Elon Musk s’en prend à nouveau à l’indice S&P 500 ESG « frauduleux » après que Tesla ait été retiré de sa liste suite à des accusations de discrimination raciale et à une gestion douteuse des accidents de pilotage automatique

Article original datant du 19/05/22

  • Musk a continué à s’emporter sur Twitter après la radiation de Tesla de l’indice ESG
  • Le constructeur de voitures électriques a été retiré de l’indice mesurant la « durabilité ».
  • Le Dow Jones a cité de multiples problèmes qui ont fait baisser son score, notamment des préoccupations concernant son manque de stratégie à faible émission de carbone et de codes de conduite des affaires.
  • Il a également cité des allégations de discrimination raciale et de décès impliquant l’Autopilot.
  • La technologie de conduite autonome a été liée à au moins 11 décès depuis 2016.
  • L’année dernière, un jury a accordé 137 millions de dollars à un ancien collaborateur de Tesla pour des allégations de harcèlement racial.
  • Tesla reste dans le S&P 500 régulier mesurant la capitalisation boursière.

Elon Musk s’est emporté sur Twitter après que Tesla a été retiré mercredi d’un indice de durabilité largement suivi, en raison de préoccupations concernant le manque de stratégie à faible émission de carbone de l’entreprise, d’allégations de racisme sur le lieu de travail et de décès liés à l’Autopilot.

Tweetant jusqu’aux petites heures de la nuit de jeudi, Musk a répondu à l’investisseur technologique bien connu Cathie Wood, qui a qualifié de « ridicule » le retrait de Tesla de l’indice S&P 500 ESG, ajoutant : Pas digne d’une autre réponse ».

« Ouaip », a répondu Musk, « Un cas évident de wacktivisme » (« Activisme cinglé, destructeur » : jeu de mot intraduisible).

« Ce que j’aime le plus chez les wacktivistes, c’est leur incroyable sens de l’humour », a-t-il ajouté dans un autre tweet.

Tesla est devenue la société la plus précieuse de l’industrie automobile grâce à ses véhicules électriques pionniers, mais elle a été retirée de l’indice ESG, qui mesure la « performance des titres répondant à des critères de durabilité ».

Elon Musk s’est emporté sur Twitter après le retrait de Tesla d’un indice de durabilité largement suivi mercredi.

Un cadre de S&P Dow Jones Indices, la société qui maintient l’indice boursier, a déclaré que Tesla avait été retiré en raison de problèmes, notamment des revendications de discrimination raciale et des accidents liés à ses véhicules autopilotés.

Le changement était effectif le 2 mai mais n’a été annoncé que mercredi dans un billet de blog de SPDJI.

Dans d’autres changements, l’indice de durabilité a également ajouté Twitter, bientôt contrôlé par Musk, et le raffineur de pétrole Phillips 66, tout en laissant tomber Delta Air Lines et Chevron, selon une annonce.

L’acronyme ESG signifie Environnement, Social et Gouvernance. Ce critère est utilisé par les investisseurs « socialement conscients » lorsqu’ils décident où placer leur argent, selon Investopedia.

Tesla fait toujours partie de l’indice régulier S&P 500, qui mesure les plus grandes entreprises des États-Unis par capitalisation boursière.

Le fournisseur de l’indice a cité divers problèmes chez Tesla qui ont considérablement diminué son score ESG, notamment la technologie Autopilot qui a été liée à au moins 11 décès depuis 2016.

Des allégations de racisme ont également contribué au retrait de l’entreprise. En octobre dernier, un jury a accordé 137 millions de dollars à un ancien collaborateur qui a qualifié l’usine Tesla de Fremont de « foyer de comportement raciste ».

Plus tôt, Musk a hué la décision sur Twitter, affirmant que l’indice « a été instrumentalisé par de faux guerriers de la justice sociale.

S&P Dow Jones Indices a retiré Tesla de l’indice S&P 500 ESG après qu’elle n’a pas respecté les critères de durabilité et de responsabilité sociale. Ci-dessus, le siège de l’entreprise à Pékin, en Chine
Musk a critiqué l’indice sur Twitter, qui, ironiquement, a été ajouté à l’indice au moment où Tesla en a été retiré.
L’action de Tesla a chuté de près de 29 % le mois dernier, après que le fondateur Elon Musk a déposé une offre d’achat de Twitter pour 44 milliards de dollars.

Sur Twitter, Musk a ajouté : « Exxon est classée parmi les dix meilleures entreprises au monde en matière d’environnement, de social et de gouvernance (ESG) par le S&P 500, alors que Tesla ne figure pas sur la liste ! L’ESG est une escroquerie ».

La radiation de la liste est le dernier coup porté à Tesla. L’action de la société a chuté de près de 29 % au cours du mois dernier, après que Musk a annoncé son intention d’acheter Twitter pour 44 milliards de dollars.

Cette décision est « liée à l’absence de stratégie de réduction des émissions de carbone de Tesla ».

« Même si Tesla contribue à réduire les émissions grâce à ses voitures électriques, ses problèmes et son manque d’informations par rapport à ses pairs du secteur devraient inquiéter les investisseurs qui cherchent à juger l’entreprise selon les critères ESG », a déclaré Margaret Dorn, responsable des indices ESG de l’organisation pour l’Amérique du Nord,

« Vous ne pouvez pas vous contenter de prendre la déclaration de mission d’une entreprise pour argent comptant, vous devez examiner ses pratiques à travers toutes ces dimensions clés », a-t-elle déclaré.

S&P Dow Jones a également mis en cause les codes de conduite des entreprises, qu’elle décrit comme « la mise en œuvre par une entreprise, la communication transparente des violations et l’occurrence des cas de corruption et de pots-de-vin et des pratiques anticoncurrentielles ».

Tesla risque de faire l’objet d’une controverse après qu’une analyse ait « identifié deux événements distincts centrés sur des allégations de discrimination raciale et de mauvaises conditions de travail à l’usine Tesla de Fremont, ainsi que sa gestion de l’enquête de la NHTSA (Administration de la Sécurité du Traffic sur les Autoroutes des Etats-Unis) après que de multiples décès et blessures aient été liés à ses véhicules à pilotage automatique », a déclaré le fournisseur d’indices.

Ces deux événements ont eu un impact négatif sur le score ESG S&P DJI de l’entreprise au niveau des critères, puis sur son score global.

« Alors que Tesla joue peut-être son rôle en retirant les voitures à essence de la circulation, elle a pris du retard sur ses pairs lorsqu’elle est examinée à travers une lentille ESG plus large », a-t-il ajouté.

L'ex-employé noir de Tesla qui affirmait avoir été victime d'abus raciaux a obtenu un versement de 137 millions de dollars

En octobre dernier, un jury californien a accordé à l'ex-employé de Tesla, Owen Diaz, un verdict stupéfiant de 137 millions de dollars après qu'il a intenté une action en justice pour harcèlement racial à l'usine de Fremont.

Le procès de Diaz a décrit l'usine de Fremont, en Californie, comme un "foyer de comportement raciste" où il a été soumis à des abus racistes quotidiens, y compris le mot en  "N" ("nègre", NdT), pendant 11 mois de 2015 à 2016.

L'ascensoriste de 52 ans a affirmé que des collègues avaient dessiné des croix gammées et laissé des graffitis racistes autour de l'usine, tandis qu'il a déclaré que l'un de ses superviseurs avait dessiné une personne au visage noir avec un os dans les cheveux et avait écrit "booo", abréviation de "jigaboo" (argot pour esclave, NdT).

Le superviseur lui aurait ensuite dit "qu'il ne savait pas rire à une bonne blague" lorsque Diaz l'a confronté. Diaz a affirmé qu'aucun de ses superviseurs n'est intervenu pour mettre fin à l'abus.

La responsable des ressources humaines de Tesla, Valerie Capers Workman, a répondu au verdict de Diaz dans un post de blog en déclarant que les faits dans cette affaire "ne justifient pas le verdict".

Tesla a déposé des motions post-procès pour demander un nouveau procès ou une réduction des dommages et intérêts accordés par le jury.

Kevin Kish, le directeur du département californien de l’emploi équitable et du logement (DFEH), a déclaré que l’agence avait reçu des centaines de plaintes de travailleurs de l’usine.

L’agence a déposé une plainte contre l’entreprise en février après avoir trouvé des preuves de « ségrégation et d’environnement de travail hostile » dans l’usine du constructeur automobile à Fremont.

Le DFEH (Département pour l’équité de l’emploi et du logement) « a trouvé des preuves que l’usine Tesla de Fremont est un lieu de travail marqué par la ségrégation raciale, où les travailleurs noirs sont victimes d’insultes raciales et de discrimination dans l’attribution des tâches, la discipline, le salaire et la promotion », a déclaré M. Kish dans une déclaration rapportée par le Wall Street Journal et Bloomberg.

« Les faits dans cette affaire parlent d’eux-mêmes », a ajouté Kish.

Avant le dépôt du dossier, Tesla a publié une déclaration disant qu’elle « s’oppose à toutes les formes de discrimination et de harcèlement » et qu’elle s’engage à fournir « un lieu de travail sûr, respectueux, équitable et inclusif ».

Mais selon le DFEH, les travailleurs de l’usine seraient  » raillés par des insultes raciales, puis appâtés dans des confrontations verbales et physiques  » par des travailleurs non noirs et feraient ensuite l’objet de mesures disciplinaires.

La technologie Autopilot de l’entreprise fait également partie des raisons pour lesquelles elle a été retirée de l’indice ESG.

La famille de Jovani Maldonado (photo), 15 ans, a intenté un procès à Tesla après sa mort dans un accident impliquant l’Autopilot.

En octobre dernier, la NHTSA a exigé de savoir pourquoi Tesla n’avait pas rappelé les voitures présentant une faille présumée dans le pilotage automatique qui a provoqué plusieurs accidents.

L’enquête de l’agence a porté sur 765 000 véhicules et a inclus presque tout ce que Tesla a vendu aux États-Unis depuis le début de l’année modèle 2014 jusqu’à ce moment-là.

En 2019, Jovani Maldonado, 15 ans, a été tué après qu’une Tesla sur Autopilot a percuté un pick-up Ford Explorer sur une autoroute californienne, envoyant le camion faire un tonneau.

Sa famille a intenté un procès au géant de la voiture électrique.

Le mois dernier, une vidéo est apparue montrant une Tesla s’écrasant dans un jet privé de 2 millions de dollars alors qu’elle était « appelée » par son propriétaire sur un aérodrome de Washington.

Le Model Y dévoyé a poursuivi sa route après avoir percuté le Cirrus Vision sur l’aérodrome, probablement à Spokane.

En janvier, les procureurs de Californie ont déposé des accusations contre un homme qui aurait brûlé un feu rouge et tué deux personnes en 2019 au volant d’une Tesla sur Autopilot.

Kevin George Aziz Riad, 27 ans, a plaidé non coupable à deux chefs d’accusation d’homicide involontaire.

SaTesla Model S se déplaçait à grande vitesse lorsqu’elle a quitté une autoroute et a brûlé un feu rouge avant de heurter une Honda Civic le 29 décembre 2019, selon la police. Les deux personnes qui se trouvaient dans la Civic sont mortes sur place.

Les experts appellent cela la première série d’accusations sérieuses contre une personne utilisant un système d’aide à la conduite largement disponible.

La National Highway Traffic Safety Administration a envoyé des équipes sur au moins 27 accidents impliquant l’autopilotage depuis 2016. La technologie a été liée à au moins 11 décès.

L’agence ne publie pas les noms des victimes, bien que certains aient été révélés par les forces de l’ordre locales et rapportés par les médias.

Selon S&P Dow Jones, Tesla pourrait toujours réintégrer l’indice de durabilité à l’avenir si elle satisfait à nouveau aux exigences.


Historique des accidents mortels liés à l’Autopilote de Tesla

Le 20 janvier 2016 en Chine : Gao Yaning, 23 ans, est décédé lorsque la Tesla Model S qu’il conduisait a percuté une balayeuse sur une autoroute près de Handan, une ville située à environ 300 miles au sud de Pékin. Les médias chinois ont rapporté que le mode Autopilot était engagé.

Joshua D. Brown, 40 ans, de Canton, Ohio, est mort dans un accident d’Autopilot en mai 2016.

Le 7 mai 2016 à Williston, en Floride : Joshua D. Brown, 40 ans, de Canton, dans l’Ohio, est décédé lorsque les caméras de sa Tesla Model S n’ont pas réussi à distinguer le côté blanc d’un tracteur à semi-remorque qui tournait, dans un ciel très éclairé.

Le NTSB a estimé que le refus du conducteur du camion de céder le passage et l’inattention de l’automobiliste due à une confiance excessive dans l’automatisation du véhicule étaient la cause probable de l’accident.

Le NTSB a également noté que le système Autopilot de Tesla a permis au conducteur de la voiture de se désengager dangereusement de la conduite. Un lecteur DVD et des films Harry Potter ont été retrouvés dans la voiture.

Le 23 mars 2018 à Mountain View, en Californie : Walter Huang, 38 ans, ingénieur logiciel chez Apple, est mort dans un accident sur l’autoroute américaine 101 alors que l’Autopilote de sa Tesla était enclenché.

Le véhicule a accéléré à 71 mph quelques secondes avant de s’écraser contre une barrière d’autoroute, ont constaté les enquêteurs fédéraux.

Le NTSB, dans un rapport préliminaire sur l’accident, a également déclaré que les données montrent que le SUV Model X n’a pas freiné ou essayé de contourner la barrière dans les trois secondes précédant l’accident dans la Silicon Valley.

Des photos de la scène de l’accident montrent l’épave le 23 mars 2018 à Mountain View, en Californie.

Le 1er mars 2019 à Delray, en Floride : Jeremy Banner, 50 ans, est décédé lorsque sa Tesla Model 3 2018 a percuté un semi-remorque.

Les enquêteurs du NTSB ont déclaré que Banner a activé la fonction de pilotage automatique environ 10 secondes avant l’accident, et que le pilote automatique n’a pas exécuté de manœuvres d’évitement pour éviter l’accident.

Le 17 avril 2021 à Houston, au Texas

Une Tesla a percuté un arbre et s’est enflammée au Texas, entraînant la mort de deux hommes – le propriétaire de la voiture, le docteur William Varner, et son ami Everette Talbot.

La police avait déclaré qu’il était évident qu’il n’y avait personne à la place du conducteur au moment de l’accident dans le quartier riche de The Woodlands à Houston, le 17 avril.

Mais Tesla avait réfuté les affirmations de la police, affirmant qu’un volant déformé suggérait que quelqu’un était probablement à la place du conducteur.

Varner, 59 ans, et Talbot, 69 ans, sont tous deux morts dans l’accident fatal lorsque la Tesla Model S – achetée d’occasion sur eBay en janvier – a percuté un arbre et s’est enflammée.

5 mai 2021 à Los Angeles, Californie

Steven Michael Hendrickson, 35 ans, a été tué lorsque sa Tesla Model 3 blanche a heurté un semi-remorque renversé vers 2h30 du matin le 5 mai.

Steven Michael Hendrickson, 35 ans, a été tué lorsque sa Tesla Model 3 blanche a heurté un semi-remorque renversé vers 2h30 du matin le 5 mai.

Avant sa mort, le père marié de deux enfants a posté sur les médias sociaux des vidéos de lui-même en train de rouler dans le véhicule électrique sans avoir les mains sur le volant ni le pied sur la pédale.

L’accident s’est produit sur l’autoroute 210 près de Fontana, en Californie – à environ 80 km à l’est de Los Angeles.

Une enquête préliminaire a déterminé que le système de conduite partiellement automatisé de Tesla, appelé Autopilot, était engagé avant l’accident.

Un porte-parole a ajouté qu’aucune conclusion finale n’avait été tirée quant à la cause exacte de l’accident mortel – le 29e impliquant une Tesla à avoir été examiné par l’agence fédérale National Highway Traffic Safety Administration.

Le camion Mack, avec lequel la Tesla est entrée en collision, s’était écrasé et renversé juste cinq minutes plus tôt, bloquant deux voies de l’autoroute, selon un rapport de la patrouille routière.

Elon Musk lashes out at S&P 500 ESG Index after Tesla was removed
Tweeting into the wee hours of Thursday, Musk responded to well-known tech investor Cathie Wood, who called Tesla's removal from the S&P 500 ESG Index 'ridiculous'.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations