqu’il était à l’étranger. Il a nié l’avoir utilisé pour visionner de tels documents.

Dans un onzième cas, l’inspecteur général a reçu une plainte en novembre 2016 selon laquelle un employé a utilisé un ordinateur du gouvernement pour visionner des images d’abus sexuels sur des enfants. Bien que les enquêteurs n’aient pas pu corroborer l’allégation, ils ont découvert qu’il avait montré un « intérêt constant et un modèle de conversations [expurgé] impliquant des activités sexuelles entre adultes et mineurs. »

L’inspecteur général a alerté les responsables de la sécurité et la direction des sciences et de la technologie parce que l’accusation soulevait « des problèmes potentiels de sécurité et de responsabilité« . Les détails sur la manière dont l’affaire a été résolue, et les sanctions auxquelles l’employé a été confronté, sont expurgés.

Au-delà du traitement de ces affaires par la CIA, des questions subsistent quant aux raisons pour lesquelles les procureurs américains ont choisi de n’inculper personne, même lorsqu’ils semblaient disposer de preuves importantes.

Les procureurs ont généralement toute latitude pour décider d’engager des poursuites pénales. Ils peuvent juger que les preuves sont trop anciennes ou trop faibles, prendre en compte le désir de la victime d’un crime d’engager des poursuites et évaluer les chances de convaincre un jury.

« La profession ou l’employeur du suspect n’entre pas en ligne de compte dans cette évaluation« , a déclaré le porte-parole du bureau du procureur américain pour le district Est de la Virginie. « Bien que nous ne puissions pas commenter les raisons pour lesquelles des affaires spécifiques ont été refusées, nous prenons très au sérieux toute allégation selon laquelle nos procureurs ont refusé une affaire potentielle sur la base d’une évaluation inappropriée des facteurs pertinents. »

Il semble qu’au moins la moitié des enquêtes sur les abus sexuels aient eu pour origine un aveu. Les documents ne précisent pas les circonstances entourant ces déclarations, ni si elles sont apparues au cours d’examens polygraphiques exténuants « full-scope », susceptibles de sonder tous les aspects de la vie des employés et des contractants de la CIA.

Au cours de ces examens, un ancien agent des services de renseignement a déclaré à BuzzFeed News qu’il n’est pas rare qu’un candidat admette un comportement illégal afin de prouver qu’il ne ment pas – pour se rendre compte plus tard que sa déclaration pourrait avoir réduit à néant ses chances de travailler pour l’agence et même le mettre en danger sur le plan juridique.

Ces déclarations sont envoyées à l’inspecteur général, qui s’efforce ensuite de rassembler des preuves de l’existence du délit. Mais cela donne au sujet le temps de supprimer ou de détruire les preuves, a déclaré l’ancien fonctionnaire.

C’est ce qui s’est passé en janvier 2010, lorsqu’un contractant de la CIA s’est connecté à un forum de discussion en utilisant une adresse IP de l’agence et a sollicité des relations sexuelles avec un agent du FBI se faisant passer pour un enfant. Le contractant a reconnu être obsédé par les images d’abus sexuels d’enfants, mais le temps que l’inspecteur général obtienne un mandat de perquisition et saisisse l’ordinateur de l’homme, quelqu’un avait « retiré les disques durs et les avait jetés« , selon les rapports.

Obtenu via FOIA (Freedom of Information Act / Loi sur la liberté d’informationWIKI)

Le 8 avril 2010, l’agent spécial (AS) […] a contacté le Bureau de l’Inspecteur général (OIG) de la CIA au sujet du contrôleur de l’Agence […] L’AS […] a informé l’OIG que […] avait prétendument sollicité un AS sous couverture du FBI dans un salon de discussion en ligne pour tenter de voyager d’un État à l’autre dans le but d’avoir des relations sexuelles avec ce qu’il croyait être un mineur.

Un autre employé de la CIA a signé une déclaration sous serment dans laquelle il admet avoir utilisé un ordinateur portable du gouvernement pour visionner des photos et des vidéos de filles âgées d’à peine 10 ans abusées par un « homme plus âgé« .

L’employé a reconnu qu’il a commencé à chercher des images d’abus sexuels sur des enfants alors qu’il était à l’université et qu’il en a visionné jusqu’à 1 400 alors qu’il était en mission pour l’agence. Il a dit aux enquêteurs de la CIA qu’il était « sincèrement désolé« , mais a également déclaré « qu’il n’avait pas compris que l’accès à la pédopornographie était une violation de la politique de l’agence avant de suivre le cours de sécurité de l’information de l’agence« .

Cependant, lorsque l’inspecteur général a examiné les ordinateurs de l’homme, aucune image de ce type n’était visible. Un procureur fédéral a refusé d’inculper l’homme en « faveur d’une action administrative » de la CIA. La recommandation du conseil du personnel est expurgée.

Mais dans plusieurs cas, les procureurs avaient de quoi s’appuyer.

Au cours d’une enquête qui s’est terminée en août 2009, un fonctionnaire ayant une habilitation de sécurité a reconnu avoir eu des contacts sexuels avec deux fillettes âgées de 2 et 6 ans et avoir téléchargé des images illicites alors qu’il travaillait pour la CIA. L’inspecteur général a lancé une vaste enquête et a tenté d’identifier les victimes.

Obtenu via FOIA

Comme détaillé ci-dessous, […] a admis à l’OIG un contact sexuel inapproprié avec un enfant victime, et une activité sexuelle inappropriée avec un deuxième enfant victime. De plus, l’examen de […] a confirmé que […] avait téléchargé de manière extensive de la pornographie enfantine.

Les enquêteurs ont découvert qu’il avait « abondamment » téléchargé des contenus d’abus sur des enfants, comme 63 vidéos d’enfants âgés de 8 à 16 ans. L’homme utilisait régulièrement le réseau Wi-Fi du gouvernement pour télécharger ces contenus, il le distribuait à d’autres personnes et il ramenait les photos aux États-Unis à son retour d’un voyage à l’étranger.

Malgré ces aveux et les preuves que les enquêteurs ont trouvées sur ses appareils, les procureurs du district oriental de Virginie ont refusé d’engager une procédure pénale. Ils ont déclaré à l’inspecteur général qu’il y avait des « problèmes d’altération », un terme parfois utilisé pour désigner des preuves mal traitées. Les procureurs ont également déclaré que les filles figurant dans ces vidéos n’avaient pas été « des victimes de pédopornographie précédemment identifiées », ce qui rendait plus difficile de prouver qu’elles étaient mineures.

Obtenu via FOIA

Le 19 août 2009, le procureur américain adjoint […] du bureau du procureur de l’est de la Virginie a refusé d’engager des poursuites contre […] en raison des problèmes d’altération des informations […] et de l’absence de victimes de pédopornographie identifiées précédemment dans ses vidéos.

En revanche, dans les deux seuls cas connus ayant donné lieu à des poursuites pénales, les deux parties étaient également accusées d’infractions graves liées à des informations classifiées.

Selon un rapport de l’inspecteur général du 6 août 2013, une enquête sur un contractant de la CIA soupçonné d’être en possession d’images d’abus sexuels sur des enfants a révélé la présence de contenus classifiés stockés sur son disque dur personnel et de « nombreux documents techniques liés aux systèmes de l’Agence » sur son ordinateur portable. Le contractant a été licencié et s’est vu retirer son habilitation de sécurité. Il a ensuite plaidé coupable aux accusations d’abus d’enfants et s’est inscrit comme délinquant sexuel. Le rapport indique que le contractant a été condamné, mais les détails, ainsi que son nom, ont été caviardés.

Dans l’autre cas, l’ingénieur logiciel de la CIA Joshua Schulte a été accusé en 2018 de possession d’images d’abus sexuels sur des enfants dans le cadre d’une enquête beaucoup plus vaste sur la plus grande fuite d’informations classifiées de l’histoire de l’agence. Connu sous le nom de Vault 7 et publié par WikiLeaks, ce trésor de documents a révélé des outils secrets que la CIA utilisait pour pirater des ordinateurs. Elle a été poursuivie en vertu de la loi sur l’espionnage.

Schulte fait l’objet d’un procès séparé pour les accusations d’abus sexuel sur enfant. Il a plaidé non coupable.

[ Lire les rapports de l’inspecteur général de la CIA sur la maltraitance des enfants ]

[ Lire les centaines de rapports de l’inspecteur général de la CIA obtenus par BuzzFeed News. ]

CIA Files Say Staffers Committed Sex Crimes Involving Children. They Weren’t Prosecuted.
Declassified CIA inspector general reports show a pattern of abuse and a repeated decision by federal prosecutors not to hold agency personnel accountable.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations