La protection fédérale du chef des « Oath Keepers », Stewart Rhodes, fait éclater le mensonge de l’ « insurrection » au Capitole

Selon un sondage, la majorité des électeurs pensent que la « volonté du peuple » n’est plus importante pour les législateurs de Washington
1 juillet 2021
Live du 2 juillet 2021
2 juillet 2021

Article original datant du 30/06/21

« Hé les Républicains, vous pouvez élucider toute l’histoire du 6 janvier 2021 (« 1/6″) avec une simple question : quelle relation le FBI et le contre-espionnage de l’armée ont-ils avec Stewart Rhodes ? »

Stewart Rhodes est le fondateur, le patron et la cheville ouvrière des Oath Keepers.

Les Oath Keepers (Gardiens du serment), nous dit-on, sont la plus grande milice d’Amérique, le groupe anti-gouvernemental le plus important des États-Unis et la principale menace intérieure d’extrême droite pour l’ensemble de l’armée américaine.

Quelle que soit la véracité de ces affirmations hyperboliques, le fait est là : les Oath Keepers sont le groupe paramilitaire le plus souvent poursuivi pour son implication dans le 1/6. En effet, c’est le prétendu « assaut planifié à l’avance » sur le Capitole par les prétendus lieutenants des Oath Keepers de Stewart Rhodes qui a été utilisé comme argument principal pour tenter de transformer les événements de la journée d’une protestation en « insurrection ».

Mais Stewart Rhodes n’est pas simplement un personnage clé des Oath Keepers. Stewart Rhodes est les Oath Keepers, selon Richard Mack, membre du conseil d’administration des Oath Keepers.

Elmer Stewart Rhodes III – ancien parachutiste de l’armée, avocat de Yale radié, constitutionnaliste, amateur d’armes à feu et star des médias d’extrême droite – a fondé le groupe Oath Keepers en 2009. Depuis lors, il a traversé les courants de colère et de conflit américains, des déserts broussailleux de l’Ouest aux protestations urbaines en colère, jusqu’à la rotonde du Capitole.

Mack a déclaré que lui et d’autres ont également soulevé des préoccupations concernant la participation des Oath Keepers à des manifestations violentes…

Il a dit qu’il était devenu clair que le conseil n’avait aucun pouvoir réel. « [Stewart Rhodes] est les Oath Keepers. Il est difficile de séparer les deux », a déclaré Mack. « C’est son organisation, et il peut faire ce qu’il veut. »

D’autres voix dissidentes ont constaté qu’elles n’étaient plus les bienvenues. Jim Arroyo, le vice-président du chapitre de l’Arizona, a déclaré que les relations ont commencé à se détériorer en raison de l’insistance de Rhodes sur le contrôle total… [Buzzfeed]

REGARDEZ LA DERNIÈRE INTERVIEWS DE DARREN BEATTIE

Une simple inculpation de Stewart Rhodes, aujourd’hui, pour les mêmes accusations de conspiration que celles portées contre ses subordonnés, ferait s’effondrer toute la « menace » des Oath Keepers dont le pays a tant entendu parler. De NPR :

Rhodes est la figure centrale de l’organisation. Il est le fondateur, le leader et le centre de gravité du groupe. En théorie, donc, une inculpation de Rhodes pourrait entraîner l’effondrement du groupe.

Le ministère de la Justice soutient que Stewart Rhodes a à la fois organisé de manière substantielle et activé un plan présumé de recours à la violence, le 1/6, en temps réel, par le biais d’une série de messages cryptés Signal commençant à 13 h 38, alors que Trump terminait son discours de rassemblement sur le National Mall, et 62 minutes avant que les lieutenants des Oath Keepers ne forment prétendument une « pile militaire » pour se ruer vers les portes du Capitole.

Ces seuls faits, tels qu’ils sont allégués, sont plus que suffisants sur le plan juridique pour obtenir une mise en accusation de Stewart Rhodes. Nous vous guiderons à travers les montagnes de preuves directes et circonstancielles construites sur ces allégations, mais les lecteurs doivent comprendre ceci : la seule raison pour laquelle Stewart Rhodes n’est pas en prison aujourd’hui est une décision délibérée du Département de la Justice de le protéger.

En effet, on ne sait pas si le FBI a même cherché à fouiller le domicile de Stewart Rhodes, ses effets personnels ou ses appareils électroniques, à l’exception d’un seul iPhone prétendument saisi dans la rue par des agents dans des véhicules banalisés du FBI fin avril (restitué depuis). Pour les raisons évoquées ci-dessous, il y a de bonnes raisons de penser que le FBI poursuivra une enquête étroitement contrôlée et très limitée sur Stewart Rhodes. Au-delà de ce champ restreint, il se peut qu’ils ne veuillent pas des informations qu’ils sont susceptibles de trouver.

Pourquoi personne au FBI ou au DOJ (Département de la Justice des États-Unis) ne veut de lui ?

Si le 1/6 était une « insurrection », pourquoi protéger l’homme qui, plus que tout autre individu mentionné dans les documents d’accusation des 530+ affaires criminelles ouvertes, se rapproche le plus de la description vorace des médias d’un « insurrectionniste principal » ?

Est-il possible que les Oath Keepers, le groupe anti-gouvernemental le plus important des États-Unis, ait été dirigé, dans les faits, par le gouvernement américain lui-même – et que personne ne l’ait mentionné jusqu’à présent ?

Revolver News a suscité une discussion et une controverse considérables avec notre précédent article explorant la possibilité que certaines des personnes non inculpées mentionnées dans les documents d’accusation du 1/6 (6 Janvier) soient des agents secrets ou des informateurs.

Avec cet article, nous avons l’intention de concentrer la discussion sur un seul individu, la Personne Un, c’est-à-dire Stewart Rhodes, le leader des Oath Keepers.

S’il s’avère que Stewart Rhodes a eu une relation avec le gouvernement fédéral, les implications seraient tout simplement stupéfiantes.

Car Stewart Rhodes n’est pas seulement un membre important des Gardiens du Serment, il est les Gardiens du Serment. Étant donné que les Oath Keepers sont la principale organisation paramilitaire accusée (par le gouvernement et les médias) d’être responsable des éléments les plus sérieux et les plus flagrants de la soi-disant insurrection du 1/6, il serait non seulement juste, mais nécessaire de conclure qu’à un égard essentiel, l’événement du 1/6 a été planifié et orchestré par des éléments du gouvernement lui-même.

En d’autres termes, le 1/6 n’était pas le résultat d’une défaillance des services de renseignement, comme le directeur du FBI, Christopher Wray, le Sénat américain et les médias nous le disent. Au contraire, 1/6 était le résultat d’un montage des services de renseignement.

Les questions suivantes devraient être criées dans tous les mégaphones, à tous les coins de rue et sur tous les pupitres du Congrès jusqu’à ce que le peuple américain obtienne des réponses complètes et détaillées :

  • Le FBI entretient-il actuellement, ou a-t-il déjà entretenu, une relation formelle ou informelle ou un point de contact avec Stewart Rhodes, que ce soit directement ou indirectement, y compris par le biais d’intermédiaires ?
  • Est-ce que d’autres entités fédérales de contre-espionnage, qu’elles soient militaires, de renseignement ou d’application de la loi, y compris, mais sans s’y limiter, le contre-espionnage de l’armée, le Department of Homeland Security (DHS), la Joint Terrorism Task Force (JTTF), ou autre, entretiennent ou ont entretenu une relation formelle ou informelle avec Stewart Rhodes, que ce soit directement ou indirectement, y compris par des intermédiaires ?
  • Si une telle relation confidentielle existait entre Stewart Rhodes et une ou plusieurs entités de contre-espionnage américaines, comment le FBI et les autres agences responsables peuvent-ils concilier l’énorme gravité de cette omission avec leurs déflexions, leurs non-réponses et leur discours passe-partout selon lequel ils n’avaient « aucun renseignement exploitable » avant le 1/6 ?
  • Si une telle relation confidentielle existait entre Stewart Rhodes et une ou plusieurs entités de contre-espionnage américaines, cela explique-t-il que le FBI et le ministère de la Justice n’aient pas engagé de poursuites pénales contre Stewart Rhodes dans le cadre de « complots de droite » très médiatisés dans lesquels Rhodes semble avoir joué un rôle moteur similaire ?
  • Plus précisément, le FBI ou toute autre entité du contre-espionnage américain ont-ils entretenu une relation discrète ou confidentielle avec Stewart Rhodes pendant l’impasse du ranch Bundy en 2014 ? Ce fait a-t-il été déterminant dans la décision du ministère de la Justice d’inculper 19 accusés – y compris certains sous-fifres présumés de Stewart Rhodes parmi les Oath Keepers – pour conspiration en vue d’entraver une procédure judiciaire, et d’épargner à Rhodes des charges similaires ?
  • Le FBI a-t-il au moins obtenu un mandat de perquisition pour la résidence personnelle de Stewart Rhodes et ses appareils électroniques ? Si oui, à quelles dates et quelles catégories spécifiques de preuves ont été recherchées ?
  • Si Stewart Rhodes est par la suite arrêté après la date de ce rapport (étant donné la pression que ces révélations sont susceptibles de générer), comment le ministère de la Justice explique-t-il qu’il n’ait pas inculpé Stewart Rhodes pour conspiration pendant près de six mois, alors que son objectif déclaré de demander le refus de la libération sous caution pour de simples intrus était le besoin déclaré du ministère de la Justice de prévenir  » le danger immédiat pour la communauté  » que les défendeurs auraient représenté ? Étant donné que de nombreux Oath Keepers ont été inculpés avant l’inauguration du 20 janvier, invoquant la nécessité de mettre fin au « danger immédiat » qu’ils représentaient, pourquoi le ministère de la Justice n’a-t-il pas déposé des accusations immédiates contre Rhodes, puis procédé à une mise en accusation complémentaire plus tard, comme il le fait habituellement dans les affaires 1/6 ?

Stewart Rhodes et la norme  » choc et crainte  » (shock and awe)

Avant d’aborder les déclarations et le comportement de Stewart Rhodes avant et pendant le 1/6, il est important de garder à l’esprit la norme de poursuite dite  » de choc et de crainte  » appliquée aux personnes effectivement inculpées pour des crimes liés au 1/6.

Le procureur principal du 1/6, Michael Sherwin, explique cette norme  » choc et crainte  » dans ses propres mots :

Voici une transcription partielle de l’interview de Shwerin ci-dessus :

Sherwin : Je voulais m’assurer, et notre bureau voulait s’assurer, qu’il y ait un choc et une crainte. Que nous puissions inculper autant de personnes que possible avant le 20 [janvier]. Et cela a fonctionné parce que nous avons vu à travers les messages des médias que les gens avaient peur de revenir à D.C., parce qu’ils se disaient : « Si nous y allons, nous allons être inculpés ».

Nous voulions éliminer ces individus qui faisaient un pied de nez au public pour ce qu’ils faisaient…

Narrateur : Sherwin nous a dit que les cas les plus sérieux jusqu’à présent concernent environ deux douzaines de membres de milices d’extrême droite.

Dans cet article, nous concentrons notre examen et nos soupçons sur un individu, la Personne Un, autrement connu sous le nom de Stewart Rhodes, le leader du groupe paramilitaire Oath Keepers. Conformément à la structure de notre rapport précédent, nous examinerons les actions et les déclarations de M. Rhodes, qui n’a pas encore été inculpé, à la lumière de la norme d’accusation « choc et crainte » décrite ci-dessus.

Dans cet article, nous concentrons notre examen et nos soupçons sur un individu, la Personne Un, autrement connu sous le nom de Stewart Rhodes, le leader du groupe paramilitaire Oath Keepers. Conformément à la structure de notre rapport précédent, nous examinerons les actions et les déclarations de M. Rhodes, qui n’a pas encore été inculpé, à la lumière de la norme d’accusation « choc et crainte » décrite ci-dessus.

Mais nous soulignons une mise en garde de notre rapport précédent :

Il est essentiel ici de faire une importante note de clarification. Le but de cette analyse n’est pas d’aider à la poursuite de l’un de ces co-conspirateurs non inculpés. Notre objectif est plutôt de souligner que, compte tenu des normes d’inculpation appliquées aux personnes effectivement inculpées, il est très étrange et même suspect que certains co-conspirateurs non inculpés aient réussi à éviter l’inculpation. Cela ne signifie pas nécessairement que nous approuvons la norme d’inculpation elle-même. Bien au contraire, la norme agressive d’inculpation et de poursuite, par le biais d’une application inimaginablement large des accusations de « conspiration », est immorale, injuste et absurde.

Il en va de même pour cet article et pour M. Rhodes lui-même. Revolver ne nourrit aucune mauvaise volonté envers M. Rhodes et nous ne sommes pas intéressés à demander son inculpation. Notre intérêt pour M. Rhodes se limite uniquement à notre intérêt pour la question de la connaissance préalable et de l’implication possible du gouvernement fédéral dans les événements du 1/6.

Enfin, pour avoir une idée plus concrète de ce à quoi ressemble en pratique la norme d’accusation « Shock and Awe », nous proposons une fois de plus le cas de George Tanios. Bien qu’en vérité, nous aurions pu tout aussi bien choisir l’un des centaines de prisonniers politiques détenus et soumis en prison à des sévices dignes du tiers-monde.

Les lecteurs se souviendront peut-être d’un précédent rapport de Revolver, selon lequel George Tanios et son compagnon Julian Khater ont été inculpés de neuf chefs d’accusation pour des actes commis le 1/6 juste devant les marches du Capitole des États-Unis.

LIRE PLUS : Les accusations d’agression posent des problèmes au DOJ et au FBI dans l’affaire de l’officier Sicknick

L’accusation la plus grave est celle d’agression d’un officier avec une arme dangereuse, résultant de l’utilisation présumée par Khater du spray chimique de Tanios pour toucher l’officier Sicknick et deux autres officiers au visage.

LIRE PLUS : Libelle de sang MAGA : Pourquoi cachent-ils le rapport médical ?

Là, Tanios : (1) n’est pas entré dans le Capitole ; (2) n’a pas utilisé de spray anti-ours lui-même ; (3) avait un spray anti-ours dans son sac à dos et lorsque son ami Khater a tendu la main pour le sortir, Tanios a activement essayé de l’arrêter ; et (4) en fin de compte, il s’avère, comme les procureurs le reconnaissent maintenant, que son ami n’a même pas utilisé le spray anti-ours.

Et pourtant, le ministère de la Justice a infligé à ce propriétaire de sandwicherie de 39 ans, George Tanios, 60 ans d’inculpation pour « conspiration » parce qu’il a dit : « Attendez, attendez, pas encore, pas encore ».

Alors que nous examinons le cas de Stewart Rhodes, qui n’a toujours pas été inculpé, gardez à l’esprit cette norme de poursuite « choc et crainte » de George Tanios.

Les prétendus actes secrets de Stewart Rhodes

Nous allons maintenant retracer le parcours de Stewart Rhodes depuis le jour de l’élection jusqu’au « jour de l’insurrection », comme le prétend le ministère de la Justice.

Le premier événement cité provient d’une vidéoconférence du 9 novembre sur la plateforme GoToMeeting. Selon l’acte d’accusation des Oath Keepers, Rhodes (Personne 1) a dit ce qui suit à ses abonnés Oath Keeper lors de la réunion :

Nous allons défendre le président, le président dûment élu, et nous lui demandons de faire ce qui doit être fait pour sauver notre pays. Parce que si vous ne le faites pas, les gars, vous allez vous retrouver dans une guerre civile sanglante, sanglante, et une sanglante – vous pouvez l’appeler une insurrection ou vous pouvez l’appeler une guerre ou un combat.

Le ministère de la Justice allègue que Rhodes (PERSON ONE) « a demandé à ses abonnés de se rendre à Washington D.C. » afin de faire savoir au Président que « le peuple est derrière lui » et de se préparer, entre autres, à des combats contre les Antifa :

PERSON ONE a dit à ses abonnés qu’ils devaient se préparer à combattre Antifa, qu’il a décrit comme un groupe d’individus avec lesquels « si le combat arrive, laissez le combat arriver. Laissez l’Antifa – s’ils nous attaquent, nous les attaquons à notre tour. Je suis prêt à me sacrifier pour cela. Que le combat commence là. Cela donnera au président Trump ce dont il a besoin, franchement. Si les choses deviennent cinétiques, tant mieux. S’ils nous jettent des bombes et nous tirent dessus, tant mieux, car cela apporte au président sa raison et sa justification pour abandonner l’Acte d’Insurrection.

L’évocation de la « loi sur l’insurrection » est monnaie courante dans les communications de Rhodes avec ses abonnés aux Oath Keepers. Ce qu’il semble transmettre, c’est que les Oath Keepers devraient se préparer à une insurrection et se tenir prêts à être armés, juste au cas où Trump offrirait un signal (indéfini). Il s’agit bien sûr d’une technique efficace (commune aux agents provocateurs et autres informateurs) pour maintenir les abonnés psychologiquement prêts à l’action violente sans leur en donner l’ordre explicite et direct. D’après le DOJ :

PERSON ONE a poursuivi : «  Je veux que certains Gardiens du Serment restent à l’extérieur, qu’ils soient pleinement armés et prêts à entrer armés, s’il le faut…. Donc notre position sera que nous sommes postés à l’extérieur de DC, hum, attendant les ordres du Président. . . . Nous espérons qu’il nous donnera les ordres. Nous voulons qu’il déclare une insurrection et qu’il nous appelle en tant que milice.« 

Une semaine après le jour de l’élection, dans un message public du 10 novembre sur OathKeepers.org, Rhodes a dit à ses abonnés d’ignorer « les lois anti-armes ridicules de Washington » s’ils percevaient un signal indiquant que le président Trump les a appelés en tant que milice :

Nos hommes se tiendront prêts, attendant les ordres du président de nous appeler en tant que milice, ce qui annulerait les ridicules lois anti-armes de Washington (selon la loi fédérale, tous les Américains âgés de 17 à 45 ans sont susceptibles d’être appelés en tant que milice par le président, et tous les vétérans militaires sont susceptibles d’être appelés jusqu’à 65 ans en raison de notre formation et de notre expérience). – Restez à l’écoute pour plus de détails.

Rhodes a également préparé ses abonnés à l’éventualité d’un conflit majeur, en leur assurant que des « vétérans qualifiés de la guerre spéciale » se tiendront prêts, armés, juste à l’extérieur de D.C., en tant que QRF d’urgence, pour intervenir avec des armes lourdes, si nécessaire :

Les Oath Keepers auront également certains de nos vétérans les plus compétents en matière de guerre spéciale prêts à intervenir, armés, juste à l’extérieur de D.C., en tant que QRF d’urgence dans l’éventualité du pire scénario à D.C…

En lisant cela, on voit comment les actions et le comportement de Stewart Rhodes alimentent les pires récits sur le 1/6 – récits utilisés pour salir tous les patriotes qui ont participé à l’événement, et même tous les partisans de Trump plus largement.

La situation semble encore pire une fois que l’on comprend ce que fait exactement une « QRF » ou « Quick Reaction Force ».

Dans son contexte militaire propre, une force d’intervention rapide désigne une unité militaire qui transporte des bombes, des explosifs et des armes à feu dans des voitures, des camions ou des unités mobiles pour entrer dans des situations violentes avec des armes lourdes :

Rhodes ne parle pas explicitement du fait que son QRF prévu, composé de « vétérans de guerre spéciale qualifiés et armés », disposait également d’explosifs. Mais les explosifs sont une caractéristique commune des QRF au sens militaire et, en fait, la prétendue sous-fifre des Oath Keeper de l’Ohio de Rhodes, la propriétaire du bar Jessica Watkins, aurait eu des instructions pour fabriquer des bombes quelque part, que ce soit physiquement ou sur un ordinateur, lorsque la police l’a arrêtée.

Notez que Jessica n’était pas censée posséder du matériel pour fabriquer des bombes, mais des instructions pour le faire. Il se peut qu’elle ait cherché quelque chose parce que Stewart Rhodes disait au groupe de former des QRF. Nous ne le saurons peut-être jamais. Plus de cinq mois plus tard, à part celles récupérées sur un seul téléphone, les communications personnelles de Rhodes provenant de ses propres appareils électroniques n’ont apparemment toujours pas été retrouvées.

Ce que nous savons est ceci : Jessica Watkins a été arrêtée le 19 janvier. Stewart Rhodes est toujours un homme libre.

Dans ce même message public du 10 novembre mentionné ci-dessus, Stewart Rhodes a conclu son message à ses abonnés par une note d’un « ami de Serbie » indiquant « CE QUE NOUS, LE PEUPLE, DEVONS FAIRE ». Ce message, entre autres choses, comprenait des appels à « se rassembler dans la capitale », à « prendre d’assaut le Parlement » et à s’engager dans une « désobéissance totale » même si « je sais, ce n’est pas bien, mais il faut le faire ». Et en procédant ainsi, assure le message, « aucune barricade ne sera assez solide pour les arrêter, ni la police assez déterminée pour les arrêter. »

CE QUE NOUS, LE PEUPLE, DEVONS FAIRE
Un patriote de Serbie, qui aime aussi l’Amérique, nous montre la voie :
« Ce que nous avons fait, et ce que vous devez probablement faire :

Des protestations pacifiques. Bien, bien joué le premier round – Une désobéissance civile complète, ils ne sont pas vos représentants. Ils sont des gouvernements fantoches ÉTRANGERS. – Connectez-vous avec la police locale et commencez à organiser par quartiers pour rester en sécurité (nous n’avons pas eu besoin de cette étape) – Nous avons essaimé dans les rues et commencé à affronter les opposants. Je sais. Ce n’est pas bien, mais il faut le faire si les institutions cessent d’exister – Des millions de personnes se sont rassemblées dans notre capitale. Il n’y avait pas de barricades assez solides pour les arrêter. ni de police assez déterminée pour les arrêter – La police et l’armée se sont alignées sur le peuple après quelques heures de pugilat – Nous avons pris d’assaut le Parlement – et brûlé la fausse télévision d’État !
NOUS AVONS GAGNE !

Le 6 décembre 2020, moins d’un mois avant le 1/6, le fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, a déclaré ce qui suit :

Montrez au monde qui sont les traîtres, puis utilisez l’Acte d’Insurrection pour leur faire tomber le marteau. Et tous les anciens combattants qui ont prêté ce serment – jusqu’à l’âge de 65 ans, vous pouvez être appelé en tant que milice pour soutenir et défendre la Constitution. Il [le président Trump] a besoin de savoir de votre part que vous êtes avec lui, [et] que si [Trump] ne le fait pas maintenant alors qu’il est commandant en chef, nous allons devoir le faire nous-mêmes plus tard, dans une guerre beaucoup plus désespérée et beaucoup plus sanglante. Faisons-le maintenant, pendant qu’il est encore le commandant en chef.

Regardez :

Le 14 décembre 2020, trois semaines avant le 1/6, Rhodes a continué à amorcer son adhésion d’anciens combattants militaires, étant entendu que les patriotes devraient se battre dans une « guerre civile sanglante » après que Trump ait concédé si Trump n’a pas commencé la « guerre civile sanglante » avant de quitter son poste :

Frappez maintenant. Si vous [le président Trump] n’agissez pas pendant que vous êtes encore en fonction, nous, le peuple, devrons mener une guerre civile sanglante et une révolution contre ces deux marionnettes illégitimes de la Chine communiste, et leur régime illégitime, avec tous les pouvoirs de l’État profond derrière eux, avec le commandement nominal de toute la puissance de nos forces armées (bien que nous nous attendions pleinement à ce que de nombreuses unités ou branches entières refusent leurs ordres et se battent contre eux)….

Et plus loin dans le même post :

Si vous [le président Trump] ne le faites pas, nous, le peuple, devrons mener une révolution/une guerre civile sanglante….

Au cas où certains de ses abonnés l’auraient manqué, le 23 décembre 2020, Rhodes a continué une fois de plus avec « Act Now ! N’attendez pas le 6 janvier » :

Si vous ne faites pas votre devoir, vous ne laisserez pas d’autre choix au peuple que de marcher dans les pas des Fondateurs, en déclarant le régime illégitime, incapable de nous représenter, destructeur des justes fins du gouvernement… Et, comme la génération des Fondateurs, nous prendrons les armes…, nous déclarerons notre indépendance vis-à-vis de ce régime fantoche…

Il y a des millions de patriotes américains qui se tiennent prêts. Ne les abandonnez pas. Ne les laissez pas tout faire par eux-mêmes.

Le FBI et le DOJ sont bien conscients de tous ces points de données, et ce depuis au moins la mi-janvier 2021.

Dès une semaine avant le 1/6, Rhodes a rassemblé tous ses principaux lieutenants dans le groupe de discussion Signal « DC OP : Jan 6 21 » :

55. Au moins dès le 31 décembre 2020, WATKINS, KELLY MEGGS, JAMES, MINUTA, PERSONNE UN, PERSONNE TROIS, PERSONNE DIX, et d’autres personnes connues et inconnues ont rejoint un message de groupe crypté Signal sur invitation seulement, intitulé « DC OP : Jan 6 21 » (ci-après le « Leadership Signal Chat »).

Le 2 janvier 2021, Rhodes reçoit des mises à jour régulières sur le fameux « complot du ferry » dont les médias ont fait tout un plat en tant que menace terroriste intérieure. De Law & Crime :

Quelques heures avant que les républicains du Sénat ne tuent une commission indépendante chargée d’enquêter sur le siège du 6 janvier, les procureurs fédéraux ont divulgué des communications sur la façon dont les Oath Keepers auraient comploté pour prendre d’assaut Washington, D.C. avec des armes à feu, par bateau, en passant par le fleuve Potomac.

Le propre lieutenant présumé Gardien du Serment de Rhodes le tenait constamment informé de l’état du soi-disant « complot du ferry », ici même dans le Leadership Signal Chat :

68. Le soir du 2 janvier 2021, vers 17 h 43, KELLY MEGGS a affiché une carte de Washington, D.C., dans le Leadership Signal Chat, ainsi que le message suivant : « 1 si par terre [,] côté nord du Lincoln Memorial [,] 2 si par mer [,] le coin du bassin ouest et de l’Ohio est un débarquement de transport maritime ! KELLY MEGGS poursuit : « Points de ralliement des QRF [,] L’eau des ponts est fermée. »

Le DOJ fait même référence à un article de Stewart Rhodes du 4 janvier 2021 de OathKeepers.org comme preuve de l’appel à l’action auquel les prétendus conspirateurs de Oath Keepers 1/6 ont répondu en venant au Capitole :

12. Le 4 janvier 2021, PERSON ONE a publié un article sur le site Web des Oath Keepers encourageant les membres et affiliés des Oath Keepers à se rendre à Washington, D.C., pour les événements des 5 et 6 janvier 2021, en déclarant : « Il est CRITIQUE que tous les patriotes qui peuvent être à DC s’y rendent pour soutenir la lutte du président Trump pour vaincre les ennemis étrangers et nationaux qui tentent un coup d’État, par la fraude électorale massive et les attaques connexes contre notre République. Nous, les Gardiens du Serment, sommes à la fois liés par l’honneur et désireux d’être là en force pour faire notre part. »

Dans son message du 4 janvier, PERSON ONE a également fait remarquer : « Comme nous l’avons fait lors de toutes les opérations récentes à DC, nous aurons également des équipes QRF bien armées et équipées en attente, à l’extérieur de DC, dans l’éventualité d’un scénario catastrophe, où le Président nous appelle en tant que partie de la milice pour l’assister à l’intérieur de DC. Nous ne nous attendons pas à ce qu’il ait besoin de faire appel à nous pour cela pour le moment, mais nous sommes prêts s’il le fait (et nous sommes également prêts à répondre à l’appel pour servir de milice à tout moment dans le futur, et n’importe où dans notre nation, s’il invoque l’Acte d’Insurrection). »

14. PERSON ONE a nommé la PERSONNE DIX à la tête des opérations de son groupe à Washington, D.C., le 6 janvier 2021.

Le 4 janvier, le commandant des opérations de Stewart Rhodes, « Personne 10 », s’enregistre à « l’hôtel QRF ». Rappelons que QRF (Quick Reaction Force) est un terme militaire que Rhodes emploie manifestement pour désigner la réserve d’armes des Oath Keepers à utiliser en cas de besoin.

Le 4 janvier, le commandant des opérations de Stewart Rhodes, « Personne 10 », s’enregistre à « l’hôtel QRF ». Rappelons que QRF (Quick Reaction Force) est un terme militaire que Rhodes utilise manifestement pour désigner la réserve d’armes des Oath Keepers à utiliser en cas de besoin.

La chambre de la Personne 10 à l' » hôtel QRF  » a été réservée et payée par – Stewart Rhodes :

La veille du 1/6, Stewart Rhodes s’est lui-même enregistré à l' »hôtel QRF » où ses lieutenants s’étaient tous installés la veille.

85. Le 5 janvier 2021, PERSON TEN et MINUTA se sont rendues séparément dans la région métropolitaine de Washington, D.C., et se sont enregistrées au Hilton Garden Inn de Vienna, en Virginie.

Voilà pour les faits marquants concernant les activités de Rhodes jusqu’au 1/6.

Voici un échantillon des activités et des communications de Stewart Rhodes le jour du 1/6. Tous les extraits suivants sont tirés de l’acte d’accusation lié ci-dessus.

105. À 13 h 25, PERSON ONE envoie un message au Leadership Signal Chat : « Pence ne fait rien. Comme je l’avais prédit. » Environ 15 minutes plus tard, il a envoyé un autre message, déclarant : « Tout ce que je vois, c’est que Trump se plaint. Je ne vois aucune intention de sa part de faire quoi que ce soit. Alors les patriotes prennent les choses en main. Ils en ont assez. « 

106. À 13 h 48, PERSON ONE envoie un message au Leadership Signal Chat pour informer le groupe qu’il est en route pour le Capitole.

Notez comment la spécificité tombe soudainement dans le paragraphe 106. Tous les autres textes de cet acte d’accusation sont des citations directes. Et puis soudain, sans raison, les mots spécifiques du texte ne sont pas cités. A la place, nous avons juste le paragraphe « informant le groupe qu’il était en chemin ». Eh bien, qu’a-t-il dit exactement ? Comment l’a-t-il dit ? Était-ce simplement « en route » ? Était-ce un encouragement enthousiaste ? Y avait-il des ordres directs ou des suggestions plus fortes ?

114. À 14h03, l’administrateur du canal Zello « Stop the Steal J6 » a indiqué au groupe : « Vous exécutez une arrestation citoyenne. Arrêtez cette assemblée, nous avons une cause probable pour des actes de trahison, de fraude électorale… ». . . . »

115. À 14 h 06, PERSON ONE envoie un autre message au Leadership Signal Chat pour demander l’emplacement de la PERSONNE 10 avant de déclarer :  » J’essaie de te joindre « .

119. À 14 h 14, PERSON TEN écrit au Leadership Signal Chat :  » Ils ont pris pied dans la capitale […] Il faut regrouper tous les membres qui ne sont pas en mission. « 

120. À 14 h 15, PERSON ONE passe un appel téléphonique à KELLY MEGGS, qui dure environ 15 secondes.

123. À 14 h 24, KELLY MEGGS passe un appel téléphonique à la PERSONNE 1, qui dure environ 2 secondes.

124. A 14h25, PERSON ONE transmet le message de PERSONNE TEN (« Ils ont pris pied dans la capitale [.] Nous devons regrouper tous les membres qui ne sont pas en mission. ») au Leadership Signal Chat et donne l’instruction suivante : « Venez sur les marches du côté sud du Capitole » et a ensuite envoyé une photographie montrant le côté sud-est du Capitole.

Kelly Meggs, faut-il le rappeler, fait partie des Gardiens du Serment inculpés le 19 février.

À 14 h 35, Meggs et plusieurs autres personnes se sont regroupées pour former la soi-disant « pile militaire » dont on entend tant parler dans la presse. Le procureur Michael Sherwin fait un énorme cas de cette « pile » dans l’interview « Shock and Awe » dont nous avons parlé plus haut.

Ce qui suit donne une idée de l’activité de Rhodes jusqu’à la formation de la pile à 14h35 (toujours d’après l’acte d’accusation) :

126. À 14 h 31, PERSON TEN a passé un appel téléphonique à la PERSONNE ONE, qui a duré environ 5 minutes et 25 secondes.

127. À 14 h 32, KELLY MEGGS a passé un appel téléphonique à la PERSONNE UN, qui a duré environ 1 minute et 37 secondes.

130. À 14 h 33, JAMES a passé un appel téléphonique à la PERSONNE DIX, qui a duré environ 49 secondes.

Vers 16 heures, les Oath Keepers sortent du Capitole et se seraient rassemblés autour de Stewart Rhodes :

Un autre membre accusé du groupe a nié savoir que la Personne 1 se trouvait dans l’enceinte du Capitole le 6 janvier 2021. Cependant, des photographies et des vidéos accessibles au public montrent une personne dont l’apparence correspond à celle de la Personne 1 sur le côté est du Capitole dans l’après-midi du 6 janvier 2021. À un moment donné, vers 16h00 – alors que de nombreux émeutiers sortaient du Capitole – un grand groupe comprenant les coaccusés Kelly Meggs, Connie Meggs, Graydon Young, Laura Steele, d’autres membres de la pile et d’autres individus portant des vêtements et des insignes des  » Oath Keepers  » qui ont également pris d’assaut le Capitole se sont rassemblés autour de Personne Un et sont restés debout à attendre pendant au moins dix minutes à cet endroit.

Notez qu’à ce moment-là, Trump ne cessait de dire aux manifestants d’arrêter et de rentrer chez eux. À 16 h 17, Trump a tweeté :

C’était une élection frauduleuse mais nous ne pouvons pas jouer le jeu de ces gens. Nous devons avoir la paix. Alors rentrez chez vous. Nous vous aimons. Vous êtes très spéciaux. Vous avez vu ce qui se passe. Vous avez vu la façon dont on traite les autres, qui sont si mauvais et si méchants. Je sais ce que vous ressentez, mais rentrez chez vous, et rentrez chez vous en paix.

Rhodes n’a jamais fait une telle déclaration de tempérance le 16 janvier dans aucun de ces documents, malgré le fait que ces lieutenants des Oath Keepers ont tous été prétendument recrutés et entraînés dans la milice de Rhodes, sous le commandement organisationnel présumé de Rhodes.

En fait, la nuit même du 16 janvier, alors que les membres de sa propre milice étaient découragés par les événements de la journée, Rhodes les a rassurés en leur disant qu’ils avaient fait ce qu’il fallait. À 19 h 41, trois heures après que le dernier manifestant ait quitté le Capitole, Rhodes a envoyé un texto au Leaders chat :

La génération fondatrice des Fils de la Liberté a pris d’assaut le manoir du gouverneur royal corrompu du Massachusetts et l’a saccagé. Ils ont également sauté à bord d’un navire transportant du thé des Indes orientales, et l’ont jeté dans le port. Nous sommes en fait dans une situation bien plus mortelle étant donné le FAIT que des ennemis étrangers et nationaux ont subverti, infiltré et pris le contrôle de presque tous les bureaux et niveaux de pouvoir de cette nation. Nous avons une FINALE chance d’amener Trump à faire son travail et son devoir. Des patriotes entrant dans leur propre Capitole pour envoyer un message aux traîtres n’est RIEN comparé à ce qui va arriver si Trump ne prend pas des mesures décisives dès maintenant. Cela a aidé d’envoyer ce message à LUI. Il était le public le plus important aujourd’hui. J’espère qu’il a reçu le message.

En conclusion de cette section, il est important de faire le point sur les éléments présentés jusqu’à présent. Compte tenu de la sélection ci-dessus des actions et des paroles de Stewart Rhodes avant et pendant le 1/6, et compte tenu du fait que Rhodes est le chef de la principale milice associée au 1/6, pourquoi Rhodes n’a-t-il pas été inculpé ?

Cette question pressante et décisive ne peut être considérée isolément. Au contraire, comme nous l’avons soutenu tout au long de cette série, elle doit être examinée à la lumière de la norme extrêmement sévère de poursuites  » choc et effroi  » appliquée aux personnes inculpées pour les crimes du 1/6. Après avoir examiné les déclarations et les actions de M. Rhodes qui ont conduit au 1/6, et en notant que le propriétaire d’une sandwicherie, George Tanios, risque 60 ans pour avoir dit « non, non, pas encore », n’est-il pas étrange que M. Rhodes n’ait pas encore été inculpé ?

Au moment où nous écrivons ces lignes, d’innombrables Américains sont détenus en prison dans des conditions abusives et injustes pour des délits mineurs, voire inexistants, liés au 1/6. La raison d’une telle sévérité est l’idée que le 1/6 était une tentative d’insurrection, une tentative organisée et planifiée pour « assiéger » le Capitole et entraver le bon fonctionnement de notre démocratie. Et pourtant, lorsque nous examinons les preuves, il apparaît que la part écrasante des paroles et des actions « insurrectionnelles » associées au 1/6 provient de l’organisation des Oath Keepers. Comment expliquer alors que des centaines de Joes ordinaires pourrissent en prison et que George Tanios risque 60 ans de prison alors que le leader et fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, n’est accusé de rien ?

Le moment est venu de souligner un autre avertissement. Bien que nous ne soyons pas du tout d’accord avec la rhétorique de Rhodes sur la « guerre civile sanglante » et les insurrections, le but de cet article n’est pas de contester ou de critiquer toutes les croyances des Oath Keepers. Certaines des convictions déclarées des Oath Keepers semblent très raisonnables – leur résistance déclarée à la surenchère totalitaire, leur scepticisme quant à l’élection présidentielle de 2020, leur soutien au 2ème amendement, etc.

Précisément parce que de nombreux patriotes trouveront la plupart des croyances des Oath Keepers raisonnables et attrayantes, nous ne doutons pas que de nombreux membres de l’organisation des Oath Keepers sont de bons patriotes bien intentionnés (et de nombreux vétérans) qui ont simplement trouvé le mauvais exutoire et la mauvaise organisation pour lutter contre la classe dirigeante corrompue de notre pays.

Nous compatissons avec ces patriotes et la position dans laquelle ils se trouvent. Mais la réalité est qu’il est très peu probable qu’une organisation ou une milice dont l’objectif déclaré des Oath Keepers est de recruter des agents de la force publique et des vétérans puisse s’empêcher de devenir, en fait, un piège à miel. Et c’est ce que nous croyons que les Oath Keepers sont au plus haut niveau organisationnel, et nous croyons que la part écrasante de preuves indique que le but premier de Stewart Rhodes est de remplir cette fonction trompeuse pour le compte d’éléments au sein du gouvernement.

Enfin, nous soulignons à nouveau notre mise en garde précédente. Le but de cet exposé n’est pas de cibler M. Rhodes personnellement et nous ne sommes pas intéressés par son inculpation. Nous nous intéressons à l’infiltration fédérale, à l’implication et à la connaissance préalable du 1/6.

Dans la section suivante, nous nous appuierons sur les informations ci-dessus, ainsi que sur d’autres détails et observations importants, pour établir un dossier juridique plus précis de conspiration qui pourrait servir de base à l’inculpation de M. Rhodes. L’idée qu’il serait difficile d’établir un tel acte d’accusation n’est tout simplement pas soutenable. Encore une fois, le but ici n’est pas d’encourager l’inculpation de Rhodes en soi, mais d’attirer l’attention sur la conclusion désormais inévitable qu’il est protégé. La section suivante est particulièrement importante pour l’armée de « vérificateurs de faits » des médias du régime qui vont inévitablement s’abattre comme des hyènes sur ce travail d’investigation novateur, dangereux et pourtant d’une importance vitale.

Comprendre les poursuites (ou l’absence de poursuites)

Les premières arrestations des Oath Keepers ont eu lieu le 19 janvier, la veille de l’investiture du président Joe Biden. Ces arrestations très médiatisées de Oath Keepers ont généré le jour de l’inauguration la preuve, semble-t-il, qu’au moins une poignée de participants du 1/6 se livraient à des activités que l’on pourrait qualifier d' »insurrectionnelles ».

Trois miliciens autoproclamés inculpés dans l’intrusion du 6 janvier au Capitole des États-Unis ont commencé à solliciter des recrues pour des violences potentielles quelques jours avant l’élection présidentielle de 2020, puis se sont entraînés dans l’Ohio et en Caroline du Nord et ont organisé un voyage à Washington avec un bus rempli de camarades et un camion d’armes, ont allégué mercredi les autorités américaines.

Les arrestations ce week-end de plusieurs personnes ayant des liens présumés avec des groupes d’extrême droite, notamment les Oath Keepers, les Proud Boys et les Three Percenters, suggèrent que l’émeute n’était pas une explosion de violence entièrement impulsive, mais un événement instigué ou exploité par des groupes organisés. Des heures de vidéo publiées sur les médias sociaux et examinées par les enquêteurs ont montré des individus en tenue militaire se déplaçant ensemble.

Les mises en accusation interviennent un jour après que le procureur américain par intérim Michael R. Sherwin a déclaré que les enquêteurs se concentrent sur la question de savoir si des groupes de miliciens et des individus dans plusieurs États ont pu coordonner ou planifier à l’avance des actes criminels. Les responsables de l’application de la loi se sont concentrés sur les Oath Keepers, les Proud Boys, un groupe nativiste, et les Three Percenters, un autre groupe anti-gouvernemental dont le nom s’inspire de l’affirmation bidon selon laquelle seuls 3 % des colons ont soutenu la Révolution américaine contre les Britanniques.

Depuis ces arrestations du 19 janvier jusqu’à aujourd’hui, Stewart Rhodes est la vedette de tous les actes d’accusation des Gardiens du Serment. Cela inclut quatre mises en accusation supplémentaires pour ajouter de nouveaux accusés et de nouvelles charges.

Il est important de rappeler que l’accusation spécifique contre les Gardiens du Serment inculpés le 1/6 n’est pas simplement ou même principalement, comme on le croit généralement, « l’assaut du Capitole ». Au contraire, les assermentés mentionnés ci-dessus sont avant tout accusés de conspiration en vue de faire obstruction au Congrès :

Trois personnes associées aux Oath Keepers, une organisation paramilitaire axée sur le recrutement de militaires, de membres des forces de l’ordre et de secouristes, anciens et actuels, ont été inculpées aujourd’hui par le tribunal fédéral du district de Columbia pour conspiration en vue de faire obstruction au Congrès, entre autres charges.

Jessica Marie Watkins, 38 ans, et Donovan Ray Crowl, 50 ans, tous deux du comté de Champaign, Ohio, et Thomas Caldwell, 65 ans, du comté de Clarke, Virginie, ont été inculpés aujourd’hui par le tribunal fédéral du district de Columbia pour conspiration, obstruction à une procédure officielle, destruction de biens gouvernementaux et entrée illégale dans un bâtiment ou un terrain à accès restreint, en violation des articles 371, 1512, 1361 et 1752 du titre 18 du Code des États-Unis. Watkins et Crowl ont été arrêtés le 18 janvier ; Caldwell a été arrêté le 19 janvier. Les trois individus ont été initialement inculpés par une plainte pénale. La peine maximale pour obstruction à une procédure officielle est de 20 ans de prison.

La raison pour laquelle cela est pertinent est qu’il n’est pas nécessaire d’être entré au Capitole pour que le complot d’obstruction à une procédure officielle s’applique. Tout ce qui doit être démontré pour une mise en accusation, c’est qu’un individu a participé à une conspiration criminelle visant à entraver une procédure officielle et qu’il a accompli ce que l’on appelle une « action manifeste » dans le cadre de cette conspiration.

Il est donc particulièrement intéressant de comparer les descriptions que fait le gouvernement des paroles et des actions de Stewart Rhodes avec celles d’autres gardiens du serment inculpés dont les actions constituent des « actions manifestes » requises dans l’esprit du gouvernement pour inculper pour cette conspiration criminelle présumée particulière – c’est-à-dire l’obstruction de la procédure du Sénat. Pour commencer, nous encourageons le lecteur à revoir la section précédente qui décrit en profondeur les actions et le comportement de Rhodes avant et pendant le 1/6.

Pour l’instant, nous tournons notre attention vers un remarquable document du gouvernement exprimant son opposition à la motion de libération sous caution du Gardien du serment Thomas Caldwell, inculpé.

Portez une attention particulière à la compréhension par le gouvernement de la conspiration pour laquelle Caldwell est inculpé, ainsi qu’au langage utilisé par le gouvernement pour décrire le fondateur et leader des Oath Keepers, Stewart Rhodes :

Les preuves que le gouvernement va divulguer à la défense cette semaine – un chat Signal appelé « DC OP : Jan 6 21 » – montrent que des individus, y compris ceux qui sont présumés avoir conspiré avec le défendeur, planifiaient activement l’utilisation de la force et de la violence. Les participants à ce chat sont : PERSON ONE, Kelly Meggs, Jessica Watkins, et des responsables régionaux des Gardiens du Serment de plusieurs États du pays…

Ainsi, le gouvernement fait référence à Stewart Rhodes (PERSON ONE) en tant que participant à un chat Signal « DC OP » (et ce n’est pas fini) dont les participants, toujours selon le gouvernement, « planifiaient activement l’utilisation de la force et de la violence ». Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que Caldwell, le sujet de l’acte d’accusation lui-même, n’est même pas un membre de la discussion Signal, alors que Stewart Rhodes, qui n’est pas accusé, l’est.

Le document du gouvernement continue :

La discussion porte sur la venue de membres et d’affiliés des Oath Keepers à Washington, D.C., pour les événements des 5 et 6 janvier 2021, afin d’assurer la sécurité des orateurs et des VIP lors de ces événements. Il n’est pas question de pénétrer de force dans le Capitole avant le 6 janvier 2021. Cependant, il est question de se préparer à la violence… »

La personne 1 dit aussi : « Je recommande fortement une lampe de poche à cellule C ou D si vous en avez une. Les matraques pliables sont une zone grise dans la loi. J’en apporte une. Mais je suis prêt à prendre ce risque parce que je les aime… »

Ces messages font écho aux propos de la Personne 1 dans l’appel à l’action qu’elle a posté sur le site des Oath Keepers le 4 janvier 2021, dans lequel elle déclare : « Il est CRITIQUE que tous les patriotes qui peuvent être à DC s’y rendent pour soutenir le combat du président Trump pour vaincre les ennemis étrangers et nationaux qui tentent un coup d’État, à travers la fraude électorale massive et les attaques connexes contre notre République. Nous, les Gardiens du Serment, sommes à la fois liés par l’honneur et désireux d’être là en force pour faire notre part « , y compris  » se préparer à faire tout ce qui doit être fait pour honorer nos serments […]  » (ECF n° 18, p. 2). Ces déclarations et messages montrent tous que les co-conspirateurs se sont unis pour empêcher la certification par le Congrès du vote du Collège électoral, et qu’ils étaient prêts à utiliser la violence, si nécessaire, pour atteindre cet objectif.

L’accusation concède qu’il n’y a pas de discussion explicite sur l’entrée par la force dans le Capitole, mais note ensuite qu’il est question de se préparer à la violence. Plutôt que de faire référence à ce que Caldwell (l’accusé) a dit, le gouvernement cite le discours de Stewart Rhodes sur le fait de se préparer à la violence avec des matraques pliables. Puis le gouvernement utilise l’expression spécifique « appel à l’action » pour décrire l’appel de Rhodes aux patriotes à se rendre à Washington. Le gouvernement conclut en disant que les déclarations et messages susmentionnés démontrent tous une conspiration pour empêcher la certification du Congrès.

Nous laissons de côté la question de savoir si l’affirmation du gouvernement selon laquelle ces déclarations et actions établissent une conspiration en soi. Ce n’est pas la question centrale ici. La question est que le gouvernement prétend essentiellement que Caldwell fait partie d’une conspiration et pourtant, il cite massivement non pas Caldwell, mais les communications et les  » appels à l’action  » de Stewart Rhodes, commandant des Gardiens du Serment, comme établissant ladite conspiration. A ce stade, nous ne disons pas que Caldwell ou Rhodes sont justement coupables de conspiration. Nous soulignons plutôt la différence flagrante entre le fait que Caldwell est inculpé et que Rhodes, le leader des Oath Keepers dont les communications et les actions sont censées établir la conspiration, reste libre et non inculpé.

Encore une fois, pourquoi le gouvernement protège-t-il Rhodes ?

C’est encore pire. Les procureurs fédéraux continuent :

Peu importe s’ils prévoyaient d’utiliser cette violence pour soutenir le président lorsqu’il invoquerait la loi sur l’insurrection ou pour attaquer le Capitole si le vice-président autorisait la certification – dans les deux cas, ils prévoyaient d’utiliser la violence pour soutenir l’obstruction illégale d’une procédure du Congrès.

Encore une fois, il s’agit d’une position remarquable pour le gouvernement, étant donné les nombreux cas répétés dans lesquels Rhodes préparait psychologiquement ses abonnés à la violence sanglante, juste au cas où le président Trump donnerait un signal quelconque activant la loi sur l’insurrection. Une liste plus complète peut être trouvée dans la section précédente. Pour des raisons de commodité, voici quelques extraits de la section précédente :

Nous allons défendre le président, le président dûment élu, et nous lui demandons de faire ce qui doit être fait pour sauver notre pays. Parce que si vous ne le faites pas, vous allez vous retrouver dans une guerre civile sanglante, sanglante, et une sanglante – vous pouvez l’appeler une insurrection ou vous pouvez l’appeler une guerre ou un combat.

PERSON ONE a dit à ses abonnés qu’ils devaient se préparer à combattre Antifa, qu’il a décrit comme un groupe d’individus avec qui « si le combat vient, laissez le combat venir. Laissez les Antifa – s’ils nous attaquent, nous les attaquons à notre tour. Je suis prêt à me sacrifier pour cela. Que le combat commence là. Cela donnera au président Trump ce dont il a besoin, franchement. Si les choses deviennent cinétiques, tant mieux. S’ils nous jettent des bombes et nous tirent dessus, tant mieux, parce que cela apporte au président sa raison et sa justification pour abandonner l’Acte d’Insurrection.

PERSON ONE a poursuivi : « Je veux que certains Gardiens du Serment restent à l’extérieur, qu’ils soient armés et prêts à entrer armés, s’il le faut… … Donc, nous serons postés à l’extérieur de Washington, en attendant les ordres du président. . . . Nous espérons qu’il nous donnera les ordres. On veut qu’il déclare l’insurrection, et qu’il nous appelle en tant que milice. »

Nos hommes se tiendront prêts, attendant les ordres du Président pour nous appeler en tant que milice, ce qui annulerait les ridicules lois anti-armes de D.C. (selon la loi fédérale, tous les Américains âgés de 17 à 45 ans peuvent être appelés en tant que milice par le Président, et tous les vétérans militaires peuvent être appelés jusqu’à 65 ans en raison de leur formation et de leur expérience). – Restez à l’écoute pour plus de détails.

Rhodes a également préparé ses abonnés à l’éventualité d’un conflit majeur, en leur assurant que des « vétérans qualifiés de la guerre spéciale » seront « prêts à intervenir armés, juste à l’extérieur de D.C., en tant que QRF d’urgence » avec des armes lourdes, si nécessaire :

Les Gardiens du Serment auront également certains de nos vétérans les plus compétents en matière de guerre spéciale prêts à intervenir, armés, juste à l’extérieur de D.C., en tant que QRF d’urgence dans l’éventualité d’un scénario catastrophe à D.C…

Il est remarquable de lire les déclarations ci-dessus à la lumière de la propre position déclarée du gouvernement selon laquelle :

Peu importe qu’ils aient prévu d’utiliser cette violence pour soutenir le président lorsqu’il a invoqué la loi sur l’insurrection ou pour attaquer le Capitole si le vice-président autorisait la certification – dans les deux cas, ils prévoyaient d’utiliser la violence pour soutenir l’obstruction illégale d’une procédure du Congrès.

Et pourtant, si tel est le cas, comment expliquer l’inculpation de Caldwell et l’absence d’inculpation de Stewart Rhodes, fondateur et cheville ouvrière de Oath Keepers ?

L’opposition de l’accusation de Caldwell à la motion de libération sous caution continue :

Le chat de Signal référencé ci-dessus montre que le groupe – qui comprenait au moins deux individus présumés avoir conspiré avec Caldwell – activait un plan de recours à la force le 6 janvier. Vers 13 h 38, Personne 1 a écrit : « Tout ce que je vois, c’est que Trump se plaint. Je ne vois aucune intention de sa part de faire quoi que ce soit. Alors les patriotes prennent les choses en main. Ils en ont assez. » À 14 h 14, une personne dirigeant la coordination des détails de sécurité assurés par les Oath Keepers les 5 et 6 janvier a déclaré : « Ils ont pris pied dans la capitale […] Nous devons regrouper tous les membres qui ne sont pas en mission. » La personne n°1 a ensuite reposté ce message et donné des instructions au groupe : « Venez sur les marches du côté sud du Capitole » et a ensuite envoyé une photographie montrant le côté sud-est du Capitole. À 14 h 41, Personne 1 a posté une autre photo montrant le côté sud-est du Capitole avec la légende suivante : « South side of US Capitol. À environ 14 h 40, les individus de la  » pile « , dont les coaccusés Kelly et Connnie Meggs, Jessica Watkins, Graydon Young, Laura Steele, Donovan Crowl et Sandra Parker, sont entrés de force dans le Capitole par la porte de la Rotonde, au centre du côté est du bâtiment.

Le passage ci-dessus commence par une référence du gouvernement au groupe Signal « activant un plan de recours à la force » le 6 janvier. Stewart Rhodes n’était pas seulement un membre du groupe Signal « activant un plan d’usage de la force » : le document cite directement Rhodes, à plusieurs reprises, pour appuyer son affirmation d’une telle activation.

Le procureur Michael Sherwin, qui a proposé la norme de poursuite  » choc et effroi « , a fait tout un plat de ce moment de 14 h 40 où les Oath Keepers ont formé une  » pile militaire  » et sont entrés dans le Capitole. Entre-temps, nous avons vu que le propre département de la justice de Sherwin soutient dans des documents publics que toute l’affaire a été activée, au moins en partie, par Stewart Rhodes, qui n’a toujours pas été inculpé.

Le passage ci-dessous, qui suit immédiatement le passage extrait ci-dessus et conclut l’argumentation du DOJ pour la section « Les preuves de la conspiration », se lit à nouveau comme si l’ensemble du dossier du DOJ était contre Stewart Rhodes, et non contre son prétendu abonné aux Oath Keepers Thomas Caldwell :

Kelly Meggs a nié que quelqu’un en particulier ait pris la décision ou donné l’ordre au groupe d’entrer dans le bâtiment. Un autre membre accusé du groupe a nié savoir que la Personne 1 se trouvait dans l’enceinte du Capitole le 6 janvier 2021. Cependant, des photographies et des vidéos accessibles au public montrent une personne dont l’apparence correspond à celle de la Personne 1 sur le côté est du Capitole dans l’après-midi du 6 janvier 2021. À un moment donné, vers 16h00 – alors que de nombreux émeutiers sortaient du Capitole – un grand groupe comprenant les coaccusés Kelly Meggs, Connie Meggs, Graydon Young, Laura Steele, d’autres membres de la pile, et d’autres individus portant des vêtements et des insignes « Oath Keepers » qui ont également pris d’assaut le Capitole se sont rassemblés autour de la Personne Un et sont restés debout à attendre pendant au moins dix minutes à cet endroit.

Nous voyons donc que le gouvernement semble attribuer la culpabilité à « un membre accusé supplémentaire » sur la base de la possibilité de savoir que la Personne Un (Rhodes) se trouvait dans l’enceinte du Capitole le 1/6. Et le gouvernement continue en stipulant que de nombreux co-accusés se sont tous rassemblés pour rencontrer la Personne Un (Rhodes) après avoir quitté le Capitole, suggérant clairement que Rhodes était le leader et l’organisateur. Et en effet, il est le fondateur et le chef de l’organisation à laquelle ces co-accusés appartiennent prétendument.

Le gouvernement a, en effet, construit son dossier contre les 16 Gardiens du Serment en grande partie en disant « Nous savons que vous êtes coupables de conspiration parce que nous savons définitivement que votre leader Stewart Rhodes est coupable de conspiration, et il semble que vous suiviez votre leader ».

Mais Stewart Rhodes n’est même pas accusé. Il n’est toujours que « personne un ».

Presque aussi étrange que l’apparente protection de Rhodes contre l’inculpation est l’absence totale de curiosité ou de scepticisme quant à la raison. En effet, même si le précédent rapport d’enquête de Revolver a attiré l’attention de tout le pays en suggérant que certaines des personnes non inculpées nommées dans les documents d’inculpation étaient des agents fédéraux, aucune source médiatique à notre connaissance n’a dirigé ses soupçons vers le fondateur et le chef des Oath Keepers, Stewart Rhodes.

Au début du mois de mars, un barrage de titres indiquait que les jours de Stewart Rhodes étaient comptés.

Le 9 mars, nous avons eu droit à « Le leader des Oath Keepers, Stewart Rhodes, a dirigé ses abonnés pendant l’émeute du Capitole, selon les procureurs.« 

Personne dans la presse écrite ou audiovisuelle n’a trouvé étrange que : (1) il s’agit d’une affaire de conspiration ; (2) les procureurs fédéraux ont désigné (dans le document de demande de libération sous caution de Caldwell) Rhodes comme une personne qui a dirigé la conspiration, en temps réel ; et (3) un directeur clé présumé de toute la conspiration n’est pas réellement inculpé dans la conspiration.

Le 10 mars, ABC News est arrivé en force avec « Les procureurs fédéraux semblent se concentrer sur le fondateur de Oath Keepers pour son rôle présumé dans l’attaque du Capitole« .

Le 25 mars, le Daily Beast a débarqué, l’écume à la bouche : « La violence du 6 janvier. Wasn’t Enough for Oath Keepers Leader : New Docs » (Ce n’était pas assez pour le leader des Oath Keepers : Nouveaux documents).

Le 26 mars, Voice of America (La voix de l’Amérique) a compensé l’absence d’explication sur la liberté totale de Rhodes en matière de poursuites judiciaires en faisant monter les enchères : ils envisagent peut-être des accusations de sédition ! Voir, par exemple, « Les procureurs se concentrent sur une possible conspiration séditieuse dans l’enquête sur l’insurrection du Capitole. ».

À la fin du mois d’avril, les médias du régime semblaient découragés, presque résignés devant le défi insurmontable que représentait pour les procureurs l’inculpation de Stewart Rhodes.

Le 20 avril, le LATimes déplore « Le défi des procureurs dans l’enquête sur l’émeute du Capitole : Le Gardien du Serment qui n’est pas entré« .

Bien que les médias du régime n’aient pas pris la peine d’exprimer le moindre soupçon quant à l’apparente protection de Rhodes, la collection de titres ci-dessus suggère implicitement que les médias se reposent sur deux explications innocentes possibles – toutes deux pouvant être facilement écartées.

La première objection possible est que le gouvernement a simplement du mal à inculper Stewart Rhodes parce qu’il n’est pas techniquement entré dans le Capitole. Comme nous l’avons montré précédemment dans cette section, cette objection possible est détruite par les propres arguments des procureurs. En effet, le principal acte d’accusation contre les Gardiens du Serment n’est pas l’assaut du Capitole ou l’intrusion, mais plutôt la conspiration pour entraver une procédure officielle (certification du Sénat). Cela ne nécessite pas de pénétrer dans le Capitole.

Thomas Caldwell n’est pas censé être entré dans le Capitole, et a quand même été inculpé dans le cadre de la conspiration présumée. En outre, comme nous l’avons vu plus haut dans cette section, les procureurs se réfèrent à plusieurs reprises aux communications, déclarations et actions de Stewart Rhodes pour établir la base de la conspiration même pour laquelle ils ont accusé son sous-fifre Thomas Caldwell.

Non seulement Thomas Caldwell ne s’est pas rendu au Capitole, mais les procureurs soutiennent que les actions de Stewart Rhodes – et la proximité de Thomas Caldwell avec ces actions – sont suffisantes pour poursuivre le refus de libération sous caution de Thomas Caldwell.

La deuxième objection possible est que Rhodes n’a pas été inculpé parce que le gouvernement monte les enchères et se lance dans une véritable conspiration de sédition. Mais cela n’explique pas pourquoi Rhodes ne serait pas inculpé immédiatement pour des charges de conspiration moins importantes, avec les 16 autres. Le DOJ pourrait simplement déposer un acte d’accusation complémentaire, et ajouter des charges supplémentaires plus tard, alors que Rhodes est déjà arrêté.

Ce n’est pas une affaire RICO. Vous n’avez pas besoin de plus de preuves que celles que vous avez déjà pour inculper Stewart Rhodes. Tout ce dont vous avez besoin c’est d’un accord pour la conspiration et un acte manifeste. Vous avez son « accord » de mille façons à partir de dimanche, toutes stipulées ci-dessus.

Besoin de quelques actes manifestes ? Dans le seul acte d’accusation, voici une revue rapide basée sur les éléments déjà présentés dans cet article :

Les actes manifestes de Stewart Rhodes dans les paragraphes 35, 55, 85, sont tous antérieurs au 6 janvier, et incluent à peine toute la gamme référencée. Ensuite, dans les « Actes manifestes » spécifiquement le jour du 1/6, les procureurs allèguent (dans le document de libération sous caution de Caldwell) que Stewart Rhodes a commis des actes manifestes dans la poursuite de la conspiration survenue dans la section « Actes manifestes : La section « Opération du 6 janvier » dans les paragraphes 100, 104, 105, 106, 112, 113, 115, 120, 124, 126, 127, 163, 164 et 165.

Dans l’environnement politique et juridique actuel, l’accusation de conspiration de Stewart Rhodes est peut-être l’acte d’accusation le plus facile à présenter de toute l’histoire moderne de l’Amérique. Nous invitons les experts juridiques de CNN, du New York Times, etc., à faire de leur mieux pour lire le dossier judiciaire des Oath Keepers et à expliquer, de manière formelle, comment il n’y a pas de faits allégués suffisants pour porter une accusation contre Stewart Rhodes.

Pour couronner le tout, considérez le titre suivant du 10 mars : Le secrétaire à la Défense annonce que 2 300 soldats de la Garde nationale resteront à Washington DC pendant DEUX mois supplémentaires, alors qu’il est révélé que le leader des Oath Keepers « prévoyait d’utiliser la force et la violence pour prendre d’assaut le Capitole des États-Unis ».

C’était le gros titre partout. L’ennemi juré du ministère de la justice, Stewart Rhodes, a été convoqué comme la grande menace fantôme, faisant des ravages dans le centre de Washington depuis sa grotte en Afghanistan. Du Daily Mail :

Le ministre de la Défense annonce que 2 300 soldats de la Garde nationale resteront à Washington pour DEUX mois supplémentaires, alors qu’il a été révélé que le leader des Oath Keepers « prévoyait d’utiliser la force et la violence pour prendre d’assaut le Capitole ».

– Les procureurs américains ont révélé lundi qu’ils disposaient de nouvelles preuves liant les Oath Keepers à des plans d’utilisation de la « force et de la violence » lors des émeutes du Capitole.
– Il s’agit de textes du leader de la milice d’extrême droite, Stewart Rhodes.
– Ils ont été trouvés dans l’application de textos Signal dans un chat intitulé « DC OP : Jan 6 21 ».
– Tout ce que je vois, c’est que Trump se plaint. Je ne vois aucune intention de sa part de faire quoi que ce soit », aurait déclaré Rhodes dans un texte.
– Il n’a pas été publiquement inculpé en rapport avec l’intrusion au Capitole.
– Cela intervient alors que les forces de l’ordre de Washington affirment que la menace contre le Capitole demeure.
– Mardi, le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, a officiellement approuvé la prolongation du déploiement de la Garde nationale pour deux mois supplémentaires.
– Près de 2 300 soldats continueront à assurer la sécurité à Washington jusqu’au 23 mai.

Si le ministère de la Justice voulait retenir des accusations de sédition, il aurait été bien plus avantageux d’inculper Rhodes il y a cinq mois, car Rhodes serait dans une position juridique et financière bien plus faible. Il aurait dû se battre contre des accusations de sédition alors qu’il croule déjà sous le poids des accusations de conspiration.

Et maintenant que j’y pense, le gouvernement n’est-il pas inquiet que ce chef prétendument dangereux de la « plus grande milice de la nation » puisse poser un risque de fuite après le 1/6 ?

Et un risque pour la sécurité ?

Le ministère de la Justice ne s’inquiète-t-il pas de voir l’organisation paramilitaire radicalisée de Stewart Rhodes planifier une « autre » attaque terroriste nationale ? Rhodes a envoyé un SMS à tous ses lieutenants de rang inférieur pour leur dire que le 1/6 n’était « RIEN comparé à ce qui va arriver« . Le ministère de la Justice a impitoyablement inculpé et demandé à ce que les personnes ayant reçu ce message ne soient pas libérées sous caution – pourquoi Rhodes est-il protégé ?

Pour une réponse plus complète à cette question troublante, nous concluons notre analyse exhaustive de la relation de Rhodes avec le 1/6, et remontons plus loin dans sa biographie.

La protection fédérale dont il semble bénéficier en relation avec l’inculpation du 1/6 n’est pas nouvelle, et reflète en fait un curieux schéma dans la vie de Rhodes, qui s’étend sur plusieurs décennies.

Qui est Elmer « Stewart » Rhodes III ?

Le numéro de novembre 2020 de The Atlantic contenait une biographie étrangement prémonitoire de Stewart Rhodes : « Un groupe militant pro-Trump a recruté des milliers de policiers, de soldats et de vétérans : Une enquête d’Atlantic révèle qui ils sont et ce qu’ils pourraient faire le jour de l’élection« .

L’article, publié deux mois avant le 1/6, décrivait Rhodes comme une tombe à retardement d’une menace latente de sécurité nationale pour l’élection américaine de 2020. Selon la biographie de The Atlantic, après un long passage dans la 72e unité aéroportée de l’armée, Rhodes aurait été libéré du service avec une fracture de la colonne vertébrale, et s’est retrouvé valet de voiture de 28 ans sans formation universitaire. En 1993, sans le sou, Rhodes se serait accidentellement tiré une balle dans le visage avec un pistolet chargé, devenant ainsi aveugle d’un œil. Grâce à une série d’événements encore peu compris, Stewart Rhodes est passé du statut de sans-abri, au community college, puis à la Yale Law School, sans doute l’institution académique la plus sélective du pays. De The Atlantic :

Rhodes était un blogueur libertaire peu connu lorsqu’il a lancé les Oath Keepers au début de 2009… Rhodes s’était engagé dans l’armée juste après le lycée, dans l’espoir de devenir un béret vert, mais sa carrière a été interrompue lorsqu’il s’est fracturé la colonne vertébrale lors d’un saut d’entraînement en parachute. Après sa démobilisation, il a travaillé comme instructeur en armes à feu et a garé des voitures comme valet. En 1993, il a laissé tomber une arme de poing chargée qui l’a atteint au visage, le rendant aveugle de l’œil gauche. Ce contact avec la mort l’a incité, à 28 ans, à s’inscrire dans un collège communautaire. Il est ensuite entré à l’université du Nevada à Las Vegas, où il a obtenu un diplôme avec mention, puis à la faculté de droit de Yale.

Presque aucun de ces détails n’a été corroboré, selon Buzzfeed :

Un porte-parole de l’armée a déclaré qu’ils ne pouvaient pas vérifier le service de Rhodes parce qu’il aurait eu lieu il y a trop longtemps ; les Archives nationales ont déclaré qu’elles ne traitaient pas les demandes de dossiers de service pendant la pandémie.

Même le FBI a semblé sceptique quant à l’ascension de Stewart Rhodes, qui est passé du statut de voiturier de 28 ans, borgne et sans formation universitaire, à celui de diplômé en droit de la Yale School, lauréat d’un prix, devenu fondateur de la plus grande milice d’Amérique. Un document de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) du 9 janvier 2014 ne mentionne le parcours de Stewart Rhodes, du parachutisme à Yale, qu’avec les mots « prétendument », tout en expurgeant tout autre détail qui pourrait s’avérer utile pour corroborer cette histoire :

C’est un schéma fréquent. La FOIA comporte quatre pages consécutives de blocs entièrement caviardés. Pas un seul détail, apparemment, ne convient à la consommation publique.

Le peu qui n’a pas été expurgé des dossiers du FBI sur les Gardiens du Serment et Stewart Rhodes regorge de références à des informateurs sous couverture et à la surveillance du FBI, qui ont envahi le groupe depuis ses premières années. Rappelons que « CHS » fait référence à Confidential Human Source (Source humaine confidentielle) :

L’expert apparemment le plus éminent du monde universitaire sur les Oath Keepers, Sam Jackson, semble également ne pas avoir réussi à confirmer de manière indépendante la chronologie officielle de l’ascension mythique de Rhodes, qui est passé de parachutiste de l’armée à voiturier de 28 ans dans le Montana, sans aucune formation universitaire, puis à la faculté de droit de Yale, puis à [insérer le trou noir de 4 ans], et enfin, voilà, au groupe antigouvernemental le plus important du pays. De YouTube :

« On ne sait pas exactement quel était son parcours juste avant de créer le groupe », conclut Sam Jackson. « Il a parlé un peu des raisons pour lesquelles il a formé le groupe. Mais ce qu’il faut noter, c’est que toutes mes recherches se concentrent sur toutes les communications que le groupe émet. Il s’agit donc de choses qu’ils pourraient stratégiquement décider de révéler et qui ne sont pas nécessairement révélatrices de ce qui s’est réellement passé, si vous voulez faire cette distinction.

Le blog d’où sont sortis les Oath Keepers était rempli du genre de feu et de venin généralement associé à ce que l’on appelle aujourd’hui le « Fedposting » – une rhétorique outrancière et incendiaire qui est techniquement légale, mais qui est également susceptible de générer des pistes que le FBI peut poursuivre lorsque les fidèles abonnés de l’informateur amplifient la rhétorique ou formulent des plans pour prendre cette rhétorique au sérieux.

Par exemple, dans un article publié en mai 2009 sur le blog des Oath Keepers, Rhodes a répondu à un prétendu « étudiant mâle métro-sexuel délicat » qui a déclaré qu’il suivrait les ordres immoraux de ses supérieurs militaires en disant : « À ce moment-là, j’ai compris ce que H. L. Mencken voulait dire lorsqu’il affirmait que « tout homme normal doit parfois être tenté de cracher sur ses mains, de hisser le drapeau noir et de commencer à trancher des gorges » ».

Maintenant, il n’y a pas de plus grand critique des poseurs de guerriers de la justice sociale prenant la forme de « mâles métro-sexuels délicats » que Revolver. Cependant, le problème ici est que le comportement et le contexte de Rhodes semblent étrangement et massivement correspondre au modèle d’un informateur ou d’un agent du gouvernement, datant de plusieurs années avant les événements du 1/6.

En général, les informateurs diffusent une telle rhétorique comme un piège à miel, puis dénoncent leurs propres abonnés et adhérents trop zélés aux forces de l’ordre fédérales. Ils perçoivent des chèques pour l’incarcération de leurs « camarades » patriotes bien intentionnés dont les défaillances de jugement, d’intelligence ou de contrôle de soi les mènent un peu trop loin sur la voie de l’escalade de la rhétorique des guerriers du clavier.

C’est exactement ce qu’a fait, d’ailleurs, un autre leader patriote de droite très en vue, Hal Turner, qui s’est révélé être un « agent de renseignement sous couverture » pour le FBI. Soit dit en passant, le mandat de Hal Turner au FBI a pris fin quelques mois à peine après que Stewart Rhodes ait lancé les Oath Keepers :

Ils l’appelaient « Valhalla ».

Mais c’était plus qu’un surnom.

Pendant plus de cinq ans, Hal Turner, de North Bergen, a vécu une double vie.

Le public le connaissait en tant qu’animateur de talk-show radio d’extrême droite et blogueur sur Internet, avec un public de néonazis et de suprémacistes blancs attirés par son racisme de la terre brûlée et son dénigrement des personnalités publiques. Mais pour le FBI, et ses opérations de renseignement antiterroriste en pleine expansion dans le sillage des attentats du 11 septembre, Turner était « Valhalla » – son nom de code en tant qu’informateur qui espionnait ses propres abonnés controversés.

« Je n’étais pas un mouchard de la rue », a déclaré Turner lors d’une des nombreuses longues interviews réalisées à la prison du comté de Hudson, où il a été détenu jusqu’à ce que les conditions de sa libération sous caution soient fixées en octobre – conditions qui l’ont empêché de parler aux journalistes après sa libération. « J’étais un agent de renseignement profondément infiltré. » [NorthJersey.com]

Un bon exemple de la façon dont les informateurs du FBI tels que Hal Turner ont fait inculper à plusieurs reprises des abonnés fidèles pour avoir amplifié la rhétorique de l’informateur est un courriel de Hal Turner à son responsable, l’agent Stephen Haug du FBI, où il note : « Une fois de plus, ma rhétorique féroce a servi à débusquer un éventuel fou » :

J’ai écrit un article d’opinion sur mon site aujourd’hui dans lequel je m’exprime sur 46 sénateurs américains qui, selon moi, devraient être démis de leurs fonctions le 4 juillet pour avoir trahi leurs électeurs et cette nation.

Une personne anonyme, postant à l’extérieur, dans la zone des commentaires des visiteurs tiers de mon site web, a écrit :

« Je vais tuer le sénateur Feinfold le 4 juillet, que Thomas Paine me sourie et qu’Alexandre Hamilton bénisse ma cause. Louez le Seigneur et passez les munitions. »

Une fois de plus, ma rhétorique féroce a servi à débusquer un éventuel fou.

Depuis le tout début de la fondation des Oath Keepers par Stewart Rhodes, jusqu’à ses actions avant et le jour du 1/6, toute la carrière de Stewart Rhodes a été une étude de cas de « rhétorique féroce » dans laquelle Rhodes rallie à plusieurs reprises ses abonnés à l’action, et tout le monde est mis en accusation sauf lui.

L’exemple le plus notable est sans doute l’implication de Rhodes dans l’affaire dite du Ranch Bundy en 2014.

Au cours des premières années des Oath Keepers, de 2009 à 2013, les provocations de Stewart Rhodes se sont surtout limitées à des activités de guerrier du clavier, comme l’encouragement des vétérans militaires à désobéir en masse aux ordres de leurs supérieurs. Il convient de noter que si ses abonnés suivaient les directives de Stewart Rhodes, ils seraient arrêtés ou traduits en cour martiale. La rhétorique de Rhodes  » servirait à débusquer un éventuel fou « , selon les mots de Hal Turner.

Puis, en octobre 2013, Stewart Rhodes a annoncé que les Oath Keepers seraient « opérationnalisés » en équipes spéciales sur le terrain, sur le modèle des forces spéciales américaines.

En avril 2014, l’éleveur Ammon Bundy a déclenché un point d’éclair national pour les patriotes contre le gouvernement fédéral lorsque sa famille a tenu bon en défiant les ordres du Bureau of Land Management. En réponse, Stewart Rhodes a lancé un appel à toutes les équipes spéciales des Oath Keepers pour qu’elles se rendent au Ranch Bundy dans le Nevada afin d’aider la famille Bundy dans une impasse armée, même si cela signifiait résister violemment aux ordres inconstitutionnels émis par le gouvernement fédéral.

Rhodes s’est envolé, a fait des discours et des promesses de protection, puis a provoqué des dissensions massives au sein du Ranch Bundy et la panique dans les rangs en disant au groupe qu’une attaque de drones d’Obama était imminente :

Les médias ont fait état de conflits entre différentes factions de partisans de Bundy. Une « rumeur folle et paranoïaque » selon laquelle le procureur général Eric Holder préparait une attaque de drones contre eux a poussé le fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, à retirer ses hommes de la « zone de mort » supposée. Dans une vidéo enregistrée, d’autres partisans de Bundy ont parlé ouvertement d’abattre Rhodes pour ce qu’ils considéraient comme une « désertion » et une « lâcheté ». Rhodes a décrit plus tard une situation comme étant « à deux doigts d’être une fusillade ». Il a raconté une autre situation dans laquelle, selon lui, un homme a sorti une arme sur un membre d’une autre milice.

Rhodes a ensuite été expulsé du ranch Bundy par le vote unanime des autres miliciens présents sur place, qui l’ont ouvertement décrit comme un probable informateur du FBI ou un agent provocateur parrainé par le gouvernement fédéral.

L’incroyable vidéo ci-dessous montre toutes les caractéristiques d’une séquence classique de Stewart Rhodes : un appel aux armes pour les Oath Keepers afin de stopper une action d’application de la loi fédérale ; des menaces de bain de sang, puis le lancement d’autres personnes en avant pour être les soldats de toute résistance armée ou violente.

Notez que toute la famille Bundy – y compris le père Cliven et le fils Ammon, ainsi que l’ami de la famille Ryan Payne qui a personnellement fait éjecter Stewart Rhodes, ont tous été arrêtés pour conspiration d’obstruction à une procédure officielle (une accusation similaire pour 1/6). Bien que Stewart Rhodes ait pris l’avion pour participer à cette obstruction et que plusieurs de ses compagnons de route aient été arrêtés pour leurs activités, Stewart Rhodes s’en est tiré à bon compte, même s’il a donné toutes les apparences d’un organisateur et d’un instigateur en chef :

En mars de cette année-là, les autorités fédérales ont commencé à rassembler le bétail de Bundy. L’un de ses fils est arrêté et cité à comparaître pour des délits mineurs. La nouvelle s’est répandue et des membres de groupes militants de tout le pays ont afflué pour soutenir les Bundy, ce qui a conduit à une impasse armée près du viaduc de l’Interstate 15.

M. Rhodes a imploré les membres et autres sympathisants de venir au Nevada ou au moins de faire des dons pour la cause. « Tout ce que vous pouvez envoyer sera une bénédiction pour les patriotes qui se trouvent dans le paysage du Nevada », peut-on lire sur le site Web des Oath Keepers. « Comme dans toute opération militaire de combat, les lignes d’approvisionnement sont extrêmement importantes pour la victoire. »

Les Oath Keepers lourdement armés de tout le pays ont répondu à l’appel.

Rhodes a tiré le meilleur parti de ce qui est rapidement devenu un cirque médiatique, en tenant de multiples conférences de presse et en apparaissant régulièrement sur les réseaux d’information par câble, portant les articles du groupe et arborant le drapeau des Oath Keepers. Le gouvernement, désireux d’éviter une effusion de sang, a libéré le bétail, offrant ainsi une grande victoire aux manifestants. Mais presque immédiatement après, Bundy a commencé à faire des commentaires racistes, et les médias conservateurs ont abandonné sa cause. Dans les jours qui ont suivi, Rhodes a retiré les Oath Keepers, affirmant qu’il était préoccupé par la possibilité d’une attaque de drone par le gouvernement.

Selon trois anciens membres du groupe, l’impasse Bundy a été une aubaine pour l’organisation. Le nombre d’adhérents a grimpé en flèche, selon deux d’entre eux, et les dons ont afflué sur le compte PayPal du groupe. Mais malgré les promesses de soutenir d’autres groupes militants impliqués dans l’impasse, peu ou pas d’argent leur est parvenu, selon Gary Hunt, qui a aidé à diriger une coalition de ces groupes.

« C’était des conneries », a déclaré Gary Hunt, qui a qualifié les Oath Keepers de déserteurs. Des groupes militants locaux leur ont interdit de revenir, leur disant : « Vous avez de la chance de ne pas vous faire tirer dans le dos. »

Jerry DeLemus, sergent des Marines à la retraite et militant du tea party, était l’un des nombreux habitants du pays à avoir répondu à l’appel à l’action de Rhodes, parcourant près de 3 000 miles depuis le New Hampshire jusqu’au Nevada, où il a été nommé chef de la sécurité, selon les articles de blog du site des Oath Keepers.

Deux ans plus tard, DeLemus a été arrêté par le FBI pour diverses accusations liées à l’impasse.

Sa femme, Sue DeLemus, membre républicain de la Chambre des représentants du New Hampshire, se souvient que le téléphone a sonné quelques jours plus tard. L’un des hommes de Rhodes m’a appelée pour me dire : « Sue, c’est si triste. Nous voulons t’aider. Tu peux nous appeler à tout moment », dit-elle. « Quelle blague. Ils n’ont jamais apporté la moindre aide ».

Jerry, qui a finalement plaidé coupable de conspiration et de déplacement interétatique en vue d’une extorsion, purge toujours une peine de sept ans.

« Comment se fait-il que Stewart ne soit pas en prison ? » Sue a demandé. « Il était là. Il a dit à tout le monde de venir. » [Buzzfeed]

En 2015 et 2016, Rhodes a réitéré ce stratagème dans diverses permutations avec des sorties similaires, comme l’affaire Kim Davis et l’impasse de la réserve nationale de faune sauvage de Malheur. L’analyse complète de ces événements dépasse le cadre de cette étude.

Ce qui est particulièrement intéressant à noter, cependant, c’est la fréquence à laquelle Stewart Rhodes justifie son implication dans des événements en prétextant fournir des services de garde du corps, ou de « sécurité personnelle ». C’est la même justification qu’il a donnée au shérif Arpaio, qui sera plus tard sondé par le FBI et inculpé, et la même excuse que Rhodes donnera plus tard pour se rapprocher de Roger Stone, que le FBI poursuit avec impatience pour une autre série d’inculpations, ainsi que d’Alex Jones, Michael Flynn et d’autres VIP lors des événements « Stop The Steal » de novembre-décembre 2020.

Pour ce que cela vaut, fournir un « soutien en matière de sécurité », gratuitement, aux dirigeants de « groupes extrémistes » est de loin l’histoire de couverture la plus populaire utilisée par les agents du contre-espionnage du FBI et de l’armée sous couverture pour obtenir un accès personnel aux dirigeants VIP d’un réseau espionné par les agences gouvernementales. Il y a certaines informations que vous ne pouvez obtenir qu’en étant de près, toute la journée. Par exemple :

-Le garde du corps personnel de Tupac Shakur était un informateur du FBI.
-Le garde du corps personnel de Fred Hampton était un informateur du FBI.
-Le garde du corps personnel de Malcolm X était un informateur du FBI.
-Le garde du corps personnel du leader des Nations aryennes, Richard Butler, était un informateur du FBI.
-Même le chef de la sécurité de Jim Garrison, l’enquêteur de JFK, était un informateur du FBI.

En d’autres termes, les organisations dissidentes peuvent s’attendre à de nombreuses offres gratuites de services de garde du corps bénévoles juste avant que quelque chose de très grave ne se produise. Et le service de garde du corps bénévole est précisément ce que Stewart Rhodes a prétendu faire pour expliquer sa présence à D.C. pendant les événements « Stop the Steal » de novembre-décembre.

Le lien

Le précédent rapport d’enquête de Revolver a suscité une attention considérable et a créé une conversation nationale sur la possibilité d’une infiltration, d’une incitation et d’une prescience fédérales en relation avec les événements du 1/6.

Si notre premier article a contribué à orienter la conversation sur le 1/6 vers la possibilité d’une infiltration et d’une incitation fédérales, nous espérons que cet article orientera la question de l’infiltration et de l’incitation fédérales vers le fondateur et chef des Oath Keepers, Stewart Rhodes.

Il existe peut-être des explications innocentes aux faits et arguments fournis tout au long de cet article. Si Stewart Rhodes a de telles réponses, nous sommes heureux de les accueillir en toute bonne foi. Encore une fois, il ne s’agit pas de Stewart Rhodes, mais du gouvernement des États-Unis – et de la possibilité que les principaux personnages de la milice impliqués dans l’événement du 1/6 soient en fait des agents d’un élément (peut-être véreux) de l’État de sécurité nationale. Après tout, l’État de sécurité nationale, avec des médias d’État dociles, utilise le 1/6 pour justifier sa guerre intérieure contre le terrorisme et les citoyens américains patriotes. Les enjeux sont élevés et le public mérite de connaître la vérité, même si elle est embarrassante ou sale.

La quasi-absence d’un véritable journalisme d’investigation explique en partie pourquoi notre État de sécurité nationale a réussi à nous priver d’un si grand nombre de nos libertés, et ce si rapidement. Revolver est heureux de combler cette lacune et d’être à la pointe du progrès.

Nous sommes étonnés que personne n’ait pensé à évoquer le complot d’enlèvement du Michigan à la lumière du 1/6. Le complot du Michigan impliquait la même action (prise d’assaut du capitole de l’État) et l’un des mêmes grands groupes de miliciens (Three Percenters). Non seulement ce complot a été fortement infiltré (au moins 5 des 18 comploteurs se sont avérés être des agents fédéraux), mais l’agent du FBI qui a supervisé cette opération d’infiltration a été promu au bureau de Washington, où il a ensuite supervisé l’enquête sur le 1/6. Les parallèles étaient remarquables, et il est encore plus remarquable qu’aucun journaliste n’ait pensé à demander s’il n’y aurait pas eu une infiltration similaire dans le 1/6 – en particulier dans les principaux groupes de miliciens impliqués dans les éléments les plus flagrants et spectaculaires du 1/6.

De même, personne dans l’État de sécurité nationale ou dans les médias du régime ne s’attendait à ce qu’un petit journal d’investigation miteux braque les projecteurs sur Stewart Rhodes comme nous l’avons fait. Mais, malheureusement pour eux, c’est ce que nous avons fait. Et maintenant, le fait même qu’il y aura une attention accrue sur le cas de Stewart Rhodes à la lumière de ce contexte crée un dilemme stratégique à la fois pour le DOJ/FBI (et toute agence à laquelle Rhodes pourrait être associé) et pour les médias du régime. Nous appelons ce dilemme stratégique « The Bind ».

Le « lien » est le suivant :

D’une part, selon la propre logique de l’administration Biden, il y a peut-être la plus grande prérogative de toute l’histoire américaine moderne pour arrêter et inculper Stewart Rhodes dès maintenant. Toutes les réponses clés à la conspiration présumée des Oath Keepers – et par extension aux soi-disant assauts pré-planifiés contre le « Temple de la Démocratie » – sont susceptibles d’être trouvées dans ses dossiers, sur ses appareils électroniques, et dans le cadre de son procès.

En outre, l’impératif national apparent d’arrêter et d’inculper Stewart Rhodes s’intensifie de jour en jour. Le Pentagone a identifié les Oath Keepers – qui ne sont guère plus que le vaisseau d’un seul homme, Stewart Rhodes – comme le seul groupe d’extrême droite figurant deux fois sur son tableau des « symboles de l’extrémisme ». Les Oath Keepers figurent également au premier plan, juste à côté du drapeau d’ISIS.

En substance, si le 1/6 était vraiment comme le 11 septembre (c’est risible, mais c’est ainsi que le gouvernement le traite), alors le Pentagone lui-même positionne implicitement Stewart Rhodes presque comme son Oussama Ben Laden :

DARPA
Les symboles de l’extrémisme


– Les symboles représentent quelque chose d’autre ; ils peuvent être utilisés pour renforcer la fierté ou créer un lien émotionnel positif.
– Ils peuvent être utilisés pour alimenter un sentiment de vengeance, de haine, de peur ou pour contrôler les autres.
– Soyez attentifs aux symboles de l’extrême droite, de l’extrême gauche, de l’islamisme ou des idéologies à thème unique.
– Les extrémistes violents déforment souvent la signification des symboles ou choisissent des tags symboliques pour donner plus d’importance à leurs attaques.

N’importe quel jeune procureur américain pourrait simplement choisir l’une des seize plaintes pénales déjà déposées pour conspiration (18 U.S.C. 371) contre les sous-fifres de Stewart Rhodes, remplacer simplement « Personne 1 » par « Stewart Rhodes », et obtenir l’acte d’accusation le plus facile de l’histoire américaine moderne.

On pourrait penser qu’il y aurait une phalange de procureurs américains en colère, tous désireux d’obtenir le prix de la carrière de celui qui a fait tomber Stewart Rhodes.

Mais c’est là que le bât blesse : si Stewart Rhodes (comme nous le soupçonnons fortement) est un agent fédéral, ou était en communication avec des agents fédéraux, ou était sous la surveillance des fédéraux, tout l’artifice des mensonges 1/6 s’écroule.

Ils ont besoin des communications de Stewart Rhodes s’ils veulent vraiment comprendre ce qui s’est passé le 16 janvier, mais si ces communications font partie de la production de documents du procès, et que Stewart Rhodes était en communication avec des agents fédéraux, alors c’est fini pour le ministère de la Justice.

Ils auront l’air ridicule s’ils ne poursuivent pas Stewart Rhodes, mais s’ils le font, et qu’il est un Fédéral, alors il aura un moyen de pression pour les dénoncer.

Tout ça allait bien avant le rapport Revolver, quand Stewart Rhodes était juste la première personne, et que les médias le laissaient tranquille. Mais maintenant le chat est sorti du sac et les projecteurs sont braqués sur M. Rhodes et la protection apparente du gouvernement à son égard.

Alors, que doivent-ils faire ? Ils peuvent espérer que cet article sera censuré ou qu’il n’aura tout simplement pas d’écho. Ils pourraient peut-être faire appel à des agents de désinformation de toutes sortes pour brouiller les pistes et détourner l’attention de Rhodes lui-même. L’État de sécurité nationale peut certainement compter sur l’aide des médias du régime (fortement infiltrés ?).

Mais que faire si cela ne suffit pas ? Si ce rapport suscite une attention suffisante, il y aura une réelle pression pour obtenir des réponses sur les raisons pour lesquelles Stewart Rhodes n’a pas été poursuivi.

Si Rhodes a des responsables gouvernementaux au FBI ou dans une autre agence, des questions très difficiles pourraient se poser (et se posent peut-être en ce moment même). Le travail de l’agent de liaison consisterait à faire accepter à Rhodes certaines accusations, afin d’apaiser un public de plus en plus sceptique, mais en assurant à Rhodes que, même si elles peuvent sembler sérieuses, elles n’aboutiront pas à grand-chose. Une fois que la pression et l’examen du public se seront calmés, ils pourront réduire les charges au fil du temps et ce ne sera pas un gros problème.

Le point clé est le suivant : le gouvernement doit inculper Rhodes de manière à rassurer le public, mais aussi de manière à ce que Rhodes ne révèle pas ses relations éventuelles avec le FBI ou d’autres agences, ce qui ferait éclater tout le complot.

C’est un exercice délicat qui demande de la finesse.

À première vue, le lecteur pourrait penser que nous avons établi une thèse infalsifiable. Après tout, si nous soutenons que le fait que Rhodes n’ait pas été poursuivi indique la probabilité qu’il soit un agent fédéral, nous ne pouvons pas gagner sur les deux tableaux. S’il n’est pas inculpé, nous pouvons le citer comme preuve de notre thèse ; et pourtant, nous disons maintenant que la publication de cet article pourrait changer la dynamique stratégique de telle sorte qu’il soit inculpé.

Cette objection passe à côté de l’essentiel. Indépendamment de ce qui se passera en termes d’inculpations, nous pensons que les preuves fournies dans cet article suggèrent de manière écrasante que Rhodes est un agent fédéral d’une certaine sorte. Le fait qu’il n’ait pas été inculpé au 30 juin 2021, à la lumière du contexte supplémentaire fourni ci-dessus, est l’argument.

Nous, à Revolver, sommes conscients qu’il s’agit d’une histoire en évolution, et nous avons intérêt à comprendre et à jouer sur les fils de développement possibles dans tous les cas.

Dans les mots immortels du Président Trump, « nous verrons ce qui se passe ». Et Revolver sera à la hauteur à chaque étape du processus.

Federal Protection of “Oath Keepers” Kingpin Stewart Rhodes Breaks The Entire Capitol ...
Is the FBI protecting “Oath Keeper” kingpin Stewart Rhodes from federal charges because he's one of theirs? Did Rhodes entrap his people?