La Suède a un taux de surmortalité inférieur à celui de la plupart des pays d’Europe, malgré l’absence de mesures de confinement strictes

Article original datant du 24/03/21

Des données récemment publiées montrent que la Suède connait un pic de mortalité inférieur à celui d’autres pays européens, bien qu’elle ait renoncé à la plupart des mesures de confinement strictes en vigueur sur le continent.

Les données de l’agence statistique de l’Union européenne Eurostat ont révélé que la Suède a enregistré 7,7 % de décès supplémentaires en 2020 par rapport à la moyenne des quatre années précédentes. La Belgique et l’Espagne, pays qui ont imposé des mesures de confinement strict à certains moments de la pandémie, ont enregistré des taux de mortalité excédentaires de 16,2 % et 18,1 %, respectivement.

Sur les 30 pays pour lesquels des statistiques étaient disponibles, la Suède avait un meilleur taux de mortalité excédentaire que 21 d’entre eux. Mais la Suède a obtenu de moins bons résultats que ses voisins nordiques, le Danemark affichant un taux de 1,5 % et la Finlande de 1 %. La Norvège n’a pas enregistré de pic de surmortalité pour 2020.

L’épidémiologiste en chef de la Suède, Anders Tegnell, figure controversée dans une grande partie de l’Europe, a déclaré que ces données devraient faire douter de l’efficacité des mesures de confinement.

« Je pense que les gens vont probablement réfléchir très attentivement à ces fermetures totales, à leur efficacité réelle », a déclaré Tegnell. « Ils ont peut-être eu un effet à court terme, mais quand on les examine sur toute la durée de la pandémie, on devient de plus en plus dubitatif. »

Bien que l’approche suédoise de la pandémie ait été controversée, à la fois dans le pays et surtout à l’étranger, 43% des Suédois expriment leur confiance dans la façon dont leur pays gère la pandémie. En revanche, 30 % disent manquer de confiance dans l’approche du pays.

Mais certains experts en maladies infectieuses ont exprimé leur prudence à l’égard de ces données, même s’ils reconnaissent que les chiffres montrent que l’approche de la Suède a du mérite.

« Nous devons tous être vraiment prudents dans l’interprétation des données sur les décès liées au COVID-19, quelle que soit leur source – aucune n’est parfaite », a déclaré Mark Woolhouse, professeur d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’Université d’Édimbourg, au Royaume-Uni. « Elles soulèvent la question de savoir si, en fait, la stratégie de la Suède a été relativement efficace. Elles soulèvent certainement cette question ».

Data show Sweden has lower excess death rate than much of Europe despite forgoing strict lockdowns
Newly released data show Sweden has a lower death spike than other European countries despite mostly forgoing the strict lockdown measures featured across the continent.

Chapitres