Le variant indien de la COVID remet en question la réouverture du 17 mai au Royaume-Uni

La nation de l’inflation : Les prix à la consommation augmentent de 4,2 %
12 mai 2021
Les personnes entièrement vaccinées n’ont plus à porter de masque à l’intérieur
14 mai 2021

Article original datant du 12/05/21

Le B.1.617.2, hautement transmissible, est désormais le deuxième variant le plus courant et se répand dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Andy Burnham, le maire du Grand Manchester, a déclaré que le JCVI (Joint Committee on Vaccination and ImmunisationComité Conjoint pour la Vaccination et l’Immunisation) étudiait une demande de vaccination de tous les plus de 16 ans à Bolton.

L’augmentation spectaculaire des cas britanniques d’un variant initialement découvert en Inde pourrait compromettre la feuille de route de réouverture du pays, mettent en garde les scientifiques.

Le variant, appelée B.1.617.2, est l’un des trois variants étroitement liés qui ont été initialement détectés en Inde. Le Public Health England (Santé publique de l’Angleterre) l’a désignée vendredi comme un « variant préoccupant », reconnaissant qu’il semble être au moins aussi transmissible que le variant dominant dit « Kent » au Royaume-Uni. On ne sait pas encore si et dans quelle mesure B.1.617.2 peut réduire l’efficacité du vaccin.

Le professeur Christina Pagel, directrice de l’unité de recherche opérationnelle clinique à l’University College London et membre du groupe d’experts indépendants Sage, s’exprimant à titre personnel, a déclaré que l’augmentation des cas de B.1.617.2 était suffisamment préoccupante pour retarder la prochaine étape de la feuille de route prévue pour lundi, au cours de laquelle une série de restrictions doivent être levées.

ROYAUME-UNI : Nombre de nouveaux cas de coronavirus par jour
(À partir du jour du premier cas signalé)

Selon la base de données du consortium britannique de génomique Covid-19 – qui peut inclure des doublons et n’enregistre pas si les séquences des variants sont liées à des voyages – pour les séquences jusqu’au 7 mai, il y a eu jusqu’à présent 1 393 cas de B.1.617.2, ce qui en fait le deuxième variant le plus courant au Royaume-Uni.

Entre-temps, les données de surveillance génomique Covid-19 du Wellcome Sanger Institute – qui excluent les voyageurs récents et les spécimens de tests de poussée – suggèrent qu’environ 6,1 % des génomes Covid en Angleterre séquencés au cours des quatre semaines précédant le 24 avril peuvent être attribués à B.1.617.2.

Alors que le variant Kent diminue ou se stabilise, le variant B.1.617.2 est en plein essor. Dans certaines régions du pays, comme Bolton et Blackburn, la variante représente plus de 50 % des cas. Andy Burnham, le maire du Grand Manchester, a déclaré que le Comité Conjoint pour la Vaccination et l’Immunisation envisageait de demander la vaccination de tous les plus de 16 ans à Bolton en réponse à l’augmentation du taux de contamination.

M. Pagel a souligné que, si les chiffres de B.1.617.2 ne sont pas très élevés actuellement, ils doublent chaque semaine – et ce en l’espace de trois semaines.

« Nous avons fait cela tellement de fois – attendre que les choses se dégradent vraiment avant de réaliser que nous aurions dû agir il y a plusieurs semaines », a-t-elle déclaré. « Alors pourquoi ne pas agir plusieurs semaines avant – c’est-à-dire maintenant ! »

Jeudi, des documents de Public Health England ayant fait l’objet d’une fuite et consultés par le Guardian ont montré que 48 groupes de B.1.617.2 avaient été identifiés, y compris ceux liés aux écoles secondaires, aux maisons de soins et aux rassemblements religieux.

Le compte rendu d’une récente réunion du groupe consultatif scientifique pour les urgences (Sage) du gouvernement britannique a montré que les scientifiques s’attendaient à ce qu’un variant qui échappe largement à l’immunité ou qui est hautement transmissible (plus que le variant Kent) puisse entraîner une vague de contaminations potentiellement plus importante que celle observée en janvier 2021 en l’absence d’interventions.

« Étant donné qu’une grande partie de nos plans de réouverture repose sur la protection offerte par la vaccination, ma principale préoccupation est que nous ne savons pas encore dans quelle mesure de nombreux variants échappent à l’immunité acquise naturellement ou induite par le vaccin », a déclaré Andrew Hayward, membre de la Sage et directeur de l’Institut d’épidémiologie et de soins de santé de l’UCL.

« Nous savons que le vaccin est très efficace contre la souche B.1.1.7 [Kent]… mais nous savons aussi qu’il est moins efficace pour protéger contre le variant originaire d’Afrique du Sud. Pour les variants provenant de l’Inde … nous n’avons pas de données réelles et relativement peu de données de laboratoire pour évaluer s’ils sont susceptibles d’échapper à l’immunité ».

Les premières données suggèrent une légère diminution de l’efficacité des vaccins contre le B.1.617.2, mais pas autant que contre le variant découvert en Afrique du Sud, a déclaré Deborah Dunn-Walters, professeur d’immunologie à l’Université du Surrey et présidente du groupe de travail Covid-19 et immunologie de la Société britannique d’immunologie, ajoutant qu’elle se sentait très prudente.

Martin McKee, professeur de santé publique européenne à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a déclaré que lui et ses collègues étaient très inquiets.

« Il y a encore beaucoup de gens, surtout les jeunes, ceux des zones défavorisées et ceux des minorités ethniques qui ne sont toujours pas vaccinés. Je suis moins préoccupé par les rassemblements à l’extérieur, car les risques y sont faibles, mais je continuerai personnellement à éviter les rassemblements en intérieur, comme les restaurants, même si je suis parfaitement vacciné. »

Indian Covid variant calls in question 17 May reopening in UK, say experts
Highly transmissible B.1.617.2 is now second most common variant and is spreading in north-west England