Ghislaine Maxwell, associée d’Epstein, cesse de se battre pour que les noms des inconnus restent secrets

Article original datant du 17/01/22

Ghislaine Maxwell, associée de Jeffrey Epstein, a mis fin à ses actions pour que les noms des personnes qui lui sont liées dans une affaire civile ne soient pas rendus publics.

Après avoir examiné les objections à la levée des scellés formulées par les John Does (Personnes dont l’identité est tenue secrète, NdT), l’avocate de Maxwell, Laura Menninger, a informé la juge Loretta Preska, nommée par George H.W. Bush, dans une lettre récente, que Maxwell « ne souhaite pas répondre à ces objections ».

« Chacun des Does énumérés a des avocats qui ont habilement fait valoir leurs propres droits respectifs à la vie privée. Mme Maxwell laisse donc à cette Cour le soin de procéder à l’examen approprié conformément à l’ordonnance et au protocole de levée des scellés sur les requêtes décidées », a ajouté M. Menninger.

Les identités en question sont des parties liées à un procès civil intenté par Virginia Giuffre contre Maxwell en 2015, l’accusant d’avoir facilité l’abus sexuel de Giuffre et d’avoir fait des déclarations diffamatoires à son sujet. Le procès s’est conclu par un accord en 2017, mais Giuffre a essayé depuis lors, avec le Miami Herald et d’autres parties, de convaincre le tribunal de desceller les identités des personnes nommées dans les dépôts dans l’affaire.

Le défunt juge de district américain Robert Sweet a décrit à un moment donné les documents scellés dans l’affaire comme comprenant une « gamme d’allégations d’actes sexuels impliquant le demandeur et des non-parties à ce litige, certaines célèbres, d’autres non ; les identités des non-parties qui soit se sont prétendument engagées dans des actes sexuels avec le demandeur, soit ont prétendument facilité de tels actes ».

Maxwell et ses avocats ont insisté à plusieurs reprises auprès du juge pour qu’il ne lève pas les scellés sur les identités, arguant notamment que certains d’entre eux ont témoigné parce qu’on leur avait promis la confidentialité et que rendre les noms publics compromettrait son droit à un procès équitable.

Le mois dernier, Maxwell a été condamnée pour trafic sexuel dans une affaire criminelle distincte, mais il se pourrait qu’elle ait droit à un nouveau procès.

Virginia Roberts Giuffre, qui a accusé Jeffrey Epstein d’abus sexuels, prend la parole à New York le 27 août 2019.

La déposition de Maxwell, prise en 2016 dans le cadre de l’affaire Giuffre, a été levée des scellés l’année dernière, mais la plupart des documents sont restés protégés par des ordonnances de Preska et Sweet.

Seize des inconnus se sont également opposés à ce que leur identité soit rendue publique dans les documents déposés par leurs avocats, tandis que d’autres n’ont pas répondu à la proposition.

Au nom de l’une de ces personnes, les avocats ont noté l’intérêt intense des médias pour les affaires Epstein et Maxwell et ont fait valoir que l’ouverture des identifications les jetterait « au milieu de cette frénésie, et causerait injustement un préjudice irréparable à leur vie privée et à leur réputation ».

Un autre document indique que le fait que Giuffre accepte un accord à l’amiable rend l’affaire sans objet.

Giuffre et ses avocats ont déclaré que le procès de Maxwell étant terminé, son principal argument ne s’appliquait plus, et que le désir des John Does d’éviter une attention médiatique indésirable ne justifiait pas le maintien du secret de leur identité.

« Après examen des objections de ces inconnus, il est évident que leurs objections reflètent essentiellement les objections à la levée des scellés que cette Cour a déjà rejetées : que la levée des scellés de certains documents pourrait être embarrassante, exposerait les non-parties à l’attention des médias, et pourrait entraîner une association malheureuse entre les non-parties et Jeffrey Epstein ou Ghislaine Maxwell. Face à de nombreux exposés antérieurs sur des objections comme celles-ci, le processus de levée des scellés de la Cour a été tout à fait cohérent : à l’exception d’un ensemble étroit de circonstances qui ne sont généralement pas présentes ici, les documents ont été mis sous scellés malgré les préoccupations généralisées concernant l’ennui ou l’embarras « , ont-ils écrit dans un dépôt récent.

Selon les procureurs, Epstein et Maxwell géraient un réseau de trafic sexuel ciblant des jeunes filles mineures.

Parmi leurs associés connus figurent le fondateur de Microsoft Bill Gates, l’ancien président Bill Clinton et le prince Andrew du Royaume-Uni, bien que nombre d’entre eux n’aient pas été inculpés de crimes liés au couple.

Epstein Associate Ghislaine Maxwell Stops Fighting to Keep Names of John Does Secret
Jeffrey Epstein associate Ghislaine Maxwell has ended her effort to keep the names of people linked to her ...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations