Des enfants migrants placés dans des centres d’accueil à peine supervisés

Pourquoi le gouvernement cache-t-il les séquences vidéo du 6 janvier ?
12 mai 2021
La nation de l’inflation : Les prix à la consommation augmentent de 4,2 %
12 mai 2021

Article original datant du 11/05/21

Sur cette photo d’archive du 30 mars 2021, de jeunes migrants attendent de subir un test de dépistage du COVID-19 au centre de détention du département de la sécurité intérieure de Donna, le principal centre de détention des enfants non accompagnés de la vallée du Rio Grande, à Donna, au Texas. L’administration Biden détient des dizaines de milliers d’enfants demandeurs d’asile dans un réseau opaque de quelque 200 installations dont l’Associated Press a appris qu’il s’étendait sur deux douzaines d’États et comprenait cinq foyers dans lesquels étaient entassés plus de 1 000 enfants.

L’administration Biden détient des dizaines de milliers d’enfants demandeurs d’asile dans un réseau opaque de quelque 200 installations qui, selon les informations de l’Associated Press (AP), s’étend sur deux douzaines d’États et comprend foyers abris où sont entassés plus de 1 000 enfants.

Des données confidentielles obtenues par l’AP montrent que le nombre d’enfants migrants sous la garde du gouvernement a plus que doublé au cours des deux derniers mois, et cette semaine, le gouvernement fédéral hébergeait environ 21 000 enfants, des tout-petits aux adolescents. Une installation à Fort Bliss, un poste de l’armée américaine à El Paso, au Texas, comptait plus de 4 500 enfants à la date de lundi. Des avocats, des défenseurs des droits et des experts en santé mentale affirment que si certains foyers sont sûrs et offrent des soins adéquats, d’autres mettent en danger la santé et la sécurité des enfants.

« C’est presque comme ‘Le jour de la marmotte‘ », a déclaré Luz Lopez, avocate du Southern Poverty Law Center, en référence au film de 1993 dans lequel les événements semblent se répéter continuellement. « Nous voici presque de retour à un point où nous avons commencé, où le gouvernement utilise l’argent des contribuables pour construire de grands centres de détention … pour les enfants au lieu d’utiliser cet argent pour trouver des moyens de réunir plus rapidement les enfants avec les parrains (personnes s’étant engagées à les accueillir, permettant ainsi le passage de la frontière, NdT). »

Un porte-parole du ministère américain de la santé et des services sociaux, Mark Weber, a déclaré que le personnel et les sous-traitants du ministère travaillent dur pour assurer la sécurité et la santé des enfants placés sous leur garde.

Quelques-unes des pratiques actuelles sont les mêmes que celles que le président Joe Biden et d’autres ont critiquées sous l’administration Trump, y compris le fait de ne pas procéder à des vérifications complètes des antécédents et des empreintes digitales de certains soignants auprès du FBI. Dans le même temps, les dossiers judiciaires montrent que l’administration Biden travaille à régler plusieurs procès de plusieurs millions de dollars qui affirment que les enfants migrants ont été maltraités dans les abris sous la présidence de Donald Trump.

Une partie du plan du gouvernement pour gérer des milliers d’enfants traversant la frontière entre les États-Unis et le Mexique implique une douzaine d’installations d’urgence non autorisées à l’intérieur d’installations militaires, de stades et de centres de convention qui contournent les réglementations des États et ne nécessitent pas de surveillance juridique traditionnelle.

Dans ces installations, appelées sites d’accueil d’urgence, les enfants ne sont pas assurés d’avoir accès à l’éducation, aux loisirs ou à un conseil juridique.

Dans un récent communiqué de presse, l’administration a vanté son « rétablissement d’une approche centrée sur l’enfant pour les enfants non accompagnés », et elle a partagé quotidiennement le nombre total d’enfants sous la garde du gouvernement ainsi que quelques photos des installations. Cela reflète un niveau de transparence plus élevé que l’administration Trump. En outre, le temps que les enfants passent, en moyenne, à l’intérieur du système est passé de quatre mois l’automne dernier à moins d’un mois ce printemps, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux.

Néanmoins, l’agence a reçu des rapports d’abus qui ont entraîné le renvoi d’une poignée d’employés contractuels des sites d’urgence cette année, selon un fonctionnaire qui n’était pas autorisé à en discuter publiquement et qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

Les avocats disent que parfois, même les parents ne savent pas où sont leurs enfants.

José, un père qui a fui le Salvador après que son village ait été la cible d’un massacre, a demandé l’asile aux États-Unis il y a quatre ans. Il espérait accueillir sa femme et sa fille de 8 ans en Californie du Sud cette année, mais les deux ont été refoulées à la frontière en mars et expulsées vers le Mexique. La petite fille a retraversé la frontière toute seule et a été placée dans un refuge gouvernemental à Brownsville, au Texas, le 6 avril. José a appelé à plusieurs reprises une ligne d’assistance gouvernementale mise en place pour les parents recherchant leurs enfants migrants, mais personne n’a voulu lui dire où elle se trouvait.

« J’étais si bouleversé parce que je n’arrêtais pas d’appeler et de téléphoner et personne ne voulait me donner la moindre information sur l’endroit où elle se trouvait », a déclaré José, qui a demandé à n’être identifié que par son prénom par crainte de mettre en danger son dossier d’immigration. « Finalement, ils m’ont dit que je devais payer 1 300 dollars pour couvrir son billet d’avion et que si je ne payais pas, je devrais attendre un mois de plus, et j’étais tellement anxieux. »

Pendant près de trois semaines, sa fille a été retenue à l’intérieur de l’établissement de Brownsville avant d’être finalement libérée et rendue à son père à la fin du mois d’avril, après qu’une organisation de défense des droits soit intervenue pour que le gouvernement paie la facture de son billet d’avion, comme l’exige l’agence.

Le HHS (Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis) a refusé de dire s’il existe des normes juridiquement contraignantes pour la prise en charge des enfants hébergés dans les sites d’urgence ou comment ils sont surveillés. L’administration Biden n’a autorisé qu’un accès très limité aux médias une fois que les enfants ont été amenés dans les installations, invoquant la pandémie de coronavirus et les restrictions en matière de confidentialité.

« Le HHS a travaillé aussi rapidement que possible pour augmenter la capacité des lits et pour s’assurer que les parrains potentiels puissent fournir un foyer sûr pendant que l’enfant suit sa procédure d’immigration », a déclaré le porte-parole du HHS, M. Weber, dans un communiqué. « Dès que des services globaux – soins primaires sur place, y compris les vaccinations et les examens médicaux des enfants, la gestion des cas, les appels téléphoniques aux membres de la famille, l’éducation, les loisirs, etc. – deviennent disponibles grâce à l’infrastructure et au personnel supplémentaires, ils sont fournis dans le cadre de l’opération. »

Weber a confirmé plusieurs chiffres de populations spécifiques des foyers à partir des données que l’AP a obtenues.

Les centres de détention, avec des centaines de lits chacun, préoccupent particulièrement les défenseurs des droits humains. Ces installations peuvent laisser les enfants isolés, moins surveillés et sans services de base. L’AP a constaté qu’environ la moitié de tous les enfants migrants détenus aux États-Unis dorment dans des abris avec plus de 1 000 autres enfants. Plus de 17 650 se trouvent dans des établissements comptant 100 enfants ou plus. Certains refuges et programmes d’accueil sont petits, un peu plus qu’une maison avec une poignée d’enfants. Un grand établissement de Houston a brusquement fermé le mois dernier après qu’il a été révélé que les enfants recevaient des sacs en plastique au lieu d’avoir accès aux toilettes.

« Le système est très dysfonctionnel et la situation ne fait qu’empirer », a déclaré Amy Cohen, pédopsychiatre et directrice exécutive de l’organisation à but non lucratif Every.Last.One, qui aide les familles immigrées fuyant la violence en Amérique centrale. Bien qu’un grand nombre d’enfants arrivent aux États-Unis depuis des années, Amy Cohen dit qu’elle n’a jamais vu la situation aussi mauvaise qu’aujourd’hui.

Mme Cohen décrit des parents qui reçoivent des appels de personnes refusant de s’identifier. On leur dit de se rendre à l’aéroport ou à la gare routière dans les deux heures qui suivent pour récupérer leurs enfants, qui sont détenus depuis plus d’un mois sans préavis, sinon ils ne seront pas libérés. Certains parents sont invités à payer des milliers de dollars à une agence de voyage pour que leur enfant leur soit envoyé, dit-elle.

« Les enfants sortent malades, avec le COVID, infestés de poux, et je ne serai pas surprise de voir des enfants mourir en conséquence, comme nous l’avons vu pendant les années Trump », a déclaré Cohen. « L’administration Biden met fébrilement en place ces centres de détention pop-up, dont beaucoup n’ont aucune expérience du travail avec les enfants. »

L’une des raisons pour lesquelles tant d’enfants arrivent maintenant sans leurs parents remonte à un décret d’urgence de l’administration Trump de 2020 qui a essentiellement fermé la frontière américano-mexicaine à tous les migrants, invoquant des préoccupations de santé publique concernant la propagation du COVID-19.

Ce décret d’urgence s’applique toujours aux adultes, mais l’administration Biden a commencé à autoriser les enfants voyageant sans leurs parents à rester et à demander l’asile s’ils entrent dans le pays. En conséquence, certains parents envoient leurs enfants traverser la frontière par eux-mêmes.

La plupart d’entre eux ont déjà un parent ou un autre adulte ou ami de la famille, appelé parrain, aux États-Unis, qui attend de les recevoir. Mais d’abord, ils sont généralement détenus par le service des douanes et de la protection des frontières (CBP), puis confiés à un centre d’accueil gouvernemental.

« Autant il est inacceptable que des enfants passent des jours entiers à la CBP, autant il est inacceptable qu’ils passent des semaines entières dans des centres d’accueil d’urgence non agréés », a déclaré Neha Desai, avocate du National Center for Youth Law (Centre national pour le droit de la jeunesse). « Avec chaque jour qui passe, il est de plus en plus critique que ces enfants soient libérés à des parrains ou transférés dans des établissements agréés. »

Au cours de l’année 2019, le gouvernement fédéral a détenu près de 70 000 enfants dans un système de centres d’accueil sous contrat, de camps de détention de masse et de familles d’accueil. Cette année, ces chiffres devraient être encore plus élevés.

Certaines des installations accueillant des enfants ces jours-ci sont gérées par des entrepreneurs déjà confrontés à des poursuites judiciaires affirmant que des enfants ont été victimes d’abus physiques et sexuels dans leurs centres d’accueil sous l’administration Trump, tandis que d’autres sont de nouvelles entreprises ayant peu ou pas d’expérience de travail avec des enfants migrants. Collectivement, les installations d’urgence peuvent accueillir près de 18 000 enfants, selon les données fournies par l’agence au début du mois.

« De nombreuses questions se posent quant à l’existence de normes et à la question de savoir qui veille à ce qu’elles soient respectées, ainsi qu’à la transparence et à l’obligation de rendre des comptes », a déclaré Jennifer Podkul, vice-présidente de Kids in Need of Defense (Des enfants qui ont besoin d’être défendus), qui représente les enfants devant les tribunaux de l’immigration.

L’Asylum Seeker Advocacy Project (Projet de défense des demandeurs d’asile) est l’une des nombreuses organisations qui ont déposé des plaintes contre le gouvernement fédéral en vue d’obtenir des centaines de millions de dollars de dommages et intérêts pour les parents qui ont déclaré que leurs enfants ont subi des préjudices pendant qu’ils étaient sous la garde du gouvernement après avoir été séparés de force à la frontière en vertu des politiques de l’administration Trump. Dans certaines poursuites, les familles affirment que les enfants ont subi des abus physiques et sexuels alors qu’ils étaient sous la garde du gouvernement, tant dans les foyers d’accueil que dans les refuges privés.

« Si ces enfants ont pu venir avec leurs parents, ils pourraient être libérés avec leurs parents et ne pas être placés sous la garde du gouvernement », a déclaré Conchita Cruz, codirectrice exécutive à l’Asylum Seeker Advocacy Project. « Cette administration devrait lever la politique actuelle afin que les familles puissent demander l’asile ensemble. »

Le Ministère de la Justice de Biden défend le gouvernement contre ces plaintes, qui ont été déposées en 2019 sous l’administration Trump. Mais la réponse fédérale est mitigée depuis le changement de direction. Certaines affaires continuent d’être plaidées, tandis que d’autres font l’objet de discussions de règlement.

Dans un dépôt de plainte récent dans une affaire actuellement en litige, les avocats fédéraux ont accepté l’affirmation selon laquelle ces politiques ont effectivement causé des dommages.

Le président Biden a « condamné la tragédie humaine qui s’est produite lorsque nos lois sur l’immigration ont été utilisées pour séparer intentionnellement des enfants de leurs parents ou de leurs tuteurs légaux, y compris par le biais de la « politique de tolérance zéro » sous l’administration Trump », ont écrit les avocats du Ministère de la Justice.

Le juge chargé de l’affaire a accédé à une demande conjointe de mettre en pause le litige jusqu’au 2 juin « pendant que les parties explorent un règlement. »

« Nous voulons nous assurer que ces nouvelles structures font l’objet d’une surveillance et d’une transparence adéquates et que les enfants peuvent en sortir », a déclaré M. Podkul, dont l’organisation a organisé des formations « Connaissez vos droits » avec les enfants dans les sites d’urgence. « Si les enfants sont là pour plus de 48 heures, ils doivent savoir à quoi s’attendre ».

Quant à la fillette de 8 ans, son père, José, dit qu’elle s’adapte à la vie à Los Angeles, qu’elle aime jouer avec son grand frère et qu’elle s’ouvre peu à peu.

« Elle me demande sans cesse où est sa mère, et je lui dis de ne pas s’inquiéter, qu’elle est au Mexique et qu’elle va bien », dit-il. « Bientôt, j’espère qu’elle me dira comment c’était à l’intérieur ».

Migrant children held in mass shelters with little oversight
The Biden administration is holding tens of thousands of asylum-seeking children in an opaque network of some 200 facilities that The Associated Press has learned spans two dozen states and includes five shelters with more than 1,000 children packed inside...