La Russie condamne la politique de Biden pour avoir « persécuté » les partisans de Trump et les dissidents politiques

Six officiers de la police du Capitole ont été suspendus et 29 autres font actuellement l’objet d’une enquête
19 février 2021
Un projet de loi permet aux enfants de 11 ans de prendre des décisions médicales sans en parler à leurs parents
19 février 2021

La Russie appelle les États-Unis à respecter les droits de l’homme des opposants politiques.

Le ministère russe des affaires étrangères a publié une déclaration fustigeant le gouvernement américain de Joe Biden pour la « campagne de persécution en cours » qui se déroule « contre tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les résultats de la dernière élection présidentielle ».

Dans cette déclaration, la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a livré une évaluation cinglante de la situation des droits de l’homme aux États-Unis sous le président Joe Biden.

Zakharova a décrit la répression en cours contre les loyalistes de Trump aux États-Unis :

« Le FBI aurait ouvert plus de 400 dossiers criminels et demandé plus de 500 mandats de perquisition et citations à comparaître pour des suspects ; il a également porté des accusations contre environ 200 personnes et les a détenues. Seuls quelques dizaines d’accusés ont été libérés sous caution ou assignés à résidence. Les autres sont soumis à de fortes pressions, les membres de leur famille et de leur cercle social étant contraints de donner un témoignage « commode ». En outre, des personnes qui n’ont même pas été officiellement inculpées perdent leur emploi ; elles sont interdites de médias sociaux et publiquement ostracisées ».

Elle a également remis en question « l’objectivité des forces de l’ordre » impliquées dans cette campagne, notant qu’elles agissaient sous les ordres et « en accord avec le récit de l’administration actuelle qui a déclaré que les événements du 6 janvier 2021 étaient une émeute et de tous ceux qui étaient près du Congrès américain ce jour-là, tous sauf des pilleurs ».

Elle a poursuivi en notant à juste titre que, loin d’être des émeutiers violents, la plupart des participants au rassemblement du 6 janvier étaient des manifestants pacifiques.

« En fait, la majorité de ces personnes étaient des citoyens ordinaires préoccupés par la situation dans leur propre pays », a-t-elle déclaré. « Ce sont 74 millions d’électeurs qui ont voté pour leur président et ont défendu leurs opinions ».

Elle a averti que la répression de l’administration ne résoudrait pas le mécontentement général envers le régime de Biden :

« Leur protestation ne disparaîtra pas comme ça. Vous ne pouvez pas vous contenter de balayer le mécontentement sous le tapis. Même la rhétorique que les États-Unis se permettent d’utiliser à l’égard de la Russie ne contribuera pas à détourner l’attention du public des problèmes du pays lui-même. Il faudra les régler. Les citoyens américains méritent d’être traités conformément à la loi et aux obligations internationales de Washington ».

En conséquence, elle a ensuite appelé les États-Unis à respecter les « droits de l’homme fondamentaux » des partisans de Trump.

« Dans ce contexte, nous avons toutes les raisons d’exprimer notre inquiétude et d’exiger que les droits de l’homme fondamentaux soient respectés », a-t-elle ajouté. « Les fonctionnaires américains s’occupent constamment et hypocritement de ces droits lorsqu’il s’agit d’autres pays ; et pourtant, ils n’ont aucun scrupule à les ignorer chez eux ».

Alors que la situation des droits de l’homme continue à se détériorer aux États-Unis, il devient évident pour le monde que les partisans de Trump sont un groupe réprimé dans l’Amérique de Biden.