Ed Buck, riche donneur du parti démocrate et ami d’Hillary Clinton, écope de 30 ans de prison pour avoir drogué des homosexuels, dont deux ont perdu la vie

Article original datant du14/04/22

Ed Buck a été reconnu coupable en juillet de neuf chefs d’accusation, notamment d’avoir une maison dédiée à la drogue, de distribuer de la méthamphétamine et d’inciter à voyager à des fins de prostitution.

Le riche activiste politique et donateur démocrate Ed Buck a été condamné à 30 ans de prison pour avoir fourni et injecté personnellement de la méthamphétamine à des hommes homosexuels en échange de rapports sexuels, ce qui a entraîné deux décès et de multiples autres overdoses.

Buck, 67 ans, a été reconnu coupable en juillet par un jury fédéral des neuf chefs d’accusation, notamment d’avoir une maison de la drogue, de distribuer de la méthamphétamine et d’inciter des hommes à se déplacer pour se prostituer.

La condamnation de jeudi met fin à une longue saga, impliquant Buck, qui, selon les procureurs, a utilisé sa richesse et son influence pour s’attaquer et exploiter des hommes noirs vulnérables pour des rencontres « party and play » dans son appartement de West Hollywood. Lors de ces rencontres, Buck payait des hommes pour qu’ils consomment de la drogue, leur en injectait de grandes quantités et leur faisait subir des actes sexuels. Les fonctionnaires ont déclaré que Buck injectait de la méthamphétamine avec ou sans le consentement des hommes et parfois lorsqu’ils étaient inconscients.

« Buck a utilisé son argent et ses privilèges pour exploiter les déséquilibres de richesse et de pouvoir entre lui et ses victimes, qui étaient sans logement, démunies et/ou aux prises avec une dépendance« , a déclaré Chelsea Norell, une assistante du procureur américain, dans un document déposé au tribunal. « Il a dépensé des milliers de dollars en drogues et en séances de fêtes et de jeux qui ont détruit des vies et engendré des dépendances insidieuses. »

Gemmel Moore, 26 ans, a fait une overdose mortelle dans l’appartement de Buck à West Hollywood en juillet 2017. Un deuxième homme, Timothy Dean, 55 ans, est mort près de deux ans plus tard, en 2019, d’une overdose mortelle de méthamphétamine au domicile de Buck. Ce n’est que lorsqu’un troisième homme a fait deux overdoses dans l’appartement que Buck a été arrêté et inculpé. Les trois hommes étaient noirs.

Les proches et les activistes ont fait pression pour l’arrestation de Buck depuis la mort de Moore. Ils ont déclaré que Buck a échappé aux accusations criminelles pendant des années en raison de sa richesse, de ses liens politiques et de sa race.

Buck, qui était surnommé « Docteur Kevorkian » (référence à Jack Kevorkian, médecin connu pour ses positions sur l’euthanasie et le suicide assisté, ndT), avait au moins 10 victimes et les droguait parfois alors qu’elles étaient inconscientes, selon des documents judiciaires. Une victime a déclaré qu’elle était « incapable de bouger » après que Buck lui ait injecté un tranquillisant. Il a ajouté que plus tard, lorsque Buck a voulu qu’il quitte son domicile, il « s’est énervé et a pris une scie électrique dans un placard, l’a allumée et s’est approché de [la] victime avec« .

Les procureurs ont demandé au juge de condamner Buck à la prison à vie, affirmant qu’il utilisait « des êtres humains comme des jouets, détruisant leur vie simplement pour assouvir sa propre gratification sexuelle ». Les avocats de Buck ont demandé une peine de 10 ans, plutôt que de le « reléguer à la mort en prison« . Ils ont demandé au juge de tenir compte de la toxicomanie de Buck, qui, selon eux, s’est développée en raison d’un problème médical, et des abus sexuels qu’il a subis aux mains de son père et de plusieurs prêtres.

LaTisha Nixon, la mère de Moore, a déclaré dans une lettre au tribunal qu’elle espérait que Buck recevrait la peine maximale. Nixon, une infirmière auxiliaire certifiée, a déclaré qu’elle ne pouvait pas réconforter son fils comme elle l’a fait pour d’innombrables personnes mourantes.

« Tout ce à quoi je pense, c’est que mon fils est mort nu sur un matelas, sans aucun amour autour de lui« , a déclaré Nixon. « Personne pour lui tenir la main ou lui dire de bonnes choses« .

Buck a demandé la clémence avant d’être condamné, disant à la cour : « Je demande que la cour jette un regard sur ma vie dans son ensemble« , a-t-il dit, selon le Los Angeles Times, plutôt que « l’horrible caricature que le gouvernement a dépeinte de moi : un tueur à la hache alimenté par la méthamphétamine« .

Buck, un riche homme blanc qui était actif dans les causes homosexuelles et les questions de droits des animaux, a donné plus de 500 000 $, principalement à des politiciens et des causes démocrates depuis 2000.

Les militants noirs LGBTQ+ de Californie plaidaient depuis des années pour que Buck soit traduit en justice et accusaient la police d’ignorer leurs préoccupations et de permettre à Buck de continuer à faire du mal aux gens. Buck a continué à s’attaquer aux homosexuels après la mort de Moore, se plaignant même de l’enquête auprès de Dean, qui mourrait plus tard chez lui.

« L’absence de remords de Buck est parfaitement illustrée par une image : alors qu’il se cachait dans un hôtel pour échapper à l’arrestation pour la mort de Gemmel Moore, il injectait à Dane Brown, un autre jeune homme noir, des doses successives de méthamphétamine« , a déclaré Norell.

Brown, qui était sans abri, a emménagé dans l’appartement de Buck, où ce dernier lui injectait fréquemment de la méthamphétamine, souvent plusieurs fois par jour. Il a été hospitalisé en septembre 2019 après que Buck lui ait injecté trois fois des doses consécutives, mettant dans son système cinq fois la méthamphétamine que Moore et Dean avaient lorsqu’ils sont morts, selon les procureurs.

Brown est retourné au domicile de Buck des semaines plus tard, où Buck lui a de nouveau injecté une surdose de méthamphétamine, et a refusé de l’aider, a-t-il dit.

« Brown s’est assis sur le canapé, résigné à subir le même sort que Moore et Dean, lorsqu’il a entendu sa mère décédée lui crier : ‘Lève-toi, Dean‘ », a déclaré Norell.

Il s’est échappé de la maison de Buck et s’est rendu à une station-service voisine, où il a appelé à l’aide et a été emmené à l’hôpital. Le récit déchirant de sa réanimation à deux reprises a finalement conduit à l’arrestation de Buck.

Wealthy donor Ed Buck gets 30 years in prison for drugging gay men, two fatally
He was found guilty on charges that he injected the men with methamphetamine in exchange for sex, leading to overdoses

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations