Un lanceur d’alerte de la police du Capitole a adressé une réprimande cinglante à propos du 6 janvier à deux de ses hauts responsables

Durham enquête sur les prestataires du Pentagone qui ont aidé l’équipe de campagne d’Hillary Clinton à monter une histoire fictive entre la Russie et Trump
9 octobre 2021
Un lanceur d’alerte chinois révèle que le COVID-19 était une arme biologique planifiée par l’Armée Populaire de Libération
12 octobre 2021

Article original datant du 10/08/21

Le lanceur d'alerte accuse Sean Gallagher, chef intérimaire des opérations en uniforme de la police du Capitole, et Yogananda Pittman, chef adjoint de la police pour les opérations de protection et de renseignement, d'avoir délibérément choisi de ne pas aider les agents attaqués le 6 janvier.
Le lanceur d’alerte accuse Sean Gallagher, chef intérimaire des opérations en uniforme de la police du Capitole, et Yogananda Pittman, chef adjoint de la police pour les opérations de protection et de renseignement, d’avoir délibérément choisi de ne pas aider les agents attaqués le 6 janvier.

Un ancien haut fonctionnaire de la police du Capitole ayant connaissance de la réponse du département à l’attaque du 6 janvier a envoyé aux dirigeants du Congrès une lettre cinglante accusant deux de ses hauts responsables d’avoir mal géré les renseignements et de ne pas avoir réagi correctement pendant l’émeute.

Le lanceur d’alerte, qui a requis l’anonymat pour des raisons de confidentialité et qui a quitté la police plusieurs mois après l’attentat, a envoyé une lettre de 16 pages à la fin du mois dernier aux principaux membres des deux partis de la Chambre et du Sénat. Sa missive contient des allégations virulentes à l’encontre de Sean Gallagher, chef par intérim des opérations en uniforme de la police du Capitole, et de Yogananda Pittman, cheffe adjointe de la police chargé des opérations de protection et de renseignement, qui était également son ancienne cheffe par intérim.

Le lanceur d’alerte accuse Gallagher et Pittman d’avoir délibérément choisi de ne pas aider les agents attaqués le 6 janvier et allègue que Pittman a menti au Congrès au sujet d’un rapport de renseignement que la police du Capitole a reçu avant l’émeute de ce jour-là. Après une longue carrière dans le département, le dénonciateur était un haut fonctionnaire en service le 6 janvier.

Les critiques du dénonciateur ne se limitent pas aux responsables de la police du Capitole, mais s’étendent au Congrès. Sans nommer de législateurs spécifiques, sa lettre accuse les dirigeants du Congrès d’avoir « délibérément omis » de dire la vérité sur les échecs du département.

Les manquements et les inactions de ces deux personnes le 6 juin et avant ont incontestablement contribué à la mort d’officiers et à la blessure physique et émotionnelle grave de centaines d’autres membres des forces de l’ordre. Elles ont contribué à la mort de citoyens et ont porté atteinte à la réputation du Congrès, de l’USCP (WIKI) et d’autres commandants. Pourtant, la vérité sur leur performance ne figure pas dans le rapport de commandement et de contrôle et semble avoir peu d’importance pour la communauté du Congrès. Il est évident que la communauté du Congrès a délibérément omis de fournir la vérité aux membres de l’USCP qui se sont battus si vaillamment pour les protéger sur le terrain. Ce niveau de malhonnêteté doit commencer au sommet et entache chaque niveau de surveillance de l’USCP tout au long de ce Congrès.

POLITICO (WIKI) a obtenu la lettre détaillant les allégations, qui circule parmi les agents de la police du Capitole, et en publie des extraits ici. Afin de protéger l’identité du dénonciateur, POLITICO ne publie pas la lettre dans son intégralité.

« La vérité a peut-être moins de valeur que la politique pour de nombreux membres de la communauté du Congrès, y compris ceux qui ont pris des décisions concernant la direction de l’USCP après le 6 janvier, mais je crois que la vérité compte toujours pour les vraies personnes et certainement pour les hommes et les femmes de la police du Capitole des États-Unis », a écrit le lanceur d’alerte.

Un porte-parole de la police du Capitole a envoyé une déclaration en réponse à la lettre qui commence ainsi : « Beaucoup de choses ont changé depuis le 6 janvier. Bien qu’il reste du travail à faire, bon nombre des problèmes décrits dans la lettre ont été résolus. »

Le porte-parole a ajouté que le département « a mis en œuvre, et continue de mettre en œuvre, un grand nombre des recommandations critiques demandées dans » une enquête du Sénat sur le 6 janvier, un examen distinct mené par le lieutenant-général à la retraite Russel Honoré, et de multiples enquêtes par son propre inspecteur général.

« La lettre de l’ancien employé fait écho aux recommandations réfléchies de ces rapports », poursuit le porte-parole de la police du Capitole. « Les dirigeants de l’USCP, sous la direction du nouveau chef Tom Manger, sont déterminés à tirer les leçons des erreurs passées et à protéger nos courageux agents, qui se sont battus vaillamment le 6 janvier, afin que nous puissions continuer à mener à bien la mission essentielle du département. Les hommes et les femmes de ce département sont engagés dans cette mission essentielle. Notre objectif est de travailler en équipe, d’aller de l’avant et de faire progresser le travail qui assure la sécurité du Capitole des États-Unis et des personnes qui y travaillent. »

La lettre a été envoyée à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (WIKI), au chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer (WIKI), au chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell (WIKI), et au chef de la minorité à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy (WIKI). Le personnel républicain de la commission de l’administration de la Chambre en a également reçu une copie.

Le dénonciateur a accusé Mme Pittman d’avoir menti au Congrès au sujet d’un important rapport de renseignement que le ministère a reçu fin décembre. Ce rapport indiquait qu’un blog appelé « thedonald.win » avait publié une carte du campus du Capitole et que les commentateurs du site appelaient les manifestants à porter des armes et à affronter les membres du Congrès le 6 janvier.

En avril, M. Pittman a déclaré aux enquêteurs du Congrès qu’une cohorte de hauts fonctionnaires du ministère étaient également au courant de ces renseignements avant l’attaque. Le dénonciateur a toutefois affirmé dans sa lettre que d’autres fonctionnaires n’avaient pas reçu le rapport de renseignement et que Mme Pittman avait menti en affirmant qu’ils l’avaient reçu.

– Selon Mme Pittman, ce rapport (21-T11139) a été distribué uniquement au  » personnel de commandement « , y compris les chefs adjoints et les chefs adjoints. (Interview de Pittman au Comité le 11 avril 2021). Il s’agit d’une fausse déclaration au Congrès 18 USC 1001. Le rapport 21-TD-1.59 n’a JAMAIS été distribué au personnel de commandement, y compris aux chefs adjoints et aux chefs adjoints, comme il a été déclaré à la commission du règlement du Sénat. Comme cette information n’a jamais été incorporée dans aucun rapport, ces deux personnes étaient les seules à être au courant.

– Ce document était incroyablement important et accablant pour la cheffe adjointe Pittman et le chef adjoint Gallagher, c’est pourquoi j’allègue qu’ils ont menti et déclaré qu’il avait été partagé avec le personnel de commandement Le personnel de commandement n’aurait JAMAIS su qu’on lui avait menti sans le travail du Sénat des États-Unis.

– Aucun membre de l’équipe de direction autre que Pittman et Gallagher n’a jamais entendu parler du rapport « TD ». Ce sont eux qui ont mis en place ce système de numérotation pour suivre les documents internes de leur commandement à l’insu des autres commandants.

« Ces fonctionnaires étaient les seuls à disposer de toutes les informations de renseignement pour le 6e « , écrit le dénonciateur à propos de Gallagher et Pittman.

« L’élément de renseignement le plus important … n’a jamais été partagé avec aucun membre de la direction de l’USCP », a ajouté le dénonciateur, demandant : « Pourquoi ont-ils approuvé le plan d’opération pour le 6e s’ils connaissaient les renseignements ? »

Un haut responsable des forces de l’ordre a déclaré que d’autres personnes du département disposaient effectivement des renseignements, mais qu’ils auraient clairement dû être diffusés plus largement. Le porte-parole de la police du Capitole a contesté l’allégation selon laquelle Pittman a menti au Congrès et a fait remarquer que le département a modifié ses pratiques internes et externes de partage des renseignements à la suite de l’attaque.

Cependant, le rapport en question n’était pas le seul élément de renseignement clé qui n’a pas atteint les bonnes personnes au sein du département, selon le dénonciateur. Gallagher et Pittman disposaient également d’informations montrant que les groupes ayant reçu des autorisations pour organiser des événements autour du Capitole le 6 janvier étaient tous des opérations de façade pour « Stop the Steal » (« Arrêtez le vol [des élections], NdT), écrit le dénonciateur.

USCP Acting Assistant Chief for Uniformed Operations Sean Gallagher speaks at a news conference.
Sean Gallagher, chef adjoint par intérim de l’USCP pour les opérations en uniforme, s’exprime lors d’une conférence de presse sur les préparatifs des forces de l’ordre en vue du Rallye Justice pour J6 près du Capitole des États-Unis, le 17 septembre 2021 à Washington, D.C.

« Stop the Steal » était un mouvement promouvant la théorie du complot selon laquelle des forces infâmes ont volé l’élection à Trump. Les organisateurs du mouvement ont fait la promotion d’un rassemblement sur le National Mall qui a précédé l’attaque du Capitole.

Il s’agissait d’une « information qui changeait la donne », a ajouté le dénonciateur, mais les commandants opérationnels – c’est-à-dire les agents chargés de superviser l’activité de la police sur le terrain – n’en ont jamais eu connaissance.

– Il a été rapporté à l’un des commandants subordonnés de l’IIAD, par la section des événements spéciaux, que les permis de manifestation des groupes entourant le Capitole le 6 étaient tous des façades pour « Stop the Steal ». Cette information a ensuite été corroborée par l’analyse des renseignements. Le fait que l’IIAD ait reçu l’information que « Stop the Steal » entourait le Capitole de tous les côtés par des entités distinctes n’a jamais été relayé aux commandants opérationnels. Cet élément de renseignement, comme le document 21-TD-I 59, était également une information susceptible de changer la donne qui n’a jamais été communiquée. En fait, l’IIAD a rapporté le contraire aux commandants, à savoir que les manifestations étaient des événements et des groupes distincts.

Selon le dénonciateur, Gallagher et Pittman disposaient de tous les renseignements nécessaires pour justifier la demande de renforts à la Garde nationale, la fermeture des portes du Capitole et l’utilisation d’armes plus dures mais moins meurtrières le matin du 6 janvier. Mais ils n’ont pas partagé ces renseignements avec les bonnes personnes, écrit le dénonciateur, et ont plutôt approuvé un plan de sécurité terriblement inadéquat.

Le dénonciateur a également déclaré avoir passé des heures pendant l’attaque dans le centre de commandement de la police du Capitole avec Pittman et Gallagher, affirmant qu’ils n’ont pas fait grand-chose pour arrêter la violence. La présence du dénonciateur dans le centre de commandement le 6 janvier a été confirmée par deux autres représentants des forces de l’ordre et une troisième personne qui se trouvait là pendant l’attaque.

Ces trois personnes ont donné des comptes rendus différents sur la durée de la présence du dénonciateur. L’une d’elles a déclaré qu’il y était resté six heures, une autre qu’il y était resté « plusieurs » heures et une troisième qu’il y était resté moins de deux heures.

« Ce que j’ai observé, c’est qu’ils étaient pour la plupart assis là, regardant dans le vide les écrans de télévision montrant des images en temps réel d’officiers et de fonctionnaires se battant pour le Congrès et leur vie », écrit le dénonciateur.

« J’allègue que ces deux personnes, avec intention et malveillance, ont choisi de ne pas essayer d’aider les officiers et les fonctionnaires, de blâmer les autres pour les échecs, et ont choisi d’essayer d’utiliser cet événement pour leurs promotions personnelles », a-t-il ajouté. « Cela a été fait non pas après l’événement, mais pendant que les agents et les fonctionnaires se battaient encore contre les manifestants. »

– Ce que j’ai observé, c’est qu’ils étaient pour la plupart assis là, à regarder en silence les écrans de télévision montrant des images en temps réel d’officiers et de fonctionnaires se battant pour le Congrès et leur vie. Cette observation de leur inaction a été rapportée et corroborée par d’autres fonctionnaires et entités non-USCP. Même l’enquêteur de l’IG a déclaré à un moment donné au cours de mon entretien qu’il commençait à se demander ce qu’ils faisaient.

– Je prétends que ces deux personnes, avec intention et malveillance, ont choisi de ne pas essayer d’aider les officiers et les fonctionnaires, de blâmer les autres pour les échecs, et ont choisi d’utiliser cet événement pour leur promotion personnelle. Ils ont choisi d’utiliser cet événement pour leur promotion personnelle, non pas après l’événement, mais pendant que les agents et les fonctionnaires se battaient encore contre les manifestants. J’ai clairement entendu un commentaire au téléphone du genre :  » Nous lui avons dit que cela allait arriver : Nous lui avions dit que cela allait arriver, et il n’a rien fait. (Je crois qu’il s’agissait du chef Sund).

Ils ont regardé « principalement avec les mains sur les genoux », a-t-il ajouté, et « n’ont pas essayé d’aider ou d’assister les officiers et les fonctionnaires qui se battaient littéralement les uns pour les autres, pour leur vie et pour le Congrès ».

Les deux représentants des forces de l’ordre qui ont confirmé la présence de Pittman et Gallagher dans le centre de commandement ont contesté l’affirmation selon laquelle ils auraient assisté passivement aux attaques. Ces fonctionnaires ont déclaré que Gallagher s’est concentré sur l’apport de soutien de la Garde nationale et des partenaires des forces de l’ordre, et que Pittman s’est concentré sur l’évacuation et la protection des membres du Congrès et du vice-président.

Le dénonciateur a toutefois écrit que les fonctionnaires et les agents ont démissionné en masse du département parce que Pittman et Gallagher n’ont pas été tenus responsables de ce qui s’est passé ce jour-là.

« Cet effort concerté pour protéger les deux membres du département sans conteste les plus responsables des événements tragiques du 6 janvier est répugnant », écrit le dénonciateur.

Et le dénonciateur a critiqué les dirigeants du Congrès pour avoir laissé Gallagher et Pittman conserver leur rôle de premier plan au sein du département de la police, alors même qu’un nouveau chef prenait la tête de la police du Capitole.

« Il est extrêmement embarrassant pour les dirigeants et le personnel du Congrès d’avoir choisi les deux personnes les plus responsables du 6 septembre pour diriger le département après le 6 septembre », écrit-il dans sa conclusion. « D’autant plus qu’une entité les a sélectionnés sans aucune enquête. Pour leur demander des comptes, il faudrait que ce même groupe admette qu’il a eu tort. »

Capitol Police whistleblower delivers scathing rebuke to two of its senior leaders on Jan. 6
The whistleblower alleges, among multiple serious allegations, that former acting chief Yogananda Pittman lied to Congress about an intelligence report Capitol Police received before that day’s riot.