L’administration Biden renonce à vérifier les antécédents du personnel soignant dans les nouveaux centres pour migrants, ce qui inquiète les experts en protection de l’enfance.

Article original datant du 27/03/21

  • L’administration Biden n’exige pas de vérification par le FBI des antécédents des personnes qui s’occupent des enfants dans son réseau de sites d’urgence, lequel se développe rapidement.
  • Cette décision inquiète les spécialistes de la protection de l’enfance qui estiment que cette dérogation compromet la sécurité des milliers d’enfants migrants non accompagnés qui traversent la frontière.
  • L’équipe du président Joe Biden se tourne vers une mesure utilisée par les administrations précédentes : les camps de tentes, les centres de congrès et autres installations gigantesques.
  • Ces installations sont gérées par des entrepreneurs privés et financées par le ministère américain de la santé et des services sociaux.
  • Le Dr Amy Cohen, pédopsychiatre, a noté que le HHS (Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis) exige un contrôle des empreintes digitales des parents qui cherchent à accueillir des enfants.

L’administration Biden n’exige pas de vérification par le FBI des antécédents des personnes qui s’occupent des enfants dans son réseau en pleine expansion de sites d’urgence destinés à accueillir des milliers d’adolescents immigrés.

Cette décision inquiète les spécialistes de la protection de l’enfance qui estiment que cette dérogation compromet la sécurité des milliers d’enfants migrants non accompagnés qui traversent la frontière.

Dans l’urgence de sortir les enfants des sites surpeuplés et souvent inadaptés de la patrouille frontalière, l’équipe du président Joe Biden se tourne vers une mesure utilisée par les administrations précédentes : les camps de tentes, les centres de congrès et autres installations gigantesques.

Ces installations sont gérées par des entrepreneurs privés et financées par le ministère américain de la santé et des services sociaux.

L’administration Biden n’exige pas la vérification des antécédents des soignants par le FBI, ce qui inquiète les spécialistes de la protection de l’enfance.
Francisco, 34 ans, un migrant demandeur d’asile originaire du Honduras, berce sa fille de neuf mois, Megan, alors qu’ils attendent d’être transportés vers un centre de traitement après avoir traversé sur un radeau la frontière des États-Unis à La Joya au Texas, depuis le Mexique, jeudi.
Cette photo des douanes et de la protection des frontières américaines, publiée le 23 mars, montre des migrants dans les installations de traitement temporaire de Donna, au Texas.
Un migrant d’Amérique centrale tient un drapeau devant l’entrée du poste frontière d’El Chaparral à Tijuana, au Mexique.
Genesis Cuellar, 8 ans, une migrante du Salvador, est assise dans une zone d’attente pour être prise en charge par Team Brownsville, un groupe humanitaire qui aide les migrants libérés de la garde des douanes et de la protection des frontières américaines, le 17 mars à Brownsville, au Texas.
Un enfant migrant s’accroche au bras d’une femme alors qu’ils attendent d’être pris en charge par un groupe humanitaire après avoir été libérés de la garde du CBP (Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis) dans une gare routière, le 17 mars.
Keylin, une migrante du Honduras en quête d’asile, tient son fils de trois ans, Olban, au milieu de dizaines d’autres personnes qui attendent de monter dans un bus de la patrouille frontalière américaine pour se rendre dans un centre de prise charge.

Rien qu’en mars, l’administration Biden a annoncé qu’elle allait ouvrir huit nouveaux sites d’urgence dans le Sud-Ouest, ajoutant ainsi 15 000 nouveaux lits, ce qui fait plus que doubler la taille du système existant.

Ces sites d’urgence n’ont pas à être agréés par les autorités de l’État ni à fournir les mêmes services que les établissements permanents du HHS. Ils coûtent également beaucoup plus cher, environ 775 dollars par enfant et par jour.

Et pour doter rapidement ces sites en personnel, l’administration Biden a renoncé aux procédures de contrôle destinées à protéger les mineurs contre tout danger potentiel.

Le personnel et les bénévoles qui s’occupent directement des enfants dans les nouveaux sites d’urgence n’ont pas à se soumettre à la vérification des empreintes digitales par le FBI, qui utilise des bases de données criminelles auxquelles le public n’a pas accès et qui peut déceler une personne qui change de nom ou utilise une fausse identité.

Le ministère de la santé a publié vendredi une déclaration indiquant que le personnel de soins directs et les bénévoles « doivent faire l’objet d’une vérification du casier judiciaire ». La vérification des antécédents publics prend généralement moins de temps, mais dépend de l’exactitude des informations fournies par la personne concernée.

L’agence précise que les personnes qui dispensent des soins directs sont supervisées par des employés fédéraux ou d’autres personnes qui ont passé des vérifications d’antécédents basées sur les empreintes digitales.

Dans les sites d’accueil d’urgence, le HHS met en œuvre les normes de soins utilisées pour les enfants dans un contexte d’intervention d’urgence », a déclaré l’agence.

Sous l’administration de l’ancien président Donald Trump, pendant des mois, le HHS n’a pas veillé à ce que les vérifications des empreintes digitales par le FBI ou les examens de protection de l’enfance soient effectués pour les travailleurs d’un grand camp à Tornillo, au Texas.

Une enquête de l’Associated Press en 2018 a également découvert que le personnel d’un autre camp à Homestead, en Floride, n’avait pas subi de contrôles de routine pour écarter les allégations d’abus ou de négligence envers les enfants.

Des enfants et des adolescents migrants sont pris e n charge après avoir pénétré sur le site d’un centre de rétention temporaire au sud de Midland, au Texas, le 14 mars.
L’administration Biden n’exige pas de vérification par le FBI des antécédents des soignants dans son réseau en pleine expansion de sites d’urgence destinés à accueillir des milliers d’adolescents immigrés.

L’inspecteur général de l’HHS avait alors averti que les vérifications d’empreintes digitales du FBI « offrent une garantie unique » par rapport à la plupart des applications privées de vérifications des antécédents qui recherchent le nom d’une personne.

Si les diverses vérifications des antécédents ont pu permettre d’identifier certaines condamnations pénales ou infractions sexuelles antérieures, ces vérifications n’ont pas été aussi poussées que les vérifications des antécédents par les empreintes digitales du FBI », a découvert l’inspecteur général.

Laura Nodolf, procureur du district de Midland, au Texas, où le HHS a ouvert un site d’urgence ce mois-ci, a déclaré que sans vérification des empreintes digitales, « nous ne savons pas vraiment qui est la personne qui intervient en soins directs ».

Cela place les enfants pris en charge par le HHS sur le chemin, potentiellement, d’un délinquant sexuel », a déclaré Nodolf. Ils mettent ces enfants en position de devenir des victimes potentielles ».

Le Dr Amy Cohen, pédopsychiatre et directrice exécutive du groupe de défense de l’immigration Every Last One, a fait remarquer que le HHS exige la vérification des empreintes digitales des parents qui cherchent à accueillir des enfants dans le cadre d’un processus de vérification qui prend plus de 30 jours en moyenne.

Le fait de ne pas vérifier les empreintes digitales du personnel de première ligne expose les enfants migrants vulnérables à un risque important d’abus physique et sexuel », a-t-elle déclaré.

L’administration Biden a 18 000 enfants et adolescents sous sa garde, un chiffre qui a augmenté presque quotidiennement au cours des dernières semaines.

Jocelyn, une fillette migrante hondurienne de six ans qui a dit se sentir mal, est tenue par sa mère au milieu de dizaines de familles de demandeurs d’asile d’Amérique centrale.
Un camp d’hébergement improvisé pour les migrants qui attendent que les autorités américaines les autorisent à entrer pour commencer leur processus d’asile dans le pays, le 26 mars à Tijuana, au Mexique.
Un camp d’hébergement improvisé pour les migrants d’Amérique centrale qui attendent que les autorités américaines les autorisent à entrer pour commencer leur processus d’asile dans le pays, le 26 mars.

Si M. Biden continue d’expulser la plupart des adultes et de nombreuses familles qui franchissent la frontière, il a refusé de rétablir les expulsions d’enfants immigrés non accompagnés, qui ont cessé l’année dernière à la suite d’une décision d’un tribunal fédéral, aujourd’hui suspendue.

Plus de 5 000 jeunes sont détenus à la frontière, dont beaucoup dans une tente située dans le sud du Texas, où l’espace, la nourriture et l’accès à l’extérieur sont limités.

Mais la patrouille frontalière appréhende des centaines de mineurs de plus que le HHS n’en relâche chaque jour – une différence de 325 rien que jeudi.

Au centre de convention du centre-ville de Dallas, l’un des sites d’urgence du HHS, la quasi-totalité de ses 2 300 lits étaient occupés une semaine seulement après son ouverture ce mois-ci.

Des garçons migrants détenus dans le centre sont vus en train de jouer au football sur de multiples terrains de fortune sur le terrain du Cotton Logistics Man Camp.
Une voiture de la patrouille frontalière entre dans le centre d’immigration temporaire de Donna, au Texas, le mercredi 24 mars.
Le maire de San Diego, Todd Gloria, et d’autres responsables font partie du groupe d’élus qui ont visité le centre d’hébergement temporaire pour jeunes du centre, samedi à San Diego.
Un camp d’hébergement improvisé pour les migrants d’Amérique centrale attendant que les autorités américaines les autorisent à entrer pour entamer leur procédure d’asile dans le pays, le 26 mars.

Les défenseurs des enfants affirment que plutôt que d’ouvrir davantage de centres d’urgence non agréés, l’administration doit accélérer le placement des enfants auprès de parrains, en particulier les quelque 40 % de jeunes en détention qui ont un parent dans le pays prêt à les accueillir.

Le ministère de la santé a tenté d’accélérer la prise en charge des mineurs ces dernières semaines, en permettant à certains jeunes d’être placés chez des parents pendant que les vérifications d’empreintes digitales sont en cours et en autorisant l’utilisation de fonds publics pour payer le billet d’avion lorsqu’un enfant est pris en charge et son dossier traité.

Ana, la mère d’un adolescent de 17 ans détenu à Dallas, a déclaré à l’AP (Agence de presse mondiale et généraliste) que son fils avait fui des gangs qui tentaient de le recruter au Salvador et qu’il espérait la rejoindre en Virginie.

Après un voyage de huit jours, l’adolescent a franchi la frontière entre les États-Unis et le Mexique le 9 mars. Huit jours se sont écoulés avant qu’elle n’apprenne des autorités frontalières qu’il était en détention.

Elle a reçu un appel de 10 minutes de lui le 20 mars, après qu’il ait été emmené au centre de Dallas. C’était la première fois qu’elle lui parlait depuis qu’il était entré dans le pays.

Elle dit avoir appelé à plusieurs reprises l’Office of Refugee Resettlement (Office de réinstallation des réfugiés) du HHS pour demander s’ils pouvaient le rendre à sa famille, mais ils ont refusé, disant qu’ils devaient traiter son dossier. En attendant, elle est prête à présenter des documents prouvant qu’elle est sa mère et qu’elle est apte à le prendre en charge.

« Je ne comprends pas pourquoi ils rendent les choses si difficiles », a déclaré Ana, qui n’est pas identifiée par son nom de famille pour protéger la vie privée de son fils. « Je sais que nous sommes en pleine pandémie, mais je pense que c’est peut-être parce qu’ils ont pris du retard, qu’il y a peut-être beaucoup de monde là-bas. »

Tornillo et Homestead ont été vivement critiqués par les démocrates et les experts en protection de l’enfance qui ont mis en garde contre le traumatisme potentiel de la détention pour des milliers d’adolescents sans soutien adéquat.

Des bénévoles de la Croix-Rouge américaine ont fourni des soins dans les deux premiers sites d’urgence du HHS, un camp reconverti pour les travailleurs du pétrole à Midland, au Texas, et le centre de convention de Dallas. Ces volontaires sont maintenant en train de se retirer progressivement.

La Croix-Rouge et le HHS ont refusé pendant plusieurs jours de reconnaître que les volontaires n’avaient pas fait l’objet d’une vérification des empreintes digitales par le FBI. La Croix-Rouge a d’abord déclaré que tous ses volontaires avaient fait l’objet d’une vérification de leurs antécédents lorsqu’ils avaient rejoint le groupe. Mardi, le groupe a déclaré qu’il « rafraîchissait » les contrôles sur environ 300 volontaires envoyés pour s’occuper d’enfants et qu’il n’avait découvert aucun nouveau signal d’alerte.

Mark Weber, porte-parole du ministère de la santé, a déclaré qu’il ne pouvait pas encore identifier les entreprises ou les groupes qui allaient intervenir. Le ministère a demandé aux entrepreneurs à la mi-mars de soumettre des offres pour fournir des services de garde d’enfants et de transport.

Leecia Welch, une avocate du National Center for Youth Law (Centre national pour le droit de la jeunesse), une organisation à but non lucratif qui surveille la prise en charge des enfants immigrés, a déclaré que les avocats seraient « très attentifs à ce que cette dérogation temporaire ne devienne pas une pratique opérationnelle standard ».

« Étant donné l’urgence de la crise actuelle en matière de placement, les familles méritent la même flexibilité que les entreprises à but lucratif qui passent des contrats avec le gouvernement fédéral », a-t-elle déclaré.

Des problèmes de sécurité ont déjà été soulevés à propos du camp de Midland. Un fonctionnaire y travaillant a noté un manque de vêtements neufs et de travailleurs sociaux lors de l’arrivée initiale des adolescents, et les régulateurs de l’État ont averti la semaine dernière que l’eau sur le site pourrait ne pas être sûre, ce qui a forcé les autorités américaines à donner aux adolescents des bouteilles jusqu’à ce que des livraisons d’eau puissent être organisées.

Michelle Saenz-Rodriguez, une avocate spécialiste de l’immigration basée à Dallas, a décrit le centre de convention de Dallas comme rappelant une caserne mais  » très accueillante « .

Elle a visité le centre de convention dans ses premiers jours en tant que bénévole pour Catholic Charities et a dit que des lits de camp pour plus de 2 000 garçons ont été placés dans des rangées socialement distantes dans une salle de bal.

Après avoir été transportés en bus jusqu’au site, les garçons reçoivent des vêtements propres, un oreiller, une couverture et un test COVID-19, a expliqué Mme Saenz-Rodriguez. La semaine dernière, elle les a vus assis ensemble à des tables, discutant et jouant à des jeux de cartes. La plupart d’entre eux ne comprenaient pas pourquoi ils avaient été emmenés à Dallas ou ce qui allait leur arriver ensuite, dit-elle.

Leur question numéro un est : « Combien de temps allons-nous rester ici ? Qu’est-ce qui va nous arriver ? « , dit Saenz-Rodriguez.

US waives FBI checks on caregivers at new migrant facilities
The Biden administration is not requiring FBI fingerprint background checks of caregivers at its rapidly expanding network of emergency sites to hold thousands of immigrant teenagers.

Chapitres