La Chine menace « d’écraser » les troupes américaines à Taïwan

Article original datant du 18/08/21

Soldiers wearing face masks amid the COVID-19 coronavirus pandemic stand in formation in front of a US-made M110A2 self-propelled howitzer during Taiwan President Tsai Ing-wen's visit to a military base in Tainan, southern Taiwan, on April 9, 2020. - Taiwan currently has just 375 confirmed Covid-19 patients and five deaths …

Exubérant après la défaite spectaculaire du président Joe Biden en Afghanistan, le Global Times, journal d’État chinois, a averti mardi que si des troupes américaines sont présentes à Taïwan lorsque Pékin décidera de l’envahir par la force, l’Armée Populaire de Libération (APL) les « écrasera par la force ».

Le Global Times a réagi avec indignation à un tweet du sénateur John Cornyn (Républicain du Texas) dans lequel il énumère les déploiements de troupes américaines dans le monde. Dans ce tweet, Cornyn affirmait à tort que 30 000 soldats américains sont stationnés à Taïwan, soit à peu près le même nombre qu’en Corée du Sud.

M. Cornyn n’a pas avancé d’argument particulier au sujet de Taïwan ; l’objectif de son message sur Twitter, comme l’indique la dernière publication, était que les déploiements militaires américains ont « permis d’atteindre la stabilité avec une exposition relativement faible des troupes et un bon bilan sans pertes ». Il parlait principalement de l’Afghanistan, où il a noté qu’il n’y avait eu aucun décès américain au cours de la « dernière année et demi » avant le retrait des troupes.

@JohnCornyn
Aucun mort américain en Afghanistan au cours de la dernière année et demi (d’après un reportage d’aujourd’hui)

Les chiffres indiquent que nous avons atteint la stabilité avec une exposition relativement faible des troupes, et un bon bilan récent sans pertes.

Les fact-checkers des médias ont rapidement critiqué le tweet de M. Cornyn sur Taïwan, soulignant que les États-Unis n’ont jamais eu plus de 19 000 militaires stationnés à Taïwan et que le point culminant a été atteint en 1958. Toutes les troupes américaines ont été retirées de Taïwan en 1979.

M. Cornyn a supprimé son tweet mardi, sans commentaire de la part de son bureau, mais le Global Times avait déjà réagi, prétendant initialement que M. Cornyn avait peut-être laissé échapper l’information d’un déploiement militaire américain secret et massif, et jurant d’envahir immédiatement Taïwan si l’affirmation du sénateur était exacte :

Si cela est vrai, le gouvernement et le peuple chinois ne l’accepteront jamais. Il est probable que la Chine mettra immédiatement en application la loi anti-sécession, détruira et expulsera les troupes américaines à Taïwan par des moyens militaires, et réalisera en même temps la réunification par la force.

Le stationnement de troupes américaines sur l’île de Taïwan viole gravement les accords signés lorsque la Chine et les États-Unis ont établi leurs liens diplomatiques, ainsi que tous les documents politiques entre les deux pays. Il va également à l’encontre du droit international et même du droit interne américain. Elle équivaut à une invasion et à une occupation militaire de la province chinoise de Taïwan. Il s’agit d’un acte de déclaration de guerre à la République Populaire de Chine.

@globaltimesnews

Médias chinois affiliés à l’État
Le tweet affirmant que les États-Unis stationnent « 30 000 soldats » sur l’île chinoise de Taïwan pourrait être une erreur stupéfiante ou un battage publicitaire de la part d’un sénateur « ringard », mais il est suffisamment choquant pour montrer à quel point les politiciens américains sont irresponsables sur la question cruciale du détroit de Taïwan.

Le Global Times a exigé une « explication immédiate » des gouvernements américain et taïwanais pour le tweet de Cornyn, et a menacé d’une guerre totale si les réponses n’étaient pas satisfaisantes :

S’il y a vraiment 30 000 soldats américains à Taïwan, ou même moins que cela, il s’agirait d’une situation extrêmement grave qui franchit la ligne rouge de la Chine. Ces troupes américaines doivent se retirer de l’île immédiatement et sans condition, et tant le gouvernement américain que les autorités taïwanaises devraient présenter des excuses publiques à ce sujet. Sinon, nous pensons qu’une guerre totale à travers le détroit de Taïwan éclatera rapidement, et que l’Armée Populaire de Libération chinoise anéantira les forces américaines, libérera l’île de Taïwan et réglera la question de Taïwan une fois pour toutes.

Les rédacteurs fulminants ont mentionné avoir discuté de l’idée que « le tweet de Cornyn était peut-être un acte délibéré pour essayer de tester la réaction [de la Chine] à une présence militaire américaine à Taïwan » avec un « universitaire chinois » anonyme, et déclaré que les actions de Cornyn seraient également « inacceptables » dans ce cas.

Un autre éditorial du Global Times, plus tard dans la journée de mardi, s’est réjoui du fait que Cornyn ait supprimé son tweet après « une large controverse et l’attention des médias ».

Après avoir répété ses menaces de tuer tous les Américains à Taïwan, pour le bénéfice de tout lecteur qui les aurait manquées la première fois, et après avoir déploré que le gouvernement américain n’ait jamais répondu à ses demandes d’explication, le Global Times a théorisé que le tweet « ridicule et choquant » de Cornyn était probablement le résultat d’un « âge avancé » qui « fait de lui un crétin ».

Le journal communiste chinois est ensuite revenu à prendre Cornyn au sérieux, en émettant la théorie qu’il aurait pu accidentellement divulguer quelque chose qu’il aurait entendu au sujet d’un futur déploiement prévu de 30 000 soldats américains à Taïwan.

Le Global Times a répété que si les États-Unis « postent secrètement » une telle force dans « l’île chinoise de Taïwan », cela serait considéré comme une invasion et « déclencherait un conflit militaire », que l’Amérique perdrait sûrement.

« Il est impossible que les États-Unis soient assez stupides pour se sacrifier afin de satisfaire les séparatistes de Taïwan », a assuré au Global Times le professeur Li Haidong de l’Université des affaires étrangères de Chine.

China Threatens to ‘Crush’ U.S. Troops in Taiwan
The Global Times warned that if any American troops are present in Taiwan when Beijing decides to invade, the PLA will “crush them by force.”

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations