Le coup d’État au Myanmar destitue le chef de la Banque Centrale, alarmant les financiers du monde entier

Biden lance la révision de la prison de Guantanamo et vise à la fermer avant de quitter ses fonctions
15 février 2021
Le New York Times rétracte l’information selon laquelle le policier du Capitole a été tué par un partisan de Trump avec un extincteur
15 février 2021
La Banque du Japon craint que des années de coopération ne risquent de se retourner contre elle
Des soldats du Myanmar marchent près de la législature à Naypyitaw. La junte militaire a remplacé ceux qui occupaient de nombreux postes clés de direction, dont celui de gouverneur de la banque centrale.

Lorsque la nouvelle du coup d’État militaire au Myanmar est parvenue dans les salles de la Banque du Japon, le personnel a couru pour recueillir des informations sur les développements en cours.

« Ils ont apparemment viré le gouverneur de la banque centrale également. » La nouvelle choquante a été transmise à la chaîne de commandement du siège social dans le district de Nihonbashi à Tokyo.

Le 1er février, les militaires du Myanmar ont pris le contrôle des pouvoirs administratifs, législatifs et judiciaires du pays, en détenant la conseillère d’État de facto Aung San Suu Kyi et plusieurs autres fonctionnaires démocratiquement élus.

On ignore ce qu’il est advenu de l’ancien chef de la banque centrale Kyaw Kyaw Maung, mais le gouverneur adjoint Bo Bo Nge a été arrêté, selon les médias. Than Nyein, qui a occupé le poste de banquier central sous la junte précédente avant la première élection libre depuis des décennies en 2015, a été réintroduit dans ses fonctions.

La Banque du Japon, comme la plupart des banques centrales dans le monde, observe attentivement, pour voir comment les chefs militaires pourraient affecter la coopération bilatérale et régionale sur les règles monétaires et la stabilité financière.

Cette décision a rappelé de sombres souvenirs des décennies de régime militaire du pays, alors qu’il était fermé à une grande partie du monde. La période d’isolement a commencé à changer lorsque les militaires ont adopté des réformes au début de la dernière décennie, les investisseurs étrangers affluant sur le marché largement inexploité et riche en ressources naturelles.

Les entreprises et les institutions financières japonaises ont fait des percées importantes au Myanmar au cours de la dernière décennie, s’attendant à ce que le marché se développe rapidement au fur et à mesure de son évolution vers la démocratie.

Le siège de la Banque du Japon à Tokyo : La BOJ (Banque du Japon) observe la façon dont les chefs militaires pourraient affecter la coopération en matière de politique monétaire et de stabilité financière.

Des acteurs japonais publics et privés ont aidé le Myanmar à construire son infrastructure financière et de marché. L’Agence japonaise de coopération internationale a contribué aux systèmes de base de la Banque centrale du Myanmar, dans le cadre d’un projet conjoint avec NTT Data et l’Institut de recherche Daiwa.

La BOJ partage également des liens étroits avec la Banque centrale du Myanmar. Elle a formé du personnel pour la banque du Myanmar à son siège à Tokyo, et a chargé ses anciens élèves de conseiller la banque du Myanmar.

C’est l’initiative de Chiang Mai qui a permis au Myanmar de s’implanter plus profondément dans la région. Cet accord d’échange de devises, conçu pour que les membres s’entraident en matière de liquidités en temps de crise, a été lancé à l’origine avec le Japon, la Chine, la Corée du Sud et cinq pays d’Asie du Sud-Est. Les autres membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, dont le Myanmar, ont depuis rejoint ce cadre.

Le Myanmar a officiellement rejoint l’initiative de Chiang Mai en 2010, pendant le mandat du gouverneur de la Banque asiatique de développement Haruhiko Kuroda. Le 2 février, la ADB (Asian Development Bank) a publié une déclaration dans laquelle elle se dit « profondément préoccupée par la situation actuelle au Myanmar, qui pourrait constituer un sérieux revers pour la transition et les perspectives de développement du pays ».

Les États-Unis ont décidé d’imposer des sanctions aux responsables militaires du Myanmar à la suite du coup d’État, tandis que la Chine, un partenaire économique majeur du Myanmar, a largement gardé le silence.

Le retour en arrière sur la démocratie pourrait affecter les futurs investissements publics et privés au Myanmar. On s’inquiète également de la manière dont le coup d’État peut affecter l’adhésion du Myanmar à l’initiative de Chiang Mai.

« Cette initiative est un lien important pour le Myanmar avec la communauté internationale, mais le pays pourrait avoir plus de mal à l’utiliser sous un régime militaire prolongé », a déclaré une source à la BOJ. Certains membres de la banque japonaise craignent que l’évolution de la situation au Myanmar ne compromette la coopération monétaire internationale.