L’administration de Biden a empêché les avions affrétés par l’association caritative de Glenn Beck de décoller et a remis le manifeste aux Talibans

Article original datant du 07/09/21

On leur a dit de retourner à l’aéroport et de tout remettre aux Talibans.

Le département d’État américain est responsable de l’interférence avec le départ de plusieurs avions contenant des citoyens américains et des ressortissants afghans à l’aéroport de Mazar-i-Sharif, a rapporté l’animateur de BlazeTV, Glenn Beck, lors de son émission de radio mardi.

Quels sont les détails ?

Les avions – qui contenaient au moins 100 citoyens américains et 1 000 ressortissants afghans – étaient affrétés par Mercury One et The Nazarene Fund, une organisation caritative fondée par Beck pour faciliter les évacuations d’Afghanistan dans le contexte du retrait de l’armée américaine et de la prise de contrôle du pays par les talibans.

Au cours du week-end, on a appris que plusieurs avions n’avaient pas pu décoller après que les talibans eurent refusé d’accorder l’autorisation de départ. Mais selon Beck, ce ne sont pas les talibans qui ont initialement empêché les avions de quitter le pays.

C’est plutôt le département d’État qui a refusé d’accorder l’autorisation d’atterrir aux avions, les empêchant ainsi de décoller. Le département aurait annulé les vols à la dernière minute, refusant d’approuver le manifeste. Il a ajouté que des fonctionnaires américains ont ensuite remis le manifeste aux talibans.

« Ils étaient dans l’avion, ils étaient sur le tarmac, ils étaient dans les sièges […]. (et) prêts à partir » avant que les fonctionnaires du département d’État n’interviennent et fassent débarquer l’avion, a expliqué M. Beck mardi matin dans son émission de radio. « On leur a dit de retourner dans l’aéroport et de tout remettre aux talibans ».

« Ils ont été renvoyés de l’aéroport pendant que le département d’État s’arrange avec les talibans », a-t-il poursuivi, notant que de nombreux passagers attendent maintenant dans des maisons sûres, « mais pas tous ».

C’est comme si le département d’État avait envoyé des fusées éclairantes pour dire aux talibans : « Hé, regardez par ici », a-t-il ajouté plus tard.

La personnalité de la radio a insisté sur le fait que son équipe travaille sans relâche pour mener à bien sa mission malgré ce récent revers.

« Nous avions tout », a-t-il déclaré à la radio. « Nous allons devoir retourner chercher les gens maintenant pour ces avions. Mais dès que nous aurons le feu vert, ces personnes pourront retourner dans ces avions. Et s’il en manque un, je vous jure… Nous avons également huit à dix autres avions qui sont prêts à partir si le département d’État nous laisse faire. »

TheBlaze a contacté le département d’État au sujet de ces allégations. En réponse, un représentant du département a souligné les remarques faites mardi par le secrétaire d’État Antony Blinken lors d’une conférence de presse à Doha, au Qatar.

« Nous travaillons 24 heures sur 24 avec les ONG, les membres du Congrès et les groupes de défense, en fournissant toutes les informations et en faisant tout ce que nous pouvons pour lever les obstacles qu’ils ont identifiés afin que les vols charter transportant des Américains ou d’autres personnes envers lesquelles nous avons une responsabilité particulière puissent quitter l’Afghanistan en toute sécurité », a insisté M. Blinken lors de la conférence.

« Nous avons également été engagés avec les talibans sur ce sujet, y compris ces dernières heures », a-t-il ajouté. « Ils ont dit qu’ils laisseraient les personnes munies de documents de voyage partir librement. Nous les y obligerons. »

Quoi d’autre ?

Beck a noté que plusieurs membres du Congrès – dont les sénateurs républicains. Ted Cruz (Texas) et Marsha Blackburn (Tennessee) et le sénateur démocrate Richard Blumenthal (Conn.) – étaient directement impliqués dans les efforts d’évacuation et demandaient avec insistance au département d’État de ne pas bloquer les vols.

Cruz a confirmé à TheBlaze mardi que son bureau a coordonné les évacuations avec le Fonds nazaréen et d’autres ONG et que l’administration Biden a fait obstruction aux efforts.

« Je suis fier de ce travail d’une importance cruciale, mais les fonctionnaires de Biden-Harris ne peuvent même pas se débarrasser de leur propre chemin. Maintenant, leur incompétence a créé le risque tout à fait prévisible d’une prise d’otages », a déclaré le sénateur.

En réponse aux demandes d’informations sur la situation, le département d’État a effectivement baissé les bras et concédé qu’il ne pouvait pas faire grand-chose.

« Nous n’avons pas de personnel sur le terrain, nous n’avons pas de moyens aériens dans le pays, nous ne contrôlons pas l’espace aérien – que ce soit au-dessus de l’Afghanistan ou ailleurs dans la région », a déclaré un porte-parole du département d’État à TheBlaze lundi.

Mais M. Beck a également contesté cette affirmation, déclarant à TheBlaze que le département d’État « induit sciemment en erreur le peuple américain ».

Il a ajouté que si le département d’État ne contrôle plus l’espace aérien, il peut vérifier si les avions commerciaux décollent et atterrissent dans des endroits autorisés.

TheBlaze a contacté Mercury One au sujet des récents commentaires de Beck et l’organisation a répondu : « Bien que Glenn Beck soit un commentateur politique, Mercury One et The Nazarene Fund ne sont pas des organisations politiques et parfois les choses que Glenn dit à la radio ne représentent pas les organisations caritatives. »

Biden admin stopped planes chartered by Glenn Beck charity from taking off, handed manifest over to ...
'They were told to go back into the airport and hand everything in to the Taliban'

Chapitres