Joe Biden part à l’étranger alors que ses perspectives s’assombrissent aux Etats-Unis

L’administration américaine n’exigera pas la vaccination des employés fédéraux sur le lieu de travail
11 juin 2021
États-Unis : La moitié des fonds de chômage liés à la pandémie pourrait avoir été détournée
11 juin 2021

Article original datant du 09/06/21

Joe Biden part à l’étranger, au moment même où ses espoirs d’un héritage législatif historique dans son pays semblent se diriger vers un mur.

Malgré tout ce que les démocrates ont dit sur le fait que Biden allait constituer un héritage à la Roosevelt, le moment où son vaste programme politique se heurterait au blocage des mathématiques politiques intransigeantes de Washington était inévitable.

Ces derniers jours, les démocrates qui rêvaient d’utiliser ce qui pourrait être une brève fenêtre de deux ans du pouvoir du Congrès pour forger le changement économique et politique le plus fondamental depuis une génération ont été châtiés.

Biden a bien commencé sa présidence. Le pays se réveille, bien qu’avec quelques contretemps économiques, d’une pandémie qui n’a jamais été aussi proche de la fin grâce à la mise en place de vaccins développés par l’administration précédente. Il a rétabli le décorum à la Maison-Blanche et son taux d’approbation est constamment supérieur à 50 %, un niveau jamais atteint par l’ex-président Donald Trump.

Mais la réalité d’un Sénat à 50-50, la tension idéologique au sein de la coalition démocrate et un parti républicain transformé en culte de la personnalité de Trump ont amené Biden à un moment de vérité.

Son action bipartisane pour forger un accord sur les infrastructures avec la sénatrice républicaine Shelley Moore Capito, de Virginie-Occidentale, a finalement expiré mardi. Ce revers fait suite à l’annonce par le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale Joe Manchin qu’il ne votera pas pour rendre illégales les règles de filibuster ou pour adopter un énorme projet de loi sur les droits de vote. Chaque coup dur fait un nouveau trou dans les ambitions progressistes qui semblaient toujours avoir une longueur d’avance sur la réalité.

Auparavant, les républicains – utilisant la règle de la supermajorité de 60 voix – avaient bloqué une tentative des démocrates de mettre en place une commission bipartisane et indépendante sur l’insurrection du 6 janvier.

La frustration des libéraux est d’autant plus grande que l’impasse à Washington coïncide avec une poussée agressive des républicains dans les États et des juges conservateurs pour cimenter l’orthodoxie de la droite dure sur l’accès au vote, les droits liés aux armes à feu et l’avortement, qui consacre les valeurs de Trump même avec un démocrate à la Maison Blanche.

Soudain, une présidence construite sur un plan d’aide à Covid-19 de plusieurs milliards de dollars déjà adopté et sur un vaste plan fédéral pour l’emploi et la famille semble un peu chancelante.

« Si les deux autres volets ne sont pas retenus, ce sera une grande déception pour le président », a déclaré mardi David Axelrod, ancien stratège de l’administration Obama et commentateur politique sur CNN.

Pourtant, le tableau général est complexe et n’est pas entièrement décourageant pour la Maison Blanche.

Le Sénat a adopté mardi un projet de loi bipartisan visant à équiper l’industrie et le secteur technologique américains pour relever le défi de la Chine. Et la réforme de la police, qui fait suite au meurtre de George Floyd, est peut-être sur le point d’aboutir après des négociations bipartites tortueuses. Les négociateurs espèrent annoncer un accord la semaine prochaine, a déclaré une source à Manu Raju (Wiki US) de CNN. S’il se concrétise, l’action pour la réforme de la police pourrait être un signe que même dans un Congrès aussi amèrement divisé que celui-ci, la patience et la négociation acharnée pourraient être un modèle de progrès.

Quelle est la prochaine étape pour Biden et Schumer ?

La question qui se pose est de savoir ce que le président et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, un démocrate new-yorkais, peuvent sauver d’un programme qui était présenté comme la réorganisation la plus fondamentale de l’économie et de la société américaines depuis des décennies. S’il existe des tactiques, notamment l’utilisation du mécanisme budgétaire de réconciliation, pour faire passer les projets de loi auxquels s’opposent les républicains, il n’y a pas de voie facile pour remporter des victoires politiques au Congrès et certaines questions ne se prêtent pas à de telles manœuvres.

La série de revers essuyés par les démocrates au Congrès constitue une épreuve féroce pour le pouvoir de persuasion de M. Biden et la capacité d’improvisation législative qu’il a affinée pendant un demi-siècle à Washington. Les perspectives actuelles peu prometteuses en matière d’adoption d’une législation majeure menacent également de réduire le bilan de Biden pour les élections de mi-mandat qui dominent déjà les tactiques républicaines.

Pourtant, dans le même temps, les difficultés actuelles ne sont pas entièrement imputables à Biden et pourraient être gérables pour un président qui s’est à la fois présenté comme un résolveur pragmatique des problèmes de la nation – comme la pandémie – mais qui a également avancé des propositions qui ont suscité des comparaisons avec Franklin Delano Roosevelt et Lyndon Johnson. Par exemple, son projet de loi sur l’infrastructure (refonte des transports, des HLM et de l’énergétique, NdT) a redéfini son mandat, en intégrant des dépenses sociales et des dépenses pour l’enfance dans un budget normalement considéré comme limité aux dépenses de transport.

De nombreux démocrates progressistes prônent une application presque illimitée du pouvoir pour promulguer le programme le plus libéral possible alors qu’ils contrôlent étroitement les leviers du pouvoir à la Maison Blanche et au Congrès. Mais le président s’est en fait présenté comme un modéré en 2020 et son attrait centriste a permis de décoller certains électeurs de banlieue qui avaient auparavant soutenu Trump.

Malgré toutes les déclarations des progressistes sur l’avènement d’une nouvelle ère politique audacieuse, l’aile gauche du parti n’a pas réussi à réunir une majorité au Congrès pour son programme ambitieux. Et sans la capacité de Manchin à conserver un siège dans un État que Trump a remporté à deux reprises avec près de 70 % des voix, les démocrates ne contrôleraient même pas le Sénat. Il n’est donc pas certain qu’un héritage plus modeste soit un désastre pour la présidence de Biden.

Si le président n’a pas caché son désir de rééquilibrer l’économie en faveur des travailleurs américains, l’ampleur de son programme, qui se chiffre en milliards de dollars, a surpris de nombreux observateurs. Il est possible que les freins appliqués par M. Manchin et d’autres sénateurs démocrates à la droite du parti évitent aux démocrates d’aller trop loin, ce qui pourrait leur nuire lors des élections de mi-mandat de 2022. Après tout, l’année dernière, les électeurs ont associé un président démocrate à un Congrès équilibré – une combinaison qui ne semblait pas propice à un changement politique fondamental.

Il est temps de passer à autre chose

La Maison Blanche a indiqué mardi que le président resterait en contact avec les agissements de Washington depuis l’autre côté de l’océan Atlantique pendant son voyage d’une semaine au Royaume-Uni, en Belgique et en Suisse.

Schumer a maintenant adopté une stratégie à deux voies en matière d’infrastructures : il travaille avec un groupe élargi de sénateurs bipartites, mais se prépare également à faire adopter un projet de loi sur la question avec les seules voix démocrates.

Plusieurs démocrates de premier plan ont déclaré que le temps de la collaboration avec les républicains était révolu et qu’il était temps pour le parti d’aller de l’avant avec son seul programme radical et transformationnel. Le président du Sénat chargé du budget, Bernie Sanders, un indépendant du Vermont qui se range aux côtés des démocrates, a commencé mardi à rassembler un plan de 2 300 milliards de dollars pour l’emploi et un plan de 1 800 milliards de dollars pour les familles américaines dans une résolution non contraignante qui pourrait être adoptée à la majorité simple, sans voix républicaine. La sénatrice démocrate Mazie Hirono d’Hawaï a déclaré qu’elle croyait le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell, un républicain du Kentucky, lorsqu’il disait vouloir contrecarrer les grandes priorités de M. Biden.

« Cela fait un moment que je suis prête à abandonner le bipartisme pour les grandes priorités de l’administration Biden », a déclaré Mme Hirono.

C’est une position partagée par de nombreux démocrates progressistes. Mais cela ne change rien à la dure réalité du Sénat. Il n’y a pas non plus de garantie qu’il y ait 50 votes démocrates pour une législation libérale très dépensière. Manchin a déjà exprimé ses inquiétudes. La sénatrice démocrate Kyrsten Sinema de l’Arizona partage les vues de M. Manchin sur le filibuster et est une autre modérée que M. Biden devra garder de son côté.

D’autres démocrates, comme la sénatrice Maggie Hassan du New Hampshire, dont la réélection sera difficile l’année prochaine, pourraient s’exposer politiquement en soutenant des projets de loi de dépenses libérales de plusieurs milliards de dollars, facilement déformés par les républicains comme une « folie de dépenses socialistes ».

Dans cette optique, il est significatif que Mme Sinema et M. Manchin fassent partie d’un nouveau groupe bipartisan de 20 sénateurs qui discutent des infrastructures, même si les gros bonnets des deux partis doutent que le processus puisse fonctionner.

« Je pense qu’il y a une possibilité d’obtenir quelque chose de significatif », a déclaré le sénateur démocrate Jon Tester du Montana dans l’émission « The Lead with Jake Tapper » sur CNN.

« Est-ce que ce sera tout ce dont je rêve ? Non. Est-ce que ça va inclure des choses avec lesquelles certains républicains pourraient être mal à l’aise ? Oui. »

Tout accord serait probablement une ombre de l’éclatement initial de 2,2 trillions de dollars envisagé par Biden. Le président, à la recherche d’un accord, a déjà réduit de plus de 1 000 milliards de dollars le montant de la facture. Mais des divergences inextricables sur le paiement du projet de loi qui aurait pu annuler certaines parties du remaniement fiscal de M. Trump ont fait échouer le précédent effort. Le symbolisme d’un accord pourrait toutefois être aussi important pour M. Biden que ses termes exacts, étant donné la promesse qu’il a faite aux Américains de tenter de rétablir l’unité nationale en forçant des solutions communes avec les républicains lorsque cela est possible.

Comme toujours à Washington, un mouvement en faveur d’une faction entraîne le risque de faire voler en éclats une autre partie de la coalition pour un projet de loi. Lauren Fox, de CNN, a rapporté que les démocrates progressistes ont prévenu qu’ils ne soutiendraient pas aveuglément tout paquet bipartisan sur l’infrastructure qui émergerait des nouvelles discussions.

« Un groupe de quatre ou cinq personnes n’a pas à porter 50 voix démocrates sur son dos », a déclaré un sénateur démocrate.

Le sénateur républicain John Barrasso du Wyoming, qui a participé à l’effort initial de compromis sur l’infrastructure de Mme Capito, a retourné le couteau dans la plaie en disant qu’il doutait que la nouvelle configuration du Sénat attire les 60 voix nécessaires à son adoption, car elle aliénerait les démocrates les plus libéraux.

Néanmoins, tout accord qui réunirait 20 sénateurs – un cinquième de la chambre – serait une déclaration puissante et les démocrates libéraux subiraient une pression extraordinaire pour céder et offrir à Biden une victoire bien nécessaire.

Si l’accord échoue finalement, Biden pourrait dire à Manchin et à ses compagnons de route qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour un résultat bipartisan et les supplier de le soutenir.

Un accord bipartisan sur l’infrastructure pourrait également donner aux sénateurs comme Manchin et Sinema la couverture politique nécessaire pour s’associer à leurs collègues démocrates dans le cadre d’une campagne partisane visant à mettre en œuvre d’autres aspects du plan de Biden pour l’emploi et la famille, bien qu’il soit encore peu probable qu’ils cèdent sur la suppression du filibuster, qui est essentielle aux espoirs libéraux de contrecarrer les projets de loi restrictifs du GOP (Parti républicain) dans les États.

M. Biden a l’avantage d’avoir été impliqué dans le processus d’adoption de projets de loi à Washington depuis plus longtemps que quiconque dans les deux camps des négociations qui définiront finalement sa présidence. Cette expérience peut le rendre plus optimiste que la plupart des gens. Mais quelques mois seulement après le début de sa présidence, son héritage est déjà en jeu.

Analysis: Joe Biden heads overseas as his prospects darken at home
Joe Biden is heading abroad, just at the moment when his hopes for a historic legislative legacy at home seem headed for a wall.