La version californienne du Green New Deal et l’accord conclu le 16 octobre 2020 entre l’EPA et le secteur des transports sont à l’origine des retards des cargos

Article original datant du 14/10/21

Faire fonctionner les ports de la Californie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 n’aidera pas, voici pourquoi

Il y a des centaines de demandes de détails sur les spécificités de l’arriéré d’expédition de conteneurs. J’ai donc passé trois jours à appeler des sources, à chercher des détails et à rassembler des informations sur le problème de fond. L’épicentre du problème n’est pas ce qui est décrit par les médias financiers, les médias mainstream et les politiciens qui ont un intérêt spécifique à détourner l’attention des problèmes actuels. Cela n’a rien à voir avec le COVID-19.

Les questions discutées aujourd’hui concernent des événements qui se sont produits il y a longtemps. En fait, c’était tellement prévisible qu’Amazon, Walmart, UPS, FedEx, Samsung, Home Depot et Target ont tous pris des mesures il y a des années – bien avant le COVID – parce qu’ils savaient que ce jour viendrait. Ce n’est pas par hasard que ces entreprises se sont rendues à la Maison Blanche pour discuter de ce problème, car il y a maintenant une pression totale pour le cacher.

Une question régionale très spécifique est à l’origine du problème. Lire la suite :

Le problème du camionnage dans les ports californiens, c’est-à-dire le port de Los Angeles (POLA) et le port de Long Beach (POLB), est que tous les semi-tracteurs doivent être conformes aux nouvelles normes d’émissions californiennes. Cela signifie que les camions ne peuvent pas avoir plus de trois ans s’ils doivent prendre ou livrer des conteneurs dans ces ports. Ce problème élimine environ la moitié de la flotte de camions utilisés pour déplacer les conteneurs à l’entrée et à la sortie du port. Faire fonctionner le port 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ne résoudra pas le problème, car cela ne fait qu’empiler davantage de conteneurs qui restent inactifs en attendant qu’un nombre limité de camions viennent les chercher. C’est la question centrale.

Le 16 octobre 2020, l’EPA a conclu un accord de règlement [DONNEES ICI] avec le California Air Resource Board (CARB) afin d’arrêter les semi-remorques qui n’étaient pas conformes aux nouvelles normes d’émission californiennes :

2020 SAN FRANCISCO – « Aujourd’hui, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a annoncé des règlements avec trois entreprises de camionnage interétatiques imposant 417 000 $ de pénalités pour avoir violé le règlement sur les camions et les autobus, le règlement sur les camions de ramassage et le règlement sur les unités de réfrigération de transport du California Air Resources Board, qui ont force exécutoire au niveau fédéral.

« Les camions étant l’une des plus grandes sources de pollution de l’air en Californie, l’EPA continuera de veiller à ce que ces véhicules lourds disposent des équipements de contrôle de la pollution nécessaires et fonctionnent en conformité avec les règles », a déclaré John Busterud, administrateur régional de l’EPA pour le Pacifique Sud-Ouest. « Ces entreprises ont accepté de mettre leurs camions en conformité et de fonctionner plus proprement dans toutes les communautés qu’elles desservent. »

Le transport est l’un des principaux responsables des niveaux élevés de polluants atmosphériques en Californie du Sud et dans la vallée centrale. Les émissions diesel des camions sont l’une des principales sources de pollution par les particules fines, ou suie, qui sont liées à des problèmes de santé tels que l’asthme, l’altération du développement pulmonaire chez les enfants et les effets cardiovasculaires chez les adultes. Beaucoup de ces camions sont des modèles anciens et émettent des quantités élevées de particules (PM) et d’oxydes d’azote (NOx).

[…] La réglementation californienne sur les camions et les bus et la réglementation sur les semi-remorques ont été des éléments essentiels du plan de l’État, applicable au niveau fédéral, pour parvenir à un air plus pur. La Californie exige des entreprises de camionnage qu’elles améliorent les véhicules qu’elles possèdent afin de respecter des normes de performance spécifiques en matière d’oxydes d’azote et de particules et qu’elles vérifient la conformité des véhicules qu’elles louent ou envoient. En Californie, les poids lourds diesel doivent respecter les normes d’émissions des moteurs 2010 ou utiliser des filtres à particules diesel pour réduire les émissions de particules diesel dans l’atmosphère de 85 % ou plus. (lire la suite)

En fait, cette décision et ce règlement de 2020 ont empêché la moitié des camionneurs du pays de ramasser quoi que ce soit dans le port de Los Angeles ou de Long Beach. Pratiquement tous les camions privés et la moitié des camions de flotte utilisés pour le transport de conteneurs à travers le pays ont été exclus.

« Goulots d’étranglement et retards de livraison »

Afin de pallier le problème, les sociétés de transport ont commencé à utiliser des camions conformes (à faibles émissions) pour transporter les produits jusqu’à la frontière de l’État de Californie, où ils peuvent être transférés vers des camions non conformes qui ne peuvent pas entrer en Californie. Cependant, l’ampleur du problème crée un goulot d’étranglement immédiat qui s’accentue avec le temps. Peu importe que les ports se mettent à fonctionner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ils ne feront que se retrouver avec encore plus de conteneurs en attente sur un nombre limité de camions disponibles.

Hier, dans le but d’obscurcir et de cacher l’épicentre du problème, la Maison Blanche a monté un spectacle pour fournir une couverture politique. Dans une grande pantomime, Joe Biden a rencontré les dirigeants des ports de Los Angeles et de Long Beach (Gene Seroka et Mario Cordero, respectivement), ainsi que l’International Longshore and Warehouse Union (ILWU).

La réunion rendue publique et la conférence de la Maison Blanche ont été vendues comme une démonstration par M. Biden et le secrétaire aux transports Pete Buttigieg des mesures qu’ils prennent pour remédier aux retards et à la congestion de la chaîne d’approvisionnement des transports en Californie du Sud.

À la suite de cette réunion, le port de Los Angeles (POLA) a annoncé qu’il allait rejoindre le port de Long Beach (POLB) pour passer à des opérations 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. POLA ajoutera de nouvelles équipes de nuit en dehors des heures de pointe et des heures de week-end, doublant presque ses heures d’ouverture. L’ILWU a déclaré que ses membres étaient prêts à travailler dans ces équipes supplémentaires afin de renforcer la capacité de travail nécessaire.

Cet événement d’action publiquement promu était une farce politique complète. Aucune productivité supplémentaire dans le travail sur les quais pour décharger les navires ne résoudra le problème des camions qui ne peuvent pas prendre les conteneurs et les distribuer vers les usines ou les entrepôts.

Comme je l’ai indiqué, le problème a commencé à devenir visible il y a plusieurs années lorsque le California Air Resource Board (CARB) a annoncé les nouvelles réglementations environnementales. Plusieurs grandes sociétés multinationales, dont les opérations d’approvisionnement et de logistique sont parfaitement au point, ont immédiatement reconnu le problème auquel elles seraient confrontées si plus de 50 % de la flotte de camions se voyait interdire l’accès aux ports californiens.

Oui, il y a des années, le secteur privé a prédit que cela se produirait, et il a commencé à prendre des mesures pour protéger ses chaînes d’approvisionnement. Ce que ces grandes entreprises ont fait pour réduire leur exposition aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement a été de formuler immédiatement des plans pour détourner leurs marchandises vers d’autres ports. Il s’agissait d’une réorientation très coûteuse de la chaîne d’approvisionnement et des efforts logistiques pour ces grandes entreprises, notamment : Amazon, Walmart, UPS, FedEx, Samsung, Home Depot et Target.

Bien avant et pendant l’ère de l’administration Trump, ces multinationales massives savaient qu’elles auraient besoin de rediriger rapidement leurs cargaisons d’importation pour éviter le goulot d’étranglement causé par les nouvelles normes d’émission de la Californie. Elles ont commencé à organiser de nouveaux ports de destination pour leurs produits et à mettre en place de nouveaux hubs et réseaux de distribution pour éviter les goulots d’étranglement prévisibles des ports californiens.

Évidemment, pour des raisons politiquement correctes et dans le but d’éviter la foule des écologistes, les entreprises n’ont pas fait part publiquement des problèmes qu’elles pouvaient prévoir – elles ont simplement travaillé indépendamment et discrètement pour éviter le problème.

Cependant, cela coûte plus d’argent de déplacer toute la chaîne d’approvisionnement pour des trillions de tonnes de marchandises à venir. C’est pourquoi nous avons vu les prix grimper en raison de l’augmentation des coûts de transport prise en compte dans la nouvelle logistique. Avez-vous entendu parler de l’augmentation massive des prix des expéditions par conteneurs ? Eh bien, C’EST POURQUOI. L’ensemble de la chaîne d’approvisionnement entre l’Asie et les États-Unis a été modifié, passant du port le plus proche (Californie) aux ports où le transport interne ne posait pas de problème.

Les navires en provenance de Chine et d’Asie du Sud-Est qui sont détournés de la Californie vers le golfe du Mexique ou la côte Est doivent passer par le canal de Panama. Cela prend deux fois plus de temps et coûte deux fois plus cher, si ce n’est plus. D’où une augmentation massive des prix du transport maritime :

Malheureusement, les petites entreprises et les petits courtiers en marchandises d’importation n’ont pas le contrôle de leur partie de la chaîne d’approvisionnement de l’Asie à la côte ouest. Ils ne passent pas de contrats pour des cargos entiers avec des milliers de conteneurs. Les grossistes, les courtiers et les petites entreprises qui fournissent des matières premières et des pièces détachées aux entreprises manufacturières et aux petits commerces de détail sont coincés en attendant que leurs conteneurs passent par le problème du camionnage en Californie.

Le goulet d’étranglement dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, dirigés par Gene Seroka et Mario Cordero, n’est pas dû à un manque de débardeurs et de dockers pour décharger les navires. Le goulot d’étranglement est dû au fait que la moitié des camions utilisés précédemment pour entrer dans les ports et ramasser les conteneurs ne sont pas autorisés. En fait, cela ne fait pas la moindre différence que le port fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Les ports manquent tout simplement d’espace.

Les ports manquent d’endroits pour stocker les conteneurs remplis de marchandises qui sont déchargés. Des centaines de milliers d’entre eux s’empilent. Le problème central est l’incapacité des transports lourds conformes aux normes d’émission en Californie à acheminer ces conteneurs remplis de marchandises vers les usines, les entrepôts et les points de distribution.

Ce goulet d’étranglement californien s’est formé au fil des ans, jusqu’à atteindre aujourd’hui un point critique.

Si vous voulez savoir depuis combien de temps cela se produit, prenez le temps de regarder cette vidéo d’une expédition transcontinentale appartenant à Amazon Inc. depuis la Chine. Pendant que vous regardez cette très bonne discussion, pensez au temps qu’Amazon Inc. a passé à étudier le problème pour mettre en place une solution aussi massive afin d’éviter la Californie.

Oui, ce problème d’émissions en Californie a été identifié depuis des années, et Amazon a prévu de l’éviter depuis des années. REGARDEZ:

The California Version of The Green New Deal and an October 16, 2020, EPA Settlement With ...
Hundreds of requests for details on the specifics of the container shipping backlog.  So, I spent 3 days calling sources, digging for details and gathering information on the substantive issue at hand.  The epicenter of the problem is not what is being outlined by financial media, corporate media ...

Chapitres