Hillary et le Comité National Démocrate cherchent à obtenir le statut de triple perdant avec le même mensonge qui a déjà échoué deux fois

Article original datant du 05/05/22

C’est honnêtement et vraiment étonnant – et cela montre à quel point ces parties sont déterminées à contrecarrer les assignations du Conseil spécial de Durham

Assurez-vous d’avoir lu mes chroniques précédentes sur les dépôts dans l’affaire Durham avant de poursuivre ici, car je mentionnerai souvent les dépôts précédents et je n’ai pas le temps de les détailler à nouveau. Il faudrait de nombreux paragraphes pour vous mettre à jour si vous n’avez pas fait la lecture nécessaire.

Je me rends compte que c’est beaucoup de lecture, mais si vous voulez savoir où en sont les choses à l’heure actuelle avec les dépôts actuels dans le cas de Durham contre l’ancien avocat de la campagne d’Hillary Clinton, Michael Sussmann, vous avez besoin d’un contexte adéquat.

Ils sont tous en train de commettre un crime en ce moment même, au vu et au su de tous, dans la salle d’audience du juge Cooper.

Durham a déjà fourni de nombreuses preuves documentaires à la cour dans ses documents relatifs au travail sous contrat de Fusion GPS pour la campagne d’Hillary Clinton et le Comité National Démocrate [Comité National Démocrate].

Il a clairement indiqué que Fusion a été contracté pour créer des fausses affaires Trump/Russie, et a en effet joué un rôle instrumental dans la construction de deux fausses affaires spécifiques : la fausse Alfa Bank et le faux dossier Steele.

Et pourtant… et pourtant, la semaine dernière, de multiples parties extérieures à cette affaire se sont précipitées dans la salle d’audience du juge Christopher Cooper pour déposer des motions d’intervention et ont également signé des déclarations dans lesquelles elles insistaient pour mentir au tribunal sur la véritable nature des activités sous contrat de Fusion.

De leur côté, Hillary For America [HFA], le Comité National Démocrate, Perkins Coie, Fusion GPS et l’ancien vice-président de Neustar, Rodney Joffe, ont tous insisté dans leurs documents officiels déposés devant le tribunal fédéral sur le fait que Fusion n’avait été engagé que pour fournir des conseils juridiques et des conseils en matière de responsabilité.

Je suis absolument étonné que ces parties tentent de mentir de manière aussi transparente au juge fédéral Christopher Cooper à ce sujet.

Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas déjà eu de vastes enquêtes fédérales et du Congrès sur ce que Fusion faisait réellement pour la campagne Hillary For America et pour le Comité National Démocrate en 2016/17.

On sait depuis des années que HFA/Comité National Démocrate a tenté de dissimuler les paiements à Fusion GPS pour les projets de fausse affaire sur la Russie sur lesquels ils ont travaillé en faisant passer l’argent par leurs avocats de campagne à Perkins Coie et en le cachant comme des frais de « consultation ».

Devin Nunes et son enquêteur de choc, Kash Patel, ont découvert la vérité sur le travail de Fusion pour la campagne Clinton fin 2017, alors qu’ils menaient une enquête du Congrès.

Ensuite, la Federal Election Commission [FEC] a mené sa propre enquête très approfondie sur cette question, l’agence trouvant des preuves documentées plus que suffisantes pour statuer que la HFA et le Comité National Démocrate avaient déposé de faux rapports financiers.

Après être parvenue à cette conclusion, la FEC a ensuite infligé une amende à la HFA et au Comité National Démocrate pour avoir délibérément essayé de cacher le véritable objectif des paiements à Fusion.

Les preuves documentaires sont claires et convaincantes.

C’est pourquoi l’avocat spécial John Durham a placé les documents de la FEC dans le dossier officiel de l’affaire Sussmann comme preuves qu’il présentera au procès.

Le chercheur du SpyGate, Techno Fog, a immédiatement compris pourquoi Durham plaçait les documents de la FEC dans le dossier du tribunal de Sussmann.

La FEC a fait un examen approfondi des dossiers et des rapports financiers de Hillary for America, du Comité National Démocrate et de Fusion GPS et, à la fin de son enquête, a infligé une amende à la campagne de HFA et au Comité National Démocrate pour avoir fait des déclarations trompeuses qui ont tenté de cacher la vraie nature du travail de Fusion.

Et maintenant, ces idiots sont de nouveau en train de répéter le même mensonge dans leurs motions d’intervention dans l’affaire Sussmann, ainsi que de déposer des déclarations signées répétant le mensonge.

Comment en est-on arrivé là ? Comment Durham a-t-il réussi à pousser ces gens à mentir de manière transparente à des officiers de justice fédéraux ?

Ces mêmes personnes sont-elles sérieusement sur le point d’essayer de présenter à nouveau ce même argument au Juge Cooper, après avoir échoué de manière abyssale les deux fois où elles ont essayé cette défense auprès des enquêteurs du Congrès et d’une agence fédérale, la FEC ?

On dirait bien que oui.

Durham semble se préparer à contraindre un ancien employé de Fusion GPS à témoigner au procès

Dans un dépôt récent, Durham avait déclaré qu’il travaillait à un accord d’immunité pour une ancienne employée de Fusion GPS.

Cet employé était très probablement Laura Seago.

Le juge Cooper vient d’accorder la motion de l’OCS pour annuler une demande à la cour de contraindre Laura Seago à témoigner au procès.

Il semble que l’accord d’immunité soit tombé à l’eau et, comme les personnes du HFA et du Comité National Démocrate qui ont reçu des citations à comparaître au procès fédéral pour témoigner au procès, Seago va également être contrainte de comparaître et de témoigner devant le jury sous serment.

Durham va obliger plusieurs témoins à témoigner au procès de Sussmann

Durham a déclaré dans un dépôt qu’il n’avait pas seulement retourné Chercheur-2 [que l’on croit être David Dagon] et obtenu un accord d’immunité pour cette violation massive de la sécurité nationale à laquelle il avait participé [vol d’informations fédérales classifiées tout en espionnant un Président en exercice et la Maison Blanche dans le cadre d’un réseau d’espionnage privé financé et dirigé par Hillary Clinton et le Comité National Démocrate], il était également en train d’essayer de conclure un accord d’immunité avec un ancien employé de Fusion GPS qui témoignera très probablement au tribunal sur la nature réelle du travail de Fusion en tant que contractant pour la HFA et le Comité National Démocrate.

Et maintenant nous connaissons le nom de cet ancien employé de Fusion.

Rappelez-vous : Robby Mook et John Podesta ont tous deux fait des déclarations signées au tribunal selon lesquelles Fusion a été engagé pour donner des conseils juridiques, et qu’ils font donc valoir leurs privilèges avocat/client pour défier une citation à comparaître d’un grand jury fédéral pour plus de 1 400 documents de Fusion liés aux fausses affaires d’Alfa Bank et du dossier Steele.

Joffe, HFA, le Comité National Démocrate, Fusion, Perkins Coie se sont tous précipités au tribunal la semaine dernière pour affirmer dans leurs motions d’intervention que le juge Cooper NE DOIT PAS ACCORDER la motion de Durham visant à contraindre la production de documents via un examen à huis clos en affirmant que leurs privilèges a/c protègent tous les documents en suspens du SCO et de son grand jury.

Seago témoignera pour le gouvernement, si cette affaire va jusqu’au procès, que toutes ces parties tentent de tromper le tribunal lorsqu’elles prétendent que Fusion fournissait une quelconque forme de conseil juridique ou de responsabilité à ses clients.

Voici une question que personne ne pose, et ils devraient vraiment le faire :

Est-ce un crime fédéral que de revendiquer faussement le privilège avocat/client dans le but de cacher des documents à un grand jury ? Des documents qui se rapportent directement à une joint venture criminelle faisant actuellement l’objet d’une enquête par les procureurs fédéraux ?

Que se passe-t-il si le juge Cooper accorde la requête de Durham pour un examen à huis clos et qu’il découvre par la suite qu’aucun des documents de Fusion ne contient d’avis juridique ou de conseil sur la responsabilité ou un éventuel litige futur ? Va-t-il statuer que les parties qui ont déposé des motions d’intervention ont tenté de le tromper ?

MISE À JOUR :

Pendant que j’écrivais cette chronique, une nouvelle entrée est apparue dans le registre du tribunal révélant que le juge Cooper vient d’accorder la requête de Durham pour un examen à huis clos des documents Fusion GPS en suspens.

Le procès de Sussmann doit encore commencer le 16 mai, dans 12 jours à peine, et je m’attendais donc à un mouvement sur cette question.

Le juge Cooper et son équipe ont 12 jours pour terminer leur examen à huis clos des documents Fusion et ensuite remettre à Durham tout ce qu’ils déterminent comme n’étant pas protégé par le privilège avocat/client.

Hillary & DNC Go For 3-Time-Loser Status On The Same Lie That's Already Failed Twice
This is honestly and truly amazing - and points to how determined these parties are to thwart the Durham Special Counsel's subpoenas

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations