Le 6 janvier faisait-il partie de l’opération « Cold Snap » du FBI ?

Article original datant du 14/10/21

Ce n’est qu’une question de temps avant que nous apprenions combien de « Big Dan » ou de Stephen Robeson faisaient partie du 6 janvier.

La ville bucolique de Dublin, dans l’Ohio, serait l’un des derniers endroits en Amérique à accueillir une convention de miliciens suprématistes blancs. Nichée le long de la rivière Scioto, cette banlieue de Columbus a pour principal titre de gloire d’accueillir chaque été le tournoi de golf annuel Memorial de la PGA (WIKI).

Mais en juin 2020, quelques jours après que la nation ait été ébranlée par les pillages et les émeutes de Black Lives Matter, un homme du Wisconsin nommé Stephen Robeson a parrainé une « conférence de la milice nationale » dans un hôtel de Dublin. (Oui, c’était le vrai nom de l’événement).

Selon le rapport d’enquête exceptionnel de BuzzFeed (WIKI) de juillet 2021 sur le complot mené par le FBI pour enlever la gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer en 2020, Robeson « a aidé à organiser la réunion nationale, et il poussait avec enthousiasme les gens qu’il connaissait à y assister. » L’objectif de la conférence était de recruter des personnes qui, en fin de compte, attiseraient la « violence politique » contre les gouverneurs qui refusaient de rouvrir leurs États après des confinements prétendument rendus nécessaires par le COVID.

Certains participants ont déclaré que Robeson, connu sous le nom de « Robey », les a harcelés sans relâche jusqu’à ce qu’ils acceptent de se présenter ; des gens sont venus d’aussi loin que le Maryland et Kansas City, ont rapporté Ken Bensinger et Jessica Garrison de BuzzFeed. Un membre des Three Percenters (Les 3%WIKI), une milice présumée figurant sur la liste noire du FBI, a observé les gens prendre des photos depuis des endroits discrets de l’hôtel. « Les fédéraux sont partout », s’est-il dit.

En effet. L’un des fédéraux était Robeson lui-même.

Dans une requête déposée en juillet par un avocat de la défense dans le cadre du procès de l’enlèvement de Whitmer, Robeson est décrit comme ayant un long passé « de coopération avec le gouvernement en échange d’avantages personnels ». En fait, cette [source humaine confidentielle] a agi pendant des décennies comme un mouchard professionnel pour le gouvernement ».

Robeson a également – et il n’y a rien de louche à ce sujet – fondé le groupe patriote du Wisconsin Three Percenters, rapporte BuzzFeed. Les Three Percenters, tout comme les Proud Boys et les Oath Keepers, sont considérés comme des milices d’extrême droite par le FBI. Des dizaines de membres de ces trois groupes ont été arrêtés et inculpés dans le cadre de la manifestation du 6 janvier au Capitole.

Mais les antécédents de Robeson ne se limitent pas à servir de papier tue-mouches payé par le gouvernement pour inciter les gens de droite à rejoindre une soi-disant « milice » ; il a un casier judiciaire long comme le bras comprenant des relations sexuelles avec un mineur, des coups et blessures, un vol de voiture, une fraude à l’assurance et un faux. Et en 2020, ce criminel condamné travaillait pour le FBI de Christopher Wray afin de piéger de prétendus « miliciens », vraisemblablement fidèles à Donald Trump, pour faire un coup avant l’élection de 2020.

Et c’est exactement ce qui s’est passé. Dans un autre exemple d’ingérence du FBI dans une élection présidentielle, Robeson et au moins une douzaine d’autres agents et informateurs du FBI ont orchestré ce plan choquant – les fédéraux ont payé et organisé des voyages de « surveillance » ainsi que des camps d’entraînement au maniement des armes, le tout pour que les caméras cachées puissent être filmées – pour faire les gros titres alors que le vote anticipé était en cours dans l’État crucial du Michigan.

Mme Whitmer a tenu une conférence de presse spectaculaire le jour où le ministère de la Justice a annoncé l’arrestation de six hommes accusés de complot fédéral, reprochant à M. Trump d’encourager les « terroristes nationaux ». Joe Biden est également intervenu. « Il y a une ligne de passage entre les sifflets pour chiens du président Trump et sa tolérance de la haine, de la vengeance et de l’anarchie, et des complots comme celui-ci. Il donne de l’oxygène à la bigoterie et à la haine que nous voyons en marche dans notre pays », a-t-il déclaré le 8 octobre 2020.

Il s’avère que « l’oxygène » qui a donné vie au complot venait de l’intérieur de la maison. BuzzFeed, après avoir examiné de nombreux dossiers judiciaires et mené des entretiens avec les personnes impliquées, a conclu que les actifs du FBI « ont joué un rôle dans presque tous les aspects du prétendu complot, à commencer par sa conception. » Sans l’implication du FBI, il n’est pas clair « s’il y aurait même eu un complot sans eux ». Pour l’instant, le procès fédéral a été reporté au printemps prochain après que l’avocat de la défense ait demandé une prolongation de 90 jours pour enquêter sur la mauvaise conduite des agents et des informateurs du FBI. (J’ai fait un rapport à ce sujet ici).

Il semble également que l’opération Whitmer n’était qu’une partie du plan global du FBI pour infiltrer et peut-être diriger la conduite de « miliciens » peu méfiants en 2020.

L’opération Cold Snap, selon BuzzFeed, était une enquête d’infiltration « de grande envergure, sur le terrorisme intérieur dans plusieurs États » visant à surveiller – ou plus probablement à piéger, comme le soutiennent maintenant les avocats de la défense dans l’affaire Whitmer – des personnes liées à la liste des milices d’extrême droite du FBI. Le ministère de la Justice a vaguement fait référence à l’opération dans son communiqué de presse annonçant les arrestations dans l’affaire Whitmer. « [Le] FBI a commencé une enquête plus tôt cette année après avoir appris par les médias sociaux qu’un groupe d’individus discutait du renversement violent de certains éléments du gouvernement et des forces de l’ordre. »

Le témoignage de l’un des principaux agents spéciaux du FBI dans l’affaire Whitmer a confirmé l’enquête menée dans plusieurs États. Henrik Impola, qui a travaillé avec le plus grand informateur du FBI dans cette affaire, un vétéran de la guerre d’Irak connu sous le nom de « Big Dan », a déclaré au juge qu’il s’occupait de « Big Dan » et agissait en même temps comme agent dans l’opération Cold Snap. « Par l’intermédiaire du FBI et du centre d’opérations sur le terrorisme national, j’étais au courant d’autres enquêtes du FBI à Baltimore, Milwaukee, Cincinnati et dans l’Indiana concernant d’autres membres de la milice… qui participaient à la conférence nationale de Dublin », a déclaré Impola en mars.

« Big Dan », qui a été payé au moins 54 000 dollars par le FBI pour sept mois de travail sur l’affaire Whitmer, et un autre agent spécial du FBI avaient une autre cible : la Virginie. En septembre, l’agent spécial du FBI Jayson Chambers a exhorté « Big Dan » à convaincre un homme en Virginie de participer à un plan sinistre contre le gouverneur de Virginie Ralph Northam. « La mission est de tuer le gouverneur en particulier », disait le texte entre l’agent et l’informateur. Et tout comme dans le complot Whitmer, « Big Dan » a conseillé à sa cible comment fabriquer un engin explosif et l’a incité à participer à un camp d’entraînement dans le Wisconsin. « Comme tous les autres, l’événement du Wisconsin a été conçu, planifié et mené par l’équipe d’enquêteurs fédéraux composée d’agents et d’informateurs sous couverture travaillant ensemble pour fournir une scène sur laquelle manipuler leurs cibles afin qu’elles adoptent un comportement ostensiblement incriminant que le gouvernement espérait obtenir dans sa tentative de développer puis d' »interrompre » le fonctionnement d’une « organisation terroriste nationale ».

Cela vous semble familier ?

Il existe un autre lien flagrant entre le 6 janvier et l’affaire Whitmer qui ne peut être considéré comme une coïncidence. Une semaine après l’annonce de l’inculpation dans l’affaire de l’enlèvement, le responsable du bureau local du FBI de Detroit a été promu à la tête du bureau local du FBI de Washington. Steven M. D’Antuono a pris la tête du bureau de D.C., décrit comme « un poste convoité du bureau », le 13 octobre 2020. D’Antuono a-t-il été promu pour un travail bien fait ou pour poursuivre l’opération d’infiltration, en imputant tout chaos post-électoral aux milices d’extrême droite, comme ils l’ont fait avec le complot Whitmer ?

Plusieurs questions restent sans réponse quant à l’implication éventuelle du FBI, comme l’a expliqué Darren Beattie sur Revolver News. L’un de ces mystères concerne les allées et venues du directeur du FBI, Chris Wray, avant et pendant la manifestation. Kash Patel, qui a occupé plusieurs postes de haut niveau dans les derniers mois de la présidence de Trump, était en communication avec des hauts responsables de l’administration les 5 et 6 janvier. « J’étais au téléphone les 4, 5 et 6 janvier avec le président, avec le chef de cabinet, avec le procureur général, avec le département de la Sécurité intérieure, et la seule personne manquante dans ces appels téléphoniques était le directeur du FBI. » Patel a déclaré dans une interview récente. « Il était introuvable. »

En outre, la bombe du New York Times du mois dernier a confirmé qu’au moins un informateur au sein des Proud Boys a commencé à travailler avec l’agence en juillet 2020 et « semble avoir été proche de plusieurs autres membres de son groupe des Proud Boys, y compris certains qui ont été accusés dans l’attaque. » Le rapport du Times ne peut être considéré que comme le début d’un lent goutte-à-goutte d’informations sur l’étendue du rôle du FBI dans le 6 janvier.

Pour l’instant, il est difficile d’imaginer que l’opération Cold Snap se soit terminée par l’arrestation des ravisseurs de Whitmer. Un scénario plus probable est que Wray a déplacé D’Antuono du Michigan à la capitale nationale juste à temps pour ce que tout le monde savait être une période très tendue après le jour des élections. Ce n’est qu’une question de temps avant que nous apprenions combien de « Big Dan » ou de Stephen Robeson ont participé au 6 janvier.

Was January 6 Part of the FBI’s ‘Operation Cold Snap’? › American Greatness
The tony, bucolic town of Dublin, Ohio would be one of the last places in America expected to host a convention of white supremacist militiamen. Nestled along the Scioto River, the Columbus suburb’s…

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations