Facebook s’attaque à l’Australie et bloque tout partage d’informations à travers le continent

Une Thaïlandaise extradée vers les États-Unis est accusée d’avoir joué un rôle dans une organisation internationale de trafic sexuel
19 février 2021
À l’instar de l’Australie, la Russie a adopté une loi sur les amendes pour censure contre les citoyens russes
19 février 2021

Après que le gouvernement australien ait annoncé cette semaine son intention de publier des modifications législatives connues sous le nom de « News Media Bargaining Code » d’ici la fin du mois, Facebook a déclaré en représailles qu’il commencerait à restreindre le partage d’informations sur sa plateforme en Australie.

Cette décision intervient au lendemain de la session parlementaire en cours, qui s’achève le 25 février, et qui a promis d’appliquer la loi d’ici la fin de la session. Le code vise à forcer les grandes sociétés Internet basées aux États-Unis à payer équitablement les éditeurs australiens locaux pour l’utilisation de leur contenu. Le mois dernier, Google a menacé de retirer son moteur de recherche d’Australie en raison de cette législation, Facebook ayant soutenu la campagne de pression de Google.

@mathewi
Facebook « déclenche l’option nucléaire » en Australie : L’entreprise vient d’annoncer qu’elle empêchera les éditeurs australiens d’informations et les utilisateurs australiens de Facebook de publier, de consulter ou de partager tout contenu d’information, quel qu’il soit.

NBC décrit le nouveau code comme visant à « supprimer les positions de négociation dominantes des géants du numérique en créant un panel d’arbitrage ayant le pouvoir de prendre des décisions juridiquement contraignantes sur les prix ».

« Le panel accepterait généralement la meilleure offre de la plate-forme ou de l’éditeur, et ne fixerait que rarement un prix intermédiaire », décrit le rapport.

Facebook a publié la déclaration suivante mercredi après-midi :

En réponse à la nouvelle loi australienne sur les négociations avec les médias, Facebook empêchera les éditeurs et les habitants d’Australie de partager ou de consulter des contenus d’actualité australiens et internationaux.

La loi proposée est fondamentalement incomprise dans la relation entre notre plateforme et les éditeurs qui l’utilisent pour partager des contenus d’actualité. Elle nous place devant un choix difficile : tenter de se conformer à une loi qui ignore les réalités de cette relation, ou cesser d’autoriser les contenus d’actualité sur nos services en Australie. C’est avec le cœur lourd que nous choisissons cette dernière solution.

Pour l’essentiel, il sera désormais interdit aux Australiens de publier, de partager ou de visionner des contenus d’actualité sur Facebook, dans un mouvement que Google pourrait bientôt reproduire.

La déclaration de Facebook poursuit : « Au cours des trois dernières années, nous avons travaillé avec le gouvernement australien pour découvrir une solution qui reconnaisse les réalités du fonctionnement de nos services. Nous avons longtemps travaillé à l’élaboration de règles qui encourageraient l’innovation et la collaboration entre les plateformes numériques et les organismes de presse ».

« Malheureusement, cette législation ne fait pas cela. Elle cherche plutôt à pénaliser Facebook pour des contenus qu’il n’a pas pris ou demandés », a ajouté la société.

Il s’agit de la plus grande escalade à ce jour dans l’impasse actuelle entre Canberra et les grandes sociétés de médias sociaux et de technologie – en particulier Google – qui dominent quelque 81% de toute la publicité en ligne australienne.

La déclaration complète de Facebook peut être lue ici.