Facebook admet avoir laissé ses utilisateurs partager des informations sur le trafic d’êtres humains

Article original datant du 20/10/21

Dans une lettre adressée au procureur général de l’Arizona, Facebook a admis avoir permis à ses utilisateurs « de partager des informations sur la manière d’entrer illégalement dans un pays ou de demander des informations sur la manière de se faire passer en fraude ».

Cet aveu est intervenu après que le procureur général Mark Brnovich a écrit au PDG Mark Zuckerberg pour lui demander des informations sur les rapports selon lesquels des passeurs de clandestins et des cartels de la drogue utilisent la plate-forme « pour faire la publicité de leurs services » afin d’aider les migrants « dans leur dangereux voyage et leur entrée illégale aux États-Unis », a rapporté le Washington Times.

Peu après, M. Brnovich a annoncé son intention de demander une enquête du ministère de la Justice sur le géant des réseaux sociaux.

Dans sa lettre au procureur général Merrick Garland, M. Bronvich a déclaré que son bureau était « surpris » par la réponse de Facebook.

UKRAINE - 2021/10/04: In this photo illustration a tweet on Twitter with a Facebook status seen displayed on a smartphone screen with a facebook logo background. Social media applications Facebook, Instagram and WhatsApp are experiencing a global outage. (Photo Illustration by Mykola Tys/SOPA Images/LightRocket via Getty Images Zuckerberg: Getty Images
4 octobre 2021 : Dans cette photo d’illustration un tweet sur Twitter avec un statut Facebook vu affiché sur un écran de smartphone avec un fond de logo facebook. Les applications de médias sociaux Facebook, Instagram et WhatsApp connaissent une panne mondiale

« La politique de Facebook consistant à permettre que des posts faisant la promotion du passage de clandestins et de l’entrée illégale aux États-Unis atteignent régulièrement ses milliards d’utilisateurs porte gravement atteinte à l’État de droit », écrit Brnovich. « L’entreprise facilite directement, et donc exacerbe, la catastrophe qui se produit à la frontière sud de l’Arizona. »

M. Bronvich a déclaré qu’il demandait l’aide du ministère de la Justice parce que les États « sont largement empêchés d’appliquer les lois fédérales sur l’immigration et certaines lois pénales liées au trafic d’êtres humains ».

« Notre bureau demande à votre ministère d’enquêter sur le fait que Facebook facilite le passage de clandestins à la frontière sud de l’Arizona et de mettre fin à son encouragement actif et à sa facilitation de l’entrée illégale », indique la lettre de M. Bronvich.

Dans la réponse de Facebook à M. Bronvich, William Castleberry, vice-président chargé de la politique publique, a déclaré que l’entreprise travaillait « avec diligence » pour retirer de la plateforme les contenus relatifs au trafic de drogue ou à la traite des êtres humains, mais qu’elle n’avait pas de règle interdisant de partager des informations sur la manière d’entrer illégalement dans un pays.

U.S. Attorney General Merrick Garland announces that the Justice Department will file a lawsuit challenging a Georgia election law that imposes new limits on voting, during a news conference at the Department of Justice in Washington, D.C., U.S., June 25, 2021. REUTERS/Ken Cedeno
Le procureur général des États-Unis, Merrick Garland, annonce que le ministère de la Justice intentera un procès pour contester une loi électorale de Géorgie qui impose de nouvelles limites au vote, lors d’une conférence de presse au ministère de la Justice à Washington, D.C., États-Unis, le 25 juin 2021

Il a également déclaré que Facebook ne permet pas aux gens de partager du contenu sur la vente de drogues ou la contrebande, et que les publications sur ces sujets seront supprimées.

« Nous autorisons les gens à partager des informations sur la façon d’entrer illégalement dans un pays ou à demander des informations sur la façon d’être introduit clandestinement », écrit Castleberry dans sa lettre datée du 30 juillet.

Après s’être entretenu avec des « experts en droits de l’homme », Castleberry a écrit que Facebook avait l’intention de mettre fin au trafic d’êtres humains, mais pas d’interférer avec le droit des personnes à demander l’asile en vertu du droit international.

« Permettre aux gens de rechercher et de partager des informations relatives au trafic illicite peut également contribuer à minimiser la probabilité qu’ils soient exploités par des trafiquants d’êtres humains », a-t-il déclaré dans la lettre.

M. Bronvich a reconnu que Facebook supprime les contenus relatifs au trafic de drogue et à la contrebande, mais qu’il s’appuie sur des systèmes de « balayage automatique des messages » pour repérer les infractions.

MIAMI – U.S. Customs and Border Protection Air and Marine Operations (AMO) detected multiple drug-smuggling vessels with approximately 4735 pounds of cocaine as part of Operation Full Court Press in the Caribbean Sea with interagency partners. The estimated wholesale value of the drugs is $61.7 million. Jan 4 2018.
MIAMI – Les opérations aériennes et maritimes (AMO) du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis ont détecté plusieurs navires de contrebande de drogue avec environ 4 735 livres de cocaïne dans le cadre de l’opération Full Court Press dans la mer des Caraïbes avec des partenaires interagences. La valeur de gros estimée de la drogue est de 61,7 millions de dollars. 4 janvier 2018 .

« Facebook n’identifie aucun mécanisme permettant de distinguer les publications autorisées des publications non autorisées, et la manière dont il fait la différence entre les deux n’est pas claire. En fin de compte, le mécanisme d’application de Facebook est un tigre de papier (WIKI) », a-t-il écrit.

Facebook admits letting users share information on human smuggling
Facebook has admitted to allowing users “to share information about how to enter a country illegally or request information about how to be smuggled,” in a letter to the Arizona attorney general.

Chapitres