DÉVOLUTION – Série Addendum – Partie 3

Article original datant du 23/11/2021

Parties

Durham & Lindell

Avant de commencer cet article, je tiens à préciser que je vais spéculer un peu plus que je ne le fais habituellement. C’est le but de ma série d’addenda. J’essaie d’émettre des hypothèses sur la base des informations disponibles. La quantité de preuves circonstancielles indiquant que la dévolution est en train de se produire en ce moment est indéniable, mais l’aspect le plus difficile à comprendre est de savoir comment elle va se dérouler eafin de faire revenir Trump au pouvoir. La reconstitution des étapes finales du plan de dévolution nécessite une certaine spéculation.

Dans cet addendum, je vais parler de deux personnages auxquels je n’ai pas encore consacré de temps, mais qui occupent le devant de la scène depuis peu. Nous savons que l’un d’entre eux travaille dans les coulisses depuis des années, mais l’autre est sur le point de laisser sa trace. Ces deux individus sont John Durham et Mike Lindell. Je ne me considère pas comme un expert de l’enquête sur le Spygate, je n’en parlerai donc pas en détail. La majeure partie de cet article sera consacrée à Mike et à sa place dans le plan. Cependant, il y a une théorie qui a piqué mon intérêt et je crois qu’elle vaut la peine d’être discutée parce qu’elle relie à la fois Durham et Lindell.


Épuiser toutes les options

Premières réflexions

Gardez à l’esprit que la dévolution est un plan de contingence. Je crois que tout est en place et prêt pour que l’armée intervienne et agisse – si et quand cela est nécessaire – pour remettre Trump au pouvoir, mais que se passerait-t-il si cela n’avait jamais besoin de se produire avec une implication militaire ? J’ai déjà dit que Donald Trump respecte nos pères fondateurs et cherche toujours à faire respecter la Constitution des États-Unis. S’il existe des options légitimes et constitutionnelles pour renverser l’élection de 2020, je crois qu’il est sage de dire que Trump épuisera ces options avant d’appuyer sur la gâchette et d’impliquer l’armée.

C’est là que les législatures des États et Mike Lindell entrent en jeu. Le fait que les législatures des États décertifient leurs électeurs pour Biden serait légal, même si ce serait sans précédent. Il est intéressant de noter que, tout à coup, de nombreux articles ont été publiés à ce sujet :

Au moment même où une abondance de ces aricles semble faire la une des journaux, Mike Lindell s’apprête à porter une affaire devant la Cour suprême des États-Unis pour tenter de réparer l’élection de 2020. Ce que Mike Lindell fait est également tout à fait légal, mais avant de creuser dans sa procédure, je pense que nous devrions d’abord regarder comment nous en sommes arrivés là.

Mike Lindell

Avant le cyber symposium de Mike Lindell en août, j’ai reçu de nombreux commentaires et questions sur le fait que je pensais qu’il serait celui qui donnerait le coup d’envoi de la dévolution. J’étais extrêmement sceptique parce qu’à l’époque, je n’arrivais pas à trouver une raison logique pour laquelle Mike ferait partie du plan. Je ne pensais pas que son symposium révélerait quoi que ce soit, et quand il s’est terminé, j’ai eu l’impression d’avoir raison et d’être justifié dans mon processus de pensée.

Je commence à me demander s’il n’y a pas quelque chose de beaucoup plus grand en jeu avec Mike. Examinons une brève chronologie de l’implication de Mike dans la rectification de l’élection de 2020, en commençant après le vote du collège électoral le 6 janvier :

Lindell a déclaré avoir remis les documents à Trump et a ajouté que Robert O’Brien, alors conseiller à la sécurité nationale de Trump, était présent à la réunion. Les photographies de Botsford ont montré un certain nombre de phrases, notamment : « …Insurrection Act (Loi qui autorise le président des États-Unis à déployer l’Armée américaine pour mettre un terme aux troubles civils, à l’insurrection et à la rébellion, NdT) maintenant résultant de l’assaut sur le…, …loi martiale si nécessaire au premier signe de… ». Les notes contenaient également la phrase « Transférer Kash Patel à la CIA » et « … l’ingérence étrangère dans l’élection déclenche des puissances illégales. Précisez qu’il s’agit de la Chine et de l’Iran ».

Dominion Voting Systems a poursuivi à la fois MyPillow et Lindell (pour diffamation sur le sujet de la fraude, NdT), demandant des dommages et intérêts de plus de 1,3 milliard de dollars. Quelques semaines auparavant, l’entreprise avait déclaré que Lindell « suppliait d’être poursuivi ».

MyPillow, a depuis lancé une contre-attaque contre Dominion pour 1,6 milliard de dollars.

  • 12 juin 2021 – Mike Lindell affirme « qu’à un moment donné au cours du mois de juillet 2021, une affaire basée sur un « acte de quo warranto » sera portée directement devant la Cour Suprême des États-Unis, ce qui aboutira à une décision 9-0 annulant l’élection générale de 2020 et réinstallant le président Trump au pouvoir. »
  • 14 juin 2021 – Mike Lindell annonce le Cyber Symposium
  • 11 juillet 2021 – Mike Lindell aurait rencontré Donald Trump avant le discours de ce dernier à la CPAC (Conférence sur l’Action Politique Consultative, grand rassemblement républicain, NdT).

On m’a dit que le PDG de MyPillow, Mike Lindell, participe actuellement en secret à une table ronde de la CPAC en coulisses avec l’ancien président Donald Trump.

J’avoue que j’ai été déçu par la grande révélation de la semaine dernière, à savoir les données des PCAP (Paquets de capture, fichiers témoignant de l’activité d’un réseau informatique, NdT) qui devaient être rendues publiques. Dans le passé, j’ai expliqué mon implication : J’ai été mis au courant de cette histoire en décembre, je n’ai pas pu obtenir d’informations solides dans un sens ou dans l’autre, j’ai appris que Mike Lindell avait accès au président Trump et, début janvier, j’ai envoyé des personnes possédant les informations techniques chez Lindell. C’est à peu près la dernière fois que j’en ai entendu parler, à part une conversation à la mi-mars.

J’aurais pensé qu’à ce stade, les données auraient pu être vérifiées d’une manière ou d’une autre. J’avoue que le revirement de la semaine dernière concernant la publication de ces données me déçoit. Je comprends qu’il y ait des explications sur les raisons de cette décision, et l’une ou l’autre peut être valable, mais à ce stade, je ne peux pas me porter garant de ces données. En revanche, quelqu’un de très compétent, dont beaucoup d’autres technologues se sont portés garants, continue d’insister auprès de moi pour me dire que les données de Lindell s’avèreront réelles. Cependant, un autre grand technologue me dit le contraire : c’est quelqu’un que je respecte énormément, qui a aussi des références impressionnantes, mais il me dit qu’il est sûr que ce n’est pas réel. D’autre part, il tire cette conclusion de l’atmosphère et d’autres facteurs, car il me dit qu’il n’a pas réellement examiné les données (et ne les a toujours pas examinées car Lindell ne les a pas publiées la semaine dernière). Donc, une fois de plus, vous savez exactement ce que je sais. À mon avis, étant donné le temps que cela a pris et les histoires qui changent, j’écarte les données des PCAP, jusqu’à ce que ou à moins que quelque chose soit présenté pour le prouver. J’ai des technologues chevronnés qui me conseillent dans les deux sens.

Cela nous amène à la situation actuelle, où nous attendons une fois de plus de voir si les affirmations de Mike Lindell sont crédibles ou non. Lorsque je regarde la chronologie de Mike Lindell, il y a une chose qui me saute aux yeux. Il a rencontré Donald Trump en privé et l’a fait à plusieurs reprises depuis la première réunion privée signalée le 15 janvier 2021. Ce ne sont que les réunions dont nous sommes au courant. Dans l’interview que Trump a faite avec Mike, ce dernier a pratiquement donné son aval à ce que Mike Lindell est en train de faire avec son prochain rendez-vous avec la Cour Suprême.

Cela m’amène à penser qu’il pourrait vraiment y avoir quelque chose de plus important en jeu ici. Pourquoi Trump n’a-t-il pas pris ses distances avec Mike Lindell, mais a au contraire accepté de faire une interview avec lui juste avant que l’affaire ne passe devant la Cour Suprême ?

Avant de donner mon analyse sur ce que je pense réellement qu’il se passe, essayons de mieux comprendre l’affaire que Mike Lindell porte devant la Cour Suprême.

Quo Warranto

Je ressens le besoin de mentionner ici, avant d’entrer dans cette section, que je n’ai aucune formation juridique. J’ai fait des recherches approfondies sur ce sujet et j’ai l’impression de bien le comprendre, je vais donc exposer mes idées du mieux que je peux. Commençons par la définition du quo warranto telle que donnée par le Cornell’s Legal Information Institute :

Quo warranto
Définition :

Latin : Par quel mandat (ou autorité) ? Un acte ‘quo warranto‘ est utilisé pour contester le droit d’une personne à occuper un poste public ou une société. Un État peut également utiliser une action quo warranto pour révoquer la charte d’une société.

Il y a déjà eu un procès quo warranto contre un président en exercice. Le 20 janvier 2009, un procès quo warranto a été intenté contre Barack Obama au motif qu’il était constitutionnellement inéligible au poste de président des États-Unis.

Les plaignants ont intenté leur action en justice le 20 janvier 2009, le jour où Brack Obama a prêté serment et pris ses fonctions de président des États-Unis. Les plaignants sont des militaires actifs, inactifs ou à la retraite, des représentants politiques des États, des particuliers, y compris des contribuables fédéraux et au moins un individu qui prétend être un parent de Barack Obama, ainsi que des candidats politiques à l’élection générale de 2008.

Voici un résumé d’une opinion sur l’affaire :

Résumé de l’opinion de Justia

Les plaignants ont affirmé que Barack Obama était constitutionnellement inéligible au poste de président des États-Unis. En plus de leurs revendications constitutionnelles, ainsi que de leurs demandes de réparation déclaratoire et injonctive, les demandeurs ont fait appel du rejet de leurs demandes de quo warranto pour cause de lieu inapproprié ; de leurs demandes de Freedom of Information Act (FOIA – Loi sur la Liberté d’Information), Article du code des Etats-Unis, 552 et suivants, pour défaut de formulation d’une demande ; et de leurs demandes de Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act (RICO – Loi sur les organisations influencées par le racket et la corruption), Article 18 du code des Etats-Unis, 1961 et suivants. contre la Première Dame Michelle Obama, la Secrétaire d’État Hillary Clinton, le Vice-président Joe Biden, et l’ancien Secrétaire à la Défense Robert Gates, pour défaut de formulation d’une demande. Le tribunal a adopté la classification des parties établie par le tribunal de district et a déclaré qu’aucun plaignant n’avait qualité pour agir ; que le lieu approprié pour les demandes de quo warranto des plaignants était le District de Columbia, conformément à l’article 16-3503 du Code de D.C. ; que la FOIA ne s’appliquait à aucun des défendeurs car il s’agissait de particuliers et non d’agences ; et que les plaignants avaient six mois entre la plainte initiale et la plainte modifiée pour tenter de présenter des allégations civiles de RICO et que leur manquement était inexcusable. En conséquence, le tribunal de district a rejeté à juste titre les plaintes constitutionnelles des plaignants pour manque de qualité pour agir en vertu de l’article III et le tribunal de district n’a pas commis d’erreur en rejetant les plaintes en quo warranto, FOIA ou RICO des plaignants. Le rejet de la cour de district a été confirmé et la requête d’urgence pour une ordonnance de mandamus a été rejetée.

Essentiellement, l’affaire a été rejetée pour de multiples raisons, mais celle sur laquelle j’aimerais me concentrer est le « manque de qualité pour agir ». Voici les 6 différentes catégories de plaignants dans l’affaire : Le personnel militaire actif, les anciens militaires, les représentants des États, les contribuables fédéraux, les parents d’Obama et les candidats politiques. Voici ce que les tribunaux ont dit en ce qui concerne la qualité pour agir :

REVENDICATIONS CONSTITUTIONNELLES : MAINTENU

Pour établir l’Article III, un plaignant doit montrer : (I) « un préjudice de fait – une atteinte à un intérêt juridiquement protégé qui est (a) concrète et particularisée et (b) réelle ou imminente, et non conjecturale ou hypothétique » : (2) « un lien de causalité entre le préjudice et le comportement incriminé – le préjudice doit être équitablement … traçable à l’action de contestation du défendeur, et non pas… le résultat de l’action indépendante d’un tiers qui n’est pas devant le tribunal » ; et (3) « il doit être probable, par opposition à une simple spéculation, que le préjudice sera réparé par une décision favorable » [Lijan v. Defenders of Wildlife, 504 U.S. 555, 560-61 (1992) (omissions dans l’original) (guillemets internes et citations omis)]. De plus, l’intérêt d’un plaignant ne peut pas être fondé sur « l’intérêt généralisé de tous les citoyens dans la gouvernance constitutionnelle« . [Schlesinger g Reservists Comm. to Stop the War, 418 U.S. 208, 217 (1974) ; voir aussi United States v. Richardson, 418 U.S. 166, 173-78 (1974) (le grief généralisé du contribuable ne suffit pas pour avoir qualité pour agir)].

La Cour a statué qu’aucune des six catégories de plaignants n’avait réussi à établir sa qualité pour agir, ce qui inclut les représentants de l’État ainsi que les candidats politiques, qui étaient sur le bulletin de vote présidentiel en Californie. N’hésitez pas à lire l’affaire pour plus de détails, mais chacune d’entre elles a été rejetée avec un raisonnement apparemment justifié et conformément aux précédents.

Cela me préoccupe, car s’il existe déjà un précédent de rejet d’une action en justice, même si des représentants d’État figurent parmi les plaignants, le cas de quo warranto de Mike Lindell sera-t-il également rejeté pour des raisons similaires ? Il est important d’avoir les procureurs généraux de plusieurs États à bord, et j’expliquerai pourquoi sous peu, mais il y a eu un cas avant l’investiture avec plusieurs procureurs généraux d’État à bord qui a été rejeté en raison du manque de qualité pour agir. Cette affaire subira-t-elle le même sort ? J’imagine qu’ils ont bien réfléchi à la question et que la personne qui s’est engagée dans l’affaire aura un argument pour la question de qualité pour agir, mais nous devrons attendre et voir comment cela se passe.

Quand je regarde la définition légale de l’établissement de la qualité pour agir et comment elle se rapporte à l’affaire que Mike Lindell porte devant la Cour Suprême, il y a une partie qui ressort : « traçable à l’action contestée du défendeur, et non le résultat de l’action indépendante d’une tierce partie qui n’est pas devant le tribunal. » Cela signifie-t-il que les données des PCAP ne seraient pas recevables ? Doivent-ils montrer spécifiquement que Biden et sa campagne étaient directement impliqués dans le vol de l’élection ? Ont-ils cette preuve spécifique ?

Quelle que soit la façon dont ils décident de la qualité pour agir, et qu’ils autorisent ou non les preuves, je ne suis même pas sûr que cela ait de l’importance.

Discutons de ce qui est important.

Une partie du plan ?

Pour que l’affaire de Mike Lindell soit efficace (qu’elle réussisse ou non), il y a deux exigences (à mon avis) :

  • Mike doit avoir les preuves qu’il prétend avoir.
    • Il existe de nombreuses preuves de fraude électorale. Nous en avons vu de nombreux exemples et d’autres encore sont apparus ces dernières semaines (pensez aux vidéos du comté de Delaware, en Pennsylvanie). Ce à quoi je fais référence ici, ce sont les données des PCAP qui prouvent l’ingérence étrangère. J’y reviendrai plus tard, mais Mike doit disposer de ces preuves, qui doivent être solides et irréfutables.
  • Il doit y avoir de multiples procureurs généraux d’Etats signataires de l’affaire.
    • Si des procureurs généraux sont impliqués dans cette affaire, cela signifie qu’ils ont examiné les preuves apportées par Mike et qu’ils les ont trouvées non seulement crédibles, mais aussi suffisamment solides pour gagner le procès.

Si les deux conditions ci-dessus sont remplies, et en gardant à l’esprit que ce que fait Mike Lindell est apparemment cautionné par Donald Trump, alors je pense que cela pourrait être un pas dans la direction du retour de Trump.

Permettez-moi de m’expliquer.

Je ne vois que trois issues possibles à l’affaire que Mike Lindell porte devant la Cour suprême :

  1. La Cour Suprême vote pour examiner les preuves

(A) Ils examinent toutes les preuves et décident d’accorder le Quo Warranto et d’annuler les résultats de l’élection de 2020.

(B) Ils examinent toutes les preuves et décident de NE PAS accorder le Quo Warranto et il semblerait que nous restions coincés avec Joe Biden.

  1. La Cour Suprême vote pour ne pas examiner les preuves de l’affaire, et il semblerait que nous restions coincés avec Joe Biden.

Pour des raisons évidentes, la solution 1 (A) est préférable. Cette voie serait tout à fait légale et constitutionnelle et constitue une voie légitime pour le retour de Trump à la Maison Blanche. Que Joe Biden et son administration respectent ou non cette décision est un autre sujet de discussion. Pour être tout à fait honnête, je considère cette issue comme la moins probable, mais je serais heureux que l’on me prouve que j’ai tort.

C’est dans les deux autres cas que les choses pourraient devenir intéressantes. Encore une fois, tout dépend des preuves apportées et de la signature des procureurs généraux. Si les preuves sont celles que Mike Lindell prétend, et que les AG ont signé, alors les résultats 1 (B) et 2 conduiraient les États-Unis à une véritable crise constitutionnelle.

Reportez-vous à la partie 13 de la section Transfert des responsabilités où j’ai énuméré les NEFs que nous trouvons dans la Directive fédérale sur la continuité – 2. Rappelez-vous que les NEFs « doivent être soutenues par des capacités COOP et COG ». La toute première NEF énumérée est la suivante :

Tableau A-I. Fonctions Essentielles Nationales9

NEF 1 : Le maintien de notre forme de gouvernement sous la Constitution américaine, y compris le maintien des trois branches du gouvernement.

La stratégie abordée dans la partie 13 du rapport sur la dévolution permet à ceux qui dirigent l’opération de dévolution de redéfinir les priorités des NEFs en fonction des besoins, mais celle-ci est toujours importante et devrait rester en tête de liste. Lorsqu’elle fonctionne comme prévu, notre forme constitutionnelle de gouvernement est ce qui distingue l’Amérique de toutes les autres nations sur Terre. Nous sommes le dernier phare de la liberté. Maintenir cette NEF spécifique signifie que nous ne pouvons pas permettre que des élections volées soient maintenues et si nous le faisons, cela signifie que nous avons perdu cette liberté.

C’est là que l’armée entre en jeu. Voici le serment militaire d’enrôlement :

Moi, _____, je jure (ou j’affirme) solennellement que je soutiendrai et défendrai la Constitution des États-Unis contre tous les ennemis, étrangers et nationaux, que je lui porterai foi et allégeance, et que j’obéirai aux ordres du Président des États-Unis et aux ordres des officiers qui me seront assignés, conformément aux règlements et au Code uniforme de justice militaire. Que Dieu me vienne en aide :

Si les preuves dont Mike Lindell prétend disposer sont authentiques, alors nous avons déjà assisté à l’échec des pouvoirs législatif et exécutif de notre gouvernement en raison de la fraude électorale généralisée. De nombreux membres du Congrès sont illégitimes, tout comme le « président » actuel qui occupe la Maison Blanche. Cela signifie que le 6 janvier, un congrès illégitime a approuvé un président illégitime, entraînant l’échec de ces deux branches.

Si la seule branche restante du gouvernement (judiciaire) ne reconnaît pas et ne rectifie pas l’élection de 2020 et l’illégitimité des deux autres branches, alors les trois branches du gouvernement ne fonctionneraient plus comme prévu. Notre forme de gouvernement sous la Constitution des États-Unis n’existerait plus ; une véritable crise constitutionnelle. Je crois qu’en atteignant ce point, nous ferions un pas de plus vers la révélation de la dévolution. Nous devons d’abord épuiser toutes les méthodes légales et constitutionnelles disponibles avant que l’implication militaire ne soit justifiée. Je crois vraiment que c’est comme ça que ça va se passer et voici mon raisonnement.

Si les preuves dont dispose Mike sont authentiques, il aurait pu s’adresser aux mêmes procureurs généraux bien plus tôt et les convaincre. Il aurait pu transmettre ses informations à la Cour Suprême bien plus tôt, comme il en avait l’intention après son symposium d’août. Il aurait même pu les présenter à la Cour Suprême le 21 janvier. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

C’est une question de timing.

Comme je le dis depuis le premier jour de ma série, pour que Trump revienne, il faut qu’il y ait une super majorité d’Américains prêts et disposés à accepter son retour. Le fait que cela ait été repoussé jusqu’à maintenant alors que ce n’était pas nécessaire me dit que cela a été fait exprès. Il a été programmé pour coïncider avec la multitude d’échecs de l’administration de Biden et le réveil massif des Américains qui a résulté de ces échecs très visibles.

Donc, une fois de plus, si Mike Lindell a les procureurs généraux d’Etats à bord comme il le prétend, et que les preuves qu’il possède sont authentiques, alors cette prochaine échéance à la Cour Suprême est encore plus importante que nous ne le pensons.

Il y a un excellent podcast de Chris Paul qui explique pourquoi nous ne pouvons pas ignorer l’affaire judiciaire de Mike Lindell. Vous devriez l’écouter si vous avez le temps car il ne dure qu’environ 15 minutes :

Il y a un autre élément de preuve dont j’aimerais parler avant de poursuivre, car il constitue un excellent précurseur de ma pensée finale pour cet article. Le 6 août 2021, le Gateway Pundit a publié un article expliquant qu’une équipe d’experts en cybernétique a pu prouver que les votes pouvaient être modifiés depuis l’étranger. Voici la partie que j’ai trouvée la plus intéressante :

Même s’il a été prouvé que les votes peuvent être modifiés depuis l’étranger dans des lieux situés aux États-Unis, il est pratiquement impossible de le prouver sans effectuer des vérifications judiciaires. Cela s’explique par la « chaîne de possession ».

Si l’on obtenait des captures de paquets de données individuels liés à des modifications de votes aux États-Unis initiés depuis l’étranger, ces paquets devraient être protégés et tout mouvement ou changement de garde de ces données devrait être géré. Cela serait presque impossible à maintenir à un niveau qui pourrait être utilisé dans un tribunal. C’est le défi ultime de la preuve absolue.

En résumé, les votes lors des élections américaines peuvent être modifiés depuis l’étranger. Il est presque impossible de l’identifier sans un audit forensic de tous les bulletins de vote d’une élection. La chaîne de possession appropriée des paquets de données liés à un vol d’élection à l’étranger est presque impossible. Le vol de l’élection de 2020 a donc très probablement été effectué au niveau local et peut être identifié par des audits forensics.

Gardez à l’esprit la chaîne de possession pendant que nous continuons.

Questions et réponses

Questions

Cette dernière section concernera à la fois Mike Lindell et John Durham. Avant d’exposer la théorie, je vais poser une série de questions auxquelles seule cette théorie semble répondre correctement.

En ce qui concerne Mike Lindell :

  • Si ses PCAP sont authentiques, où les a-t-il obtenus ?
  • Si ses PCAP sont authentiques, pourquoi est-il autorisé à en conserver la possession ?
  • Si ses PCAP sont authentiques, comment est-il en mesure de maintenir la chaîne de possession nécessaire pour prouver qu’ils sont authentiques sans aucun doute ?

En ce qui concerne John Durham :

  • Pourquoi l’administration Biden n’a pas encore fait clore son enquête ?

C’est vraiment la seule question sur Durham que j’ai, et la seule, à mon avis, qui est nécessaire. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, le vol de l’élection de 2020 était le point culminant des efforts de l’establishment politique pour couvrir le Spygate. Tout ce qu’ils ont fait tout au long du premier mandat du président Trump visait à couvrir leur mystification russe. L’avocat spécial Mueller, l’impeachment, les mensonges, le vol des élections. Tout visait à éliminer Trump afin que les crimes que nous voyons révélés par l’avocat spécial Durham ne voient jamais la lumière du jour.

Je sais que les gens disent « c’est un conseiller spécial et ils ne peuvent pas, c’est le précédent qu’ils ont créé quand Trump n’a pas pu virer Mueller »… « Ce n’est pas légal pour eux de faire taire un conseiller spécial ». Ils ont volé une putain d’élection mais n’ont pas fait taire John Durham pour des raisons de légalité ou d’image ? Ils ne se soucient d’aucune de ces choses et ils ne s’en sont jamais soucié. Le mandat d’Obama ainsi que toute la « présidence » de Joe Biden nous l’ont montré.

Le dossier de conspiration que John Durham nous présente avec ces « actes d’accusation parlants » montre clairement que les plus hauts niveaux de l’administration Obama étaient impliqués dans cette affaire, y compris Joe Biden et Obama lui-même. De multiples agences de notre communauté du renseignement sont également complices. S’ils avaient vraiment le moindre contrôle, ils feraient absolument tout ce qu’ils peuvent pour faire taire John Durham, ce qui est tout à fait mon propos. Il est clair qu’ils n’ont pas le contrôle de John Durham. Pourquoi ?

C’es là que je vous présente la théorie. Je ne dis pas que c’est un fait. Je dis que c’est possible et que cela a du sens quand on regarde la situation dans son ensemble. J’avais une conversation privée avec la personne qui a évoqué cette théorie et je n’allais pas mentionner son nom avant d’avoir obtenu la pleine permission de le faire. Il a accepté de me permettre de mentionner son nom et ses références complètes. Je suis heureux qu’il l’ait fait, car cette théorie a plus de poids lorsque vous voyez qui l’a théorisée en premier lieu.

Voici le nom et les références de la personne qui a présenté la théorie ci-dessous :

F. Jack Dona, sergent-chef, armée américaine (retraité), récipiendaire du Prix Knowlton, Centre de renseignement de l’armée américaine, Fort Huachuca, AZ.

Le SG Dona m’assure que sa théorie est basée uniquement sur des spéculations liées à son expérience professionnelle au sein de la CI (Communauté du renseignement). Il n’a pas accès à des informations classifiées pour étayer ses spéculations.

Réponses

John Durham et Mike Lindell opèrent-ils sous les auspices de l’armée ?

Plus précisément, est-il possible qu’ils aient été directement commissionnés dans notre armée tout en exerçant leurs fonctions ? Voici ce que je veux dire :

Commission directe

Les officiers à commission directe (OCD) sont des civils qui possèdent des compétences particulières nécessaires aux opérations militaires. Il s’agit généralement de personnes qui ont obtenu des diplômes professionnels dans des domaines tels que la médecine, le droit, les études religieuses, l’ingénierie ou le renseignement. Des groupes tels que le corps du JAG (Office de la justice militaire), le corps des aumôniers et le corps médical emploient fréquemment des officiers de commission directe.

Voici ce que Wikipédia propose concernant les DCO :

Un officier à commission directe (OCD) est un officier de l’armée américaine qui a reçu une commission nommée sans avoir à remplir les conditions préalables habituelles pour l’obtention d’une commission, telles que la fréquentation d’une académie du service pendant quatre ans, d’un programme ROTC (Corps de formation des officiers de réserve) d’un collège de quatre ou deux ans, ou de l’un des programmes de l’école des aspirants officiers ou de l’école de formation des officiers, ces derniers programmes OCS/OTS (Ecole des Candidats Officiers/Ecole des Officiers en formation) étant généralement d’une durée de trois mois, Les civils qui ont des compétences spéciales qui sont nécessaires au maintien des opérations militaires, au soutien des troupes, à la santé et aux études scientifiques peuvent recevoir une commission directe lors de leur entrée en service Ces officiers occupent généralement des postes de commandement dans les domaines suivants : droit, sciences, médecine, pharmacie, dentiste, infirmière, intelligence, fourniture-logistique-transport, ingénierie, affaires publiques, corps des aumôniers, océanographie, merchant marine affairs, etc.

Les civils peuvent être directement affectés à l’armée lorsque leurs compétences sont essentielles au maintien des opérations militaires. Cette pratique est courante au sein de l’armée et serait facile à réaliser en toute discrétion. Si Mike Lindell et John Durham travaillent réellement en tant qu’officiers directement commissionnés par l’armée, cela répondrait à toutes les questions.

En ce qui concerne Mike Lindell :

  • Si ses PCAP sont authentiques, où les a-t-il obtenus ?
    • De l’armée.
  • Si ses PCAP sont authentiques, pourquoi est-il autorisé à en conserver la possession ?
    • Il travaille avec et sous la protection de l’armée.
  • Si ses PCAP sont authentiques, comment est-il en mesure de maintenir la chaîne de contrôle nécessaire pour prouver qu’ils sont authentiques sans l’ombre d’un doute ?
    • Si un groupe peut prouver la chaîne de possession, c’est bien l’armée.

En ce qui concerne John Durham :

  • Pourquoi l’administration Biden ne l’a pas encore fait fermer ?
    • Parce qu’il ne travaille pas avec le DOJ, il travaille avec les militaires.

Clôture 

Comme nous l’avons découvert dans Dévolution – Partie 13, la portée du plan de dévolution est beaucoup plus grande que nous ne l’avions d’abord imaginé.

Si les personnes qui seront démantelées par John Durham ont également joué un rôle dans le vol de l’élection de 2020, ne serait-il pas logique que le plan de dévolution tienne compte de l’enquête de John Durham et lui permette de continuer sans interruption ? L’enrôler dans l’armée pendant une opération de dévolution le mettrait vraiment hors de leur portée.

Si Trump et son équipe veulent épuiser toutes les méthodes légales et constitutionnelles pour rectifier l’élection de 2020, ils doivent se présenter devant la Cour Suprême avec des preuves irréfutables et concrètes. Peut-être que Mike Lindell est l’homme qui peut apporter ces preuves. S’il veut vraiment faire avancer les pièces d’échecs, ses preuves doivent être solides et irréfutables. Travailler avec l’armée serait aussi solide que possible.

Trump a entrepris de drainer le marais et de rendre le gouvernement à « Nous, le Peuple ». Pour ce faire, tout doit être exposé. Cela inclut l’exposition des échecs des trois branches du gouvernement. Nous sommes sur le point de découvrir si oui ou non nous avons vraiment atteint une crise constitutionnelle à part entière.

Quelle que soit la façon dont on voit les choses, les prochaines semaines devraient être extrêmement intéressantes. Comme je l’ai déjà dit, je serais heureux d’avoir tort dans cette situation, mais je ne pense pas que la Cour Suprême annulera l’élection. Mais cela ne veut pas dire que nous ne ferons pas un pas de plus vers le retour de Trump.

LE MEILLEUR EST ENCORE À VENIR

Patel Patriot

Parties

Chapitres