La carrière de Fauci est parsemée de controverses sur l’éthique et la sécurité au sein des NIH

Article original datant du 23/10/2020

Le lanceur d’alerte réintégré dit que Fauci n’a pas réussi à s’impliquer lorsque des problèmes sont apparus sous sa direction

Au début du mois, le Dr Anthony Fauci a répondu de manière tranchante à ceux qui ont contesté sa gestion de la pandémie en tant que responsable national des maladies infectieuses : « Je pense que vous pouvez me faire confiance », a-t-il déclaré, citant ses longs états de service dans la médecine gouvernementale.

C’est exactement ce que l’agence de Fauci, l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID), a déclaré il y a plusieurs années à des enfants placés en famille d’accueil à New York, dans l’Illinois et ailleurs, dont beaucoup ont été enrôlés dans un essai de médicament contre le sida sans bénéficier des protections promises aux patients. Une enquête a conclu que la division de recherche sur le sida du NIAID, qui dépendait de Fauci, n’avait pas, dans de nombreux cas, fourni de défenseurs des patients pour surveiller la santé des enfants placés en famille d’accueil, comme promis et, dans certains cas, comme l’exige la loi.

En d’autres termes, une confiance a été brisée.

Un examen par Just the News de trois décennies de direction par Fauci de la branche des maladies infectieuses des National Institutes of Health (NIH – Instituts Nationaux de la Santé, dont le NIAID) a révélé que si son agence a remporté de nombreux succès dans la lutte contre le sida et d’autres maladies infectieuses, elle a également connu plusieurs cas – comme la recherche sur les enfants placés en famille d’accueil – dans lesquels les chiens de garde du Congrès, de l’éthique gouvernementale et interne ont constaté des manquements à la sécurité ou à l’éthique sous sa direction. Il s’agit notamment des cas suivants :

  • Un examen interne des NIH en 2004 qui a conclu que la division de recherche sur le sida de Fauci était une « organisation troublée » où les gestionnaires créaient une atmosphère hostile avec « un langage sexuellement explicite et coloré » et « semblant ne pas être conscients de la nécessité d’un comportement approprié, du décorum et de l’application de bonnes pratiques de gestion et de règles de supervision ».
  • Une femme enceinte du Tennessee est décédée en 2003 après s’être inscrite à une recherche financée par les NIH dans l’espoir de sauver son fils qui allait naître du sida. Un examen a révélé que les médecins ont continué à administrer un régime de médicaments expérimentaux malgré des signes d’insuffisance hépatique.
  • Au moins 10 enfants participant à une étude sur un médicament pédiatrique contre le sida sont morts. Une enquête a conclu que le nombre de décès était « nettement plus élevé » que prévu et inexpliqué.
  • Une enquête de l’Office of Government Ethics (bureau d’éthique gouvernementale) qui a reproché au NIAID de ne pas avoir examiné et autorisé les deux tiers de ses employés qui travaillaient au noir dans le secteur privé, afin de détecter d’éventuels conflits éthiques.
  • Une enquête de l’inspecteur général du département de la santé et des services sociaux de 1992 qui a conclu que le NIAID n’a pas réussi à contrôler deux conflits d’intérêts dans une expérience de vaccination.

En 2005, la division de la recherche sur le sida de l’agence de M. Fauci a également dû réintégrer un dénonciateur, le Dr Jonathan Fishbein, son chef de l’éthique et de la conformité réglementaire, après que ce dernier et de nombreux législateurs des deux partis ont affirmé qu’il avait été licencié à tort en guise de représailles pour avoir soulevé des problèmes de sécurité dans certaines recherches de l’agence.

Dans une interview accordée à Just the News, Fishbein a déclaré cette semaine que Fauci n’a pas assumé la responsabilité des cadres et des chercheurs travaillant sous ses ordres lorsque des signes de troubles sont apparus, laissant les problèmes persister jusqu’à ce que d’autres interviennent. « Fauci ne pense qu’à Fauci », a déclaré Fishbein. « Il aime faire la une des journaux. C’est son ego. »

Une porte-parole de M. Fauci n’a pas répondu à plusieurs courriels demandant des commentaires sur les controverses passées. Au fil des ans, les responsables des NIH ont reconnu chacun des problèmes et promis des réformes. Et si Fauci n’a pas été directement impliqué dans des actes répréhensibles spécifiques, sa gestion a été remise en question.

Par exemple, le rapport de 2004 sur les problèmes au sein de la division de la recherche sur le sida exhortait le directeur des NIH à insister sur une meilleure gestion d’en haut. « La gestion globale de cette division nécessite un examen attentif », indique le rapport.

L’examen interne a également conclu que le licenciement de Fishbein avait créé « l’apparence de représailles ». Les responsables ont déclaré que Fauci n’a pas été impliqué dans le licenciement.

Essais de médicaments contre le sida sur des enfants placés en famille d’accueil

Parmi les épisodes professionnels les plus inquiétants de l’histoire de Fauci figure une série d’essais de médicaments contre le sida réalisés sur des enfants placés en famille d’accueil. Ces essais, qui ont été réalisés à la fin des années 1980 et dans les années 1990, ont porté sur des enfants séropositifs placés en famille d’accueil dans plusieurs États différents et ont été financés par les NIH. Plusieurs de ces études étaient parrainées par le NIAID, un sous-institut des NIH que Fauci a commencé à diriger en 1984 et qu’il dirigeait à l’époque des études.

Les enquêtes ont révélé que les enfants étaient très souvent privés d’un défenseur personnel de la santé au cours de leurs essais, ce que les éthiciens médicaux considèrent comme nécessaire lorsque les participants aux essais proviennent de populations vulnérables telles que les enfants placés en famille d’accueil. Les chercheurs du gouvernement ont soutenu que les types de médicaments qu’ils utilisaient dans les essais n’atteignaient pas le seuil nécessaire pour exiger des défenseurs des enfants.

Les problèmes de sécurité sont apparus dans une série d’articles rédigés par l’Associated Press et ont ensuite été repris par le Congrès.

Bien que certains participants soient morts au cours des études, les autorités ont déclaré par la suite qu’aucun des décès ne pouvait être lié aux médicaments testés eux-mêmes. Cependant, de nombreux enfants placés en famille d’accueil ont signalé des effets secondaires allant des éruptions cutanées aux vomissements en passant par de fortes baisses du nombre de globules blancs, autant d’effets indésirables courants associés à ces médicaments à l’époque.

Bien que les chercheurs aient fait valoir que les jeunes participants aux essais avaient accès à des traitements médicaux et à des équipes médicales de classe mondiale, dans un cas au moins – lors d’un essai portant sur le médicament dapsone – au moins 10 enfants sont morts.

« Un résultat inattendu de notre étude a été que la mortalité globale pendant la prise du médicament à l’étude était significativement plus élevée dans le groupe prenant de la dapsone quotidiennement », ont déclaré les chercheurs à l’époque. « Ce résultat reste inexpliqué ».

Des années après que les articles de l’AP ont suscité la controverse, deux éthiciens biomédicaux au sein du NIH, Sumeeta Varma et David Wendle, ont conclu dans un article de janvier 2008 que l’agence ne disposait pas de protections adéquates pour les enfants placés vulnérables : « L’inscription des pupilles de l’État à la recherche soulève deux préoccupations majeures : la possibilité qu’une part injuste des charges de la recherche pèse sur les pupilles, et la nécessité de veiller à ce que les intérêts des pupilles individuels soient pris en compte. … Il n’est pas judicieux de prévoir des protections spéciales pour certaines catégories seulement. En outre, certaines des protections existantes devraient être renforcées. »

Des essais de médicaments en Afrique entachés de lacunes dans les rapports de sécurité

Des essais de médicaments contre le sida parrainés par les NIH en Afrique en 2002 ont révélé des lacunes notables en matière d’information ; en particulier, les NIH n’ont pas informé le président Bush de l’époque que les recherches sur les médicaments contre le sida qu’il avait autorisé à envoyer en Ouganda n’avaient pas respecté les règles de sécurité fédérales, bien que les responsables en aient informé les autorités ougandaises avant de commencer les essais.

Les responsables gouvernementaux de l’époque « ont reconnu l’énormité que cette décision pourrait avoir sur l’utilisation mondiale de la névirapine pour interrompre la transmission mère-bébé », a déclaré le chercheur en chef du NIH sur le SIDA à Fauci dans un courriel de mars 2004. À l’époque, les médecins tentaient de voir si la névirapine pouvait être utilisée par les femmes enceintes pour atténuer la maladie du sida afin qu’elle ne soit pas transmise à leurs enfants lors de la naissance.

On a découvert par la suite qu’un directeur de recherche de la DAID avait réécrit un rapport de sécurité rédigé par l’un de ses propres médecins, en supprimant les préoccupations de cette dernière concernant le médicament névirapine et en y substituant ses propres conclusions selon lesquelles le médicament pouvait être consommé sans danger.

Des inquiétudes concernant la sécurité de la névirapine ont également été soulevées en 2003, lorsqu’une femme séropositive du Tennessee est décédée alors qu’elle suivait un régime de médicaments comprenant de la névirapine. Les responsables des NIH ont alors soupçonné que la névirapine avait joué un rôle dans le décès de cette femme, mais les membres de sa famille n’ont découvert ces hypothèses qu’un an plus tard, à la suite d’un reportage de l’Associated Press.

 » Aïe ! On ne peut pas faire grand-chose contre les docteurs idiots », a écrit un responsable de la division SIDA qui rendait compte à Fauci dans un courriel qui a suscité la colère des enquêteurs du Congrès lorsqu’il a fait surface.

L’année précédente, une évaluation indépendante de la division de la recherche sur le sida des NIH en Ouganda avait conclu que les responsables des NIH souffraient de « problèmes importants dans le classement et la notification des événements indésirables ». L’analyse a également découvert « la possibilité que plusieurs décès survenus au cours de l’étude » n’aient pas été signalés.

Un dénonciateur est licencié, puis réintégré.

M. Fishbein, ancien directeur de l’Office for Policy in Clinical Research Operations des NIH (Bureau de la politique des opérations de recherche clinique), a été démis de ses fonctions peu après avoir averti le comité exécutif d’un essai de médicament qu’il devait mettre à jour sa brochure pour informer les participants à l’essai des risques connus du médicament.

« Les effets indésirables qui ont été portés à mon attention concernaient une fuite capillaire et des idées suicidaires », a déclaré Fishbein à Just the News. « Comme je l’ai finalement découvert, les patients n’étaient pas informés. Ceux qui participaient à l’étude et ceux qui voulaient y participer n’étaient pas informés. La crainte était que, s’ils étaient informés, ils abandonnent. »

« J’ai écrit une lettre au comité exécutif leur demandant de mettre à jour la brochure », poursuit Fishbein. « À partir de ce moment-là, tout d’un coup, le sol s’est dérobé sous mes pieds ».

Fishbein a déclaré qu’il avait tenté de contacter Fauci alors que l’environnement de travail devenait hostile. « Ils ont dit qu’ils me recontacteraient. Il ne l’a pas fait », a déclaré Fishbein. « Il a essentiellement fui. »

Les documents d’avocat fournis par Fishbein affirment qu’on lui a dit à l’origine que son licenciement avait été approuvé par Fauci, qui a nié à l’époque avoir quoi que ce soit à voir avec le licenciement. Le NIH a également nié que Fauci avait autorisé le licenciement.

Notamment, Fauci avait un intérêt financier dans le médicament testé ; il figurait sur le brevet du médicament, Proleukin, et pouvait en tirer des redevances.

Après la révélation de la participation financière de Fauci dans le médicament, il a déclaré qu’il avait fait don des redevances à des œuvres caritatives, se sentant mal à l’aise à l’idée de recevoir un avantage financier d’un médicament qu’il a contribué à promouvoir. Il a juré de continuer à faire don de la manne annuelle à des œuvres de bienfaisance « quel que soit le montant annuel ».

Harcèlement sexuel présumé

Fishbein a également fait valoir que son licenciement était lié au fait qu’il avait déposé une plainte officielle contre un directeur de division pour un prétendu harcèlement sexuel. Un rapport interne ultérieur rédigé par un conseiller du directeur du NIH de l’époque, Elias Zerhouni, a corroboré les affirmations de Fishbein selon lesquelles la division de recherche sur le sida du NIH était truffée de discours sexuellement explicites.

Le directeur et le directeur adjoint de la DAIDS (La Division du SIDA) ont finalement admis qu’ils utilisaient tous deux un « langage sexuellement explicite et coloré » sur le lieu de travail, mais que « personne ne s’était jamais plaint jusqu’à Fishbein ». Le directeur adjoint a également fait valoir que Fishbein lui-même tenait des propos similaires lorsqu’il était au bureau, selon des mémos.

(Après la publication de cet article, M. Fishbein a déclaré à Just the News que cette affirmation était « totalement fausse » et que le ministère « n’a pu fournir aucune preuve », et que « la seule chose qu’il ait jamais faite est d’appeler Fauci « Grincheux » et Tramont, qui a l’âde d’être grand-père, « Papi » ».

« Je n’utilise pas de blasphèmes sur le lieu de travail et j’évite certainement tout langage à caractère sexuel qui pourrait être offensant pour quiconque », a ajouté M. Fishbein).

Le sénateur Chuck Grassley (Républicain – Iowa), a lancé une enquête sur les allégations de harcèlement sexuel à la DAIDS et a fourni au directeur du NIH des preuves : un courriel envoyé parmi les gestionnaires avec une photo d’une femme au sein exposé.

Violations de l’éthique, non-déclaration des « activités extérieures ».

Dans certains cas, il a été constaté que les recherches menées par le NIAID sous la direction de Fauci avaient violé les règles d’éthique du gouvernement fédéral.

Un rapport de 1992 du bureau de l’inspecteur général du ministère de la santé et des services sociaux (Department of Health and Human Services Office of the Inspector General – Bureau de l’inspecteur général du ministère de la santé et des services sociaux) a révélé deux conflits d’intérêts au sein d’un comité dirigé par le NIAID et chargé d’étudier les éventuels effets indésirables des vaccins contre la rubéole et la coqueluche. L’un des membres avait reçu « une subvention de 5 ans d’un montant total de 300 000 dollars de la part d’un fonds de recherche médicale à but non lucratif entièrement soutenu par un grand fabricant de vaccins contre la coqueluche » ; un autre membre du comité s’est avéré avoir « fait des déclarations publiques dans une déposition juridique sur les effets des vaccins contre la coqueluche ».

Le NIAID « n’a pas suivi les réglementations fédérales visant à garantir l’impartialité et l’objectivité des travaux effectués dans le cadre d’un contrat de conseil et d’assistance », selon le rapport, une conclusion acceptée par le NIH.

Dans un autre cas, l’Office of Government Ethics des États-Unis a déterminé, lors d’un examen effectué en 2004, que le NIAID n’avait pas obtenu d’autorisation pour 66 % des « activités extérieures » entreprises par l’institut au cours de la période considérée. Les activités extérieures, selon le NIH, sont des entreprises qui « impliquent généralement la fourniture d’un service ou d’une fonction à une organisation extérieure, avec ou sans rémunération ou autre compensation ».

Les « contacts étroits de routine » peuvent propager le SIDA, a soutenu Fauci dans une mauvaise prédiction.

M. Fauci, qui a commencé à diriger le NIAID en 1984, était connu depuis des années pour ses travaux sur le VIH/sida, ayant accédé à son poste de directeur au milieu de la première grande vague d’infections par le virus du sida aux États-Unis. Tout au long des années 1980, il a fait partie d’une équipe de chercheurs travaillant à la mise au point d’un vaccin contre le sida. Ses efforts dans le cadre de ce projet ont été suffisamment appréciés pour que le vice-président de l’époque, George H.W. Bush, le cite nommément lors d’un débat présidentiel en octobre 1988, le qualifiant de chercheur « très compétent » et de « médecin de haut niveau ».

Pourtant, Fauci a contribué dans un cas à ce que deux militants contre le SIDA ont appelé la réponse aux premières épidémies de SIDA dans les années 1980 « irrationnelle et punitive ». Dans le Journal of the American Medical Association de 1983, le médecin écrivait que si la transmission du SIDA avait été observée en grande partie en fonction de comportements à haut risque tels que les rapports homosexuels et la consommation de drogues par voie intraveineuse, il restait « la possibilité que des contacts étroits de routine, comme au sein d’une famille, puissent propager la maladie ».

Étant donné que « la transmission non sexuelle et non sanguine est possible », écrit Fauci, « la portée du syndrome peut être énorme. »

Cette hypothèse s’est avérée fausse. Fauci lui-même, lors d’une présentation un an plus tard, a reconnu qu’aucun cas de propagation de la maladie par « contact occasionnel » n’avait encore été détecté, mais la paranoïa et la peur entourant la vulnérabilité de la population générale au SIDA ont persisté pendant des années. À New York, en 1985, par exemple, 85 % des élèves d’une école primaire publique sont restés à la maison pendant la semaine d’ouverture, tandis que des centaines de parents ont exigé que le système scolaire interdise à tout enfant séropositif d’assister aux cours.

L’épidémie de Zika qui n’a jamais existé

Dans les années qui ont suivi, les travaux ultérieurs de Fauci sur le VIH/SIDA ont été salués pour leur contribution au développement de traitements et de vaccins contre la maladie et le virus. Pourtant, ses autres travaux ont, dans plusieurs cas, révélé une tendance similaire à s’alarmer de prédictions qui ne se sont pas concrétisées.

Le travail de Fauci sur le virus Zika (WIKI) – un agent pathogène dont l’apparition en 2016 a suscité une alarme mondiale considérable – en est un exemple. À l’été de cette année-là, le médecin a déclaré qu’il retirait des fonds des programmes de recherche sur le paludisme, la grippe et la tuberculose afin de financer « une série de quatre ou cinq vaccins » pour contrer la menace Zika. En mars 2016, il avait prévenu que la maladie « reviendra » aux États-Unis et que le pays « doit absolument se préparer » à cette éventualité.

Après avoir atteint un pic d’environ 5 200 cas en 2016, les États-Unis ont enregistré un total d’environ 550 cas depuis lors, dont environ 80 % en 2017. Le CDC n’a signalé qu’un seul cas de Zika aux États-Unis jusqu’à présent cette année. La Mayo Clinic, quant à elle, a signalé en décembre que non seulement il n’existait pas de vaccin fonctionnel contre la maladie, mais que le financement du vaccin lui-même est « trop faible, est contribué par trop peu de pays et pourrait ne pas être maintenu », ce qui suggère que le virus reste une faible priorité pour la plupart des nations.

Changements de prédictions et de conseils sur COVID-19

Le fait que Fauci ait changé brusquement de message public au cours de la crise du coronavirus n’a fait que soulever de nouvelles questions.

Fin mars, par exemple, M. Fauci a cosigné un article dans le New England Journal of Medicine (WIKI) dans lequel il affirmait que, sur la base des données disponibles à l’époque, le taux de létalité de l’infection par le COVID-19 « pourrait être considérablement inférieur à 1 % », ce qui laisse entendre que le virus « pourrait en fin de compte s’apparenter davantage à … une grippe saisonnière grave … ou à une grippe pandémique ».

Pourtant, lors d’une comparution devant le Congrès au début du même mois, Fauci a estimé que le virus est mortel dans 1 % des cas, ce qui signifie qu’il serait « 10 fois plus mortel que la grippe saisonnière ». Il a répété cette estimation dans le Daily Show le lendemain de la publication de son article.

Une source familière avec la rédaction de l’article a déclaré à Just the News qu’il avait été rédigé plusieurs semaines avant sa publication, ce qui suggère qu’au moment où il a été publié, Fauci avait révisé ses estimations précédentes à la lumière de nouvelles données.

Pourtant, les estimations initiales du médecin semblent avoir été plus proches de la vérité : les autorités sanitaires estiment aujourd’hui que le taux de mortalité lié au COVID-19 varie entre 0,2 % et 0,6 %, un professeur de Stanford estimant que le taux de mortalité des personnes de moins de 70 ans n’est que de 0,04 %.

Fauci lui-même semble s’être éloigné du sujet. Il a récemment fait valoir qu’il ne fallait pas se laisser réconforter par un « faux narratif » d’une baisse du taux de mortalité, affirmant que même si moins de personnes en meurent, « il y a tellement d’autres choses qui sont très dangereuses et mauvaises dans ce virus ».

Au début de la pandémie, Fauci s’est prononcé contre l’utilisation publique des masques. « Si vous regardez les masques que vous achetez dans une pharmacie », a-t-il déclaré en février, « les fuites autour ne font pas vraiment beaucoup pour vous protéger ».

Le même mois, il s’est élevé contre la « perception erronée selon laquelle le port d’un masque, même si vous vous trouvez dans une zone où il y a eu transmission, va vous protéger absolument ». Un masque, a-t-il dit, « est plus approprié pour une personne infectée afin de l’empêcher d’infecter quelqu’un d’autre. »

En mars, il a déclaré qu’à l’époque, « il n’y avait aucune raison de se promener avec un masque ».

« Si vous êtes au milieu d’une épidémie, dit-il, porter un masque peut aider les gens à se sentir un peu mieux. Et il peut même bloquer une gouttelette. Mais il n’offre pas la protection parfaite que les gens pensent qu’il offre. »

Depuis lors, M. Facui a fait volte-face, affirmant régulièrement que les masques sont un outil critique et indispensable pour arrêter la propagation du virus. Au début du mois dernier, il a affirmé que le revirement complet des conseils de santé publique au cours des derniers mois était dû au fait que les responsables de la santé avaient réalisé « que nous avons un pourcentage élevé de personnes asymptomatiques qui, nous le savons, peuvent propager l’infection. »

Pourtant, les responsables de la santé, y compris M. Fauci, sont au courant des cas d’infection asymptomatique et de propagation depuis fin janvier au plus tard, ce qui laisse ouverte la question de savoir pourquoi lui et d’autres ont mis des mois à recommander au public de se couvrir le visage, ce qui est maintenant considéré comme nécessaire dans la lutte contre le COVID-19.

Au milieu du mois dernier, M. Fauci a laissé entendre que son précédent conseil sur les masques avait peut-être été influencé par un autre facteur. « La communauté de la santé publique (…) était préoccupée par le fait que cela se passait à un moment où les équipements de protection individuelle, y compris les masques FFP2 et les masques chirurgicaux, étaient très rares », a déclaré M. Fauci en juin. Les autorités ne voulaient pas que les prestataires médicaux « soient privés de l’équipement dont ils avaient besoin », a-t-il ajouté.

M. Fauci a déclaré que « les circonstances ont changé » depuis ses précédentes recommandations. Il a également reconnu pourquoi de nombreux citoyens sont sceptiques à l’égard des responsables de la santé publique après plusieurs mois de pandémie.

« Il est tout à fait compréhensible que le public reçoive des messages contradictoires et soit un peu perdu sur ce qu’il doit faire », a-t-il déclaré.

Fauci Files: Celebrated doc's career dotted with ethics, safety controversies inside NIH
Reinstated whistleblower says Fauci failed to get involved when problems emerged on his management watch.

Chapitres