DARPA 3 : La dissimulation (l’analyse révèle tout)

Article original datant du 26/01/22

Veuillez lire la partie I et la partie II de cette série pour bien comprendre ce rapport.

En mars 2021, Joe Biden a lancé une enquête sur les origines du SRAS-COV-2. (Déclaration du président Joe Biden… 2021 mai). Au début du mois de mai, il reçoit une évaluation de la communauté du renseignement (ICA) qui montre que l’enquête est considérée comme peu concluante quant aux origines du SRAS-COV-2 :

« La plupart des agences évaluent également avec un faible degré de confiance que le SRAS-CoV-2 n’était probablement pas génétiquement modifié ; cependant, deux agences estiment qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour faire une évaluation dans un sens ou dans l’autre. Enfin, la CI (Communauté du Renseignement, l’ensemble des 18 agences gouvernementales américaines traitant de renseignement, NdT) évalue que les responsables chinois n’avaient pas connaissance du virus avant l’apparition de l’épidémie initiale de COVID-19. »

(DNI, Non classé-Résumé de l’évaluation… 2021).

Deux mois plus tard, en juillet 2021, le major Murphy, un membre de la DARPA, a découvert des fichiers non marqués dans le disque partagé top-secret JWICS1, dans le dossier Biological Technologies Office (Murphy, 2022 p. 3). Le commandant Murphy a compris les implications de ces documents, les a transférés hors site et a commencé à rédiger un rapport reliant les informations qu’il a découvertes à la DARPA au pool d’informations dans lequel la communauté du renseignement a puisé dans le cadre de son évaluation. Juste après avoir quitté la DARPA au début du mois d’août, le Major Murphy a terminé et soumis son rapport à l’Inspecteur général du DoD le 13 août 2021, très probablement alors qu’il passait du siège de la DARPA à l’Office of Naval Research.

On peut supposer qu’il n’a jamais reçu de réponse de son ancienne chaîne de commandement à la DARPA ou de l’IG concernant son rapport et qu’il s’est inquiété du fait que le rapport n’avait pas été compris par ceux qui auraient dû recevoir, examiner et distribuer le rapport par la voie appropriée. La cause de son abondance d’inquiétude était qu’environ deux semaines après qu’il a soumis son rapport, le 24 août 2021, l’obligation vaccinale est entrée en vigueur pour le Département de la Défense (Memorandum for Mandatory Coronavirus Disease 2019…). Peu après, au cours de la semaine du 8 septembre 2021 au 12 septembre 2021, le major Murphy a écrit une lettre à un inconnu, le  » Capt xxxxx « , dans laquelle il expliquait brièvement le contenu du rapport, ses préoccupations, son analyse et les documents justificatifs (PREEMPT et DEFUSE) qu’il avait découverts en juillet 2021 au DARPA (Murphy, 2022 p. 1).

Parallèlement à ces événements, Joe Biden avait demandé à nouveau à la Communauté du Renseignement de réévaluer les origines du SRAS-COV-2 en juin 2021 et lui avait donné un délai de 90 jours (Déclaration du président Joe Biden… août 2021). Le rapport a été publié au cours de la semaine du 27 août 2021. Il s’agissait essentiellement d’une mise à jour minimale par rapport à l’original et ne donnait pas plus d’analyse détaillée que le premier :

« La CI estime qu’elle ne sera pas en mesure de fournir une explication plus définitive de l’origine du COVID-19, à moins que de nouvelles informations ne lui permettent de déterminer la voie spécifique du contact naturel initial avec un animal ou de déterminer qu’un laboratoire de Wuhan manipulait le SRAS-CoV-2 ou un virus progéniteur proche avant l’apparition du COVID-19  » (Mise à jour de l’évaluation des origines du COVID-19 p. 1).

Il est intéressant de noter qu’ils ajoutent que l’histoire devrait être corroborée avec la Chine sous forme d’échange d’informations et de « coopération » (Mise à jour les origines du Covid-19, p. 2).

Après avoir lu la déclaration officielle de l’ICA ci-dessus, est-il plausible que la Communauté du Renseignement ait reçu le rapport du Major Murphy pendant l’analyse ?

Au minimum, possédaient-ils le PREEMPT BAA et les documents détaillant le projet DEFUSE ?

Pensez-vous que si la CI avait été en possession de ces documents, elle l’aurait complètement exclu au point de ne jamais le faire figurer dans le rapport ?

La réponse est un non catégorique.

Les implications sont claires et évidentes. La cause la plus probable pour laquelle cette information n’a pas été incluse dans le rapport ou n’a pas influencé l’ICA de quelque manière que ce soit est la suivante :

La communauté du renseignement ne possédait pas les documents.

Le commandant Murphy nous dit ceci :

« Lorsqu’ils sont synthétisés avec la proposition d’EcoHealth Alliance, les collectes américaines confirment qu’EcoHealth Alliance effectuait le travail proposé. Les analystes produisent leurs rapports dans le vide, sans le contexte fourni par la proposition. En tant que boursier de la DARPA, je pouvais voir les deux, et je peux faire la synthèse. Par exemple, le personnel du WIV identifié dans les rapports de renseignement est nommé dans la proposition, ces personnes utilisent le même lexique que celui de la proposition dans les collectes, et les variantes de virus proposées pour l’expérimentation sont identiques à celles glanées par les collectes » (Murphy, 2022 p. 3).

Nous pouvons oublier l’idée que la Communauté du Renseignement était en possession de ces documents. Ils s’intègrent trop bien aux renseignements qu’ils possédaient pour que des analystes du renseignement hautement qualifiés les survolent.

Mais pourquoi cela serait-il la réalité ?

Réponse : L’évaluation officielle de la Communauté du Renseignement devait soutenir la position officielle déjà adoptée par le gouvernement fédéral et ses fonctionnaires. Les résultats du rapport étaient déjà prédéterminés par la nécessité, et non par une analyse collective du renseignement. Les signaux temporels de la situation le confirment, car les politiques et les directives concernant les vaccins, ainsi que la diabolisation de produits thérapeutiques susceptibles de sauver des vies, étaient déjà en cours d’élaboration avant que l’un ou l’autre des ICA non concluants ne soit produit.

Ces faits amènent à la question suivante : « Comment la majorité de la communauté du renseignement a-t-elle pu être laissée dans l’ignorance ? ».

La réponse n’est pas choquante, mais néanmoins discrète.

La CIA a probablement été impliquée non seulement dans la manipulation des données mises à la disposition de la communauté du renseignement, mais aussi dans le financement partiel de la recherche de gains de fonction menée par EcoHealth Alliance, en partenariat avec l’USAID et le WIV, depuis le tout début.

Bien sûr, il faut procéder à une certaine analyse avant de pouvoir tirer cette conclusion. Faisons les liens.

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) est mentionnée 58 fois dans la lettre « Notice of Acceptance » du NIH-NIAID, numéro de subvention : 1R01Al110964-01 à EcoHealth Alliance du 27 mai 2014 pour la période du projet du 6 juin 2014 au 31 mai 2019.

L’USAID est d’abord mentionné à la page 9 de la lettre sous le titre « Installations et autres ressources », où Peter Daszak décrit les qualifications d’EcoHealth Alliance en déclarant que,

« EcoHealth Alliance est le siège d’une série de réseaux mondiaux qui fournissent un effet de levier exceptionnel pour les scientifiques de base : 1) Le consortium EPT PREDICT de l’USAID. Ce groupe effectue une surveillance de l’homme et de la faune sauvage pour les agents pathogènes à haut risque dans 24 pays dont la Chine, »

(Lerner et al., 2021 p. 9).

La deuxième mention de l’USAID se trouve à la page 17 de la lettre d’acceptation lorsque Daszak, dans le cadre de sa déclaration personnelle et de ses réalisations, déclare,

« … en 2005, en collaboration avec les Drs Zhang et Zhengli, nous avons été la première équipe à identifier et à caractériser les coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris  » (Lerner et al., 2021 p. 17).

Il énumère d’autres réalisations puis dit ,

« …3) un grand projet de l’USAID (PREDICT) visant à identifier de nouveaux agents pathogènes dans la faune sauvage des régions où sévissent des maladies émergentes » (Lerner et al., 2021 p. 17).

Nous n’allons pas passer en revue tous les cas où l’USAID est mentionnée. Il suffit de dire que cette agence est mentionnée 58 fois avec le même ton et la même connotation d’estime dans la subvention. L’USAID a manifestement été une source de financement importante pour le Dr Daszak tout au long de sa carrière.

USAID – Daszak : Établi.

Passons maintenant aux détails des liens historiques entre l’USAID et la CIA.

Par le passé, l’USAID a été impliquée et/ou liée à la CIA, directement ou par association. Dans la plupart de ces cas historiques, l’USAID est utilisée comme une façade civile permettant à la CIA de pénétrer dans des régions opérationnelles autrement bloquées, sous couvert d’aide ou d’assistance humanitaire.

William Blum, dans son livre « Killing Hope » (« Tuer l’espoir« ), nous parle de l’utilisation antérieure de l’AID (USAID) pendant la guerre civile laotienne :

« Les deux parties accusent régulièrement l’autre de rompre l’accord, et non sans justification. Les Nord-Vietnamiens, par exemple, n’ont pas retiré toutes leurs troupes du Laos, tandis que les Etats-Unis ont laissé derrière eux toutes sortes de militaires, américains et asiatiques, qui sont restés sous la couverture de l’AID (l’actuelle USAID) et d’autres civils, mais cela n’en constituait pas moins une violation de l’accord » (Blum, 2003).

La CIA a effectué 580 000 missions de bombardement pendant la campagne (Shvangiradze, 2022).

La couverture de l’AID (USAID) a été utilisée de manière constante pour couvrir le mouvement de la CIA au Laos afin de traverser la frontière vers la Thaïlande (Blum, 2003).

Un autre exemple d’utilisation de l’USAID comme couverture pour des opérations militaires est cité par Benjamin Dangl dans son article intitulé « Undermining Bolivia ». On nous dit que l’USAID était,

« …financée par l’argent des contribuables américains pour saper le gouvernement Morales et coopter les mouvements sociaux dynamiques du pays – tout comme elle a essayé de le faire récemment au Venezuela et traditionnellement dans toute l’Amérique latine. Une grande partie de cet argent passe par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) »

(Dangl, 2008).

Encore une fois,

« Les gouvernements étrangers accusent depuis longtemps l’Agence américaine pour le développement international d’être une façade pour la CIA ou d’autres groupes voués à leur effondrement. Dans le cas de Cuba, il semble qu’ils aient eu raison.

Dans un étalage d’incompétence révélateur, les États-Unis ont secrètement lancé une plateforme de médias sociaux à Cuba en 2010, espérant créer un service de type Twitter qui déclencherait un ‘printemps cubain’ et contribuerait potentiellement à l’effondrement du gouvernement communiste de l’île  » (Traywick, 2014).

USAID – CIA : Établi.

Qu’en est-il d’une connexion directe Peter Daszak – CIA ?

KanekoaTheGreat a récemment écrit sur cette connexion et les résultats de son enquête sont stupéfiants et entrent parfaitement dans le cadre de ce rapport.

Il suffit de le citer ici pour assurer la continuité en montrant ceci :

 » Le Dr Andrew Huff a obtenu un doctorat en santé environnementale spécialisé dans les maladies émergentes avant de devenir vice-président associé chez EcoHealth Alliance, où il a développé de nouvelles méthodes de bio-surveillance, d’analyse de données et de visualisation pour la détection des maladies « .

Le 12 janvier 2022, le Dr Andrew Huff, vice-président associé d’EcoHealth Alliance, a publié une déclaration publique (sur Twitter) dans laquelle il affirmait que Peter Daszak, le président d’EcoHealth Alliance, lui avait dit qu’il travaillait pour la CIA » (KanekoaTheGreat, 2022).


(KanekoaTheGreat, 2022)

Pour mémoire : En 2015, le Dr. Peter Daszak m’a arrêté alors que nous quittions le travail tard dans la nuit, et m’a demandé s’il devrait travailler avec la CIA. | J’étais choqué étant donné mon expérience en matière de sécurité. Au cours des 2 mois suivants, il m’a donné des mises à jour à 3 occasions différentes sur son travail avec la CIA.

Quand il m’a posé la question, j’ai dit « Peter, ça ne fait pas de mal de parler avec eux et il pourrait
potentiellement y avoir de l’argent à se faire là-dedans. » Pendant ce temps, j’étais gêné qu’il m’ait dit ça, dans un environnement non classifié (un CIF), à une personne qui n’était pas « lue », et à une personne non habilitée (moi).

Puis, au cours des deux mois suivants, dans la zone de pause, en prenant un café, ou entre les réunions, il a déclaré
qu’ils étaient intéressés par les endroits où nous travaillions, les personnes impliquées, les données que nous avions
collectées, et que le travail avec eux était en cours.

Andrew Huff

(KanekoaTheGreat, 2022)

Avec le recul, je crois maintenant que EcoHealth Alliance était une organisation de façade de la CIA pour collecter des échantillons viraux et pour recueillir des renseignements sur les capacités des laboratoires étrangers. Il n’y avait aucun moyen que les données collectées ou les modèles développés, pouvaient prédire la transmission ou les pandémies.

Dans ce contexte, EcoHealth était à peine solvable et il était courant de licencier des employés au gré des fluctuations du marché courant de licencier des employés avec le flux et le reflux des fonds fédéraux et privés. Peter aurait fait n’importe quoi ou dire n’importe quoi pour obtenir des fonds. Les organisations de renseignement ciblent souvent les personnes en détresse financière.

Andrew Huff

Lisez le rapport complet de KanekoaTheGreat intitulé « Was Peter Daszak Working For The Central Intelligence Agency ? » (Peter Daszak travaillait-il pour la CIA ?) pour combler les lacunes et vous comprendrez l’orientation de ce rapport.

Daszak – CIA : Établi

Mais le financement n’est pas la seule implication de la CIA dans cette affaire. En fait, elle a montré une tendance à ignorer les normes de la Communauté du renseignement et à manipuler psychologiquement les analystes. Outre l’épidémie de SRAS-COV-2, l’événement majeur le plus récent qui a circulé sur les ondes aux États-Unis était les soupçons concernant les élections de 2020. Le 12 septembre 2018, le président Trump a signé le décret (EO) intitulé « Executive Order on Imposing Certain Sanctions in the Event of Foreign Interference in a United States Election. » (Ordre Exécutif imposant des sanctions en cas d’interférence étrangère dans une élection américaine, NdT). L’EO stipule à la section 1 que:

« Au plus tard 45 jours après la conclusion d’une élection aux États-Unis, le directeur du renseignement national, en consultation avec les chefs de tous les autres départements et agences exécutifs appropriés, procédera à une évaluation de toute information indiquant qu’un gouvernement étranger, ou toute personne agissant en tant qu’agent d’un gouvernement étranger ou en son nom, a agi dans l’intention ou le but d’interférer dans cette élection, » (Trump, 2014).

L’évaluation de la Communauté du Renseignement exigée par l’EO a été conclue uniquement pour rapporter que la Chine n’était pas du tout impliquée dans l’influence ou l’interférence dans les élections, mais qu’elle en avait le potentiel. Le parti pris est évident lorsque vous comprenez que non seulement elle a nié l’ingérence chinoise dans les élections comme une possibilité, mais qu’elle les a aussi subtilement félicités pour leur retenue.

Extrait du rapport :

« Jugement clé 4 : Nous évaluons que la Chine n’a pas déployé d’efforts d’ingérence et a envisagé mais n’a pas déployé d’efforts d’influence destinés à changer le résultat de l’élection présidentielle américaine. »

(Évaluation de la communauté du renseignement : Menaces étrangères… 2021).

Cette histoire était, une fois de plus, prédéterminée et politiquement biaisée par nature.

Ratcliffe, Directeur du renseignement National (DNI), a joint un mémorandum à l’ICA concernant l’ingérence étrangère dans les élections américaines qui indiquait que « … l’ICA n’était pas tout à fait exact dans son évaluation selon laquelle la Chine n’avait pas tenté d’interférer dans les élections américaines » (Ratcliffe, 2021) et il mentionne spécifiquement la CIA par deux fois dans ce mémo, à l’exclusion des autres agences, comme étant la cause de cette partialité dans le reportage.

En ce qui concerne la CIA, le DNI Ratcliffe dit ceci :

« Des responsables du National Intelligence Council (NICConseil du Renseignement National) ont rapporté que des responsables de la Central Intelligence Agency (CIA) ont rejeté les commentaires de coordination du NIC et ont essayé de minimiser les analyses alternatives dans leur propre production pendant la rédaction du NICA, » (Ratcliffe, 2021 p. 2).

Et que,

« …le Médiateur a constaté que la direction de la CIA a pris des mesures « faisant pression sur [les analystes] pour qu’ils retirent leur soutien » au point de vue alternatif sur la Chine dans le but de le supprimer, » (Ratcliffe, 2021 p. 2).

Tous ces préjugés se sont retrouvés dans l’ICA, « donnant la fausse impression que le Cyber de l’ONI est le seul analyste à avoir un point de vue minoritaire sur la Chine. Il ne l’est pas… » (Ratcliffe, 2021 p. 2).

Le point à faire ici ne concerne pas les élections de 2020, mais le modèle sous-jacent de la volonté de la CIA de favoriser et d’influencer les analyses qui absolvent la Chine dans les activités criminelles.

Comme le Major Murphy, le DNI Ratcliffe pouvait voir des collectes de renseignements provenant de sources multiples et pouvait  » … faire la synthèse  » (Murphy, 2022 p. 3) lui-même. Le major Murphy nous a dit que les analystes effectuent des recherches  » dans un vide  » (Murphy, 2022 p. 3).

Ce vide d’informations est très probablement partiellement entretenu par la CIA et entièrement manipulé par la CIA en tant que terrain de jeu contrôlable, compartimenté, où elle peut influencer de manière substantielle et irrégulière les renseignements qui sont intégrés dans les rapports officiels.

L’opinion de cet auteur est qu’en raison des associations historiques et des traces écrites entre la CIA, l’USAID, EcoHealth Alliance et Peter Daszak, et compte tenu des grandes quantités de dollars américains qui ont été versées à EcoHealth Alliance par l’intermédiaire de l’USAID, la CIA aurait un intérêt direct et un motif pour faciliter la dissimulation de la véritable cause du SRAS-COV-2. Ils ont également le savoir-faire nécessaire pour tirer parti de la situation en leur faveur en manipulant et en supprimant des informations afin d’obtenir des milliards de dollars pour toutes leurs filiales et leur réseau de partenaires, tout en exonérant le gouvernement chinois dans le processus.

Leurs activités précédentes nous ont montré qu’il est non seulement possible, mais probable et conforme à leur modus operandi, qu’ils soient ceux qui initient une dissimulation systémique de l’intérieur afin d’attirer l’attention du public sur une image favorable qui justifie les actions de toutes les parties impliquées tout en dégradant les opinions dissidentes des autres pour « …les placer sur une île métaphorique » (Ratcliffe, 2021 p. 2) par l’association forcée de la redoutable implication des « théoriciens du complot ». Il est probable que la CIA a de nouveau manipulé la Communauté du Renseignement pour que ce rapport corresponde à l’histoire qu’elle devait véhiculer pour faire croire que le gouvernement fédéral avait toujours pris les bonnes décisions.

Le major Murphy, sciemment ou non, a mené l’opération de contre-espionnage pour faire échouer la dissimulation de l’intérieur.


(Moore, Fauci a rejeté la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan en la qualifiant d' » objet brillant  » en avril 2020 Email 2022)

2. Courriel du Dr Anthony Fauci au Dr Francis Collins

De : Fauci, Anthony (NIH/NIAID) [E]
Sujet : RE : La conspiration prend de l’ampleur

Je mentirais si je faisais quoi que ce soit à ce sujet pour le moment. C’est un objet brillant qui disparaîtra avec le temps.


Est-ce que ça a un sens maintenant ?

C’était sur le point de, « …disparaître. »


Durham et son équipe ont terminé les entretiens des personnes suivantes :

1. L’ancien avocat général du FBI, James Baker
2. Plus de 24 autres employés actuels et anciens du FBI actuels et anciens.
3. Des employés actuels et anciens de la CIA et de la DARPA.
4. 12 employés des « sociétés Internet » mentionnées dans l’acte d’accusation de Sussmann.
5. L’ancien président du cabinet d’avocats DNC/Clinton Perkins Coie.
6. Un ancien employé de la campagne Clinton.
7. Des employés actuels et anciens de Georgia Tech (impliqués dans le canular d’Alfa).
8. Un employé de « Tech Executive-1 » – alias Rodney Joffe, un client de Sussmann qui a participé au canular de l’Alfa Bank.

Je ne pense pas que ce soit la dernière fois que nous entendrons parler de la DARPA ou de la CIA.

Le timing est parfait.


Shvangiradze, T. (2022, 13 janvier). La guerre secrète des États-Unis au Laos : Le pays le plus bombardé de l'histoire. TheCollector. Consulté le 25 janvier 2022 à l'adresse :
https://www.thecollector.com/war-in-laos-most-heavily-bombed-country-in-history/.

Blum, W. (2003). Killing hope - Répertoire pour ia803008.us.archive.org. USArchive. Consulté en 2022, à l'adresse
https://ia803008.us.archive.org/32/items/KillingHope/Killing%20Hope.pdf

Dangl, B. (2008, 1 février). Undermining Bolivia. The Progressive Magazine. Consulté le 25 janvier 2022, à l'adresse
https://progressive.org/magazine/undermining-bolivia/.

DNI. (s.d.). Unclassified-Summary-of-Assessment-on-COVID-19-Origins. DNI.gov. Consulté en 2022, à l'adresse https://www.dni.gov/files/ODNI/documents/assessments/Unclassified-Summary-of-Assessment-on-COVID-19-Origins.pdf

Fog, T. (2022, 25 janvier). Durham : L'avocat du DNC, Marc Elias, a témoigné devant le Grand Jury. The Reactionary. Consulté le 26 janvier 2022, à l'adresse
https://technofog.substack.com/p/durham-dnc-lawyer-marc-elias-has.

KanekoaTheGreat. (2022, 19 janvier). Peter Daszak travaillait-il pour la Central Intelligence Agency ? La lettre d'information de Kanekoa. Consulté en 2022, à l'adresse
https://kanekoa.substack.com/p/was-peter-daszak-working-for-the

Lerner, S., Hvistendahl, M., & Hibbett, M. (2021, 10 septembre). Les documents du NIH fournissent de nouvelles preuves que les États-Unis ont financé la recherche sur les gains de fonction à Wuhan. The Intercept. Consulté le 25 janvier 2022 sur le site
https://theintercept.com/2021/09/09/covid-origins-gain-of-function-research/.

Moore, M. (2022, 11 janvier). Fauci a rejeté la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan en la qualifiant d'"objet brillant" dans un courriel d'avril 2020. New York Post. Consulté le 26 janvier 2022, à l'adresse
https://nypost.com/2022/01/11/fauci-called-wuhan-lab-leak-theory-shiny-object-in-april-2020-email/.

Murphy, J. P. (2022, 10 janvier). SARS-CoV-2 Origins Investigation with US Government Program Undisclosed Document Analysis. Les documents militaires sur le gain de fonction contredisent le témoignage sous serment de Fauci. Récupéré sur
https://www.projectveritas.com/news/military-documents-about-gain-of-function-contradict-fauci-testimony-under/

National Intelligence Council. (2021, 15 mars). Intelligence Community Assessment : Foreign Threats to the 2020 US Federal Elections.
DNI.gov.

Ratcliffe, J. (2021, 7 janvier). Opinions sur l'analyse de la sécurité des élections par l'Intelligence Community. TheWashingtonPost. Retrieved January 25, 2022, from
https://context-cdn.washingtonpost.com/notes/prod/default/documents/6d274110-a84b-4694-96cd-6a902207d2bd/note/733364cf-0afb-412d-a5b4-ab797a8ba154

Secrétaire à la défense. (s.d.). Memorandum for Mandatory Coronavirus Disease 2019. defense.gov. Consulté le 25 janvier 2022, à l'adresse
https://media.defense.gov/2021/Aug/25/2002838826/-1/-1/0/MEMORANDUM-FOR-MANDATORY-CORONAVIRUS-DISEASE-2019-VACCINATION-OF-DEPARTMENT-OF-DEFENSE-SERVICE-MEMBERS.PDF

Traywick, C. A. (2014, 4 avril). 'Cuban twitter' et autres fois où l'USAID a prétendu être une agence de renseignement. Foreign Policy. Consulté le 25 janvier 2022 à l'adresse
https://foreignpolicy.com/2014/04/03/cuban-twitter-and-other-times-usaid-pretended-to-be-an-intelligence-agency/

Trump, D. J. (2014, 14 septembre). Imposition de certaines sanctions en cas d'attaque étrangère…. FederalRegister. Récupéré le 25 janvier 2022, de
https://www.federalregister.gov/documents/2018/09/14/2018-20203/imposing-certain-sanctions-in-the-event-of-foreign-interference-in-a-united-states-election

Le gouvernement des États-Unis. (2021, 27 août). Déclaration du président Joe Biden sur l'enquête sur les origines du Covid-19. La Maison Blanche. Consulté le 2022, à l'adresse
https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/08/27/statement-by-president-joe-biden-on-the-investigation-into-the-origins-of-covid-%E2%81%A019/

Le gouvernement des États-Unis. (2021, 26 mai). Déclaration du président Joe Biden sur l'enquête sur les origines du Covid-19. La Maison Blanche. Récupéré en 2022, de
https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/05/26/statement-by-president-joe-biden-on-the-investigation-into-the-origins-of-covid-19/

Mise à jour sur les origines de la Covid-19. DNI.gov. (n.d.). Consulté en 2022, à l'adresse
https://www.dni.gov/files/ODNI/documents/assessments/Declassified-Assessment-on-COVID-19-Origins.pdf

1 Le Joint Worldwide Intelligence Communication System est le système intranet sécurisé du département américain de la Défense qui héberge des informations compartimentées top secrètes et sensibles. 

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations