États-Unis : La moitié des fonds de chômage liés à la pandémie pourrait avoir été détournée

Joe Biden part à l’étranger alors que ses perspectives s’assombrissent aux Etats-Unis
11 juin 2021
Les dossiers secrets de l’IRS : Des documents inédits révèlent comment les plus riches évitent l’impôt sur le revenu
11 juin 2021

Article original datant du 10/06/21

Selon Felix Salmon d’Axios, près de la moitié des allocations chômage versées par le gouvernement américain au cours de l’année écoulée pourraient avoir été volées par fraude, la majeure partie finissant en fin de compte à l’extérieur du pays, probablement entre les mains de syndicats du crime étrangers en Chine, au Nigeria, en Russie et ailleurs.

Felix Salmon

Selon certaines estimations, la fraude au chômage pendant la pandémie pourrait « facilement atteindre 400 milliards de dollars », car les États n’étaient pas préparés à la vague sans précédent de demandes de chômage.

Demande initiale de chômage agrégée sur 3 semaines
(Source : Bloomberg, 09 avril 2020)

Les États savaient que la fraude était inévitable, mais ils ont choisi de distribuer l’argent en urgence aux gens avec une surveillance minimale, au lieu de vérifier laborieusement chaque demande.

Selon Blake Hall, PDG d’ID.me, un service de prévention de la fraude, l’Amérique a perdu plus de 400 milliards de dollars à cause de demandes frauduleuses, et jusqu’à 50 % de toutes les allocations chômage pourraient être volées.

Selon Haywood Talcove, PDG de LexisNexis Risk Solutions, jusqu’à 70 % de l’argent volé par les imposteurs a finalement quitté le pays : « Ces groupes sont certainement soutenus par l’État. »

Le reste de l’argent a probablement été volé par des gangs de rue dans le pays, qui ont représenté une part plus importante de la fraude ces derniers mois.

Comment cela fonctionne-t-il ? Les escrocs volent souvent des informations personnelles et les utilisent pour se faire passer pour des demandeurs. D’autres groupes incitent par la ruse des personnes à communiquer volontairement leurs informations personnelles.

Les « mules » – des criminels de bas étage – reçoivent des cartes de débit et sont invitées à retirer de l’argent aux distributeurs automatiques. Cet argent est ensuite transféré à l’étranger, souvent par bitcoin.

La vue d’ensemble : Avant la pandémie, les demandes de chômage étaient relativement rares et duraient généralement si peu de temps que les syndicats criminels internationaux ne les considéraient pas comme une cible lucrative. –Axios

De plus, la fraude au chômage peut désormais être obtenue sur le dark web sur la base d’un « logiciel en tant que service » (SAAS) – comme un ransomware. Naturellement, les États qui n’ont pas de services de détection des fraudes en place sont les principales cibles, mais plusieurs États commencent à employer des mesures plus sophistiquées pour prévenir la fraude.

Toutefois, comme le note M. Salmon d’Axios, « il est bien trop tard ».

Half Of Pandemic Unemployment Funds May Have Been Stolen: Axios
ZeroHedge - On a long enough timeline, the survival rate for everyone drops to zero