La corruption des industries pharmaceutiques en tant que service

Article original datant du 07/12/21

Ces dernières années, les modèles commerciaux connus sous le nom de « X en tant que service » ont fleuri. La plupart des grandes entreprises ont transformé leurs anciens produits à usage unique en produits par abonnement, améliorant ainsi, selon elles, la fidélisation de la clientèle.

Les investisseurs ont adoré la fiabilité des flux de trésorerie et tous les secteurs ont pris le train en marche. Tout le monde, depuis le discours éphémère des entreprises dans les appels à résultats et les rapports trimestriels jusqu’aux fonds spéculatifs et aux analystes des banques d’investissement, a commencé à parler de « BaaS » (La banque en tant que service), « SaaS » (Logiciel en tant que service), « GaaS » (Jeux en tant que service) ou « DaaS » (Données en tant que service).

Lors des nombreuses attaques de ransomware du début de l’année, les experts qui surveillent ce marché noir ont même commencé à décrire les mécanismes opaques qui se cachent derrière l’organisation des attaques de ransomware (WIKI) comme Rançongiciel en tant que service, RaaS. Forbes et d’autres ont baptisé cette nouvelle doctrine commerciale la révolution « En tant que service  » (XaaS).

Lançons un autre acronyme légèrement déplaisant : PaaS – « Pharmacie en tant que service« .

La structure des produits pharmaceutiques aux États-Unis et dans de nombreux autres pays occidentaux repose sur le principe de précaution : avant qu’un médicament ne soit approuvé et lancé sur le marché, il doit passer par plusieurs séries de tests. Le médicament doit être sûr, du moins par rapport à l’état qu’il est censé améliorer, et efficace à cet effet.

Ceux qui font le plus de vagues en dehors de l’industrie sont les essais de « phase III » – généralement de vastes essais de contrôle randomisés, en double aveugle, d’un nouveau médicament. Avant que la FDA n’autorise son utilisation, les entreprises pharmaceutiques doivent démontrer que le médicament « présente des avantages qui l’emportent sur ses risques connus et potentiels pour la population visée« .

Le processus est lent, coûteux, long, bureaucratique et comporte des risques élevés pour l’entreprise pharmaceutique qui le soumet. Si le médicament échoue ou est retardé, ce sont des millions et des millions qui tombent à l’eau pour votre entreprise pharmaceutique moyenne. Cela signifie que seuls les acteurs pharmaceutiques aux poches profondes peuvent se permettre de financer et de soutenir simultanément un nombre suffisant d’essais pour récolter certaines des récompenses juteuses des futurs brevets de médicaments.

Les participants volontaires ne peuvent pas toujours avoir accès à ce qui semble être un médicament efficace, parfois même pas lorsque leur situation est si grave que les risques sont justifiés. Ce processus signifie très certainement que le développement réussi d’un médicament se chiffre en milliards de dollars.

Et si l’on pouvait accélérer le processus et convaincre le grand public que tout le monde a besoin de ce nouveau produit ? D’un seul coup – jeu de mots – ils élargiraient massivement le marché de leur nouveau produit. Et si, mieux encore, il apparaissait que tout le monde a également besoin de suppléments de ce médicament tous les six mois environ ?

Pour que les choses soient claires, je ne cherche pas à prouver qu’il y a eu faute ou qu’il y a eu une conspiration. Je n’ai aucune raison de croire que des forces plus obscures ont été à l’œuvre l’année dernière ou de prétendre que nous avons une sorte de preuve évidente (« Big Pharma (WIKI) a orchestré la pandémie ! »). De telles histoires sont très rarement justes, et choquantes si elles sont un tant soit peu vraies.

Mais pensez aux chiffres pendant une minute. Et demandez-vous s’il ne s’agit pas d’une situation à la Bootleggers-and-Baptists (Les Trafiquants et les BaptistesWIKI-EN, concept qui veut que deux partis qui s’opposent ont un intérêt commun à une certaine situation).

Au cours de la pandémie, le géant pharmaceutique Pfizer a quadruplé ses revenus tirés des vaccins, et envisage maintenant de réaliser 33,5 milliards de dollars en 2021 grâce aux seules ventes du vaccin Covid (à titre de comparaison, une année normale avant la pandémie, Pfizer a réalisé un chiffre d’affaires moyen d’environ 50 milliards de dollars, tous produits confondus). Les vaccins contre le Covid ont en effet l’air de donner un coup de pouce juteux.

Rebecca Robbins et Peter Goodman rapportent pour le New York Times que les États-Unis ont payé à Pfizer environ 20 dollars par dose livrée, Israël faisant encore pire avec 30 dollars par dose. Pfizer s’attend à délivrer environ 2 milliards de doses cette année, à raison de 10 à 15 dollars de revenus par dose (puisqu’elle partage les revenus avec BioNTech), pour un revenu net de 20 à 30 milliards de dollars, soit une augmentation de 40 à 60 % par rapport au revenu pré-pandémique.

Naturellement, bon nombre de ces paiements sont induits par la politique afin d’encourager les fabricants à augmenter rapidement la production ; Big Pharma ne peut pas s’attendre à recevoir ce genre de gains importants pour toujours. Mais si nous convainquons suffisamment de personnes de faire des rappels, disons tous les six mois – ou mieux encore, si les gouvernements les rendent obligatoires à la recherche d’un objectif louable, à la manière des Bootleggers et des Baptistes – le producteur de vaccins obtient tout de même l’accès à un marché entièrement nouveau, massif et avec de beaux revenus récurrents. L’industrie pharmaceutique en tant que Service. Tous les six mois, une autre aiguille pharmaceutique flambant neuve et brillante se retrouve dans quelques milliards de bras. Jackpot 💰 .

En toute honnêteté, ils ne pourront pas récolter les avantages financiers que les gouvernements du monde entier leur ont accordés chaque année à l’avenir. Pour les besoins de l’argumentation, stipulons un taux légèrement inférieur comme taux de marché à long terme plus crédible, disons 5 dollars par dose.

Comme pour tous les services d’abonnement, certaines personnes se désisteront, d’autres seront trop faibles, trop âgées ou trop jeunes (bien qu’avec les vaccins pour enfants, nous soyons en train de résoudre ce problème), et d’autres encore refuseront de se soumettre. Ainsi, le service d’équilibre s’équilibre peut-être à un milliard de doses par an, pour un revenu annuel de 5 milliards de dollars. Ce n’est pas révolutionnaire pour une entreprise qui vend des produits pharmaceutiques pour 50 milliards de dollars par an, mais ce n’est pas non plus de la petite monnaie (d’autant plus que les marges bénéficiaires de Pfizer sur les vaccins Covid semblent très intéressantes).

Ce qui est le plus troublant, bien sûr, c’est que les médias les moins susceptibles d’approuver le fait que les sociétés pharmaceutiques gagnent des milliards – le New York Times, le Guardian, MSNBC, etc – sont ceux qui crient le plus fort en faveur de l’obligation de vacciner. D’un autre côté, ils publient des articles dénonçant les nombreux milliards que les sociétés pharmaceutiques gagnent avec les vaccins Covid (ici, ici, ou ici).

Laquelle, pourrait-on se demander, sera la bonne ?

Tout ce qu’ils avaient à faire pour que les dés soient jetés, c’était de convaincre suffisamment de gens et de politiciens qu’il s’agissait d’une maladie terrible, qu’aucune autre protection ne fonctionnait et que les rappels récurrents étaient la seule solution « scientifique ».

Parmi les nombreux événements étranges de ces 20 derniers mois, il y a le fait que le CDC (WIKI) refuse toujours d’offrir des conseils pratiques qui semblent bien fonctionner – sortir, faire de l’exercice, s’assurer que l’on ne souffre pas de carence en vitamine D. Pour citer Bret Weinstein, un paria de la presse mainstream, pourquoi ne cueillons-nous pas les fruits les plus bas avant de nous lancer dans des interventions médicales excessivement compliquées et peu efficaces comme les vaccins expérimentaux et précipités ?

Pourquoi devrions-nous croire sans réserve un gouvernement qui a régulièrement, incessamment et négligemment caché des informations, émis des affirmations erronées et empêché à chaque étape que des informations véridiques et précises parviennent au public ?

De nombreux autres médicaments semblent avoir un effet protecteur contre le Covid-19 et nombre de ses conséquences. La risible débâcle du « vermifuge pour chevaux » à propos de l’Ivermectine en est un bon exemple. Une étude récente parue dans The Lancet (WIKI) montre que la Fluvoxamine (WIKI), un autre médicament bon marché et facilement disponible, semble bien fonctionner contre le Covid. Qu’est-ce que ces traitements ont en commun ? Ils sont bon marché, hors AMM (Autorisation de mise sur le marchéWIKI), largement accessibles et n’augmentent pas massivement les revenus de Big Pharma.

Rien de tout cela ne prouve qu’il s’agit d’un acte criminel, mais il semble bien que les preuves circonstancielles s’accumulent. Je ne dis pas que nous avons une preuve irréfutable. Je ne dis pas qu’il y a eu des pièces sombres avec des gens méprisables qui fumaient des cigares et rêvaient de milliards de dollars de nouveaux médicaments. Mais étant donné la corruption de la politique américaine, de sa bureaucratie et, surtout, de ses médias et de ses établissements universitaires, est-il inconcevable de suggérer que Big Pharma voulait peut-être sa part de la révolution du en-tant-que-service ?

The Corruptions of Pharma as a Service ⋆ Brownstone Institute
But given the corruption in American politics, in its bureaucracy, and most importantly in its media and academic establishments, is it inconceivable to suggest that maybe Big Pharma wanted its share of the as-a-Service-revolution?

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations