Durham enquête sur les prestataires du Pentagone qui ont aidé l’équipe de campagne d’Hillary Clinton à monter une histoire fictive entre la Russie et Trump

Article original datant du 08/10/21

Les procureurs enquêtent pour savoir si les entrepreneurs en cybersécurité ont abusé de leurs autorisations de sécurité pour fournir au FBI de fausses informations liant Donald Trump à la Russie

Des experts en cybersécurité, titulaires de contrats lucratifs avec le Pentagone et la sécurité intérieure et d’habilitations de sécurité de haut niveau, font l’objet d’une enquête pour avoir potentiellement abusé de leurs privilèges gouvernementaux afin d’aider un complot de la campagne Clinton de 2016 visant à relier faussement Donald Trump à la Russie et à déclencher une enquête du FBI sur lui et sa campagne, selon plusieurs sources familières avec le travail du conseiller spécial John Durham.

M. Durham cherche à savoir s’ils ont été impliqués dans un stratagème visant à abuser de données Internet sensibles et non publiques, auxquelles ils avaient accès grâce à leurs contrats gouvernementaux, pour déterrer des informations compromettantes sur Trump pour le compte de la campagne Clinton en 2016 et à nouveau en 2017, selon les sources – des saletés politiques qui ont mis les enquêteurs du FBI sur une fausse piste. Les procureurs cherchent également à savoir si certaines des données présentées au FBI étaient fausses ou falsifiées.

Ces sources, qui se sont exprimées sous le couvert de l’anonymat pour discuter d’une question sensible liée à l’application de la loi, ont déclaré que les enquêteurs de Durham ont assigné les entrepreneurs à remettre des documents et à témoigner devant un grand jury fédéral chargé de l’affaire. Les enquêteurs étudient les accusations criminelles potentielles, notamment le fait de donner de fausses informations aux agents fédéraux et de frauder le gouvernement, ont précisé les sources.

Le complot de la campagne a été décrit par Durham le mois dernier dans un acte d’accusation de 27 pages qui accuse l’ancien avocat de la campagne Clinton, Michael Sussmann, d’avoir fait un faux rapport au FBI. Le document cite huit personnes qui auraient conspiré avec Sussmann, mais ne les identifie pas par leur nom.

Les sources familières avec l’enquête ont confirmé que le chef de l’équipe de contractants était Rodney L. Joffe, qui a régulièrement conseillé la Maison Blanche sous Biden sur les politiques de cybersécurité et d’infrastructure. Jusqu’au mois dernier, il était le responsable de la cybersécurité chez Neustar Inc, un entrepreneur technologique de Washington, qui, selon les dossiers des tribunaux civils fédéraux, était un client de longue date de Sussmann chez Perkins Coie, un important cabinet d’avocats démocrate récemment cité à comparaître par Durham. Joffe, 66 ans, n’a pas été accusé d’un crime.

Neustar a retiré les articles du blog de Joffe de son site web. « Il ne travaille plus pour nous », a déclaré une porte-parole.

Acteur puissant et influent dans le monde de la technologie, Joffe a chargé un groupe d’entrepreneurs informatiques liés à l’Institut de technologie de Géorgie de trouver « n’importe quoi » dans les données Internet qui relierait Trump à la Russie et rendrait les « VIP » démocrates heureux, selon un courriel envoyé par Joffe aux chercheurs en août 2016. Le mois suivant, le groupe a accusé Trump d’entretenir des communications secrètes par voie détournée avec le Kremlin par le biais des serveurs de messagerie de la banque Alfa Bank, basée en Russie. Le FBI, le conseiller spécial Robert Mueller, l’inspecteur général du ministère de la Justice et un groupe d’experts du Sénat ont par la suite établi que ces accusations étaient fausses.

L’acte d’accusation de Sussmann par le grand jury indique que les entrepreneurs fédéraux, qui ont exploité des enregistrements Internet privés pour aider à « mener des recherches sur l’opposition » en coordination avec la campagne Clinton, n’étaient pas motivés par des données mais par un « parti pris contre Trump. »
L’avocat de Joffe a décrit son client comme étant « apolitique ». Il a déclaré que Joffe a apporté à Sussmann des informations sur Trump qu’il croyait vraies, par souci pour la nation.

Steven Tyrrell, un avocat spécialisé dans la défense des criminels en col blanc, a confirmé que son client Joffe est la personne désignée comme « Tech Executive-1 » dans l’acte d’accusation de Sussmann. « Tech Executive-1 a exploité son accès aux données non publiques de plusieurs sociétés Internet pour mener des recherches sur l’opposition à Trump », a déclaré le grand jury de Durham. « Dans le cadre de ces efforts, Joffe s’était assuré, et continuait à s’assurer, l’aide de chercheurs d’une université américaine Georgia Tech qui recevaient et analysaient des données Internet dans le cadre d’un contrat de recherche en cybersécurité du gouvernement fédéral. »

L’acte d’accusation allègue également que les informaticiens savaient que les données Internet qu’ils avaient compilées étaient inoffensives, mais qu’ils les ont tout de même envoyées au FBI, mettant les agents dans une impasse : « Sussmann, Joffe et Perkins Coie avaient coordonné, et continuaient à coordonner, avec des représentants et des agents de la campagne Clinton en ce qui concerne les données et les documents écrits que Sussmann a remis au FBI et aux médias. »

L’un des représentants de la campagne avec lequel Joffe s’est coordonné était Jake Sullivan, qui agissait en tant que conseiller en politique étrangère de Clinton, comme RealClearInvestigations l’a d’abord rapporté. Actuellement en poste à la Maison Blanche en tant que Conseiller à la Sécurité nationale du président Biden, Sullivan fait l’objet d’un examen minutieux pour les déclarations qu’il a faites sous serment au Congrès concernant sa connaissance du projet de recherche Trump-Alfa. Autre conflit d’intérêts potentiel à signaler, le procureur général Merrick Garland a employé la femme de Sullivan, Maggie, comme assistante juridique lorsqu’il était juge fédéral. Garland contrôle les cordons de la bourse pour l’enquête de Durham et décidera si son rapport final sera divulgué au public.

À l’époque, M. Joffe conseillait le président Obama sur les questions de sécurité et se positionnait pour un poste de haut niveau dans le domaine de la cybersécurité au sein de l’administration Clinton. « Les démocrates m’ont provisoirement offert le poste de cybersécurité le plus élevé lorsqu’il semblait qu’ils allaient gagner », a-t-il révélé dans un courriel de novembre 2016 obtenu par les procureurs.
Pendant ce temps, les chercheurs de Georgia Tech étaient en lice pour un contrat de 17 millions de dollars du Pentagone pour la recherche en cybersécurité, qu’ils ont décroché en novembre 2016, selon des documents fédéraux.

Le financement du gouvernement en main, ils ont continué à extraire des données non publiques sur Trump après sa prise de fonction en 2017 – alors que Sussmann, Sullivan et d’autres anciens responsables de la campagne Clinton ont renouvelé leurs efforts pour relier Trump à Alfa Bank. Cette fois, ils ont enrôlé l’ancien analyste du FBI devenu démocrate-opérateur Dan Jones pour réengager le FBI, tandis que Sussmann a tenté d’intéresser la CIA aux données Internet, comme RCI l’a d’abord rapporté. Les enquêteurs ont également cité Jones à comparaître, qui n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Joffe, né en Afrique du Sud, a quitté son poste chez Neustar le mois dernier, après avoir engagé un avocat spécialisé dans les fraudes à Washington plusieurs mois auparavant, lorsque Durham a commencé à présenter son dossier au grand jury. M. Tyrrell n’a pas voulu faire de commentaire lorsque RCI l’a interrogé sur la coopération de son client avec le grand jury fédéral chargé d’instruire le dossier de plus en plus vaste de M. Durham. Tyrrell n’a pas non plus fait de commentaire lorsqu’on lui a demandé si le bureau du conseiller spécial l’avait informé que son client était visé par l’enquête en cours. Cependant, Tyrrell a défendu Joffe dans une déclaration publique, affirmant que l’avocat spécial et le grand jury ont présenté une « image trompeuse de ses actions » dans ce qu’on appelle « l’acte d’accusation parlant », qui, selon les sources, est un prélude à d’autres actes d’accusation qui pourraient aboutir à des accusations de conspiration.

Cet acte d’accusation, qui détaille une conspiration impliquant une tromperie généralisée, a été suivi d’une rafale de nouvelles citations à comparaître visant Perkins Coie lui-même, faisant vaciller la machine politique démocrate à Washington. Des millions de dollars ont secrètement transité par Perkins vers les projets de recherche de l’opposition de la campagne Clinton contre Trump, laissant aux enquêteurs de Durham une longue piste d’argent à suivre et à vérifier pour d’éventuelles violations de la Commission électorale fédérale et autres, disent les sources.

Tyrrell a insisté sur le fait que Joffe n’avait « aucune idée que le cabinet de Sussmann représentait la campagne Clinton », même s’il a travaillé en étroite collaboration avec Sussmann et un autre avocat de campagne bien connu, Marc Elias – ainsi qu’avec Glenn Simpson de Fusion GPS, un cabinet de recherche de l’opposition engagé par la campagne Clinton pour déterrer des saletés sur Trump en 2016. Il a ajouté que son client « estimait qu’il était de son devoir patriotique de partager le rapport sur Trump avec le FBI. »

Qu’a trouvé Durham ?

Cependant, l’enquête de Durham a mis au jour des courriels révélant que Joffe savait que le récit qu’ils créaient sur le fait que Trump avait une ligne directe secrète avec le président russe Vladimir Poutine était au mieux ténu. En fait, Joffe lui-même a qualifié les données utilisées pour étayer le récit de « faux-fuyant ». Dans un autre courriel, Joffe a déclaré qu’on lui avait promis un poste élevé si Clinton était élue, ce qui suggère qu’il pouvait avoir une motivation personnelle pour établir un lien sinistre entre la Russie et Trump. Il a ajouté qu’il n’avait aucun intérêt à travailler pour Trump : « Je n’accepterais certainement pas le poste sous Trump ».

« Joffe faisait ce qu’il faisait pour obtenir ce poste en or », a déclaré Mark Wauck, ancien responsable du contre-espionnage au FBI, dans une interview. « Et Sussmann travaillait avec Joffe parce que Joffe était nécessaire pour le ‘projet confidentiel’ de la campagne Clinton », qui était le terme utilisé par Sussman pour décrire leur recherche de données dans les dossiers de facturation.

À l’époque, Joffe était conseiller bénévole d’Obama en matière de cybersécurité et s’est rendu à la Maison-Blanche à plusieurs reprises pendant son administration, selon les registres d’entrée des services secrets. En 2013, James Comey, alors directeur du FBI, lui a décerné un prix en reconnaissance de son travail pour aider les agents à enquêter sur une importante affaire de cybersécurité.

Joffe est le « Max » cité dans les articles de presse faisant la promotion du cyber complot secret visant Trump, un nom de code qui lui a probablement été donné par Simpson, qui a un fils nommé Max. Les articles décrivaient « Max » comme un « républicain à la John McCain ». En 2017, Joffe, qui a passé une grande partie de sa carrière dans l’Arizona, l’État natal de feu McCain, avant de s’installer à Washington, a contribué à raviver le conte Trump-Alfa en sondant davantage de données et en aidant à alimenter la commission des services armés du Sénat, que McCain présidait.

Le patron de Joffe pendant la campagne de 2016 était Lisa Hook, alors présidente de Neustar, un important donateur du parti démocrate qui a publiquement soutenu Clinton et contribué à ses campagnes. Les dossiers montrent que ses contributions aux démocrates, y compris Joe Biden et Obama, totalisent plus de 249 000 dollars. En 2011, M. Obama a nommé Mme Hook à son comité consultatif sur les télécommunications pour la sécurité nationale.

Joffe a créé un certain nombre de petites entreprises Internet. L’une d’entre elles, Packet Forensics, aurait récemment décroché un contrat du Pentagone pour gérer une grande partie des domaines Internet appartenant à l’armée. L’offre a été attribuée le jour de l’investiture de Biden comme président. Sa société vend également du matériel d’écoute pour les forces de l’ordre fédérales, qui permet aux autorités d’espionner la navigation privée sur le Web grâce à de faux certificats de sécurité Internet, au lieu des vrais certificats que les sites Web utilisent pour vérifier la sécurité des connexions. M. Joffe travaille depuis 15 ans sur des affaires de cybersécurité avec les services fédéraux de police et de renseignement.

April « Feuilles de thé » Lorenzen

M. Joffe a travaillé en étroite collaboration avec une autre informaticienne de haut niveau affecté au projet Alfa, qui a utilisé le pseudonyme « Tea Leaves » (feuilles de thé), ainsi que des pronoms masculins, dans les médias pour dissimuler son identité. L’agent a été identifié par son avocat comme étant April D. Lorenzen, qui a fourni les journaux du système de nom de domaine (ou DNS) à partir de ses propriétés – le fondement de toute l’accusation de conspiration – et a aidé à les compiler pour le rapport fallacieux qui a été transmis au FBI, selon l’acte d’accusation.

Démocrate déclarée, Mme Lorenzen a été chargée par M. Joffe d’établir un lien avec Trump à partir des données, avec les chercheurs de Georgia Tech, où elle travaille en tant que chercheuse invitée depuis 2007.

Identifiée comme « Originator-1 » dans l’acte d’accusation de Durham, elle est, comme son collègue Joffe, un sujet clé de l’enquête et fait face à une foule de questions juridiques, ont déclaré les sources proches de l’affaire. Les courriels découverts par les enquêteurs révèlent que Lorenzen a discuté de la « falsification » du trafic Internet avec les chercheurs de Georgia Tech, bien que le contexte de ses remarques ne soit pas clair.
Les procureurs ont suggéré que Lorenzen essayait de créer une « inférence » de communications Trump-Russie à partir de données DNS qui n’existaient pas.

Le système DNS (Domain Name System) agit comme le répertoire téléphonique de l’internet, traduisant les noms de domaine des courriels et des sites web en adresses IP (Internet Protocol) afin que les navigateurs web puissent facilement interagir. Le trafic laisse un enregistrement connu sous le nom de « lookups » DNC, qui consiste essentiellement en un va-et-vient entre les serveurs informatiques.

Mme Lorenzen a retenu les services d’un avocat spécialisé dans la défense des criminels en col blanc, Michael J. Connolly, de Boston, qui a déclaré dans un communiqué que Mme Lorenzen agissait dans l’intérêt de la sécurité nationale, et non de la politique, et que « toute suggestion selon laquelle elle aurait commis des actes répréhensibles est sans équivoque fausse ».

Mme Lorenzen, âgée de 59 ans, a participé à la création de deux entreprises technologiques basées dans le Rhode Island, où elle vit : Dissect Cyber Inc. et Zetalytics LLC. Ses sociétés ont passé des contrats avec la division de la cybersécurité du ministère américain de la sécurité intérieure et d’autres agences. À ce titre, elle supervise l’un des systèmes les plus importants et les plus diversifiés au monde d’enregistrements DNS « passifs », ou stockés, qui peuvent être consultés pour découvrir des incidents de sécurité potentiels. L’année précédant la campagne présidentielle de 2016, elle s’est vantée : « Les données DNS passives massives sont ce que je peigne quotidiennement, fournissant les IP et les domaines les plus intéressants, en temps réel. »

Elle se spécialise dans l’identification des « domaines usurpés » utilisés pour les escroqueries par hameçonnage par courriel.

Dans sa biographie, Mme Lorenzen indique également qu’elle est actuellement « l’investigatrice principale d’un projet de recherche sur la notification de la cybersécurité des chaînes d’approvisionnement des infrastructures critiques ». Elle n’a pas fourni d’autres détails sur ce projet. Cependant, elle forme et informe régulièrement les forces de l’ordre fédérales sur les questions de cybersécurité.

Une collègue de Lorenzen qui figure en bonne place dans le projet visant à lier Trump à la banque russe, mais qui n’est pas mentionnée dans l’acte d’accusation, est L. Jean Camp, une professeure d’informatique de l’Université de l’Indiana qui a publié les données douteuses sur son site Web et a contribué à propager la théorie du complot dans les médias. « Cette personne a une autorité technique et un accès aux données », a-t-elle déclaré à propos de « Tea Leaves », l’auteur des données, se portant garante de son ami Lorenzen tout en cachant son identité.

Mme Camp est une militante démocrate et une grande supportrice et donatrice d’Hillary Clinton. Les dossiers de campagne fédéraux montrent qu’elle a contribué à hauteur d’au moins 5 910 dollars aux campagnes 2008 et 2016 de Clinton, dont des milliers de dollars de dons à l’époque où elle et la campagne Clinton colportaient la théorie du complot Trump-Alfa.

Camp a demandé une enquête complète du FBI sur les données qu’elle a poussées dans les médias. Lorsque le FBI a abandonné l’affaire en février 2017, Camp s’est emportée contre le bureau pour avoir fermé l’enquête sur les emails de Trump après avoir rouvert l’affaire des emails de Clinton. Dans un tweet de mars 2017, elle s’est emportée : « Pourquoi le FBI a-t-il tué cette histoire avant l’élection pour se concentrer sur ses e-mails ? » Elle a également appelé les gens à « rejoindre la résistance » contre Trump.

Camp n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Un autre « informaticien » lié au projet était Paul Vixie, un collègue de Joffe qui, comme Joffe, a donné 250 $ en 2000 à la représentante Heather Wilson du Nouveau-Mexique, qui était proche de feu le sénateur John McCain, qui s’est disputé avec Trump, selon les dossiers de campagne fédéraux. Vixie, qui a examiné les journaux DNS et suggéré dans les médias que Trump et Alfa Bank étaient engagés dans un « syndicat criminel », a soutenu la candidature de Clinton à la présidence et a descendu Trump sur Twitter.

« Hillary s’est présentée comme une politicienne expérimentée qui est prête à assumer la présidence », a-t-il tweeté en 2016. Il a qualifié Trump de « faux républicain » qui « finira sa vie en prison », a-t-il affirmé dans un tweet de 2020.

Des preuves truquées ?

Les sources familières avec l’enquête notent que Durham utilise également le grand jury pour vérifier si certains des fichiers de données Internet que la campagne Clinton a fournis au FBI étaient faux ou fabriqués pour créer l’apparence de communications Internet suspectes entre la banque russe et Trump.

Fournir de fausses preuves au FBI est un crime. L’ancien directeur adjoint du FBI, Chris Swecker, a déclaré à RCI que les lois relatives à la fraude postale et électronique pourraient être invoquées dans le cadre de l’affaire de conspiration criminelle que Durham est en train de monter.

Les documents que Sussmann a fournis au siège du bureau en septembre 2016, dans le feu de la course présidentielle, comprenaient deux clés USB contenant des journaux DNS qui, selon Sussmann et Joffe, montraient des modèles de communications secrètes par courriel entre la Trump Organization et Alfa Bank, selon l’acte d’accusation.

L’authenticité des enregistrements de consultation DNS que Sussmann a présentés au FBI dans les fichiers électroniques, ainsi que trois « livres blancs » décrivant un ping marketing inoffensif entre les serveurs d’Alfa et de Trump comme un canal arrière russe néfaste, a été remise en question par plusieurs sources.

Alfa Bank, qui opère également aux États-Unis, a commandé deux études qui ont révélé que les données DNS compilées par Joffe et ses informaticiens étaient formatées différemment des journaux DNS du serveur de la banque, et l’une des études a avancé que l’activité DNS avait pu être « créée artificiellement ».

Par ailleurs, des experts indépendants en cybercriminalistique ont constaté que les courriels publiés par les chercheurs portaient des horodatages qui ne correspondaient pas à l’activité réelle des serveurs, ce qui laisse penser qu’ils ont pu être modifiés. La société de marketing Cendyn, basée en Floride, qui administrait le prétendu serveur de Trump (qui appartenait à une société technique tierce et était hébergé en Pennsylvanie, et non à New York), a déclaré que son dispositif avait envoyé son dernier courriel de marketing en mars 2016, mais les journaux DNS fournis par les chercheurs en informatique prétendaient montrer une fenêtre de mai à septembre de fort trafic.

Les experts ont également noté que les journaux DNS que Sussmann et son groupe ont présentés comme preuves au FBI avaient été collés dans un fichier texte, où ils auraient pu être modifiés.

Dans l’acte d’accusation de Sussmann, le grand jury a décrit les journaux DNS comme semblant être réels, mais pas nécessairement. Par exemple, il a noté que l’une des chercheurs en informatique – cité sous le nom de « Tea Leaves », ou Lorenzen – avait « rassemblé de prétendues données du DNC reflétant des consultations DNS apparentes entre la banque russe et un domaine de messagerie électronique de Trump ». Les mentions « prétendues » et « apparentes » indiquent que Durham et ses enquêteurs peuvent être sceptiques quant à la réalité de ces données.

De plus, l’acte d’accusation indique que Joffe « a partagé certains résultats de ces recherches et analyses de données » avec Sussmann pour que le FBI puisse enquêter, ce qui suggère qu’il a peut-être sélectionné les données pour qu’elles correspondent à un « récit » préconçu – ou « scénario », comme les chercheurs en informatique l’ont également appelé dans les e-mails obtenus par Durham.

Les courriels découverts par le procureur indépendant révèlent que Joffe et l’équipe de recherche qu’il a recrutée ont effectivement discuté de la possibilité de « truquer » le trafic Internet.

Il serait possible de « remplir un formulaire de vente sur deux sites Web, en falsifiant l’adresse électronique de l’autre société dans chaque formulaire », et de faire en sorte qu’ils « semblent communiquer entre eux par DNS », a suggéré Lorenzen.

Un chercheur de Georgia Tech a averti Joffe à la mi-2016, au milieu de leur expédition de pêche, du manque de preuves : « Nous ne pouvons techniquement pas faire d’affirmations qui tiendraient à un examen public. La seule chose qui nous motive à ce stade est que nous n’aimons tout simplement pas Trump. »

Tyrrell a affirmé que son client Joffe « se tient derrière les recherches et les analyses rigoureuses qui ont été menées, aboutissant au rapport qu’il a estimé être son devoir patriotique de partager avec le FBI. »

L’utilisation de données non publiques issues d’un contrat de recherche fédéral pour inciter le FBI à enquêter sur Trump pourrait constituer une violation du contrat et des accords de non-divulgation. M. Swecker, qui a travaillé avec M. Durham sur des affaires criminelles en col blanc, a déclaré que le procureur spécial pourrait demander d’autres inculpations pour fraude aux subventions et contrats gouvernementaux.

Les agences de Washington fournissent à ces entrepreneurs technologiques un accès privilégié à d’énormes caches d’informations sensibles et non publiques sur le trafic Internet, afin de les aider à lutter contre la cybercriminalité.

Le 17 novembre 2016, le Pentagone a attribué à Georgia Tech un contrat de recherche en cybersécurité d’une valeur de plus de 17 millions de dollars. Le projet, baptisé « Rhamnousia », devait permettre aux chercheurs de « passer au crible des ensembles de données existants et nouveaux » pour trouver les « mauvais acteurs » sur internet. Selon l’acte d’accusation, les chercheurs ont bénéficié d’un « accès précoce aux données Internet afin d’établir une « preuve de concept » pour les travaux prévus par le contrat. » Bien sûr, le gouvernement n’a pas payé les chercheurs pour chercher des saletés sur Trump dans les bases de données DNS sensibles.

« L’objectif principal du contrat, note l’acte d’accusation, était que les chercheurs reçoivent et analysent de grandes quantités de données DNS afin d’identifier les auteurs de cyberattaques malveillantes et de protéger la sécurité nationale des États-Unis. »

Au lieu de cela, les scientifiques se sont lancés dans une expédition de pêche politique. Selon l’acte d’accusation, Joffe a ordonné à Lorenzen et aux deux chercheurs universitaires de « rechercher largement dans les données Internet toute information sur les liens potentiels de Trump avec la Russie. »

Les chercheurs de Georgia Tech nommés comme « enquêteurs » sur le projet comprenaient David Dagon et Manos Antonakakis, dont les sources ont confirmé qu’ils sont les deux chercheurs universitaires cités par Durham dans son acte d’accusation. Antonakakis est le « Chercheur-1 » mentionné dans l’acte d’accusation, qui, selon le grand jury, a fait remarquer dans un courriel que « la seule chose qui nous motive est que nous n’aimons tout simplement pas Trump ».

Le contrat initial de 17 millions de dollars de Rhamnousia a été approuvé pour cinq ans, selon les dossiers de contrats fédéraux. Mais le programme a récemment été renouvelé et s’est transformé en un contrat de plus de 25 millions de dollars du ministère de la Défense – dirigé par la même équipe de recherche de Georgia Tech.

Cet article a été initialement publié par RealClearInvestigations le 7 octobre 2021.

Le journaliste d’investigation Paul Sperry contribue régulièrement à RealClearInvestigations et a écrit des articles d’actualité ou d’opinion pour le New York Post, le New York Times et le Wall Street Journal. Parmi ses livres figurent « The Great American Bank Robbery » (le grand braquage de banque américain) (2011) et « Crude Politics : How Bush’s Oil Cronies Hijacked the War on Terrorism » (Politique du brut : Comment les copains du pétrole de Bush ont détourné la guerre contre le terrorisme) (2003).

Durham Probes Pentagon Contractors Who Helped Plot Russia Hoax
Prosecutors are investigating whether cybersecurity contractors abused security clearances to feed the FBI false information linking Donald Trump to Russia.

Chapitres