Des pages Web supprimées montrent qu’Obama a participé à la construction d’un laboratoire biologique en Ukraine pour traiter des « agents pathogènes particulièrement dangereux »

Article original datant du 08/03/22

Récupéré par The National Pulse, l’article soulève de sérieuses questions sur l’activité du gouvernement américain en Ukraine, qui remonte à près de deux décennies.

Un article du Web récupéré par The National Pulse révèle que l’ancien président Barack Obama a été le fer de lance d’un accord menant à la construction de laboratoires biologiques manipulant des « agents pathogènes particulièrement dangereux » en Ukraine.

La nouvelle tombe le jour même où l’apparatchik (WIKI) du régime Biden, Victoria Nuland, a déclaré au Sénat américain que le gouvernement américain s’inquiète de voir des installations de recherche biologique tomber entre les mains des Russes en raison du conflit en cours en Europe de l’Est.

Publié à l’origine le 18 juin 2010, l’article « Ouverture d’un laboratoire biologique en Ukraine » explique comment M. Obama, alors qu’il était sénateur de l’Illinois, a aidé à négocier un accord pour la construction d’un laboratoire de biosécurité de niveau 3 dans la ville ukrainienne d’Odessa.

L’article, qui souligne également le travail de l’ancien sénateur Dick Lugar, a également été inclus dans le numéro 818 du journal de sensibilisation du Centre de lutte contre la prolifération de l’armée de l’air américaine (USAF).

« Lugar a déclaré que les plans pour l’installation ont commencé en 2005 lorsque lui et le sénateur de l’époque, Barack Obama, ont conclu un partenariat avec des responsables ukrainiens. Lugar et Obama ont également contribué à coordonner les efforts entre les chercheurs américains et ukrainiens cette année-là dans le but d’étudier et d’aider à prévenir la grippe aviaire« , explique l’auteure Tina Redlup.

BioPrepWatch.com

Un laboratoire biologique ouvre ses portes en Ukraine

par Tina Redlup
17 juin 2010

Le sénateur américain Dick Lugar a applaudi l’ouverture du Laboratoire central de référence intérimaire à Odessa, en Ukraine, cette semaine, en annonçant qu’il jouera un rôle déterminant dans la recherche d’agents pathogènes dangereux utilisés par les bioterroristes.

Le laboratoire de biosécurité de niveau 3, qui est le premier construit sous l’autorité élargie du programme Nunn-Lugar Cooperative, sera utilisé pour étudier l’anthrax (WIKI), la tularémie (WIKI) et la fièvre Q (WIKI) ainsi que d’autres pathogènes dangereux.

« La coopération continue des partenaires Nunn-Lugar a amélioré la sécurité de tous contre les armes de destruction massive et l’utilisation potentielle par des terroristes, en plus des avancées dans la prévention des pandémies et des conséquences sur la santé publique. », a déclaré M. Lugar.

M. Lugar a déclaré que les plans pour l’installation ont commencé en 2005 lorsque lui et le sénateur de l’époque, Barack Obama, ont conclu un partenariat avec les responsables ukrainiens. Lugar et Obama ont également aidé à coordonner les efforts entre les chercheurs américains et ukrainiens dans le but d’étudier et d’aider à prévenir la grippe aviaire (WIKI) .

La loi Nunn-Lugar, qui a créé le Programme coopératif de réduction des menaces, a été établie en 1991. Depuis lors, il a fourni des fonds et une assistance pour aider l’ancienne Union soviétique à démanteler et à protéger d’importants stocks de matériel nucléaire, chimique et chimiques. Le programme a également été responsable de la destruction des armes chimiques en Albanie (WIKI), a déclaré M. Lugar.

http://www.bioprepwatch.com/news/213421-biolab-opens-in-ukraine
(Retour à la liste des articles et documents)

Un rapport de 2011 du Comité de l’Académie nationale des sciences des États-Unis sur l’anticipation des défis de biosécurité liés à l’expansion mondiale des laboratoires biologiques à haut niveau de confinement explique comment le laboratoire basé à Odessa (WIKI) « est responsable de l’identification d’agents pathogènes biologiques particulièrement dangereux. »

« Ce laboratoire a été reconstruit et mis à jour techniquement jusqu’au niveau BSL-3 (WIKI) grâce à un accord de coopération entre le Département de la Défense des États-Unis et le Ministère de la Santé de l’Ukraine qui a débuté en 2005. La collaboration se concentre sur la prévention de la propagation des technologies, des agents pathogènes et des connaissances qui peuvent être utilisés dans le développement d’armes biologiques« , poursuit le rapport.

« Le laboratoire mis à jour sert de laboratoire central de référence intérimaire avec un depositarium (collection de pathogènes). Conformément à la réglementation ukrainienne, il dispose d’un permis pour travailler à la fois avec des bactéries et des virus du premier et du deuxième groupe pathogène« , explique le rapport.

Un document distinct du BioWeapons Prevention Project, détaillant le réseau ukrainien de laboratoire biologique, décrit plus en détail l’étendue des agents pathogènes avec lesquels l’installation a mené des recherches.

Parmi les virus étudiés par le laboratoire figurent Ebola (WIKI) et « les virus du groupe de pathogénicité II en utilisant des méthodes virologiques, moléculaires, sérologiques et expressives. »

En outre, le laboratoire a dispensé « une formation spéciale aux spécialistes sur les questions de biosécurité et de sûreté biologique lors de la manipulation d’agents biologiques pathogènes dangereux. »

Nom et localisation de l’institution hôteNom/taille du BSL-3 laboratoirePortée et description générale des activités
Institution d’État « Institut Ukrainien Mechikov scientifique et de recherche anti-peste »
2/4, Tserkovna str, Odessa, 65003
Laboratoire de détection des agents biologiques pathogènes : bactériologie département : 299.97m2 département de virologie : 119.3m2a) détection et identification des virus à pouvoir pathogène du groupe I* : virus de Marbourg, virus Ebola, virus de Lassa, virus de Junin, virus de Machupo, virus Simian B, virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et les virus du groupe de pathogénicité II* par l’utilisation des méthodes virologiques, moléculaires, sérologique et de méthodes expresses. Détection et identification des bactéries des groupes de pathogénicité I et II* : Yersinia pestis, Bacillus anthracis, Brucella spp, Francisella tularensis etc. par l’utilisation de méthodes bactériologiques, méthodes moléculaires et sérologiques ;

b) l’identification d’agents non classés ;

c) stockage et entretien des souches de musée de microorganismes des groupes de pathogénicité I-II;*

d) étude des caractéristiques moléculaires et génétiques des agents des groupes de pathogénicité I-II;*

e) formation spéciale des spécialistes sur les questions de biosécurité et debiosécurité lors de la manipulation d’agents biologiques dangereux.

La découverte de ce laboratoire fait suite à l’examen minutieux de la décision du gouvernement américain de financer des recherches risquées, dites « à gain de fonction » (WIKI) , à Wuhan, dans un laboratoire dirigé par le Parti Communiste Chinois et ayant des liens avec l’armée.

EXCLUSIVE: Deleted Web Pages Show Obama Led an Effort To Build a Ukraine-Based BioLab Handling ...
A deleted article reveals that former President Barack Obama spearheaded an agreement that led to the construction of biolabs handling "especially dangerous pathogens" in Ukraine.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations