La police du Capitole américain déclare que six agents ont été impliqués dans des actes répréhensibles le 6 janvier

Le FBI publie les premiers dossiers secrets sur le 11 septembre : La question du consulat saoudien
12 septembre 2021
Le ministre israélien affirme que le « pass sanitaire » ne repose pas sur l’épidémiologie
14 septembre 2021

Article original datant du 12/09/21

Des manifestants affrontent la police au Capitole des États-Unis à Washington, le 6 janvier 2021. (Julio Cortez/AP Photo)

Une enquête toujours en cours

La police du Capitole des États-Unis (USCP) a confirmé le 11 septembre qu’elle avait recommandé des « mesures disciplinaires » à l’encontre de six agents pour leur comportement à l’égard de manifestants dans l’enceinte du Capitole le 6 janvier, à la suite d’enquêtes internes.

La première MISE À JOUR officielle du département sur les enquêtes intervient huit mois après l’intrusion dans le bâtiment du Capitole des États-Unis le 6 janvier, qui a constitué une menace pour la sécurité des membres du Congrès.

L’USCP, qui est chargée de la protection du Capitole, a déclaré dans un communiqué que les recommandations de son Office of Professional Responsibility (OPR) concernaient les agents ayant enfreint son code de conduite. L’OPR a enquêté sur un total de 38 cas liés aux événements du 6 janvier.

Trois officiers ont été identifiés pour « conduite inconvenante », un pour non-respect des directives, un pour remarque inappropriée et un pour diffusion inappropriée d’informations, selon le rapport.

Les actes répréhensibles ne sont pas de nature criminelle, a précisé le ministère, ajoutant qu’un examen du bureau du procureur des États-Unis a confirmé qu’il « n’a pas trouvé de preuves suffisantes que l’un des agents soit considéré comme ayant commis un crime ».

L’USCP (Police du Capitole des États-Unis (United States Capitol Police)) avait annoncé en janvier qu’elle avait suspendu six agents avec solde pour leurs actions du 6 janvier, et que d’autres agents faisaient l’objet d’une enquête sur la base de vidéos et d’autres documents en open source montrant des cas de violations potentielles des règlements et politiques du département. Il n’est pas clair si ces six mêmes cas sont ceux identifiés dans la mise à jour.

Les responsables de la police du Capitole n’ont pour l’instant pas répondu à la demande de commentaire de l’Epoch Times.

L’émeutier accusé du Capitole américain surnommé le « chaman de QAnon », Jacob Chansley (C), et d’autres manifestants devant la chambre du Sénat du Capitole américain à Washington, le 6 janvier 2021.

Potentiellement aidé par certains policiers

Le représentant Tim Ryan (élu démocrate de l’Ohio), qui préside la sous-commission des crédits sur le pouvoir législatif, a déclaré aux journalistes à l’époque que les suspensions concernaient les agents « qui ont potentiellement facilité, à un niveau élevé ou faible, de quelque manière que ce soit » l’intrusion dans le bâtiment du Capitole qui a eu lieu pendant la session conjointe du Congrès, alors que les législateurs et le vice-président Mike Pence comptaient les votes électoraux.

Les manifestants réclamaient la transparence des audits des élections après des allégations de fraude électorale et des préoccupations concernant la modification des règles de vote par les démocrates dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Alors que les législateurs démocrates ont fait valoir que l’émeute du 6 janvier était une « insurrection », en grande partie lors de la tentative de destitution du président Donald Trump, qui a échoué en janvier, aucune personne ayant participé à l’émeute n’a été accusée d’insurrection.

L’un des agents suspendus par l’USCP a été filmé en train de prendre un selfie avec l’un des manifestants. Un autre officier suspendu aurait été vu portant un chapeau rouge « Make America Great Again » et aurait été vu en train de diriger les gens, a déclaré Ryan.

D’autres vidéos montrent des policiers immobiles alors que des groupes se dirigent vers le bâtiment du Capitole. Certains de ceux qui sont entrés dans le bâtiment ont affirmé que les policiers les ont autorisés à entrer.

Selon la mise à jour du 11 septembre, le département n’a pas été en mesure d’identifier tous les agents faisant l’objet d’une enquête.

« Certaines plaintes ne contenaient pas suffisamment d’informations pour permettre d’identifier l’agent au centre de la plainte », indique le rapport pour 30 des 38 cas.

La mise à jour indique également qu’une septième affaire impliquant un fonctionnaire de l’USCP est « toujours en cours », l’enquête portant sur des allégations de « performances insatisfaisantes et de conduite inconvenante ». Une enquête interne sur le fonctionnaire a été déclenchée « après une enquête criminelle au cours de laquelle aucune charge n’a été retenue », précise le rapport.

Le ministère n’a pas fourni d’autres détails, précisant que « les enquêtes internes de l’USCP, y compris les mesures disciplinaires recommandées, ainsi que les questions de personnel, ne sont pas des informations publiques » et que les noms des agents, des témoins et des plaignants ont été supprimés de son rapport au ministère de la Justice.

Les personnes qui ont pénétré dans le Capitole américain se rassemblent dans la Rotunda du bâtiment à Washington, le 6 janvier 2021.

Les opérations de l’USCP ne sont pas soumises aux lois sur la liberté d’information, étant donné la nature sensible de leur mission qui consiste à assurer la sécurité des membres du Congrès, bien que certains membres aient exhorté le département à mettre leurs rapports à la disposition du public étant donné l’importance de déterminer les événements du 6 janvier et le besoin de transparence pour rétablir la confiance dans le département de police.

L’USCP est « engagée à rendre des comptes lorsque les agents ne respectent pas les normes régies par les politiques de l’USCP et les attentes de la communauté du Congrès », peut-on lire dans la déclaration.

« Les six cas soutenus ne doivent pas diminuer les efforts héroïques des agents de la police du Capitole des États-Unis », ajoute le communiqué. « Le 6 janvier, la bravoure et le courage dont a fait preuve la grande majorité de nos employés ont été une source d’inspiration. »

La chute

Plus de 140 agents, y compris des agents du Metropolitan Police Department, ont été blessés le 6 janvier, et 1,5 million de dollars de dégâts ont été signalés au Capitole. Deux officiers et quatre manifestants sont morts pendant et après l’intrusion. L’agent de l’USCP Brian Sicknick est mort de causes naturelles le 7 janvier, et l’agent Howie Liebengood s’est suicidé le 9 janvier.

Deux manifestants masculins plus âgés, Kevin Greeson et Benjamin Phillips, sont morts naturellement d’une maladie cardiovasculaire athérosclérotique hypertensive, et un autre, Roseanne Boyland, d’une surdose accidentelle de médicaments.

La quatrième manifestante, Ashli Babbitt, vétérante militaire non armée et partisane de Trump, a été mortellement touchée par le lieutenant Michael Byrd de la police du Capitole lorsqu’elle a franchi une porte menant à la chambre de la Chambre. Le département a déclaré qu’à la suite de son enquête interne, Byrd avait agi dans le cadre de la politique du département, en accord avec une conclusion antérieure du département de la Justice. La famille de Babbitt a déclaré qu’elle envisageait d’intenter un procès pour mort injustifiée pour usage excessif de la force.

Plus de 600 personnes dans près de 50 États ont depuis été inculpées en relation avec l’émeute, et diverses agences fédérales enquêtent sur les crimes qui ont été commis.

Sur cette image tirée d’une vidéo, un homme identifié comme Scott Fairlamb frappe un agent du Metropolitan Police Department devant le Capitole des États-Unis à Washington, le 6 janvier 2021.

Le chef par intérim de l’USCP, Yogananda Pittman, a déclaré au Congrès en février qu’on estimait à 800 le nombre de manifestants ayant pénétré dans le Capitole, tandis que plus de 10 000 manifestants ont traversé le terrain du Capitole. Selon les journalistes de l’Epoch Times présents sur place, la majorité des manifestants qui sont restés à l’extérieur du Capitole le 6 janvier étaient pacifiques.

Les membres du Congrès ont critiqué l’USCP à la suite du 6 janvier pour son incapacité à sécuriser le Capitole des États-Unis, et ont demandé des enquêtes et des réformes pour éviter que de tels manquements à la sécurité ne se reproduisent à l’avenir.

En janvier, la présidente de la Chambre des représentants, Rosa DeLauro (élue démocrate du Connecticut), a déclaré que, d’après les briefings sur les défaillances en matière de sécurité, « il est maintenant évident que les services de renseignement avaient amplement la preuve qu’une foule en colère allait s’abattre sur Washington, la réunion du Congrès pour certifier l’élection présidentielle étant la cible visée ».

« Les forces de l’ordre chargées de protéger le Capitole n’ont pas agi sur la base de ces renseignements et ne se sont pas préparées de manière adéquate à cette menace imminente », a-t-elle déclaré.

Kash Patel, qui a été chef de cabinet du secrétaire à la défense par intérim du président Donald Trump, a également déclaré que l’USCP et la maire Muriel Bowser de Washington, D.C., ont refusé une offre de l’administration Trump pour des milliers de gardes nationaux le 4 janvier. L’USCP, sur la base de son évaluation des renseignements, a estimé qu’il n’y avait « aucune menace crédible » pour le 6 janvier, a déclaré Pittman lors de l’audience de février.

Mme Pittman s’est excusée pour les manquements du ministère, affirmant que leur évaluation des renseignements n’indiquait pas que « des dizaines de milliers de personnes attaqueraient le Capitole des États-Unis ». Elle a imputé le manque de préparation à la conduite d’un grand nombre « d’Américains ordinaires qui ont adopté une mentalité de foule parce qu’ils étaient en colère et désespérés ».

Les forces de l’ordre ont déclaré en juillet que parmi les personnes inculpées, plus de 50 étaient accusées d’avoir utilisé une arme mortelle ou dangereuse ou d’avoir causé des blessures corporelles graves à un agent. Dans le même temps, la majorité des affaires concernaient des accusations non violentes telles que l’entrée dans un bâtiment à accès restreint, l’obstruction à une procédure officielle et le désordre civil.

Bon nombre des personnes inculpées sont détenues en prison dans l’attente de leur procès depuis huit mois, y compris certaines qui ne sont pas accusées d’actes de violence. Un rassemblement intitulé « Justice for J6 », organisé par l’ancien responsable de la campagne Trump Matt Braynard, est prévu le 18 septembre pour protester contre le refus d’accorder une caution, des soins médicaux et l’accès à un avocat aux manifestants non violents.

US Capitol Police Say 6 Officers Involved in Wrongdoing on Jan. 6
The U.S. Capitol Police (USCP) confirmed on Sept. 11 that it has recommended "disciplinary action" for six officers over ...