Dévolution – Partie 3

Article original datant du 15/07/21

Parties


Partie 3 – Continuité du gouvernement

Notes

Si vous n’avez pas lu mes deux premières parties de la série Devolution, vous pouvez les trouver ici :

La partie 4 couvre ma théorie personnelle sur la manière exacte dont Donald John Trump a non seulement mis en œuvre la dévolution, mais est toujours, constitutionnellement, le président des États-Unis. J’ai même des précédents pour l’étayer.

Je m’excuse mais cet article peut être confus à certains moments. J’ai fait de mon mieux pour relier les points aussi clairement que possible. Si vous avez des questions ou si vous souhaitez simplement parler de dévolution, n’hésitez pas à rejoindre mon telegram et à me poser la question : https://t.me/patelpatriotchat.

Dernière note avant de plonger. Je voulais à l’origine couvrir Mike Pence et William Barr dans cet article, mais il s’est avéré beaucoup plus long que je ne le pensais.

Nous y voilà

Continuité des opérations et continuité du gouvernement

La planification de la continuité des opérations (COOP) est utilisée par les États-Unis depuis la guerre froide dans le but de préserver la continuité du gouvernement (COG) en cas d’attaque nucléaire. Le décret 12656 a jeté les bases et défini ce qui constitue une urgence de sécurité nationale.

En juillet 2016, Barack Obama a signé la Presidential Policy Directive 40 (PPD-40), toujours classifiée. Conformément à la PPD-40, chaque ministère devait maintenir des programmes de continuité. « Les agences ont reçu l’ordre d’avoir non seulement une ligne de succession, mais aussi une ligne de « dévolution », une chaîne dupliquée de personnes secrètes en dehors de Washington, disponibles en cas d’urgence catastrophique ». La dévolution implique des « procédures pour transférer l’autorité et les responsabilités statutaires » à ce personnel secondaire désigné pour maintenir les fonctions essentielles. »

Même si chaque agence et département du gouvernement fédéral a des plans COG et COOP, la dévolution que le président Trump a initiée a été faite par l’intermédiaire des militaires et du ministère de la Défense pour une raison principale.

Rappelez-vous, je crois pleinement que nous sommes en guerre.

Pas la guerre que vous imaginez dans votre tête impliquant des milliers de troupes s’affrontant sur un champ de bataille. Cette guerre est de nature clandestine. Elle implique la cyberguerre, la guerre de l’information, la guerre électronique, la guerre du renseignement, la guerre spatiale et je crois aussi la guerre biologique (Covid). La seule option à la disposition de Trump était d’initier la Dévolution en utilisant notre armée. J’expliquerai pourquoi la Dévolution était la seule option dans la partie 4. Pour l’instant, nous allons nous concentrer sur le ministère de la Défense.

Le ministère de la Défense

Comme le dit leur site Web, « La mission du Département de la Défense est de fournir les forces militaires nécessaires pour dissuader la guerre et assurer la sécurité de notre nation. » Le secrétaire à la défense supervise le département de la défense et agit en tant que principal décideur et conseiller en matière de politique de défense. Voici une version simplifiée de l’autorité de commandement nationale des États-Unis.

Si Trump veut réussir la dévolution à l’aide de l’armée, il doit avoir la bonne personne au sommet de la « chaîne alimentaire » en tant que secrétaire à la défense. Deux jours seulement après que l’Associated Press a déclaré Joe Biden vainqueur de l’élection présidentielle de 2020, Donald Trump a promu cet homme.

Voici Christopher C. Miller. L' »ancien » secrétaire à la défense par intérim (Sec Def Miller), a été promu par le président Donald J. Trump le 9 novembre 2020.

Le directeur Miller a servi dans l’armée de 1983 à 2014. Il a commencé sa carrière militaire en tant que soldat d’infanterie dans la Réserve de l’armée en 1983 et a également servi dans la Garde Nationale du District de Columbia en tant que policier militaire. Il a été commissionné en tant que lieutenant d’infanterie en 1987. En 1993, il a été transféré aux forces spéciales. Le directeur Miller a participé aux opérations de combat initiales en Afghanistan en 2001 et en Irak en 2003 avec le 5th Special Forces Group (Armée de l’air), en plus de nombreux déploiements ultérieurs sur les deux théâtres des opérations. Il possède également une vaste expérience des opérations spéciales inter-agences et interarmées. Après sa retraite, le directeur Miller a travaillé en tant qu’entrepreneur de la défense, fournissant une expertise en matière d’opérations spéciales clandestines et de renseignement directement aux sous-secrétaires à la défense chargés du renseignement et de la politique.

L’une de ses dernières affectations en tant qu’officier de l’armée était celle de directeur des opérations spéciales et de la guerre irrégulière au sein du bureau du secrétaire adjoint à la défense pour les opérations spéciales/conflits de basse intensité (ASD (SO/LIC)). Gardez cela à l’esprit car cela reviendra souvent.

Le (ASD (SO/LIC)) est responsable de la supervision générale des activités liées aux opérations spéciales et aux conflits de faible intensité. En d’autres termes, le (ASD (SO/LIC)) supervise l’ensemble du United States Special Operations Command (USSOCOM). Voici les activités principales de l’USSOCOM :

  • Action directe
  • Reconnaissance spéciale
  • Guerre non conventionnelle
  • Défense intérieure à l’étranger
  • Opérations des affaires civiles
  • Contre-terrorisme
  • Opérations de soutien de l’information militaire
  • Lutte contre la prolifération des armes de destruction massive
  • Assistance aux forces de sécurité
  • Contre-insurrection
  • Sauvetage et récupération d’otages
  • Assistance humanitaire à l’étranger

Celle sur laquelle je veux me concentrer est la défense intérieure à l’étranger : « Les activités qui soutiennent la stratégie de défense intérieure et de développement (IDAD) d’un pays hôte, conçues pour se protéger contre la subversion, l’anarchie, l’insurrection, le terrorisme et d’autres menaces pour leur sécurité intérieure, leur stabilité et leur légitimité. » Cela ne vous semble-t-il pas pertinent ?

Le Sec Def Miller a commencé à travailler pour l’administration Trump en mars 2018, en occupant divers rôles au sein du National Counterterrorism Center (NCC – Centre National du Contre-terrorisme). Il est devenu directeur du NCC en août 2020, un poste qu’il a occupé jusqu’à sa promotion au poste de secrétaire à la Défense par intérim. Pendant qu’il était au National Counterterrorism Center, il a eu un bref passage (19 juin 2020 – 7 août 2020) où il était « Remplissait les fonctions de (ASD (SO/LIC)) » jusqu’à ce qu’il soit remplacé par Ezra Cohen-Watnick.

Je vous ai perdu ou pas encore ?

Quelques jours après sa promotion au poste de Sec Def, Christopher Miller et Trump ont commencé à faire des mouvements au sein du DoD (Ministère de la défense) et du Pentagone que beaucoup considéraient comme inhabituels. Le 10 novembre, Anthony Tata a été promu au poste de haut fonctionnaire exerçant les fonctions de sous-secrétaire à la Défense pour la politique. L’USD(P) (Sous-secrétaire à la politique de défense, NdT) se trouve être le principal coordinateur de la directive 3020.26 du Département de la défense qui « établit la politique de continuité du DoD et attribue les responsabilités pour sa mise en œuvre. »

2.1. UNDER SECRETARY OF DEFENSE FOR POLICY (USD(P)) (Sous-secrétaire à la politique de défense). L’USD(P) est le principal assistant d’état-major (PSA) et le conseiller du Secrétaire à la Défense et du Secrétaire adjoint à la Défense en matière de COOP (Plannification de la Continuité des Opérations) et de COG (Continuité du Gouvernement), conformément à la directive du ministère de la défense (DoDD) 5111.1. En plus des responsabilités énoncées aux paragraphes 2.13, 2.14 et 2.15, l’USD(P) :

a. Développe la politique du DoD et assure la supervision des COOP et COG.
b. Sert de coordinateur de la continuité du DoD conformément à la directive de politique présidentielle-40 (PPD-40).
c. Servir de point de contact principal du DoD avec les autres ministères et organismes fédéraux pour les questions de continuité.
d. Coordonne la planification, les capacités, les activités et les exercices de continuité du DoD avec les efforts de continuité nationale et de sécurité intérieure.
e. Fournit des conseils stratégiques et une orientation politique pour les programmes de continuité du DoD, et supervise la planification, la programmation, la budgétisation et l’exécution de ces programmes.
f. Développe des publications et des directives de soutien du DoD, selon les besoins, pour mettre en œuvre les dispositions de la politique de continuité nationale et de cette directive.

Anthony Tata

Haut fonctionnaire exerçant les fonctions de sous-secrétaire à la Défense pour la politique En fonction 10 novembre. 2020 – 20 janvier 2021

En d’autres termes, l’un des tout premiers postes pourvus après que Chris Miller soit devenu Secrétaire à la Défense par intérim, est celui qui « élabore la politique du DoD et assure la supervision de la Continuité des Opérations et de la Continuité du Gouvernement ».

Tata est également un auteur qui écrit des « thrillers militaires de style Tom Clancy ». Il a publié un livre en novembre 2019 intitulé « Double Crossfire » (« Double feux croisés »). Le livre a une description intéressante – « Dans le scénario le plus choquant de notre époque, l’ancien général de brigade Anthony J. Tata vous emmène à l’intérieur d’un complot brillamment conçu et brutalement exécuté pour renverser notre gouvernement – de l’intérieur ».

Nous appellerons cela une coïncidence.

David Norquist a déjà occupé le poste de Secrétaire adjoint à la Défense du 31 juillet 2020 au 8 février 2021. Son rôle était de superviser les opérations quotidiennes ainsi que de gérer le budget du DoD. Avant ce rôle, il était essentiellement le « CFO » (Directeur Administratif et Financier) du DoD. Il a supervisé le tout premier audit financier de 2,7 billions de dollars d’actifs à l’échelle du ministère. Je le mentionne pour deux raisons. Premièrement, en tant que personne connaissant parfaitement les finances du DoD, il est le type de personne dont vous avez besoin si vous cherchez à financer des opérations spéciales dont vous voulez que personne ne soit au courant. Deuxièmement, vous allez bientôt voir un mémo qu’il a envoyé qui, pour moi, prouve qu’il était impliqué dans la dévolution.

Le 11 novembre 2020 a impliqué la promotion de deux autres alliés de Trump : Kashyap Patel (mon pseudo-prénom), et Ezra Cohen-Watnik. Chacun mérite son propre chapitre dans cette histoire.

Kash Patel a été promu au poste de chef de cabinet du secrétaire d’État par intérim Def Miller. Il a joué un rôle majeur dans la mise au jour de la corruption du parti démocrate lors du Spygate et du scandale de l’Ukraine. C’est un avocat qui était une liaison juridique avec le Joint Special Operations Command. On a même entendu dire qu’il était pressenti pour diriger la CIA en remplacement de Gina Haspel. En tant que chef de cabinet du Sec Def Miller, Patel aurait été intimement impliqué dans la planification des opérations. Il a également été désigné pour diriger la coordination du DoD avec l’équipe de transition de Biden. (Plus d’informations à ce sujet prochainement).

Ezra Cohen-Watnick a été promu au poste de sous-secrétaire à la défense pour le renseignement (UDI), le civil le plus haut placé au Pentagone pour superviser le renseignement. Tout en occupant ce poste, il a également continué à servir en tant que secrétaire adjoint à la Défense par intérim pour les opérations spéciales et les conflits de basse intensité (ASD (SO/LIC)). Il a travaillé à la fois comme UDI et comme (ASD (SO/LIC)) du 11 novembre au 20 janvier.

Devinez qui rend directement compte à l’UDI ? Le directeur de la Defense Intelligence Agency (DIA). Si vous ne comprenez pas pourquoi c’est important, retournez lire la deuxième partie de ma série sur la dévolution.

Ezra a été introduit au NSC par le général Michael T. Flynn. Il a de l’expérience avec la DIA, la CIA, le Defense Clandestine Service, et le NSC.

Il a également été nommé par Trump pour présider le Public Interest Declassification Board en décembre 2020, un poste qui s’avérerait utile si vous vouliez divulguer au public, en temps opportun, des informations précédemment classifiées.

Je sais que tout cela est confus, mais je promets que tous ces éléments ont leur importance.

Opérations spéciales et conflits de basse intensité

Le 18 novembre 2020, le Sec Def Miller a signé ce mémorandum désignant le secrétaire adjoint à la Défense pour les opérations spéciales et les conflits de basse intensité (ASD (SO/LIC)) comme un « principal assistant d’état-major » qui rendrait compte directement au secrétaire à la Défense et au secrétaire adjoint à la Défense.

Ezra Cohen Watnick relèverait donc directement du Sec Def Miller.

Plus intéressant encore, le mémo publié peu après par le Sec Def adjoint Norquist, intitulé « Development of an Implementation Plan for a Direct Reporting Assistant Secretary of Defense for Special Operations and Low-Intensity Conflict » (Élaboration d’un plan de mise en œuvre d’un secrétaire adjoint à la Défense chargé des opérations spéciales et des conflits de faible intensité qui rende directement compte de ses activités.).

SECRÉTAIRE ADJOINT À LA DÉFENSE
1010 DEFENSE PENTAGON WASHINGTON DC 20301.1010
DEC – 3 2020

MEMORANDUM POUR :
LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DU DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE,
LE PRÉSIDENT DES CHEFS D’ÉTAT-MAJOR INTERARMÉES,
LE SOUS-SECRÉTAIRE DE LA DÉFENSE POUR LA POLITIQUE,
LE SOUS-SECRÉTAIRE DE LA DÉFENSE (CONTRÔLEUR)/CHEF DES FINANCES DU DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE,
LE COMMANDANT DES OPÉRATIONS SPÉCIALES DES ÉTATS-UNIS,
L’AVOCAT GÉNÉRAL DU DÉPARTEMENT DE LA DÉFENSE,
LE SECRÉTAIRE ADJOINT DE LA DÉFENSE POUR LES OPÉRATIONS SPÉCIALES ET LES CONFLITS DE FAIBLE INTENSITÉ,
LE DIRECTEUR DU SERVICES DU QUARTIER GÉNÉRAL DE WASHINGTON

OBJET : Élaboration d’un plan de mise en œuvre pour un secrétaire adjoint à la Défense pour les opérations spéciales et les conflits de faible intensité relevant directement du ministère de la Défense.
Le 18 novembre 2020, le secrétaire à la Défense par intérim a signé un mémorandum désignant le secrétaire adjoint à la Défense pour les opérations spéciales et les conflits de faible intensité (ASD SO/LIC) comme un assistant d’état-major principal relevant directement du secrétaire à la Défense et du secrétaire adjoint à la Défense. Le mémorandum du secrétaire par intérim a également retiré l’ASD SO/LIC et le bureau de l’ASD SO/LIC du bureau du sous-secrétaire à la défense pour la politique (OUSD(P)).

Comme prochaine étape, le mémorandum du Secrétaire par intérim prévoit la présentation d’un plan de mise en œuvre détaillé pour approbation par le Secrétaire ou le Secrétaire adjoint à la Défense. Pour faciliter le développement de ce plan de mise en œuvre, je dirigerai des réunions régulières à partir de la semaine du 30 novembre 2020.

Le plan de mise en œuvre doit couvrir les sujets suivants :

L’autorité budgétaire. L’ASD SO/LIC recevra ses propres directives de base, et soumettra son propre mémorandum d’objectif de programme et sa propre soumission d’estimation budgétaire.

La répartition des responsabilités entre l’OUSD(P) et le bureau de l’ASD SO/LIC. Le plan de mise en œuvre traitera de l’alignement des sous-secrétaires adjoints à la défense spécifiques sous l’autorité du ASD SO/LIC ou d’un ASD au sein de l’OUSD(P).

Le rôle de l’ASD SO/LIC par rapport à l’USSOCOM. Le plan de mise en œuvre traitera du rôle de l’ASD SO/LIC en ce qui concerne la surveillance et la gestion des questions administratives propres aux opérations spéciales de l’USSOCOM, y compris la surveillance et l’établissement des priorités en matière d’acquisition, les affaires législatives, les affaires publiques, l’autorité compétente du programme d’accès spécial, la technologie de l’information et la gestion financière.

Pourquoi est-ce important ? Parce que c’est la personne qui dirige la dévolution en ce moment !

Regardez cette capture d’écran de la stratégie de DJT (Donald John Trump) sur la résilience des missions fédérales (FMR) qu’il a publiée le 30 décembre (je vais bientôt parler de la FMR). Elle décrit comment nos opérations spéciales opèrent une dévolution du gouvernement en ce moment.

La performance routinière et régulière de « l’Évaluation » et « la Distribution » gérée par une structure de gouvernance qui renforce la responsabilité à tous les niveaux du gouvernement. La viabilité dépend de la réussite de l’Évaluation et de la Distribution.

« Soutenir » fait référence à la capacité de poursuivre la direction et l’exécution des fonctions et des services essentiels aux niveaux de performance minimum requis tout au long des impacts réalisés d’une ou plusieurs menaces. Le soutien tout au long de la perturbation peut être mis en œuvre dans des emplacements opérationnels distribués de manière proactive, dans des emplacements de transfert ou par d’autres efforts d’atténuation. Dans le cadre des opérations quotidiennes, le maintien en puissance pourrait être effectué dans plusieurs emplacements répartis, tandis que d’autres emplacements (p. ex., la relocalisation, la dévolution) et d’autres processus sont exploités pour soutenir les opérations liées aux menaces réalisées.

Les opérations spéciales et les unités de basse intensité effectuent des opérations secrètes et clandestines à petite échelle. Au moment de la rédaction de ce mémo, le (ASD (SO/LIC)) par intérim est Ezra Cohen-Watnick. Ezra est également l’UDI.

Il est le plus haut fonctionnaire civil supervisant nos renseignements militaires ET le plus haut fonctionnaire civil supervisant nos forces d’opérations spéciales.

Il vient d’être désigné pour faire directement rapport au Sec Def Miller, le plus récent (ASD (SO/LIC)).

Vous vous souvenez que je vous ai dit plus tôt que le dernier rôle de Miller dans l’armée était celui de directeur des opérations spéciales et de la guerre irrégulière au sein du bureau du (ASD (SO/LIC)). Le Sec Def Miller connaît les tenants et aboutissants du Commandement des opérations spéciales. Il a personnellement dirigé certaines de ces unités. Il leur fait confiance car il est l’un d’entre eux.

On a demandé au Sec Def Miller de mettre en œuvre quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant. Le destin des États-Unis d’Amérique est suspendu dans la balance en fonction du succès de cette seule opération. Il avait littéralement le poids du monde sur ses épaules.

Il s’est donc tourné vers les personnes en qui il savait pouvoir avoir confiance pour accomplir le travail. Ces unités sont spécialisées dans la « protection contre la subversion, l’anarchie, l’insurrection, le terrorisme et d’autres menaces à leur sécurité interne, à leur stabilité et à leur légitimité. » C’est exactement le groupe que vous voulez pour diriger une opération de dévolution.

Je crois que les réunions du plan de mise en œuvre débutant dans la semaine du 30 novembre étaient la mise en œuvre de la dévolution. Il n’est pas étonnant que le Sec Def Miller ait fait ces commentaires officieux au Vice-Président Mike Pence lors du 1er anniversaire de la Space Force (Force Spatiale) :

« Nous avons vécu des choses, nous avons traversé certaines des opérations militaires les plus complexes que ce pays ait jamais menées et votre main ferme et votre leadership au cours de celles-ci ont été une grande source de force pour moi ».

Il n’était à son poste que depuis un peu plus d’un mois. Si ce n’était pas la dévolution, à quoi pouvait-il faire référence en parlant des « opérations militaires les plus complexes que ce pays ait jamais connues » ?

L’équipe de transition

Regardez cet article de fin décembre 2020.

Vraiment assez choquant’ : A l’intérieur de l’horrible transition au Pentagone – POLITICO

Mais des personnes ayant participé à la transition ont déclaré que la conduite de l’équipe sortante allait bien au-delà de la norme et ont désigné les loyalistes installés par la Maison Blanche comme la principale raison de l’obstruction. Les responsables du Pentagone sous le président Donald Trump ont refusé de fournir des informations sur les opérations en cours, en particulier dans le domaine des opérations spéciales, car elles sont « prédécisionnelles. » Cela signifie que l’équipe Biden n’a plus qu’une visibilité limitée sur les questions opérationnelles clés, notamment sur les missions antiterroristes en cours.

Rappelez-vous, Kash Patel a été désigné pour diriger la transition au nom du DoD. Avec le Sec Def Miller et le reste des alliés de Trump, il a « refusé de fournir des informations sur les opérations en cours, en particulier dans le domaine des opérations spéciales ». Il s’agirait du même « domaine » que dans le mémo ci-dessus. C’est sans précédent en termes de transitions présidentielles.

  • Donc, pour récapituler :
  • Trump se prépare au vol des élections
  • La Chine s’associe aux Démocrates pour voler l’élection
  • Trump les « attrape tous » et prépare sa contre-attaque
  • Mouvements massifs de personnel au DoD et au Pentagone pour placer les alliés de Trump dans des rôles clés.
  • Mise en œuvre de ce qui semble être un plan de dévolution pour nos Spec Ops
  • Refus de parler aux nouveaux démocrates de ces opérations spéciales.
  • Échec et mat

Fermeture

Le 7 décembre 2020, le président Trump a signé l’ordre exécutif 13961 : Gouvernance et intégration de la résilience des missions fédérales et le 30 décembre, il a publié la Stratégie de résilience des missions fédérales 2020. Lorsque vous aurez le temps, je vous invite à lire les deux.

Je peux discuter de l’ordre exécutif et de la stratégie en détail dans un prochain article si les gens le souhaitent, mais pour l’instant, je vais seulement montrer l’introduction de Donald Trump et ensuite la toute dernière section « Résumé » du document FMR (Federal Mission Resilience).

Notez le timing ici. Au moment où ce document a été publié, Trump avait déjà commencé à mettre la dévolution en marche. Gardez cela à l’esprit pendant que vous le lisez. C’est presque comme s’il vous disait qu’il est sur le point de faire quelque chose de grand.

Le pouvoir exécutif fédéral :

À l’appui de la stratégie de Sécurité Nationale de mon administration, je publie la stratégie de Résilience des Missions Fédérales (ci-après, « la stratégie ») pour relever les défis à long terme de la concurrence politique, économique et militaire d’adversaires proches ainsi que des perturbations dues aux catastrophes naturelles et aux pandémies.

Nos adversaires ne tenteront pas de nous combattre à nos conditions. Ils ont étudié notre façon de faire la guerre, investi dans des capacités pour cibler nos points forts et sont adeptes de la concurrence en deçà du seuil du conflit armé. Les menaces adverses ne sont pas la seule source de perturbation. Les perturbations causées par les incendies de forêt, les catastrophes naturelles et les pandémies telles que la pandémie de COVID-19 soulignent l’importance d’une approche intégrée de la gestion des risques pour donner la priorité aux fonctions et aux services essentiels.

Cette stratégie accélère nos efforts collectifs pour mettre pleinement en œuvre la Politique de Continuité Nationale et prendre des décisions éclairées dans la connaissance du risque afin de maintenir une capacité complète et efficace qui assure l’exécution continue des fonctions et services essentiels pour préserver notre forme constitutionnelle de gouvernement, dans toutes les conditions. En tant que branche exécutive, nous devons réengager et maintenir l’attention des dirigeants sur la satisfaction des besoins du peuple américain face aux perturbations et la préservation de notre forme de gouvernement.

Malgré tous nos efforts, le gouvernement ne peut pas prévenir tous les dangers. Nous reconnaissons la possibilité d’événements imprévus, y compris les catastrophes naturelles, les pandémies, les cybermenaces et les attaques cinétiques ou à impulsion électromagnétique, et nous devons nous y préparer. Nous devons être prêts en tant que nation, en tant que gouvernement fédéral et en tant que citoyens individuels à préserver, protéger et défendre notre mode de vie.

La stratégie s’appuie sur la politique de continuité nationale et fournit des orientations au bureau exécutif du Président et aux départements et agences exécutifs fédéraux pour accroître la résilience de l’exécutif. Notre prospérité actuelle et future dépend de notre capacité à réduire la vulnérabilité de nos infrastructures essentielles aux attaques cybernétiques, physiques et électromagnétiques. Le gouvernement et le secteur privé doivent travailler ensemble pour réduire les vulnérabilités et concevoir des infrastructures qui prennent en compte la préparation et la résilience dès le départ.

Le plan de mise en œuvre de la Résilience des Missions Fédéraes qui en découle garantira que les efforts et les ressources de notre nation seront mis en œuvre de manière coordonnée par le biais de programmes intégrés de Continuité des Opérations et de Continuité du Gouvernement qui s’intègrent dans les opérations gouvernementales courantes et quotidiennes. En travaillant ensemble, nous donnerons la priorité à la sécurité, à la prospérité et aux intérêts du peuple américain pour affronter les défis de demain.

Le président Donald J. Trump

La Maison Blanche Décembre 2020

5 – RÉSUMÉ

Le recentrage de la politique de continuité nationale sur un modèle de planification proactif  » Évaluer, Répartir et Maintenir  » permettra de mieux assurer la résilience de l’exécutif fédéral. La réalisation des actions prioritaires de cette stratégie exige que le leadership de l’exécutif fédéral conduise l’évaluation rapide des écarts entre la politique existante et sa mise en œuvre ainsi que la redéfinition des priorités, si nécessaire, des fonctions et services essentiels. En outre, l’exécutif fédéral doit tirer parti de la répartition actuelle de ses installations, de ses sites et de son personnel, et/ou travailler de manière transversale pour réduire les risques en augmentant les nœuds possibles disponibles pour exécuter et gérer les fonctions et services essentiels prioritaires. Enfin, une distribution soutenue nécessitera une politique fiscale et une hiérarchisation des priorités qui permettent de mieux mettre en place les opérations courantes distribuées, évolutives, flexibles et adaptables à travers les zones géographiques. En accomplissant ces objectifs ensemble, nous pouvons assurer la résilience de notre forme constitutionnelle de gouvernement et de notre mode de vie américain.

« En accomplissant ces objectifs ensemble, nous pouvons assurer la résilience de notre forme constitutionnelle de gouvernement et du mode de vie américain ».

C’est exactement ce qui est en jeu ici. Donald Trump et le reste des Patriotes de la Dévolution se battent pour l’âme même de notre pays. Rappelez-vous, ce vol d’élections est bien plus qu’une fraude.

C’est une guerre.

La Chine veut être la puissance dominante du monde mais ils savaient qu’ils ne nous battraient jamais dans une guerre impliquant des forces terrestres réelles. Leur seul chemin vers la victoire sur les États-Unis serait d’infiltrer toutes nos institutions et de nous détruire de l’intérieur. Comme vous pouvez le constater par ce qui s’est passé depuis que Biden a été « élu », ils n’ont jamais été aussi près d’atteindre leur objectif. Du moins, c’est ce qu’ils pensent.

Plus je fais de recherches, plus elles m’apportent la paix. Je n’ai jamais été aussi confiant que la Dévolution est réelle.

Le président Donald John Trump est un battant. Il a vu venir les choses. Il s’est préparé à tout. Il possède un courage dont peu pourraient rêver. Il a été construit pour ce moment. Le président Donald John Trump aime trop ce pays pour nous laisser être détruits alors qu’il y avait quelque chose qu’il pouvait faire pour empêcher cela. Il a donc agi. La dévolution est réelle. Profitez du spectacle !

Le meilleur est encore à venir


Parties

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations