Coronavirus : La soudaine montée de la théorie de la fuite de laboratoire

Article original datant du 27/05/21

Les scientifiques et les commentateurs politiques n’écartent plus la possibilité que le COVID-19 ait émergé d’un laboratoire chinois. Qu’est-ce qui a changé ?

A person wearing PPE opens a vial allowing small green particles to escape into the air.

Washington, D.C., aime peu le mystère. Les politiciens préfèrent que l’actualité leur apporte des certitudes : deux antagonistes, des enjeux moraux clairs, la possibilité de prendre parti. Mais pendant plus d’un an, le point de départ de l’histoire politique dominante, la pandémie de coronavirus, est resté mystérieux. Chez les conservateurs, prédisposés à se montrer belliqueux à l’égard de la Chine, d’où le virus était originaire, l’attention s’est concentrée sur la possibilité que l’agent pathogène covid-19 soit sorti d’un laboratoire chinois, par accident ou à dessein. Les libéraux ont cherché à s’aligner plus explicitement sur les enquêteurs scientifiques que sont les chercheurs et ont privilégié l’hypothèse selon laquelle le virus aurait migré naturellement de l’animal à l’homme, peut-être par le biais des marchés chinois où les animaux exotiques sont vendus pour la consommation humaine. La théorie de la droite, au mieux, mettait en cause la science dévoyée et, au pire, soupçonnait un acte de guerre biologique sans précédent. (« C’est l' »incompétence de la Chine », et rien d’autre, qui a provoqué cette tuerie mondiale », a tweeté le président Trump en mai 2020). La théorie de la gauche accusait une approche de la faune pré-moderne rétrograde qui, au lieu de la protéger, la tuait et la mangeait. Pendant un an, chaque camp a occupé son siège préféré : les libéraux dans le courant dominant, les conservateurs à la marge. Ce printemps, bien que les preuves en faveur de l’un ou l’autre camp n’aient pas beaucoup changé, il y a eu du nouveau dans ce domaine. Les scientifiques et les commentateurs politiques ont été moins prompts à rejeter la théorie de la fuite de laboratoire. Ainsi, le débat politique sur les origines de la pandémie est devenu une étude de cas sur quelque chose d’autre : comment le monde politique change et ne change pas d’avis.

Les acteurs politiques ont repris le même argument si fréquemment au cours des dernières années qu’il peut parfois sembler qu’ils ne mènent qu’un seul et même combat. L’argument porte invariablement sur un consensus scientifique ou intellectuel, et suit un schéma général. Tout d’abord, les médias ou les personnalités politiques conservateurs remarquent ce qui leur semble être une faille dans le consensus – une situation dans laquelle les libéraux pourraient utiliser les slogans de la science et de l’objectivité comme couverture pour un effort politique partisan. Les libéraux réagissent alors, et souvent de manière excessive, en insistant sur le fait que le consensus scientifique ou intellectuel est, en fait, inébranlable, et présentent des membres éminents du domaine concerné pour le dire en public. Souvent, il y a une troisième étape, au cours de laquelle certains dissidents de centre-gauche sont exaspérés par les déclarations excessives des libéraux et soulignent les problèmes plus techniques du consensus, souvent basés sur des conflits de sous-spécialités auparavant obscurs. Ces dissidents de gauche font alors parfois des apparitions dérangeantes et légèrement comiques dans, par exemple (ou, plus précisément), « Tucker Carlson Tonight ».

Ces trois étapes – la faille, la défensive, et « Tucker Carlson Tonight » – sont apparues dans les débats sur le port du masque, le projet 1619 (Projet du New York Times Magazine en 2019 dans le but de réviser l’héritage de l’esclavage aux États-Unis, NdT), le scandale du Russiagate, et beaucoup d’indignations sur la « culture de l’annulation ». Ce schéma se répète suffisamment souvent pour que l’ère politique actuelle, souvent identifiée à Trump ou au phénomène plus atmosphérique du populisme, puisse en fait être définie par cet argument du consensus. Il offre une familiarité rassurante : chaque question sonne la même réveil, puis tout le monde titube, les yeux bouffis, vers son poste habituel, comme des pompiers à minuit.

Dans le cas des origines du covid-19, la faille a été identifiée très tôt, avant même que la pandémie ne s’installe. Le 16 février 2020, le sénateur républicain Tom Cotton est apparu sur Fox News pour évoquer la possibilité que le virus soit né dans un laboratoire de Wuhan, en Chine. « Ceci dit, nous n’avons pas de preuves que cette maladie est originaire de là-bas, mais en raison de la duplicité et de la malhonnêteté de la Chine depuis le début, nous devons au moins poser la question pour voir ce que disent les preuves », a déclaré Cotton, élu de l’Arkansas. Le Washington Post a dénoncé cette théorie comme une « théorie du complot » et le Times l’a qualifiée de « théorie marginale ». En mai 2020, Anthony Fauci, directeur de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, a déclaré à National Geographic que « tout ce qui concerne les étapes de l’évolution dans le temps indique fortement que [ce virus] a évolué dans la nature et a ensuite changé d’espèce. »

La pression sur la théorie consensuelle était toujours le temps – plus longtemps les scientifiques restaient sans identifier une origine animale, plus l’attention était portée sur les alternatives. En janvier, le romancier Nicholson Baker a publié en couverture du magazine New York un article présentant une version richement texturée de la théorie de la fuite de laboratoire, qui mettait l’accent sur les recherches sur le « gain de fonction » menées à l’Institut de Virologie de Wuhan et ailleurs, dans le cadre desquelles les scientifiques manipulaient les coronavirus pour découvrir ce qui les rendait plus virulents ou plus contagieux, et suggérait que ces recherches pouvaient être un coupable. (C’était la phase de dissidence de la gauche). Lorsque l’article de Baker a été publié, Carlson y a consacré un segment de son émission, déclarant avec jubilation : « Pendant 2020, on vous traitait de négationniste de la science à moins que vous ne soyez d’accord avec véhémence, sur la foi, que le coronavirus provenait d’une chauve-souris, ou de quelque chose appelé pangolin, vendu dans un marché humide de Wuhan. » Le magazine New York, a souligné Carlson, est « loin d’être un magazine conservateur », et pourtant Baker a fait « une année de recherche » en parlant à de nombreux scientifiques avant de se prononcer en faveur d’une fuite de laboratoire. Carlson a déclaré : « Il s’avère que les scientifiques du monde entier sont d’accord avec lui. Seulement ils ne voulaient pas le dire. »

Ce schéma a atteint un dénouement quelque peu absurde il y a quelques semaines, lorsque le sénateur Rand Paul a engagé un âpre bras de fer avec Fauci lors d’une audition devant une commission du Sénat. Paul a insisté sur le fait que les National Institutes of Health avaient financé des recherches sur le « gain de fonction » dans le laboratoire d’un éminent virologue nommé Ralph Baric, à l’Université de Caroline du Nord.

« Vous jouez avec le feu avec Mère Nature », a déclaré Paul.

« Nous n’avons pas financé de recherche sur le gain de fonction à l’Institut de Virologie de Wuhan », a déclaré Fauci, qui représentait l’establishment scientifique aussi parfaitement que Paul représentait le libertarisme anti-autorité. Voilà deux hommes qui, de toute évidence, se détestent, engagés dans un débat que tout observateur occasionnel aurait besoin d’un glossaire pour décoder.

Tout le monde – les conservateurs, les libéraux et les dissidents – avait intérêt à décrire la communauté scientifique comme agissant avec la cohérence et la certitude d’un poing fermé. Cela flattait le public libéral en lui faisant croire qu’il était objectif et du côté de la raison, donnait aux conservateurs une autorité antagoniste contre laquelle se dresser, et reflétait l’intérêt des dissidents à être perçus comme ceux qui disent des vérités brutales. Mais cela a également eu pour effet de déformer l’attitude de certains scientifiques. Le grand-ponte Matt Yglesias a récemment écrit que, lorsque l’article de Baker a été publié pour la première fois, il avait « tweeté des choses désobligeantes à son sujet, pour au final me faire expliquer discrètement par un certain nombre de chercheurs scientifiques que j’avais tort et que beaucoup de gens dans la communauté scientifique pensaient que c’était plausible ».

Le schéma a commencé à se fissurer à la fin du mois de mars, lorsque l’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport très attendu sur les origines de la pandémie, pour lequel les membres d’une équipe d’enquête s’étaient rendus à Wuhan et avaient mené des entretiens avec des membres du personnel de l’Institut de Virologie de Wuhan. Les premiers résultats suggèrent que le consensus avait raison depuis le début : l’équipe d’enquête a conclu qu’il était « probable à très probable » que l’origine du virus sars-CoV-2 soit un transfert zoonotique, et « extrêmement improbable » qu’une fuite de laboratoire ait causé la pandémie. « C’est un laboratoire tout neuf », a déclaré au Los Angeles Times Peter Daszak, éminent écologiste des maladies et membre de l’équipe de l’OMS. « Ce n’est pas un endroit d’où un virus aurait pu s’échapper. Le personnel est très bien formé avant d’entrer dans le laboratoire. Ils sont évalués psychologiquement, ils sont testés régulièrement. Le labo est surveillé. Ce n’est tout simplement pas un endroit qui est géré de façon négligée. »

Mais les détails étaient moins convaincants. Bien que l’équipe ait identifié un modèle de maladie de type covidien apparu en décembre 2019 chez des personnes associées aux marchés d’animaux de Wuhan, elle n’a pu trouver aucun animal porteur d’un progéniteur direct du virus. L’étape cruciale, entre les chauves-souris et les êtres humains, manquait encore. Plus inquiétant encore pour les critiques, le traitement de la possibilité d’une fuite de laboratoire semblait au mieux superficiel : il ne couvrait que quatre des plus de trois cents pages du rapport, et l’équipe avait obtenu une documentation et des preuves incomplètes des laboratoires chinois qu’elle avait visités. Tout cela a conduit le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à déclarer aux États membres de l’organisation que l’équipe d’experts n’avait pas suffisamment examiné la théorie de la fuite de laboratoire. « Je ne pense pas que cette enquête soit suffisamment approfondie », a-t-il déclaré, laissant entendre que d’autres enquêtes de l’O.M.S. suivraient.

Pour être clair, aucune nouvelle preuve majeure n’avait été trouvée. Mais après la déclaration de Tedros, ce qui avait ressemblé à un consensus établi a rapidement ressemblé à autre chose : un duel d’hypothèses, chacune avec des preuves manquantes. Un ancien journaliste scientifique du Times, Nicholas Wade, a publié une longue analyse dans le Bulletin of the Atomic Scientists (Bulletin des scientifiques atomiques), concluant qu’une fuite de laboratoire était plus probable, et un deuxième ancien journaliste scientifique du Times, Donald G. McNeil Jr, a répondu à l’analyse de Wade par la sienne, déclarant que, bien qu’il ait longtemps été sceptique quant à la théorie de la fuite de laboratoire, il la trouvait désormais digne d’être étudiée plus avant. Dimanche, le Wall Street Journal a rapporté qu’un rapport des services de renseignement américains montrait que trois chercheurs de l’Institut de Virologie de Wuhan étaient tombés malades avec des symptômes de type covidien à la fin de l’automne 2019. Le monde des idées politiques a réagi de manière barométrique : « Mes antécédents : Fuite de laboratoire 60% Origine naturelle 40% », a écrit sur Twitter l’analyste des élections Nate Silver. Pour les personnes qui étaient restées vigoureusement d’un côté, il y avait une certaine ironie à voir à quelle vitesse ces types de l’establishment pouvaient retourner leur veste. Mais tout le monde a changé d’avis. Au début du mois, lorsqu’on a demandé à Fauci s’il était toujours sûr que le covid-19 s’était développé naturellement, il a répondu : « Non, en fait. »

L’argument sur l’existence d’un consensus libéral – à savoir que toutes les personnes importantes sont d’accord – peut souvent occulter les enjeux de fond : la controverse sur les fuites de laboratoire contient la possibilité d’un point d’inflexion majeur dans la compétition entre les États-Unis et la Chine. Elle a un pied dans l’ancien régime politique, celui de Donald Trump, ce qui lui a conféré une fureur conspiratrice et délirante. Mais il a également un pied dans le monde de Joe Biden, un monde dans lequel la question de savoir si une puissance libérale soudainement fragile pourra affronter son rival autoritaire reste ouverte. Mercredi, Joe Biden a annoncé qu’il avait demandé à la communauté du renseignement d’évaluer officiellement si le covid-19 « [avait] émergé d’un contact humain avec un animal contaminé ou d’un accident de laboratoire ». Plus de trois millions de personnes sont mortes du covid-19. Que feront les États-Unis s’il s’avère que quelqu’un en Chine était coupable et qu’il y a eu une dissimulation ?

Au début du mois, une lettre commune a été publiée dans la revue Science. Elle a été rédigée par dix-huit scientifiques, la plupart d’entre eux occupant des postes universitaires prestigieux, et comprenant certaines des principales figures de la virologie et des domaines connexes. La lettre était succincte, et ses auteurs ne se sont pas engagés dans une quelconque théorie de l’affaire. Mais ils suggèrent que l’équipe de l’OMS a trop rapidement écarté la théorie de la fuite de laboratoire, écrivant que « les théories de la fuite accidentelle d’un laboratoire et de la propagation zoonotique restent toutes deux viables ». Ils voulaient simplement que le dossier soit rouvert.

La lettre a surtout été considérée comme une preuve supplémentaire de l’effondrement du consensus. Lorsque j’ai parlé avec deux des scientifiques qui l’avaient signée, ils étaient d’accord sur le fait qu’il y avait deux explications possibles pour le sars-CoV2 : soit il provenait d’un débordement zoonotique, soit d’un laboratoire. La théorie de la fuite de laboratoire avait suscité l’enthousiasme en grande partie parce que l’hypothèse de la propagation zoonotique manquait de preuves cruciales. Mais tous deux ont également reconnu qu’il n’y avait pas non plus de preuve directe d’une fuite de laboratoire. David Relman, un éminent microbiologiste de Stanford qui avait participé à l’organisation de la lettre parue dans Science, m’a dit : « Tout est circonstanciel ».

J’avais passé un appel vidéo à Relman, le dimanche après-midi, car j’espérais qu’il pourrait m’aider à caractériser les preuves de chaque théorie. Il a dit qu’il voyait plusieurs points en faveur de la propagation zoonotique. Le premier est que c’est généralement de cette manière que les nouveaux virus apparaissent chez les humains, et la littérature suggère que les croisements avec les animaux « se produisent beaucoup plus souvent que nous le pensons ». En marge de la civilisation humaine, là où les villages sont reculés dans l’arrière-pays, les scientifiques ne cessent de trouver des anticorps de maladies mortelles qui ne se sont jamais propagées : hénipavirus, SRAS, Ebola, « des épidémies villageoises qui sont comme des éclairs dans une casserole », a déclaré Relman. De plus, en mettant davantage d’humains en contact avec des animaux sauvages, le commerce vigoureux des espèces sauvages en Chine a multiplié les possibilités de propagation de ces maladies. Si cela semble un peu abstrait, son deuxième argument en faveur de la propagation des zoonoses est plus concret. L’été dernier, les scientifiques avaient identifié les plus proches parents connus du virus sars-CoV-2 chez les chauves-souris frisées. « Les plus proches parents connus du sars-CoV-2 se trouvent tous chez les chauves-souris, et ils se trouvent chez les chauves-souris de Chine », a déclaré M. Relman. « Il faut donc penser qu’à un moment donné, ce virus ou ses ancêtres immédiats ont été trouvés chez les chauves-souris, ce qui semble être une conclusion raisonnable. La seule question était : Quel était le chemin de la chauve-souris à l’homme ? »

En théorie, du moins, ce n’est pas un saut si compliqué. « Il existe de nombreux cas où les virus passent des chauves-souris aux humains », a-t-il déclaré. Mais la possibilité d’une fuite de laboratoire reste viable pour un certain nombre de raisons. Les scientifiques chinois auraient testé cinquante mille échantillons provenant de trois cents espèces d’animaux sauvages, à la recherche du chaînon manquant, et n’en avaient pas encore trouvé un seul porteur du sars-CoV-2. « Le fait est que personne n’a trouvé de sars-CoV-2 ailleurs que chez l’homme », a déclaré M. Relman. « Cela me semble donc un peu étrange ». Dans le même temps, même aux États-Unis, des journalistes d’investigation avaient constaté que « les fuites de laboratoire sont plus fréquentes qu’on ne l’espère. » Le dernier point mentionné par Relman est celui qui est le plus souvent répété : l’une des plus grandes collections de coronavirus de chauve-souris se trouvait à l’Institut de Virologie de Wuhan, dans la même ville où l’épidémie s’est produite à l’origine. Parallèlement, l’endroit où les plus proches parents connus du sars-CoV-2 ont été découverts se trouve dans la province du Yunnan, qui borde le Myanmar, à des milliers de kilomètres de là.

Mardi soir, j’ai parlé par vidéoconférence avec Ralph Baric, le virologue de l’U.N.C. dont le travail était tombé sous le regard suspicieux de Rand Paul. Baric avait également signé la lettre de Relman dans Science, mais il m’a dit que ses préoccupations concernaient l’incapacité de l’OMS à effectuer un examen approfondi et transparent des mesures de biosécurité à l’Institut de Virologie de Wuhan. « Je crois vraiment que la séquence génétique du virus sars-CoV-2 indique un événement d’origine naturelle provenant de la faune sauvage », a-t-il déclaré. Baric était de corpulence robuste, avec une moustache en forme de pinceau et des yeux légèrement mélancoliques. L’idée qu’il aurait fallu des expériences scientifiques chinoises pour faire passer le virus des chauves-souris du Yunnan aux êtres humains de Wuhan semblait le laisser un peu sur sa faim, au nom du monde naturel. Quelle que soit l’importance de la collection de virus de chauve-souris de l’Institut de Wuhan, a-t-il dit, la réserve de virus dans la nature la dépasse de « plusieurs ordres de grandeur ».

Baric a déclaré que sars-CoV-2 était suffisamment différent des virus connus pour que son adaptation à partir d’une souche ancestrale ait nécessité un exploit sans précédent de réingénierie génétique. « Et bien sûr, vous ne savez pas ce que vous modifiez, car le sars-CoV-2 n’aurait pas existé », a déclaré Baric. Une autre possibilité était qu’un virus presque identique à l’agent pathogène final, qui avait été collecté dans la nature et stocké dans le dépôt de virus, ait échappé d’une manière ou d’une autre à son confinement, mais il n’a pas non plus vu de preuve spécifique pour soutenir cette hypothèse. Tout ce que l’on sait avec certitude, c’est qu’un agent pathogène probablement originaire des chauves-souris a changé d’espèce et a provoqué une pandémie mondiale chez les êtres humains, peut-être d’une manière qui ne s’était produite que quelques fois dans l’histoire de la médecine moderne ou d’une manière – par le biais d’un laboratoire – qui ne s’était peut-être jamais produite auparavant. La préférence de Baric allait à la théorie qui ressemblait aux épidémies précédentes.

Lorsqu’il s’agit de phénomènes émergents, la manière naturelle de la science est faite de probabilités, d’incertitudes, de doutes. Nous ne savons pas encore comment le virus est passé des animaux à l’homme ; il est possible que nous ne le sachions pas avant très longtemps. La source animale initiale de la pandémie de SRAS (les chauves-souris) n’a été identifiée qu’en 2017, soit quinze ans après l’épidémie mondiale. La source probable du VIH, qui s’est répandu à partir de chimpanzés, peut-être dès la fin des années 1800, n’a été localisée qu’en 1999. Maintenant, le président Biden, après avoir demandé à la communauté du renseignement de réévaluer les origines de la pandémie, a déplacé le débat dans le domaine de la géopolitique, qui a ses propres problèmes de probabilité, d’incertitude et de doute. M. Relman a déclaré : « Je ne pense pas que nous allons nécessairement obtenir une réponse définitive. »

The Sudden Rise of the Coronavirus Lab-Leak Theory
Scientists and political commentators are no longer dismissing the possibility that COVID-19 emerged from a Chinese laboratory. What changed?

Chapitres