Ken McCarthy : Tony Fauci est corrompu jusqu’à la moelle !

Le gouvernement fédéral a versé 123 millions de dollars et le Pentagone 39 millions à EcoHealth Alliance
6 juin 2021
Le Dr Daszak a contraint des scientifiques à signer une lettre visant à dédouaner le labo de Wuhan de sa responsabilité vis-à-vis du COVID
6 juin 2021

Article original datant du 21/06/20

« Les deux grands experts sur Tony Fauci sont malheureusement décédés. Un type qui comprenait la science était le prix Nobel Kary Mullis. Il n’a pas hésité à dire que Fauci était un scientifique frauduleux. Et puis il y avait un grand journaliste militant pour les droits des homosexuels, Terry Michael, qui pouvait vraiment entrer dans les rouages des diverses escroqueries de Tony. Malheureusement, ils sont décédés. Donc je me tiens sur les épaules de géants. Mais je ne fais aussi que lire le journal.

« L’un des postes de Tony Fauci est celui des armes biologiques. Il a une division entière dans sa petite unité au sein du NIH (l’Instituts Américains de la Santé), qui s’appelle la biodéfense. Un bel euphémisme ! Et lorsque nous avons eu l’attaque potentielle de la variole – vers le 11 septembre, on craignait que les méchants nous frappent avec la variole – il a été chargé de mettre au point un vaccin contre la variole et de le déployer.

” C’est donc un spécialiste de la guerre biologique. C’est une des raisons pour lesquelles il a été protégé si longtemps.

« Venons-en à des choses tout à fait banales dont je suis surpris que les médias ne parlent pas lorsqu’il s’agit de Tony Fauci. La première n’est peut-être pas un grand secret parce qu’elle revient souvent, mais elle mérite d’être méditée. Il s’agit du fait que cet homme occupe le même poste fédéral depuis trente-six ans. Cela fera 37 ans cette année qu’il occupe le même poste dans la bureaucratie fédérale. C’est inhabituel. Cela signifie que vous avez dû survivre à de nombreux présidents différents, à de nombreux partis différents, à de nombreux régimes différents, à de nombreux changements sociaux différents. Et pourtant, il est toujours là. Je ne connais qu’un seul autre type qui a réussi ça dans l’histoire américaine : J. Edgar Hoover.

« On parle de l’Etat profond. Fauci survit parce qu’il fait ce que l’Etat profond veut qu’il fasse. C’est aussi un excellent politicien. Et c’est très important. Il a un diplôme de médecine. Mais l’idée qu’il soit un médecin est une blague. L’idée qu’il soit un scientifique est une blague. Et j’aurais aimé que Kary Mullis ne soit pas décédé l’été dernier parce qu’il pourrait vraiment parler de cela. Fauci n’est pas un scientifique. Ce qu’il est, c’est un bureaucrate de classe mondiale. Et c’est pourquoi il a survécu pendant 36 ans. Ça et le fait qu’il fait ce que les gens de l’État profond aimeraient qu’il fasse.

« Maintenant, voici une petite question anecdotique. Et on pourrait penser que dans notre folle culture de l’argent, cela aurait été révélé. Il y a deux millions de personnes qui reçoivent un salaire du gouvernement fédéral en tant qu’employés. A votre avis, qui est le troisième employé le mieux payé de toute la bureaucratie fédérale ? C’est Tony Fauci. Maintenant, comment enterrer ça ? C’est juste un fait dont on penserait que quelqu’un le révèlerait. Sur deux millions de personnes, il n’est pas dans le top 1 % du top 1 %. (Il est dans les 0.00015% !)

« Il a également une autre petite activité secondaire, à savoir qu’il est autorisé à recevoir des honoraires pour ses discours et ses apparitions, ce qu’il fait assez fréquemment. Il reçoit toutes sortes de prix. Et tout cela va, vous savez, à Tony Fauci, sa banque de poche. Il n’y a pas de loi qui l’empêche de recevoir des honoraires, même lorsque le groupe qui lui donne de l’argent est un groupe qu’il finance. Ainsi, par exemple, l’Albany Medical Center lui a donné un demi-million de dollars pour « l’innovation scientifique ». Or, il se trouve que le centre médical d’Albany vit des subventions du NIH.

« En voici un autre qui est très important, qui est le SIDA. Et nous pourrions faire plusieurs émissions sur le sida, mais nous nous en tiendrons aux simples faits. Plus d’un demi-billion, soit plus de cinq cents milliards de dollars, ont été dépensés pour la recherche sur le sida depuis 1981. Cela éclipse toutes les autres maladies par habitant. Et de beaucoup. Et le type qui a contrôlé cela – et c’est peut-être la raison pour laquelle il a gardé le poste et n’a pas essayé autre chose – a été de fait Tony Fauci. Et cela lui donne un pouvoir énorme. Dans le monde de la recherche médicale et de la recherche scientifique, ce n’est pas comme si vous aviez un nombre infini de marchés potentiels. Il n’y a que quelques sources d’argent. L’une d’elles est les NIH. C’est une source extrêmement importante. Et c’est la source du pouvoir personnel de Tony Fauci, qui est extrême. Donc, si vous êtes un chercheur médical ou un bio-chercheur et que vous voulez faire carrière, que vous voulez faire chauffer la marmite pendant 40 ans d’affilée, vous feriez mieux de ne pas énerver cet homme, ou d’écrire, de parler ou de publier quoi que ce soit qui ne fasse pas partie de son programme, ou votre carrière est terminée.

« Le très estimé virologue Peter Duesberg de l’UC Berkeley, qui est l’un des plus grands scientifiques de notre époque, a été littéralement chassé (de sa carrière). Il était titulaire. Il était très apprécié dans le monde entier. Mais il avait encore besoin de financement et Fauci s’est assuré que Duesberg n’obtienne aucun financement dès lors que Duesberg remettait en question la formule selon laquelle le VIH provoque le SIDA.

« En gros, tous ceux qui veulent faire carrière savent – c’est très clair – que si vous contrariez Tony Fauci, vous n’aurez plus de carrière. Il s’agit donc de tous les chercheurs scientifiques et médicaux des États-Unis et du monde entier. Les universités, c’est la même chose. Elles sont entièrement dépendantes des subventions pour la recherche. Elles ne vont donc pas être heureuses si l’un de leurs professeurs se lève et commence à remettre en question la science de tout ce que Tony Fauci dit. Il a donc toutes les universités dans sa poche.

« Et puis, si vous êtes un bureaucrate en herbe et que vous voulez devenir commissaire à la santé d’un État – ce qui, soit dit en passant, est l’un des emplois les mieux payés du gouvernement de l’État. Il est très, très fréquent que le commissaire à la santé d’un État touche trois cent mille dollars ou plus par an. Et il est intéressant de noter que beaucoup de ces personnes n’ont aucun diplôme de santé publique. Le type qui dirige la santé publique de New York en ce moment est membre du Council of Foreign Relations. C’est un anesthésiste spécialisé en cardiologie pédiatrique. Mais il n’a absolument aucune formation en épidémiologie, et pourtant c’est lui qui prend toutes les décisions pour l’État de New York. Et ces décisions qu’il prend sont assez catastrophiques. Donc si vous voulez un travail comme celui-là sans avoir les qualifications requises, il est bon d’avoir Tony Fauci qui se porte garant pour vous.

« Alors, en parlant de l’État de New York et en parlant des Cuomo, c’est quelque chose qui est arrivé et reparti très vite. Mais Chris Cuomo avait apparemment le COVID. Et il y a eu un petit truc sur CNN et c’est apparu puis ça a disparu très vite. Mais je l’ai enregistré. C’était Chris Cuomo qui louait et remerciait Fauci de l’appeler personnellement chaque jour de la semaine. Réfléchis à ça. On a un présentateur sur CNN qui reçoit des appels personnels de Tony Fauci. Maintenant, qui est son frère ? Andrew Cuomo (Gouverneur de l’Etat de New York, Ndt).

« Une des choses que Fauci a dit – c’est enregistré, heureusement – « Je vous connais depuis que vous êtes enfants. » Et c’est vrai. Mario Cuomo et Tony Fauci se connaissent très bien. Nous avons parlé des chercheurs qui adorent l’argent de Tony Fauci. Eh bien, les fonctionnaires aiment l’argent du SIDA. Il y en a beaucoup. Il est distribué très généreusement. Et l’État de New York en a reçu un paquet. Et je suis sûr qu’il en reçoit encore beaucoup.

« Parlons de Tony (Anthony) Fauci, le fantastique propagandiste. Tony Fauci ferait pâlir le Dr (Jospeh) Goebbels. Eh bien, Tony Fauci a accompli quelque chose de pas trop différent. Ainsi, une chose qu’un journaliste d’investigation pourrait faire, s’il enlevait le beignet de sa bouche et travaillait réellement – et aucun d’entre eux ne le fait – c’est simplement de regarder la taille énorme de la bureaucratie qu’est Tony Fauci, son domaine personnel. Il a huit divisions distinctes qu’il dirige. L’une d’entre elles, bien sûr, est la biodéfense, que j’ai mentionnée plus tôt. Maintenant, c’est là que ça devient important. Chacune de ces divisions a son propre directeur de communication. Et le bureau du directeur, qui est Tony Fauci, a un directeur de la communication et un directeur adjoint. Cela fait donc dix, comptez-les, dix personnes à plein temps dont le seul travail est de débiter la ligne du parti de Tony Fauci.

« Et ce ne sont que les directeurs. Je ne sais pas combien il y a de membres du personnel. C’est confidentiel. Vous savez, ce n’est pas facile à trouver. Mais les directeurs, ils le révèlent. Mais disons que c’est juste 10 gars, 40 heures par semaine. Cela signifie qu’il a quatre cents heures par semaine, chaque semaine, 52 semaines par an pour raconter l’histoire de Tony Fauci.

« Qui est de l’autre côté de ça ? Qui contredit l’histoire de Tony Fauci ? » (Kevin Barrett : « Truth Jihad Radio ! ») « Exact. C’est incroyable. Donc, nous avons 400 heures par semaine de gars dont la seule activité est de promouvoir et défendre ce type. Et puis nous avons nous-mêmes, les irréguliers en haillons, qui combattons une action de guérilla. Vous savez qui va gagner ? C’est encore pire parce que ça fait 36 ans qu’il fait ça. Donc il a un Rolodex. Donc si vous ou moi prenons le téléphone et voulons parler à Chris Cuomo ou à quiconque dans les médias, ils ne vont même pas décrocher, et encore moins nous rappeler. Tout le monde répondra à l’appel de Tony. Donc, non seulement il a la main d’œuvre pour pomper la propagande non-stop, mais il a aussi, vous savez, un Rolodex épais de personnes qui sont prêtes, désireuses et capables de lui parler dans le monde du journalisme.

« Il arrive parfois qu’un écrivain scientifique et médical s’oppose à Fauci. Croyez-le ou non, l’ancien journaliste du Times of London, à l’époque où le sida était en plein essor, s’est penché sur toute l’histoire du sida, l’a trouvée suspecte sur le plan scientifique et a commencé à en parler. Eh bien, il n’est plus employé.

« Fauci a donc beaucoup de contrôle sur qui sera le correspondant médical et scientifique de divers journaux et magazines. Mais c’est encore pire que ça parce que 95% des personnes qui couvrent l’histoire du COVID sont des diplômés en arts libéraux. Ils ont étudié la littérature russe ou la composition anglaise ou autre. Ils n’ont absolument aucune formation scientifique, ce qui signifie qu’ils sont très faciles à embobiner.

« J’étais dans le programme de neurosciences de premier cycle de l’université de Princeton à la fin des années 70, avant qu’il ne soit coopté par l’industrie pharmaceutique. Et je n’ai pas obtenu mon diplôme dans ce domaine, finalement. Mais j’étais dans le programme. Je ne suis pas un super scientifique, mais je m’y connais en chimie, en biologie, en anatomie et en physiologie. Et je ne me laisse pas facilement berner. Cependant, la plupart des gens qui écrivent ces histoires se laissent facilement berner, et c’est un très gros problème.

« Maintenant, l’autre problème lié à cela est un problème d’infrastructure. Si vous regardez le journal télévisé du soir, vous verrez que 50 à 70 % des publicités sont des produits pharmaceutiques. Plusieurs programmes d’information du réseau sont en fait estampillés et financés par des sociétés pharmaceutiques. Il n’est donc pas nécessaire d’être un théoricien de la conspiration pour comprendre que si quelqu’un se présente chaque semaine à la porte d’un journal télévisé avec une brouette pleine d’argent, de façon constante…

Au fait, vous savez, certaines industries ont le vent en poupe dans leur publicité. Ils vont faire beaucoup de publicité à Noël, mais pas beaucoup en août. Mais les gars de l’industrie pharmaceutique viennent chaque semaine. Et je suppose qu’ils ne négocient pas trop durement les tarifs. Ils paient probablement le plein tarif. Alors les gens pensent, « oh, bien, vous savez, ils essaient de nous faire acheter ces médicaments. Ils essaient de nous pousser à harceler nos médecins pour qu’ils nous prescrivent ces différents médicaments. » Et je suis sûr que ça en fait partie.

« Mais une autre partie importante est – vous vous souvenez d’Archer Daniels Midland ? » (Kevin Barrett : « Comment pourrait-on oublier ? Leur nom est répété tout le temps sur PBS et dans des endroits comme ça. ») « Oui. Et pourquoi ? C’est un paiement pour s’assurer qu’on ne regarde jamais le sirop de maïs et le fait que c’est à peine du maïs et à peine du sirop. C’est en fait un mélange toxique qui crée le diabète.

« C’est une histoire secondaire intéressante. Mais elle illustre bien ce dont nous parlons ce soir. Mon professeur à Princeton était un gars nommé Bart Hubbell. Il a cartographié la voie de la dopamine dans le cerveau humain. Ce type est un neuroscientifique important. Il a commencé à faire des recherches au début des années 2000 sur l’impact du sirop de maïs sur le cerveau des rats. Et il a découvert des dommages neurologiques. Et croiriez-vous qu’un « groupe de base », comme « Le sirop de maïs pour les masses » ou quelque chose comme ça, a commencé à écrire des lettres massives disant « sauvez notre sirop de maïs ». Je veux dire, c’était juste ridicule. Mais la pression était si forte et Princeton si lâche qu’ils ont dit au professeur Hubble de se retirer. Et il l’a fait. C’est ça la science en Amérique aujourd’hui. Et Tony Fauci est l’un des principaux sbires du contrôle négatif de la science.

« La science médicale est vraiment fascinante. Ils sont doués pour inventer des maladies. Vous avez probablement entendu parler du syndrome des jambes sans repos, qui a un remède pharmaceutique, vous serez heureux de le savoir. Nous n’entrerons pas dans l’histoire du sida. Mais il y a des gens qui ont des effondrements catastrophiques de leur système immunitaire. Il n’y a absolument aucun doute là-dessus. C’est une chose horrible qui peut arriver. Mais le SIDA tel que nous le connaissons à travers le prisme des médias est une situation fabriquée. Et c’est la base politique de Tony Fauci et sa pompe à fric. Un demi-billion de dollars pour la recherche. Et de manière intéressante – et nous avons la vidéo de cela, vous pouvez la regarder – en 1984, quand il a obtenu son poste de l’administration Reagan avec l’aide de George Bush, Fauci a promis un vaccin contre le sida, en 1984 ! C’était demain ! Nous sommes en 2020. Nous n’avons pas de vaccin contre le sida, mais nous avons dépensé un demi-billion de dollars.

« L’AZT était une chimiothérapie développée pour traiter un type de cancer. Et il a été déterminé qu’il était trop dangereux pour un usage humain. Mais Fauci et ses amis, grâce à l’hystérie qu’ils ont aidé à construire autour du SIDA, l’ont fait reclasser. Et il a été donné à des millions de personnes. Des chercheurs pensent qu’entre 200 000 et 500 000 personnes sont mortes de la consommation d’AZT, car l’AZT est un mutagène. C’est un cancérigène. Et il détruit le système immunitaire, ce qui – et cela ne fait pas l’objet d’un débat – figurait sur l’étiquette de mise en garde.

« Avance rapide jusqu’à aujourd’hui. Il fait la même chose avec le COVID. C’est un tel désastre, c’est une telle parodie, c’est une telle catastrophe, c’est une telle urgence que nous allons jeter toutes les garanties normales pour le développement des vaccins. J’ai cru comprendre que l’une des choses qu’ils ont écartées est l’expérimentation animale. Ils sont allés directement vers les gens, y compris les enfants.

« Et le virus Zika : Il y a eu des cas de malformations congénitales au Brésil. Tragique, évidemment. Et ce que personne ne souligne, c’est qu’il s’agissait de ruraux vivant parmi ces horribles plantations de soja où l’on pulvérisait du glyphosate sans limite. Il s’agissait donc très probablement d’un empoisonnement aux pesticides. Mais ils ont décidé que c’était le virus Zika, et que le virus Zika arrivait en Amérique. Et j’ai un petit clip où Fauci parle de la façon dont il a rencontré les chefs d’état-major interarmées pour créer un plan pour aider à protéger les États-Unis, pour repousser Zika de venir sur ses côtes. On les appelle les chasseurs de virus, ces gars-là, parmi les scientifiques qui suivent ces choses… Et ce sont des conteurs d’histoires et tout se passe de telle sorte que cela s’avère être une fantastique pompe à fric pour les grands groupes pharmaceutique et IHSS (In-Home Supportive Services – Services de soutien à domicile).

« Et la règle du jeu (du COVID) : Vous devez regarder où cette épidémie a eu lieu. Eh bien, personne ne l’a clairement fait. Vous savez, ce laboratoire biologique de qualité militaire. Aucun doute là-dessus. Mais ce que les gens semblent oublier, ignorer ou ne pas savoir, c’est que Wuhan est la ville la plus polluée du monde. Je veux dire, c’est un véritable enfer. Les gens portaient des masques tous les jours pour aller travailler à Wuhan. Si l’on ajoute à cela un problème viral quelconque et un système médical loin d’être idéal, on obtient un véritable chaos dans les hôpitaux. Et le chaos dans les hôpitaux, des hôpitaux débordés, se traduit par beaucoup de morts inutiles.

« Même problème dans le nord de l’Italie. Les gens ne le savent peut-être pas, avec Venise et tous ces beaux endroits, mais c’est la ceinture industrielle de l’Italie, avec un air très pollué. Et c’est la population la plus âgée d’Europe. Vous avez donc beaucoup de personnes âgées, une très mauvaise qualité de l’air, et ils ont un problème de grippe chaque année. Celle-ci était exceptionnellement importante, mais ils sont submergés chaque année.

« Maintenant, allons à New York. C’est très important. Et je vais faire ça très vite. Cuomo a émis un ordre de non-réanimation, un ordre général de non-réanimation, en mars. Et il a continué à le faire, je pense, jusqu’à la mi-avril. Cela signifie que les soins médicaux normaux ont été suspendus. Si quelqu’un était inanimé, on ne faisait rien pour le ramener à la conscience. Cela a pu contribuer à la mort de certaines personnes qui auraient pu survivre.

« Cuomo a aussi ordonné aux maisons de retraite de prendre activement les patients contagieux. Ça a duré deux mois avant qu’il ne l’annule. Mais le plus gros problème était les ventilateurs. Et c’est quelque chose, encore une fois, que vous n’avez pas besoin d’être un scientifique d’investigation pour savoir. Il suffit de poser quelques questions. Le processus d’intubation d’une personne est un gros problème. Ils sont sous 8 à 12 médicaments importants. Et on ne parle pas de prendre une pilule. On parle de: ils vous relient à des tubes. Vous avez des gouttes de fentanyl pour atténuer la douleur d’avoir ce truc enfoncé dans votre cou. Ils ont des choses qui sont des paralysants qui vous empêchent de bouger. Des drogues très, très, très puissantes. Vous pensez que vous vous levez et que vous déjeunez quand vous êtes sous respirateur ? Non, vous êtes nourri par un tube. Et puis vous avez ces ventilateurs qui pompent les poumons de ces personnes avec un mauvais réglage, ce qui apparemment s’est produit assez souvent. Cette infirmière, qui est une ancienne infirmière militaire, a dit qu’elle a travaillé dans deux hôpitaux, un en Floride, et qu’ils n’ont pas eu un seul décès (COVID).

« Elle avait travaillé dans deux hôpitaux différents, elle avait été infirmière militaire et elle s’y connaissait. Et elle a dit, absolument, positivement, sans aucun doute, qu’ils mettaient des gens sur ces conduits d’aération qui avaient juste des attaques de panique ordinaires – pas de COVID dans tous les hôpitaux publics. Elle a parlé d’un type, âgé de 37 ans, qui est arrivé. Elle a dit qu’il n’avait pas de détresse respiratoire. Il avait une attaque de panique. Et en son absence, un des résidents l’a convaincu de se mettre sous respirateur.

« Tout cela, la poussée des bouches d’aération, le fait de ne pas réanimer, l’ordre de mettre les patients contagieux avec les patients sains dans les maisons de retraite – tout cela est sorti du bureau d’Andrew Cuomo. Et nous devons tenir compte du fait qu’Andrew Cuomo et Fauci sont proches. (Kevin Barrett : « C’est presque comme s’ils voulaient maximiser le problème. ») Eh bien, vous savez, on pourrait le penser. Et ces catastrophes arrivent dans les hôpitaux publics. Et j’ai l’expérience d’avoir rendu visite à quelqu’un dans un hôpital public de NYC une fois. Et ce sont des endroits d’enfer absolus. Ils sont comme le trou noir de Calcutta. Je veux dire, ils sont horribles. Donc je peux imaginer tout ce qui se passe dans ces endroits. Il y a des gens sans ressources. Et puis, bien sûr, nous avons la chose supplémentaire, qui est que les gens ne pouvaient pas être là avec leurs avocats, avec leurs familles, avec leurs amis. Vous y alliez et vous y étiez seul. Et Dieu sait ce qui pouvait vous arriver.

« Donc, pour résumer tout ça : Ce n’est pas le premier rodéo de Fauci. Il nourrit l’hystérie depuis 36 ans. Il se trompe toujours. Il s’est trompé sur la grippe porcine. Il s’est trompé sur la grippe aviaire. Il s’est trompé sur Zika. Il s’est trompé sur Ebola. Il a sauvagement exagéré le SIDA. Et il se trompe toujours en faveur des entreprises pharmaceutiques. Et il a toujours tort en faveur de « nous devons développer un vaccin maintenant. Nous devons rejeter toutes les règles ».

« Et sa femme est Christine Grady, chef du département de bioéthique de l’Institut National de la Santé et responsable de la section sur la recherche sur les sujets humains. C’est elle qui prend les décisions sur ce qui est éthique de faire avec des sujets humains. C’est sa femme. Ils sont mariés depuis 1986. Comment les médias ont-ils pu manquer ça ? Elle est l’auteur d’un livre intitulé « La recherche d’un vaccin contre le sida ». Quelque part dans le livre, elle dit que « ce sont les vaccins qui ont sauvé l’humanité. Vous savez, c’est la plus grande invention de toute l’histoire de la médecine moderne ». Personnellement, je pense qu’une bonne nutrition et une hygiène correcte sont les plus grandes inventions de la médecine moderne.

« Encore une fois, il n’est pas nécessaire d’être un grand journaliste d’investigation pour simplement demander : avec qui est-il marié ? Et obtenir le nom, puis voir ce qu’elle fait dans la vie. Et c’est elle qui prend les décisions éthiques pour le développement des médicaments et des vaccins au NIH.

« Donc, la principale chose avec laquelle je veux laisser mes lecteurs, c’est qu’il fait cela depuis 36 ans. Il contrôle une énorme infrastructure de propagande, d’argent pour la recherche, de contrôle des médias et de contrôle politique au sein du monde scientifique et médical. Et il pèche par excès d’hystérie. Et il se trompe toujours en penchant vers le côté des choses qui sont des ruées vers l’or pour les pharmas. C’est Tony Fauci. »