Désolé Facebook, la vaccination obligatoire n’est pas la solution

Article original datant du 01/09/2021 par Dr. Robert Malone (WIKI) et Peter Navarro (WIKI)

Toute la science doit être prise en compte, pas censurée

OPINION :

Le 5 août 2021, nous avons mis en garde contre la politique de vaccination universelle forcée du régime Biden, et Facebook nous a promptement censurés. Aujourd’hui, le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMSWIKI) plaide pour que les gouvernements du monde abandonnent leur folie des rappels infinis, mettant en garde – comme nous l’avons fait – contre la possibilité de mutations plus « virulentes » et « puissantes ». Nous nous demandons si Facebook va le censurer.

Si nous avons raison – et nous avons la science, les faits et les preuves de notre côté – il y a plus que les droits du premier amendement en jeu. Des millions de vies – peut-être même la race humaine elle-même – sont en jeu.

Le premier volet de notre stratégie consiste à ne vacciner que les personnes les plus vulnérables – principalement les personnes âgées et les personnes souffrant de comorbidités importantes telles que des maladies pulmonaires et cardiaques ou le diabète. Des outils en ligne et sur smartphone permettent aux personnes d’évaluer précisément leurs vulnérabilités.

Le deuxième volet permet aux médecins de prescrire librement un large éventail de produits thérapeutiques sûrs et efficaces dans le cadre d’un traitement précoce, en ambulatoire. Le déploiement de kits de test de détection à domicile des infections permettrait de commencer ce traitement le plus tôt possible.

Comme le reflètent les préoccupations de l’OMS, des données scientifiques solides suggèrent que plus on vaccine, plus on risque d’engendrer des mutations résistantes au vaccin. Par conséquent, plus les personnes qui ont été vaccinées risquent d’être victimes de ces mutations. En d’autres termes, minimiser le nombre de personnes vaccinées est le MEILLEUR moyen de protéger les plus vulnérables et de répartir le plus efficacement possible les rares réserves de vaccins dans le monde.

C’est ce simple principe darwinien de virologie que les censeurs de Facebook ne semblent pas pouvoir comprendre. Ils affirment que des mutations se produiront, que le virus rencontre des anticorps générés par des vaccins ou des anticorps générés par des personnes précédemment contaminées. Mais voici la différence essentielle : Les mutations qui se développent lorsque le virus rencontre des personnes vaccinées seront bien mieux armées pour vaincre le vaccin que les mutations qui se développent autrement à partir de protéines virales « sauvages » et autres bien plus diverses. Ainsi, plus on vaccine de personnes, plus on obtient de mutations résistantes au vaccin et, dans la « course à l’armement » des vaccins, plus on a besoin d’injections de rappel toujours plus puissantes.

Et voici le pire des scénarios – mais dont la probabilité n’est pas faible : En vaccinant l’ensemble de la population du pays (et du monde) avec une protéine spike, vous risquez de développer un « super virus » capable d’échapper à l’immunité harmonisée au niveau mondial et d’exposer à nouveau tout le monde à un risque élevé.

De même, des données scientifiques fiables nous informent que la vaccination universelle est insensée car elle impose des risques inutiles à une fraction substantielle de notre population – pensons aux enfants, aux jeunes, aux personnes en bonne santé et à celles qui ont déjà été infectées et qui ont développé une réponse immunitaire protectrice probablement plus robuste, plus diversifiée et plus durable. Des données récentes en provenance d’Israël confirment cette logique.

Nous devons être honnêtes ici – car le régime de Biden ne l’a pas été. Chacun des principaux vaccins peut provoquer un large éventail d’effets secondaires graves – ou tuer carrément des personnes. Pourtant, le système de la FDA (WIKI) pour surveiller ces « effets secondaires » semble sous-estimer ces effets de façon spectaculaire.

En revanche, le système de l’Union européenne, bien plus précis, donne des statistiques alarmantes : Au 31 juillet 2021, la base de données Eudravigilance10 a enregistré 20 525 décès et 1 960 607 pathologies.

Le manque apparent de durabilité de notre gamme actuelle de vaccins est tout aussi alarmant. Des données récentes indiquent qu’il est nécessaire de renouveler les vaccins tous les quatre à six mois. Il s’agit en fait d’une version médicale de la roulette russe, où le faible risque d’une seule injection devient un risque beaucoup plus grand avec plusieurs injections. Alors pourquoi exposer les personnes peu exposées à la maladie – en particulier nos enfants – à la vaccination ?

Des données scientifiques fiables nous informent en outre qu’il est probablement beaucoup moins risqué de traiter nos populations à faible risque avec des traitements allant de l’hydroxychloroquine et de l’ivermectine (WIKI) à l’apixaban (WIKI), aux stéroïdes anti-inflammatoires, à la vitamine D et au zinc. Grâce à l’accumulation de données, nous savons maintenant que ces thérapeutiques peuvent réduire de manière significative les symptômes, la durée de l’hospitalisation et le taux de mortalité.

Par exemple, une méta-analyse de plus de 300 études sur l’hydroxychloroquine (WIKI) impliquant plus de 4 000 scientifiques dans le monde et près de 400 000 patients infectés indique une amélioration globale de 66 %. Les premières études sur la mortalité liée au traitement estiment une réduction moyenne – et étonnante – de 75 % des décès.

Malgré ces données accablantes, il semble y avoir un effort coordonné de la part de la bureaucratie fédérale dirigée par Fauci (WIKI), en tandem avec Big Pharma (WIKI) et des chaînes comme CVS (WIKI) et Walgreens (WIKI), pour supprimer la distribution d’une large gamme de produits thérapeutiques que les médecins du monde entier utilisent pour éviter aux patients d’être hospitalisés grâce à un traitement précoce. Dans de nombreux cas, les patients ne peuvent tout simplement pas faire valoir leurs ordonnances – un affaire évidente de pharmacies pratiquant la médecine sans licence.

Le fait que Facebook – qui exige désormais que tous ses employés soient vaccinés – s’immisce dans ce débat est aussi affligeant que mortel. Nous répétons que nous ne sommes pas des anti-vaxx. L’un de nous (Malone) a été cité comme candidat au prix Nobel pour son travail de pionnier sur les vaccins à ARNm (WIKI). L’autre a joué un rôle clé dans le lancement de l’opération WARP speed (WIKI).

Nous ne faisons pas qu’exercer nos droits du premier amendement. Nous le faisons en nous appuyant sur l’une des plus solides bases de données et de science que l’on puisse imaginer. Ignorez-nous – ou censurez-nous – au péril du monde.

Le Dr Robert Malone (WIKI) est le découvreur de la transfection de l'ARN (WIKI) in-vitro et in-vivo et l'inventeur de la technologie de base des vaccins à ARNm. Peter Navarro (WIKI) a travaillé à la Maison Blanche sous l'administration Trump et est l'auteur du livre à paraître In Trump Time : A Journal of America's Plague Year (All Seasons Press).
Sorry Facebook, forced universal vaccinations are not the answer
On August 5, 2021, we warned against the Biden regime’s forced universal vaccination policy, and Facebook promptly censored us.

Chapitres