L’administration Obama a levé la suspension de la « recherche sur le gain de fonction » onze jours avant l’entrée en fonction du président Trump

Un brevet pour un vaccin contre le COVID a été déposé AVANT que le virus ne soit déclaré pandémie mondiale
7 juin 2021
Live du 8 juin 2021
8 juin 2021

Article original datant du 05/06/21

Ok, parlons franchement. Cette découverte rend les soupçons d’un virus pandémique intentionnellement libéré, avec l’intention politique de « STOPPER TRUMP », exponentiellement plus plausibles. SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère, la conséquence mortelle dans COVID-19.

Avec les gens qui commencent à reconnaître que les hauts fonctionnaires du gouvernement américain et la communauté du renseignement ont été moins qu’honnêtes, et dans certains cas, ont carrément menti, entourant l’origine du virus SRAS-CoV-2, et quand nous superposons les motifs politiques en arrière-plan de la déviation narrative de masse des médias et d’autres institutions, et quand nous considérons jusqu’où les gens à l’intérieur du gouvernement américain étaient prêts à aller dans leurs efforts pour éliminer le président Trump, découvrir que l’administration du président Obama a techniquement autorisé le redémarrage de la recherche sur le « gain de fonction » (militarisation biologique du virus du SRAS) quelques jours seulement avant que le président Trump ne prenne ses fonctions… est bien plus qu’alarmant. Mon intuition me dit que ce lien pourrait même disparaître [VOIR ICI].

9 janvier 2017 – « levée du moratoire actuel sur certaines recherches en sciences de la vie qui pourraient renforcer la virulence et/ou la transmissibilité d’un agent pathogène pour produire un agent pathogène pandémique potentiel (un PPP renforcé). » (lien)

Une histoire encore plus grande. Onze jours avant de quitter ses fonctions, l’administration du président Obama a réautorisé le financement de la création d’armes biologiques utilisant les virus du SRAS. Cependant, cette ré-autorisation n’a fait que relancer le financement aux États-Unis, car le financement de la militarisation du SRAS-CoV-2 ne s’est jamais vraiment arrêté en 2014. Les reportages des médias à ce sujet sont trompeurs, voire carrément faux.

Dans le document PDF d’orientation original concernant l’arrêt des recherches sur la militarisation des virus du SRAS en 2014, il y avait une note de bas de page que tout le monde semble avoir manquée [LIEN] :

[Processus délibératif du gouvernement américain sur le gain de fonction et pause dans le financement de la recherche sur certaines recherches à gains de fonction impliquant les virus de la grippe, du MERS et du SRAS – PDF, page 2 – 17 octobre 2014].

À la lumière des préoccupations récentes concernant la biosécurité et la sûreté biologique, le gouvernement des États-Unis (USG) interrompt dès à présent le financement de la recherche sur les virus de la grippe, du MERS et du SRAS, tels que définis ci-dessous. Cette pause dans le financement de la recherche sera effective jusqu’à ce qu’un processus de délibération sérieux et à grande échelle soit achevé et aboutisse à l’adoption d’une nouvelle politique1 du gouvernement américain en matière de recherche sur le gain de fonction. Les restrictions sur les nouveaux financements s’appliqueront comme suit :

Aucun nouveau financement du gouvernement américain ne sera accordé pour des projets de recherche sur le gain de fonction dont on peut raisonnablement penser qu’ils confèrent des attributs aux virus de la grippe, du MERS ou du SRAS, de sorte que le virus aurait une pathogénicité et/ou une transmissibilité accrues chez les mammifères par voie respiratoire. La pause dans le financement de la recherche ne s’applique pas à la caractérisation ou aux tests des virus de la grippe, du MERS et du SRAS présents à l’état naturel, à moins que l’on ne s’attende raisonnablement à ce que les tests augmentent la transmissibilité et/ou la pathogénicité.

Parallèlement, nous encouragerons la communauté des chercheurs actuellement financés par l’USG et ceux qui ne le sont pas à se joindre à nous pour adopter une pause volontaire sur les recherches qui répondent à la définition énoncée.

Le processus de délibération qui s’ensuivra pendant la période de la pause de recherche évaluera explicitement les risques et les avantages potentiels de la recherche sur le gain de fonction avec des pathogènes pandémiques potentiels. Les avantages présumés qui sont généralement identifiés dans la poursuite de ce type de recherche sont exprimés en termes d’amélioration de la capacité à détecter plus rapidement les pathogènes pandémiques dangereux qui émergent naturellement ou à développer des produits médicaux en prévision de cette émergence.

Toutefois, les mérites relatifs des approches expérimentales par gain de fonction doivent être comparés en dernier ressort à des approches potentiellement plus sûres. Le processus de délibération offrira des recommandations pour l’atténuation des risques, des plans d’action potentiels à la lumière de cette évaluation, et proposera des méthodologies pour l’évaluation objective et rigoureuse des risques et des avantages potentiels qui pourraient être appliquées à l’approbation et à la conduite d’expériences individuelles ou de catégories d’expériences. Bien que les études sur gain de fonction qui entrent dans le cadre de la recherche soumise à la suspension des financements constitueront le point de départ des délibérations, la pertinence d’autres types d’études sur le gain de fonction sera discutée. Il est possible que la discussion débouche sur des suggestions d’élargissement de la suspension des financements pour inclure la recherche sur d’autres agents pathogènes,

1 Une exception à la suspension des recherches peut être obtenue si le responsable de l’agence de financement du Gouvernement des Etats-Unis détermine que la recherche est nécessaire de manière urgente pour protéger la santé publique ou la sécurité nationale.

Cette exception a essentiellement permis au Pentagone de continuer à financer la création du SRAS comme arme biologique à Wuhan, en Chine, sous les auspices de la sécurité nationale. Ce qui est exactement ce que le département de la défense a fait : « Les subventions du Pentagone comprenaient 6 491 025 dollars de la Defense Threat Reduction Agency (agence du département de la Défense des États-Unis) (DTRA) de 2017 à 2020″ (lien).

Chronologie :

  • 17 octobre 2014 – Le financement américain du SRAS pour créer une arme biologique a été mis en pause en raison du risque extrême de pandémie. Toutefois, cette pause a permis aux agences du gouvernement américain de poursuivre le financement si elles déterminaient que « la recherche est nécessaire de toute urgence pour protéger la santé publique ou la sécurité nationale. »
  • 2014 jusqu’en 2020, le Pentagone a continué à financer la recherche à Wuhan, en Chine. La peur de la découverte expliquerait pourquoi de nombreux hauts responsables du ministère de la Défense des États-Unis étaient contre l’administration Trump [avec une sévérité accrue après le début de la pandémie de COVID].
  • Mai 2016 – [Une année électorale]  » après des délibérations approfondies et de nombreuses contributions de parties prenantes nationales et internationales, le NSABB [National Science Advisory Board for Biosecurity] a publié ses recommandations. La conclusion centrale du NSABB était que les études qui devraient améliorer le PPP (Potential Pandemic Pathogen – Pathogène Pandémique Potentiel) présentent des avantages potentiels pour la santé publique, mais comportent également des risques importants. Le NSABB a recommandé que ces études fassent l’objet d’un examen plus approfondi avant d’être financées. » Anthony Fauci fait partie du NSABB.
  • 9 janvier 2017 – [Quatre jours après la réunion de Susan Rice dans le bureau ovale avec Obama, Biden, Comey, et autres] L’administration Obama autorise à nouveau le financement de la création d’armes biologiques contre le SRAS. « L’adoption de ces recommandations répondra aux exigences de la levée du moratoire actuel sur certaines recherches en sciences de la vie qui pourraient améliorer la virulence et/ou la transmissibilité d’un agent pathogène pour produire un agent pathogène pandémique potentiel (un PPP amélioré). »

Compte tenu des solutions de contournement, des exceptions et du déni plausible des conséquences, intégrés dans les orientations initiales du moratoire en 2014, le ministère de la Défense a été autorisé, sur le plan opérationnel, à continuer de financer la recherche sur les armes biologiques à Wuhan, en Chine. L’interdiction de 2014 n’était un moratoire de financement que de nom ; cependant, il semble que le financement de la recherche américaine en Caroline du Nord ait été arrêté.

Ce qui a été réautorisé en 2017, c’est la nécessité d’utiliser la  » sécurité nationale  » comme excuse pour poursuivre la recherche. Il semble également que le financement du SRAS en tant qu’arme biologique à l’intérieur des États-Unis (Caroline du Nord) ait été à nouveau autorisé.

RÉFÉRENCES :

RÉSUMÉ : Le président Obama (et non Trump) a commencé la réautorisation de l’expérimentation du virus SRAS-CoV-2 en 2017. Le financement du laboratoire de Wuhan pour la création du SRAS-CoV-2 est né sous l’administration Obama et s’est poursuivi sous l’administration Trump. La communauté scientifique, la Maison Blanche et l’équipe de sécurité nationale d’Obama, ainsi que le Pentagone connaissaient les dangers du financement de la militarisation d’une arme biologique à partir du SRAS. La pandémie de COVID-19 est le résultat de ces décisions initiales.

…. et oui, il y a des avantages politiques et idéologiques du point de vue du groupe idéologique d’Obama à déclencher la pandémie de SRAS-CoV-2 comme une « crise » opportuniste pour créer des solutions de gouvernement totalitaire, indépendamment de qui était au pouvoir. Cependant, le moment de la libération biologique ultérieure est très suspect par rapport à l’élection présidentielle de 2020 et aux avantages en aval de la manipulation de l’élection par le biais de bulletins de vote par correspondance.

Peut-être pas une preuve absolue de l’intention, mais il y a manifestement des empreintes de pas sanglantes – de la pointure d’Obama.

@JoeBiden

Nous ne sommes pas préparés à une pandémie. Trump a fait reculer les progrès que le président Obama et moi-même avons réalisés pour renforcer la sécurité sanitaire mondiale. Nous avons besoin d’un leadership qui renforce la confiance du public, se concentre sur les menaces réelles et mobilise le monde pour arrêter les épidémies avant qu’elles n’atteignent nos côtes.

@washingtonpost

Aucun de ces 195 pays, y compris les États-Unis, n’est totalement préparé à une pandémie.

Interesting Timing - Obama Administration Lifted Block on "Gain of Function Research" Just Eleven ...
Eleven Days before leaving office President Obama's administration re-authorized funding for the creation of biological weapons using SARS viruses.