En pleine crise ukrainienne, Biden s’associe à la Russie pour relancer l’accord sur l’Iran et contrecarrer les opposants américains

Article original datant du 02/03/22

Des experts et d’anciens fonctionnaires préviennent que l’administration a tenu des discussions secrètes avec les Russes pour prévenir une future sortie de l’accord à la manière de Trump.

Alors que le Président Biden condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie et menace publiquement Moscou de mesures punitives croissantes, son administration collabore discrètement avec les Russes pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien et miner les futurs présidents américains qui pourraient s’en retirer, selon des experts et d’anciens responsables américains.

« Les États-Unis se sont associés à la Russie pour obtenir un nouvel accord nucléaire avec l’Iran« , a déclaré Fred Fleitz, un ancien analyste de la CIA qui a également été membre du personnel de direction de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants et du Conseil de sécurité nationale. « Cela inclut des discussions secrètes avec les Russes au cours de l’année dernière et des accords selon lesquels la Russie détiendrait de l’uranium enrichi par l’Iran et le rendrait à l’Iran si un futur président républicain se retirait d’un nouvel accord nucléaire. »

L’ancien président Trump s’est retiré de l’accord sur le nucléaire iranien en 2018. L’accord, qui imposait des restrictions temporaires sur le programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions contre l’Iran, a été conclu en 2015 et mis en œuvre en 2016. De nombreux experts et responsables américains pensent que l’Iran cherche à fabriquer des armes nucléaires – une accusation que Téhéran nie.

« L’administration Biden a travaillé avec la Russie pour l’amener à saper un futur président républicain en aidant le programme nucléaire de l’Iran« , a ajouté Fleitz.

Richard Goldberg, qui a fait partie du Conseil de Sécurité Nationale et a travaillé comme membre du personnel du Congrès pendant des années, a noté que dans le cadre de l’accord en cours de négociation, « il semble que l’Iran enverrait des stocks d’uranium enrichi à la Russie à condition que celle-ci les lui rende si les États-Unis réimposent des sanctions contre le terrorisme. »

Plus tôt cette année, l’administration Biden a déclaré qu’elle était « au courant » d’une proposition russe d’accord nucléaire provisoire avec l’Iran, sans en partager les détails, ce qui a poussé les républicains de la Chambre des représentants à exiger que l’administration partage ce qu’elle sait.

« La Russie a envoyé un accord secret à l’Iran », a déclaré le représentant Michael McCaul (élu républicain du Texas) à l’époque. « La Russie essaie de prendre la tête maintenant des négociations avec l’Iran. C’est un accord secret. Nous ne l’avons pas vu. »

Les États-Unis et l’Iran ont négocié indirectement à Vienne sur l’accord nucléaire, ce qui permet à la Russie de jouer un rôle influent auprès des deux parties directement.

Gabriel Noronha, qui a servi dans l’administration Trump en tant que conseiller spécial pour l’Iran au Département d’État, a tweeté mercredi que ses anciens collègues de carrière du Département d’État, du Conseil National de Sécurité et de l’Union européenne sont tellement préoccupés par l’accord qui prend forme dans les négociations à Vienne qu’ils ont partagé avec lui des détails à rendre publics dans l’espoir que le Congrès intervienne.

« L’ensemble des négociations a été filtré et ‘essentiellement dirigé’ par le diplomate russe Mikhail Ulyanov« , a déclaré l’un des responsables, selon Noronha.

L’équipe de négociation de Biden à Vienne est dirigée par Robert Malley qui, selon Noronha, a proposé que les États-Unis retirent le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de la liste des organisations terroristes étrangères et lèvent les sanctions à son encontre si les Iraniens « promettent simplement de parler aux États-Unis dans le cadre de nouvelles négociations sur leur ‘activité régionale’ (alias le terrorisme). »

L’équipe de Biden se préparerait également à lever les sanctions imposées par l’administration Trump au bureau du chef suprême de l’Iran et aux personnes qui lui sont associées.

Ces actions cadreraient avec un rapport rédigé par le ministère iranien des Affaires étrangères pour le parlement iranien l’été dernier.

Dans ce rapport, les responsables iraniens ont écrit que l’administration Biden était prête à lever non seulement les sanctions levées par l’accord nucléaire mais aussi les sanctions supplémentaires imposées par l’administration Trump. Parmi elles, il y aurait des sanctions contre le Guide suprême iranien Ali Khamenei et la désignation par les États-Unis de l’IRGC comme organisation terroriste.

En d’autres termes, il semble que l’administration Biden n’essaie pas simplement de faire revivre l’accord original sur le nucléaire iranien ; au contraire, elle en négocie un qui, selon les experts, sera plus avantageux pour l’Iran.

Les États-Unis « paieraient plus d’avance avec moins de temps sur l’horloge et des restrictions moins longues sur le programme nucléaire de l’Iran« , a déclaré Behnam Ben Taleblu, chargé de mission à la Fondation pour la défense des démocraties.

Certaines des principales restrictions de l’accord sur le programme nucléaire de l’Iran expirent au cours de la prochaine décennie.

Taleblu a expliqué que le régime essaie de se constituer une « armure financière » pour se préparer à l’éventualité d’un retrait des États-Unis de l’accord après les élections de 2024, si un nouveau président américain le souhaite.

« L’Iran a eu un cours accéléré pour survivre à la pression maximale » pendant l’administration Trump, « en a tiré des leçons et essaie de s’isoler financièrement autant que possible tout en conservant autant que possible son programme nucléaire« , a-t-il déclaré.

La Russie ne veut pas d’un Iran doté de l’arme nucléaire, expliquent les experts, mais le Kremlin veut un État client à son sud – et l’accord nucléaire aide à y parvenir.

Des experts et d’anciens responsables ont expliqué à Just The News que lorsque les sanctions ont été levées pour la première fois dans le cadre de l’accord nucléaire en 2015-2016, la répression de l’Iran a augmenté à l’intérieur du pays tandis que son agressivité s’est accrue à l’étranger, le régime ayant alloué une grande partie de l’argent à son armée et aux GRI (wiki).

« Les Gardiens de la révolution dominent l’économie civile« , a déclaré le Dr Michael Rubin, ancien fonctionnaire du Pentagone et actuellement chercheur principal à l’American Enterprise Institute. « Ils monopolisent l’industrie pétrolière, la fabrication et la construction. En débloquant les actifs, en levant les sanctions et en encourageant les nouveaux investissements, les Gardes peuvent s’attendre à une manne, dont ils utiliseront la majeure partie pour financer leurs projets idéologiques dans le pays et à l’étranger. Attendez-vous à ce que les attaques terroristes et les insurrections augmentent fortement. »

Rubin s’est également inquiété de la collaboration de l’administration Biden avec la Russie pour obtenir un accord nucléaire avec l’Iran.

« Cela montre un énorme manque de jugement et de sérieux stratégique« , a-t-il déclaré. « Si l’Iran est sérieux au sujet d’un accord, il peut parler directement aux Américains, et s’il ne le fait pas, alors laissez-le croupir sous les sanctions. »

« Mais mettre nos intérêts stratégiques et ceux de nos alliés entre les mains de négociateurs russes dépasse l’entendement« , a ajouté Rubin. « Nous ne parlons pas du candidat mandchou ; nous sommes sur le territoire de l’administration mandchoue. »

Rubin n’est pas le seul.

« Penser que [le président russe Vladimir] Poutine serait un honnête courtier serait une erreur stratégique« , a déclaré Taleblu, qui a affirmé que la Russie a utilisé son influence dans les négociations nucléaires avec l’Iran comme levier contre les États-Unis et ses alliés, qui ont déclaré publiquement vouloir relancer l’accord nucléaire.

« Les Russes ont utilisé les Iraniens comme un pion dans leur jeu de compétition avec l’Occident« , a-t-il déclaré. « La Russie pourrait chercher à utiliser des éléments de l’accord dans un futur scénario dans lequel les États-Unis tenteraient de quitter l’accord comme une arme contre une autre campagne de pression maximale. »

Mardi soir, Biden a curieusement omis l’Iran dans son discours sur l’état de l’Union, malgré le fait qu’une relance de l’accord sur le nucléaire iranien, l’un des objectifs les plus convoités par Biden, semble être proche.

Just the News a contacté la Maison Blanche et le Conseil de Sécurité Nationale avec de multiples questions sur les négociations nucléaires iraniennes, notamment pour savoir s’il y a un lien avec la Russie. Un porte-parole a déclaré qu’ils n’avaient aucun commentaire à faire au-delà des remarques faites mercredi aux journalistes par Karine Jean-Pierre, attachée de presse principale adjointe.

« À ce stade final [des négociations], tous les participants s’efforcent de clarifier leurs positions sur les questions les plus difficiles », a-t-elle déclaré. « Je ne vais pas entrer dans les détails des positions de l’Iran ou des États-Unis […]. Je te renvoie au Département d’État. »

Just the News a contacté le Département d’État avec les mêmes questions mais n’a pas encore reçu de réponse.

L’administration Biden doit savoir, selon les experts, que l’Iran ne cherche pas seulement à obtenir un allègement des sanctions.

Pour le régime, dit Taleblu, « il ne s’agit pas seulement d’un gain financier à court terme ; ils visent un matelas de contrôle à moyen terme. »

Amid Ukraine crisis, Biden partnering with Russia to revive Iran deal, thwart US opponents: experts
Administration has held secret talks with Russians to preempt future Trump-like exit from accord, experts and former officials warn.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations