La vie en tant que victime d’une théorie du complot autour du 6 janvier

Article original datant du 13/07/22 – Source : NewYorkTimes

NDLR : cet article montre que les médias mainstream commencent à protéger les agents du infiltrés FBI. Nous l'avons traduit pour montrer ce phénomène et montrer aussi que les choses avancent. Avant ils niaient tout, maintenant il passe à l'inversion accusatoire.

Ray Epps est devenu le visage involontaire d’une tentative des forces pro-Trump de promouvoir l’idée sans fondement que le F.B.I. était derrière l’attaque du Capitole.

Ray Epps et sa femme, Robyn Epps. M. Epps est devenu le visage d’une théorie de conspiration qui a bouleversé leur vie et s’est répandue dans le grand public.

En haut d’une route de campagne sinueuse, dans un parc à caravanes à un demi-mile d’un ranch à bétail, vit un homme dont la vie a été ruinée par une théorie conspirationiste autour du 6 janvier.

Ray Epps a énormément souffert au cours des dix derniers mois, car des personnalités médiatiques de droite et des politiciens républicains l’ont décrit sans fondement comme un agent secret du gouvernement qui a aidé à fomenter l’attaque du Capitole l’année dernière.

Des inconnus l’ont traité de lâche et de traître et lui ont conseillé de manière menaçante de dormir avec un œil ouvert. Il a été contraint de vendre son entreprise et sa maison en Arizona. Craignant pour sa sécurité et incertain de son avenir, il a emménagé avec sa femme dans un mobile home au pied des Rocheuses, avec tous leurs biens entassés dans des conteneurs d’expédition dans une prairie du haut désert, à un ou deux kilomètres de là.

« Et pour quoi – des mensonges ? » a demandé M. Epps l’autre jour avec un regard d’épuisement douloureux. « Tout ça, c’est juste l’enfer. »

Presque depuis le moment où une foule violente a pris d’assaut le Capitole le 6 janvier 2021, les alliés de l’ancien président Donald J. Trump ont cherché à rejeter la responsabilité de l’attaque sur n’importe quel bouc émissaire plutôt que sur les personnes qui se trouvaient dans la foule pro-Trump ce jour-là.

Ils ont d’abord pointé du doigt les antifa, les activistes gauchistes qui ont l’habitude d’entrer en conflit avec les partisans de M. Trump, mais qui ne se sont pas présentés lorsque le Capitole a été envahi. Puis ils ont essayé de mettre en cause le F.B.I. qui, selon ceux qui ont répandu cette histoire sans fondement, aurait planifié l’attaque pour provoquer une répression contre les conservateurs.

M. Epps, 61 ans, n’était pas un simple spectateur le 6 janvier. Il s’était rendu à Washington pour soutenir M. Trump, avait été enregistré (la veille, NdT) en train d’inciter les gens à se rendre au Capitole et était lui-même présent le jour de l’assaut. Mais par une série d’événements qui ont déformé son rôle, il est devenu le visage de cette théorie de conspiration sur le F.B.I. alors qu’elle se propageait des franges au courant dominant.

D’obscurs médias de droite, comme Revolver News, ont utilisé des vidéos montées de manière sélective et des sauts de logique infondés pour le dépeindre comme un agent fédéral secret chargé d’une « équipe d’intervention » responsable du déclenchement de l’émeute au Capitole.

Les histoires concernant M. Epps ont rapidement été reprises par l’animateur de Fox News Tucker Carlson, qui leur a donné une plus large audience. Elles ont également été reprises par des membres républicains du Congrès comme le représentant Thomas Massie (WIKI) du Kentucky et le sénateur Ted Cruz (WIKI) du Texas.

Finalement, M. Trump s’est joint à la mêlée, mentionnant M. Epps lors d’un de ses rassemblements politiques et alimentant un hashtag viral sur Twitter, #WhoIsRayEpps.

Révélations clés des audiences du 6 janvier
Un récit troublant. Au cours de la première audience, la commission a décrit avec force détails ce qu'elle a qualifié de tentative de coup d'État orchestrée par l'ancien président et qui a culminé avec l'assaut du Capitole. Au cœur de ce récit saisissant se trouvaient trois acteurs principaux : M. Trump, les Proud Boys et un agent de la police du Capitole.

Après des mois à regarder de l’ombre les personnalités publiques qu’il respectait autrefois – dont M. Trump – salir son nom et détruire sa réputation, M. Epps a décidé qu’il voulait répondre lui-même à cette question.

Au cours d’une interview d’une journée, assis dans son véhicule de loisirs climatisé, avec sa femme, Robyn, et leurs deux Shih Tzus (WIKI) à ses côtés, M. Epps s’est décrit comme un père, un ancien Marine et un conservateur convaincu mais désabusé dont les dirigeants l’ont trahi. Il a accordé l’interview à la condition que l’emplacement de sa nouvelle maison ne soit pas divulgué.

« Je suis au centre de cette affaire, et c’est la plus grande farce qui ait jamais existé », a-t-il déclaré. « Ce n’est tout simplement pas correct. Le peuple américain est conduit sur un chemin. Je pense que cela devrait être criminel. »

À cette fin, M. Epps et sa femme ont cherché un avocat pour les aider à déposer un procès en diffamation contre plusieurs des personnes qui ont diffusé les faux comptes. S’ils parviennent à le faire, ils rejoindront une liste d’autres personnes et entreprises – notamment le fabricant de machines à voter Dominion Voting Systems – qui utilisent les tribunaux pour lutter contre la désinformation rampante qui a émergé encore et encore pendant les efforts de M. Trump pour renverser l’élection.

« La vérité doit sortir », a expliqué M. Epps en caressant ses chiens.

Bien que M. Epps ait participé à certains des événements qui se sont déroulés le 6 janvier, l’affirmation selon laquelle il aurait inspiré l’émeute du Capitole dans le cadre d’un complot de « faux drapeau » repose uniquement sur le fait qu’il n’a jamais été arrêté et doit donc être sous la protection du gouvernement.

Mais des dizaines, voire des centaines, de personnes qui semblent avoir commis des délits mineurs ce jour-là ont fait l’objet d’une enquête du F.B.I. mais n’ont pas été inculpées ou placées en détention.

M. Epps a déclaré qu’il avait parfois agi de manière stupide lorsque lui et l’un de ses fils ont fait un voyage de dernière minute à Washington pour assister au discours de M. Trump sur la fraude électorale. Mais il a dit qu’il avait réussi à éviter l’arrestation parce qu’il avait contacté le F.B.I. quelques minutes après avoir découvert que des agents voulaient lui parler.

Le 8 janvier 2021, deux jours seulement après l’attaque du Capitole, M. Epps a appris par un membre de sa famille que le F.B.I. avait émis une alerte de surveillance en son nom. Il a dit qu’il a immédiatement appelé le National Threat Operations Center (Centre des Opérations pour les menaces nationales) du bureau, et ses relevés téléphoniques montrent qu’il a parlé aux agents pendant près d’une heure.

Le F.B.I. a refusé à plusieurs reprises de faire des commentaires sur M. Epps, mais son récit de l’appel au centre d’opérations – et de la discussion formelle avec les agents fédéraux en mars 2021 – est étayé par les transcriptions de ces entretiens examinées par le New York Times.

Les transcriptions des entretiens montrent que M. Epps a dit aux agents qu’il avait passé une grande partie de son temps au Capitole à chercher à calmer d’autres émeutiers, une affirmation soutenue par de multiples clips vidéo (ci-dessous).

M. Epps, qui a remis en question les résultats de l’élection, a également été interrogé deux fois par le comité restreint de la Chambre le 6 janvier. Après la fin de ses échanges avec le panel, les responsables ont publié une déclaration disant qu’il leur avait dit qu’il n’avait jamais travaillé en tant qu’actif pour, ou employé d’une agence fédérale de maintien de l’ordre.

L’un des moments que M. Epps dit regretter le plus de son séjour à Washington a eu lieu la nuit précédant l’attaque du Capitole, lorsqu’il a rejoint son fils et un ami pour un rassemblement pro-Trump sur la Black Lives Matter Plaza. Au cours de l’événement, il a été filmé par un provocateur de droite encourageant les gens à entrer dans le Capitole le 6 janvier dans ce qu’il a décrit, même à l’époque, comme une forme de protestation pacifique.

Le clip a été utilisé pour dépeindre M. Epps comme un homme qui a non seulement incité les gens à faire une émeute au Capitole, mais qui a ensuite échappé aux poursuites. Le ministère de la Justice n’a pas évoqué publiquement sa décision de ne pas l’inculper, mais la définition légale de l’incitation exige que les paroles d’une personne provoquent une menace immédiate de danger, et non une menace qui pourrait éventuellement se produire le lendemain.

Le 6 janvier même, M. Epps, croyant pouvoir arrêter la violence au Capitole, s’est inséré dans un conflit entre la police et des membres de la foule pro-Trump qui est largement considéré comme le point de basculement de l’attaque.

On peut le voir sur des vidéos datant d’environ 13 heures ce jour-là, accostant un émeutier nommé Ryan Samsel, qui avait déjà commencé à affronter les officiers derrière une barricade métallique sur le côté ouest du Capitole. M. Epps a déclaré qu’il était intervenu dans le conflit pour empêcher M. Samsel d’attaquer la police et qu’il avait essayé de dire à M. Samsel que les officiers ne faisaient que leur travail. M. Samsel a fait un récit identique au F.B.I. lorsqu’il a été arrêté des semaines plus tard.

M. Epps a également dit qu’il regrettait d’avoir envoyé un texto à son neveu, bien après que les violences aient éclaté, dans lequel il évoquait la façon dont il avait aidé à orchestrer les mouvements des personnes qui quittaient le discours de M. Trump près de la Maison Blanche en leur indiquant la direction du Capitole.

M. Epps a également reconnu que, bien qu’il ait passé les barricades dans une zone restreinte du Capitole, il n’est pas entré dans le bâtiment lui-même. La grande majorité de ceux qui ne sont pas entrés dans le bâtiment ou qui n’ont pas commis d’autres crimes n’ont pas été inculpés.

Lorsque la violence a commencé à se répandre, M. Epps avait déjà quitté le Capitole, après avoir aidé à mettre en sécurité un manifestant malade.

Les problèmes ont commencé pour M. Epps presque dès que Revolver News a publié son premier article sur lui en octobre. Soudainement, il a reçu des menaces de mort par e-mail, des intrus sur sa propriété exigeant des « réponses » au sujet du 6 janvier, et des connaissances, des membres de son église et même des membres de sa famille qui l’ont désavoué, a-t-il dit.

Une enquête de six mois menée par le Times a permis de synchroniser et de cartographier des milliers de vidéos et de communications radio de la police lors de l’émeute du 6 janvier au Capitole, fournissant ainsi l’image la plus complète à ce jour de ce qui s’est passé – et pourquoi.

Les choses ont considérablement empiré après que M. Carlson et des politiciens de premier plan ont commencé à amplifier les mensonges.

Fin décembre, M. Epps a découvert des douilles sur le sol près du dortoir du lieu de mariage de style ferme qu’ils possédaient en Arizona, suggérant que quelqu’un avait tiré sur le bâtiment. Puis, en janvier, M. Epps a reçu une lettre d’une personne prétendant avoir été introduite dans le pays par un cartel de la drogue mexicain.

L’auteur disait avoir entendu des membres du cartel parler de tuer M. Epps.

« J’ai raison sur papier pour vous dire que vous devez faire attention », disait la lettre dans un anglais approximatif. « Ces gens du cartel de la drogue sont de très mauvaises personnes. »

Qu’il s’agisse d’une lettre réelle ou d’une blague démente, Mme Epps s’est cachée, laissant M. Epps s’armer et gérer l’entreprise familiale pendant un certain temps par le biais de son équipe de sécurité. Finalement, le couple a vendu l’entreprise et sa maison de style ranch, perdant des centaines de milliers de dollars et anéantissant les dispositions qu’ils avaient prises pour leur retraite.

« Cela a été un véritable cauchemar », a déclaré Mme Epps.

Après avoir quitté l’Arizona pour les montagnes il y a plusieurs mois, les Epps n’ont pas fait grand-chose. Ils parviennent à passer du temps avec leurs enfants – et quelques-uns de leurs 37 petits-enfants – mais restent surtout discrets. M. Epps a pris l’habitude de porter un chapeau à larges bords qui cache son visage. Si les gens à la station-service ou à l’épicerie disent qu’il leur semble familier, il sourit généralement et poursuit son chemin.

Bien qu’il veuille blanchir son nom, il ne se fait aucune illusion sur le fait qu’il parviendra un jour à le dissocier complètement des mensonges.

« Ils seront toujours associés », a déclaré M. Epps. « Vous ne pouvez pas convaincre certaines personnes. Il y a des extrémistes que vous ne convaincrez jamais qu’ils ont tort. »

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations